Livres
516 087
Membres
530 069

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Just put it in your mouth already."

Blinking rapidly, I lifted my gaze from the steaming bowl of tomato soup to where my mom stood.

That was a string of words I sort of never wanted to hear come out of her mouth ever again.

Her blonde hair was smoothed back into a short, neat ponytail and her white blouse was impressively wrinkle free. She wasn't so much staring as she was glaring from where she stood on the other side of the island.

"Well," came the deep voice from beside me. "Now I feel super uncomfortable."

The woman I'd believed to be my birth mother up until a few days ago appeared remarkably calm despite the fact that the dining room was still in shambles from the epic death match that had taken place less than twenty-four hours ago. This woman did not tolerate disorganization of any kind. However, the taut corners of her lips told me she was seconds from becoming Colonel Sylvia Dasher and it had nothing to do with the broken dining table or the shattered window upstairs.

"You wanted grilled cheese and tomato soup," she said, punctuating each food item as if they were a newly discovered disease. "I made it for you, and all you've done is sit and stare at them."

That was true.

"I was thinking." There was an elaborate pause. "That getting you to make me grilled cheese and tomato soup was too easy."

She smiled tightly, but it didn’t reach her eyes—eyes that were brown only because she wore specially designed contacts that blocked the Retinal Alien Check—RAC—drones. Her real eyes were a vibrant blue. I'd only seen them once. "Are you worried that the soup is poisoned?"

My eyes widened as I lowered the perfectly toasted, buttered bread and melted cheesy goodness to my plate.

"Now that you mention it, I'm worried there’s arsenic or maybe some random, leftover Daedalus serum in it. I mean, I feel like you can never be too sure."

Slowly, I looked at the boy sitting next to me on a stool. Boy wasn't exactly the right word to use to describe him. Neither was human. He was an Origin, something other than Luxen and human.

Luc.

Three letters, no last name, and pronounced like 'Luke,' he was an utter enigma to me, and he was…well, he was special and he knew it.

"Your food is not poisoned," I told him, inhaling deeply as I tried to interject some common sense into this rapidly deteriorating conversation. The nearby candle, one that reminded me of pumpkin spice, almost overwhelmed his unique, outdoorsy scent that reminded of pine needles and fresh air.

"I don't know about that, Peaches." Luc’s full lips curved into a half smile. Lips that I had recently become well-familiar with. Lips that were as completely distracting as the rest of him. "I think Sylvia would love nothing more than to get rid of me."

"Is it that obvious?" she replied, her thin, fake smile narrowing even further. "I always thought I had a rather good poker face."

"I doubt you could ever successfully hide your rampant dislike of me." Luc leaned back, crossing his arms over his broad chest. "I mean, the first time I came here, all those years ago, you pointed a pistol at me, and the last time I came here, you threatened me with a shotgun. So, I think you've made it pretty clear."

"We could always go for a third time," she snapped, her fingers splaying across the cool granite. "Third time's a charm, right?"

Luc's chin dipped and those thick lashes lowered, shielding astonishingly jewel-tone eyes. Amethyst. The color wasn’t the only thing that gave away the fact that he was rocking more than homosapien DNA. The fuzzy black line surrounding his irises was also a good indication that there was only a little bit of human in him. "There won't be a third time, Sylvia."

Oh dear.

Things were…well, awkward between her and Luc.

They had a messy history that had everything to do with who I used to be, but I'd thought the whole grilled cheese and tomato soup thing was her waving a white flag—a weird offering of truce, but an offering nonetheless. Obviously, I'd been wrong. From the moment Luc and I had walked into the kitchen, things had gone downhill fast between the two of them.

"I wouldn't be too sure of that," she remarked, picking up a dishcloth. "You know what they say about the arrogant man."

"No, I don't." Luc dropped his elbow to the island and plopped his chin onto his fist. "But please enlighten me."

"An arrogant man will still feel immortal." She lifted her gaze, meeting his. "Even on his deathbed."

"Okay," I jumped in when I saw Luc's head tilt to the side. "Can you two stop trying to out-snark one another so we can eat our sandwiches and soup like normal human beings? That would be great."

"But we're not normal human beings." Luc sent me a long side look. "And I cannot be out-snarked, Peaches."

I rolled my eyes. "You know what I mean."

"He's right, though." She scrubbed at a spot on the island only she could see. "None of this is normal. It's not going to be."

Frowning at her, I had to admit she had a point. Nothing was the same from the moment Luc entered—actually, reentered—my life. Everything had changed. My entire world had imploded the moment I realized just about everything about me was a total lie. "But I need normal right now. Like really, badly need normal right now."

Luc's jaw clamped shut as he returned to staring at his sandwich, his shoulders unnaturally tense.

"There's only one way you’re going to get normal back in your life, honey," she said, and I flinched at the endearment. It was something she always called me. Honey. But now knowing she’d only been in my life these last four years made the simple, sweet word seem…wrong. Unreal, even. "You want normal? Cut this one out of your life."

I dropped my sandwich, shocked that she would say that, not just in front of Luc, but that she would say that in general.

Luc's head shot up. "You already took her from me once. That’s not going to happen again."

"I didn't take her from you," she shot back. "I saved her."

"And for what, Colonel Dasher?" Luc’s smile was razor sharp. "To give yourself the daughter you lost? To have something you knew you could hold over my head?"

My heart squeezed painfully in my chest. "Luc—"

The dishcloth wrinkled under Mom’s fingers as her hand balled into a fist. "You think you know everything—"

"I know enough." His voice was too soft, too even. "And it's best you don't forget that."

Afficher en entier

— Hé, fit Luc.

Je m’arrachai à mes pensées et tournai la tête vers lui.

— Oui ?

— Tu es magicienne ?

— Quoi ?

Je ris avant de jeter un oeil à l’écran. Shane se tenait sur le bord d’une route plongée dans l’obscurité près de Point Pleasant en Virginie-Occidentale et poussait de grands cris d’animaux.

— Quand je te regarde, tout le reste disparaît.

— Oh, mon Dieu, soufflai-je en levant les yeux au ciel.

— Que quelqu’un appelle la police !

Je me mordis les lèvres.

— Être aussi sexy que moi, euh, que toi, devrait être illégal. Être aussi belle, également.

Je ris doucement et m’allongeai sur le dos. Luc avait les pires techniques de drague du monde, mais rien ne m’amusait plus que ses entrées en matière ridicules.

— Tu fais pitié.

— J’en ai une autre ! Elle est mieux, tu vas voir. (Il s’allongea. On avait tous les deux la tête posée sur un oreiller.) Ton père était un extraterrestre ?

— Je ne veux même pas savoir où tu veux en venir.

— Parce que tu es unique sur Terre.

— Au secours. Arrête.

— Jamais. (Il marqua une brève pause.) Tu es un manège ? Parce que tu me fais tourner la tête.

— Et toi, tu es irrécupérable.

Il s’approcha. Nos lèvres n’étaient plus qu’à quelques centimètres.

— Mais quand je ne suis pas là, je te manque.

Je fermai les yeux et poussai un petit soupir. Effectivement, ses tee-shirts ridicules aux messages improbables me manquaient. Son don pour m’agacer, puis me faire éclater de rire la seconde d’après aussi. Son sempiternel sourire en coin mystérieux me manquait également. Quand il souriait ainsi, on aurait dit qu’il connaissait tous les secrets de l’univers. J’aimais la façon dont il venait frapper à ma fenêtre sans prévenir avec une cannette de Coca bien fraîche à la main. J’aimais qu’il ait parfois du mal à détourner les yeux de moi. Et j’aimais la façon dont il me regardait, car personne, surtout pas Brandon, ne me regardait comme si j’étais la personne la plus importante à ses yeux. J’aimais…

— Tu me manques quand tu n’es pas avec moi, Pêche.

Même ce surnom idiot me manquait.

Je pris une légère inspiration et rouvris les yeux. Les siens étaient fermés. Ses cils épais caressaient le haut de ses pommettes.

— Tu me manques aussi.

Afficher en entier

Dans sa paume était posé un pendentif noir long et brillant taillé en pointe. Il était accroché à une chaîne en argent.

— C’est de l’obsidienne. Tu te souviens de ses propriétés ?

— Oui. C’est mortel pour les Arums.

— Encore une fois, je ne sais pas si ça fonctionnera pour Spoiler(cliquez pour révéler)April, mais j’aimerais que tu le portes à toute heure du jour et de la nuit. Même sous la douche.

Il souleva le collier. Le coeur battant la chamade, je me penchai en avant.

Il l’accrocha derrière ma nuque. Ses doigts effleurèrent ma peau nue.

— D’accord ?

— D’accord.

Je soulevai le morceau d’obsidienne. Le pendentif n’était pas aussi lourd que je l’avais pensé. La pierre volcanique mesurait environ cinq centimètres de long et la chaîne délicate en argent venait s’enrouler autour.

— Ça suffit à arrêter un Arum ? J’imaginais un truc… plus gros et plus long.

— C’est ce qu’elles disent toutes.

Je relevai la tête pour lui adresser un regard noir.

— T’es sérieux, là ?

— Tu m’as tendu la perche, fit-il avec un sourire moqueur.

Afficher en entier

Je sortis dans le couloir avec Luc et on se dirigea vers la porte de la cage d’escalier. À l’instant où Grayson ouvrit la bouche, je sus qu’il allait se montrer désagréable. Luc aussi, car il le devança :

— Elle nous accompagne parce qu’elle en a exprimé l’envie.

Le ton de Luc ne laissait pas la place à la discussion. Je résistai à l’envie de tirer la langue à Grayson.

— Comment va-t-elle ?

Dawson nous observait avec curiosité. Avec ses longues jambes, il suivait aisément le rythme rapide de Luc, qui s’engagea dans l’escalier.

— Elle est consciente, mais je ne suis pas certain que ce soit une bonne chose.

— Tu ne peux pas marcher plus vite ? me demanda Grayson, derrière moi, d’une voix agacée. Tu es pire qu’une tortue à trois pattes.

Un rictus déforma mes lèvres. On aurait dit qu’il s’adressait à un cafard mutant rampant par terre.

— Rien ne t’empêche d’avancer devant moi.

— Je ne fais pas assez confiance pour te tourner le dos.

Je m’esclaffai.

— Qu’est-ce que je pourrais bien te faire ?

— Tout est possible, rétorqua-t-il.

— Gray ? intervint Luc quelques marches plus bas.

— Oui ?

— La ferme.

Grayson marmonna dans sa barbe, avant de dire, plus fort :

— Je ne suis pas certain que tu veuilles qu’elle voie ça, c’est tout.

— Voir quoi ?

Je me tins à la rambarde en arrivant à un palier. Grayson était toujours derrière moi. Quelque chose me disait qu’un énorme débat intérieur se jouait en lui : devait-il ou non me pousser dans l’escalier ?

Afficher en entier

Je me contentai de taper :

Je sors dans vingt minutes.

Une succession de messages s’afficha alors sur mon portable :

C’est long.

Qu’est-ce que je vais faire pendant vingt minutes ?

Je risque de me faire enlever.

Tant de gens ont besoin de moi.

Tant de gens me désirent.

C’est dur d’être moi.

Tellement.

Dur.

Seigneur. Luc était irrécupérable.

Afficher en entier

“There are people out there who are so controlled by their hate and their fear that they will not think twice before harming someone in the name of whatever they believe in. Even people you thought you knew.”

Afficher en entier

'' You're the Burning Shadow and he's the Darkest Star, and together, you will bring about the brightest night. ''

Afficher en entier

Luc alluma le moteur, puis se tourna vers moi en se mordant la lèvre.

- Tu es prête à recevoir ta surprise ?

Je hochai la tête.

Luc me tendit la boîte.

- Fais attention.

La boîte n'était pas légère, mais pas vraiment lourde non plus. Je la posai sur mes genoux. À l'intérieur, rien ne remua. Je me tournai vers Luc.

- Qu'est-ce qu'il y a, là-dedans ?

- Si je te le dis, il n'y a plus de surprise. (Il démarra et sortit de la place de parking.) Ouvre-la.

Tout en restant sur mes gardes, je glissai les doigts sous le ruban satiné rouge et le retirai. Me préparant au pire, je soulevai le couvercle. Je m'attendais presque à ce que quelque chose me saute au visage.

La réalité était tout autre.

J'ouvris la bouche...

Puis je la refermai

Un grand éclat de rire remonta le long de ma gorge. Je n'en croyais pas mes yeux.

- Il s'apelle Diesel, me dit Luc en prenant à droite à la sortie du parking. Il aime les câlins.

- Luc, c'est un...

Je m'esclaffai encore une fois en secouant la tête.

C'était un caillou.

Une pierre ovale de la taille d'une main était posée sur un tas de coton. Ce n'était pas une pierre classique. Elle avait un visage. un visage dessiné au marqueur noir. Deux yeux ronds avec des iris violets. Des sourcils. Un nez en angle aigu. Un grand sourire. Il y avait également un éclair dessiné au-dessus de son sourcil droit.

- C'est un caillou, Luc, dis-je en tournant la tête vers lui.

- Il s'appelle Diesel. Ne le juge pas d'après son apparence.

Parfois, j'avais du mal à le suivre.

- Voldemort a essayé de le tuer ?

- Peut-être bien. (Il m'adressa de nouveau un sourire en coin.) Il a eu une vie intéressante.

Je secouai lentement la tête.

- Tu m'as obligée à partir du lycée pour me donner une pierre ?

- Pêche... C'est une pierre de compagnie ! Et je ne t'ai pas mis le couteau sous la gorge.

Je le regardai, sans voix. Je ne me rappelais pas avoir jamais entendu le terme "pierre de compagnie" de ma vie.

- Où est-ce que j'étais censé le garder pendant que j'attendais que tu sortes de cours ? demanda-t-il. Le trajet jusqu'au lycée l'a déjà traumatisé. Je suis allé trop vite pour lui.

- Je ne sais même pas quoi te dire, marmonnai-je. (Diesel, la pierre de compagnie, me sourit.) Merci ?

- Mais de rien !

Je clignai les yeux tout en examinant le caillou sur mes genoux. Je réprimai un sourire idiot. La situation était tellement ridicule qu'elle en devenait incroyable.

Afficher en entier

- On aurait dit un humain. Il dégageait des ondes d'humain, en tout cas, poursuivit Dawson en me regardant en coin. On l'a croisé sur une aire d'autoroute. Archer devait aller aux toilettes.

- Parce qu'il a la vessie d'un gamin de deux an, marmonna Daemon.

Afficher en entier

- Venez. Vous devez être fatigués et affamés, dit Kat. Je vais vous conduire à la maison que nous avons préparée pour vous.

- Je m'en occupe, proposa Dee. Daemon, va la mettre au lit avant qu'elle accouche ici et traumatise tout le monde.

Kat se tourna lentement vers elle.

- Je me fais du soucis pour toi, c'est tout.

- C'est cela, oui, murmura Kat.

- Parfait, intervint Daemon en éloignant sa femme. Je vais coucher Kat.

-Avec, tu veux dire ? On ne veut pas savoir ce que vous faites, rétorqua Dee. Trop d'informations.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode