Livres
569 238
Membres
624 696

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Elle pensait que j'étais... la créature la plus arrogante de la planète. Si elle s'était souvenu de Daemon Black, elle aurait su que ce n'était pas le cas.

Afficher en entier

— On me l’a déjà dit une ou deux fois.

— Pourquoi est-ce que ça ne m’étonne pas ?

J’ouvris la bouche.

— Ne réponds pas à cette question. Je peux récupérer mon permis ?

Elle m’avait interrompu. Personne ne me coupait la parole. Jamais.

Ça me plaisait encore plus que sa robe indécente avec ses bretelles ridicules.

Afficher en entier

-Tu viens avec moi Kent?

-Ca dépend. Est-ce que tu comptes faire des choses illégales? demanda Kent.

-Comme d'habitude, répliqua Archer

-Génial

Afficher en entier

-Tu ne m'écoutes même pas.

Mes lèvres se retroussèrent en coin.

-Mais si, je t'écoute, Archer.

Malgré les basses de la sono, j'entendis le soupir de l'autre origine.

-Alors, qu'est-ce que j'ai dit?

-Que tu m'aimes, que je t'ai manqué et que ta vie est incomplète quand je ne suis pas à tes côtés.

La tête baissée sur son portable, Grayson ricana. Son ponce glissait sur l'écran tandis qu'il jouait à un satané jeu en ligne.

-Ce n'est pas ce que j'ai dit, rétorqua Archer.

-Ah bon?

-Si tu as besoin de ça pour venir nous rendre visite, alors oui: ma vie n'est pas complète sans toi à mes côtés. Mon âme dépérit sans ta présence. Dee est obligée de me chanter des berceuses pour m'endormir le soir.

Je réprimais un sourire.

-Je suis ravie de te l'entendre dire. Je vais mieux dormir ce soir.

Afficher en entier

— OK…, répondit-elle en laissant traîner la dernière syllabe. Écoute, ça n’a pas été un plaisir de discuter avec toi. Je ferais mieux d’y aller. Il faut que je retrouve mon amie…

— Ton amie est occupée. Tu sais, elle s’amuse. (Mon sourire s’agrandit. Je la surpris à penser qu’elle voulait me mettre son poing dans la figure.) Contrairement à toi. Toi, tu ne t’amuses pas.

— Ça, c’est sûr. (Elle plissa de nouveau les yeux.) Je m’efforçais de me montrer polie.

— Charmant, murmurai-je.

Je m’attendais à ce qu’elle me jette son verre d’eau à la tête, comme elle l’imaginait.

— Mais je vais être honnête avec toi, dit-elle en se levant. Je ne veux pas passer une minute de plus en ta présence. Tu es un vrai connard. Je ne te connais pas et je ne veux pas te connaître. Alors va te faire voir.

J’aurais dû la laisser partir à ce moment-là.

Mais je n’en fis rien.

Afficher en entier

En jetant un coup d’œil à son permis, je faillis éclater de rire.

— Nola Peters ?

— Oui. (Elle releva le menton.) C’est moi.

Ce n’était pas le nom que Sylvia lui avait donné. Non, c’était l’association de deux de ses villes préférées. La Nouvelle-Orléans et Saint-Pétersbourg. Elle n’en avait visité aucune. Intéressant. Elle n’avait pas de ville préférée, avant. Je me demandais pourquoi elle les avait choisies si elle n’y était jamais allée.

Afficher en entier

Elle cligna une fois des yeux, puis deux. Elle pensait que j’étais… la créature la plus arrogante de la planète. Si elle s’était souvenu de Daemon Black, elle aurait su que ce n’était pas le cas.

Afficher en entier

— Crois-moi, si tu étais déjà venue, je le saurais.

Les yeux plissés, elle se demanda comment je pouvais en savoir autant. L’agacement laissa place à de la colère. Je savais que ce n’était pas sa faute. Rien de tout cela ne l’était. Pourtant, constater qu’elle ne se rendait pas compte que j’aurais senti sa présence à l’instant où elle serait entrée dans le bâtiment me faisait encore plus mal.

— Tu restes debout à côté de la piste de danse. Tu ne t’amuses pas et… tu n’es pas à ta place.

Clairement blessée, elle prit une grande inspiration.

— C’est ma première fois ici…

— Je le sais bien. Puisque je viens de te le dire.

— Excuse-moi, mais tu es qui, au juste ?

La douleur qu’avaient causée mes paroles s’était transformée en impatience. La joie que me procura cette réaction aurait sans doute inquiété plus d’un psychiatre à travers le monde.

— Je m’appelle Luc.

Afficher en entier

— Je ne comprends pas.

Gray l’observa en secouant la tête tandis qu’elle se dirigeait vers le bar.

Je ne répondis pas.

— Je ne comprends pas ton obsession pour cette fille, précisa-t-il. (Évidemment qu’il ne comprenait pas. Comment l’aurait-il pu ?) Ça fait combien d’années que je l’espionne pour toi ?

Trois ans et vingt-trois jours, mais qui tenait le compte ?

Afficher en entier

-A terre. Sur le ventre.

-Tu crois vraiment que ça vous sauvera que je m'allonge? Attention, spoiler: ce ne sera pas le cas.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode