Livres
554 939
Membres
600 193

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Just put it in your mouth already."

Blinking rapidly, I lifted my gaze from the steaming bowl of tomato soup to where my mom stood.

That was a string of words I sort of never wanted to hear come out of her mouth ever again.

Her blonde hair was smoothed back into a short, neat ponytail and her white blouse was impressively wrinkle free. She wasn't so much staring as she was glaring from where she stood on the other side of the island.

"Well," came the deep voice from beside me. "Now I feel super uncomfortable."

The woman I'd believed to be my birth mother up until a few days ago appeared remarkably calm despite the fact that the dining room was still in shambles from the epic death match that had taken place less than twenty-four hours ago. This woman did not tolerate disorganization of any kind. However, the taut corners of her lips told me she was seconds from becoming Colonel Sylvia Dasher and it had nothing to do with the broken dining table or the shattered window upstairs.

"You wanted grilled cheese and tomato soup," she said, punctuating each food item as if they were a newly discovered disease. "I made it for you, and all you've done is sit and stare at them."

That was true.

"I was thinking." There was an elaborate pause. "That getting you to make me grilled cheese and tomato soup was too easy."

She smiled tightly, but it didn’t reach her eyes—eyes that were brown only because she wore specially designed contacts that blocked the Retinal Alien Check—RAC—drones. Her real eyes were a vibrant blue. I'd only seen them once. "Are you worried that the soup is poisoned?"

My eyes widened as I lowered the perfectly toasted, buttered bread and melted cheesy goodness to my plate.

"Now that you mention it, I'm worried there’s arsenic or maybe some random, leftover Daedalus serum in it. I mean, I feel like you can never be too sure."

Slowly, I looked at the boy sitting next to me on a stool. Boy wasn't exactly the right word to use to describe him. Neither was human. He was an Origin, something other than Luxen and human.

Luc.

Three letters, no last name, and pronounced like 'Luke,' he was an utter enigma to me, and he was…well, he was special and he knew it.

"Your food is not poisoned," I told him, inhaling deeply as I tried to interject some common sense into this rapidly deteriorating conversation. The nearby candle, one that reminded me of pumpkin spice, almost overwhelmed his unique, outdoorsy scent that reminded of pine needles and fresh air.

"I don't know about that, Peaches." Luc’s full lips curved into a half smile. Lips that I had recently become well-familiar with. Lips that were as completely distracting as the rest of him. "I think Sylvia would love nothing more than to get rid of me."

"Is it that obvious?" she replied, her thin, fake smile narrowing even further. "I always thought I had a rather good poker face."

"I doubt you could ever successfully hide your rampant dislike of me." Luc leaned back, crossing his arms over his broad chest. "I mean, the first time I came here, all those years ago, you pointed a pistol at me, and the last time I came here, you threatened me with a shotgun. So, I think you've made it pretty clear."

"We could always go for a third time," she snapped, her fingers splaying across the cool granite. "Third time's a charm, right?"

Luc's chin dipped and those thick lashes lowered, shielding astonishingly jewel-tone eyes. Amethyst. The color wasn’t the only thing that gave away the fact that he was rocking more than homosapien DNA. The fuzzy black line surrounding his irises was also a good indication that there was only a little bit of human in him. "There won't be a third time, Sylvia."

Oh dear.

Things were…well, awkward between her and Luc.

They had a messy history that had everything to do with who I used to be, but I'd thought the whole grilled cheese and tomato soup thing was her waving a white flag—a weird offering of truce, but an offering nonetheless. Obviously, I'd been wrong. From the moment Luc and I had walked into the kitchen, things had gone downhill fast between the two of them.

"I wouldn't be too sure of that," she remarked, picking up a dishcloth. "You know what they say about the arrogant man."

"No, I don't." Luc dropped his elbow to the island and plopped his chin onto his fist. "But please enlighten me."

"An arrogant man will still feel immortal." She lifted her gaze, meeting his. "Even on his deathbed."

"Okay," I jumped in when I saw Luc's head tilt to the side. "Can you two stop trying to out-snark one another so we can eat our sandwiches and soup like normal human beings? That would be great."

"But we're not normal human beings." Luc sent me a long side look. "And I cannot be out-snarked, Peaches."

I rolled my eyes. "You know what I mean."

"He's right, though." She scrubbed at a spot on the island only she could see. "None of this is normal. It's not going to be."

Frowning at her, I had to admit she had a point. Nothing was the same from the moment Luc entered—actually, reentered—my life. Everything had changed. My entire world had imploded the moment I realized just about everything about me was a total lie. "But I need normal right now. Like really, badly need normal right now."

Luc's jaw clamped shut as he returned to staring at his sandwich, his shoulders unnaturally tense.

"There's only one way you’re going to get normal back in your life, honey," she said, and I flinched at the endearment. It was something she always called me. Honey. But now knowing she’d only been in my life these last four years made the simple, sweet word seem…wrong. Unreal, even. "You want normal? Cut this one out of your life."

I dropped my sandwich, shocked that she would say that, not just in front of Luc, but that she would say that in general.

Luc's head shot up. "You already took her from me once. That’s not going to happen again."

"I didn't take her from you," she shot back. "I saved her."

"And for what, Colonel Dasher?" Luc’s smile was razor sharp. "To give yourself the daughter you lost? To have something you knew you could hold over my head?"

My heart squeezed painfully in my chest. "Luc—"

The dishcloth wrinkled under Mom’s fingers as her hand balled into a fist. "You think you know everything—"

"I know enough." His voice was too soft, too even. "And it's best you don't forget that."

Afficher en entier

- Venez. Vous devez être fatigués et affamés, dit Kat. Je vais vous conduire à la maison que nous avons préparée pour vous.

- Je m'en occupe, proposa Dee. Daemon, va la mettre au lit avant qu'elle accouche ici et traumatise tout le monde.

Kat se tourna lentement vers elle.

- Je me fais du soucis pour toi, c'est tout.

- C'est cela, oui, murmura Kat.

- Parfait, intervint Daemon en éloignant sa femme. Je vais coucher Kat.

-Avec, tu veux dire ? On ne veut pas savoir ce que vous faites, rétorqua Dee. Trop d'informations.

Afficher en entier

— Hé, fit Luc.

Je m’arrachai à mes pensées et tournai la tête vers lui.

— Oui ?

— Tu es magicienne ?

— Quoi ?

Je ris avant de jeter un oeil à l’écran. Shane se tenait sur le bord d’une route plongée dans l’obscurité près de Point Pleasant en Virginie-Occidentale et poussait de grands cris d’animaux.

— Quand je te regarde, tout le reste disparaît.

— Oh, mon Dieu, soufflai-je en levant les yeux au ciel.

— Que quelqu’un appelle la police !

Je me mordis les lèvres.

— Être aussi sexy que moi, euh, que toi, devrait être illégal. Être aussi belle, également.

Je ris doucement et m’allongeai sur le dos. Luc avait les pires techniques de drague du monde, mais rien ne m’amusait plus que ses entrées en matière ridicules.

— Tu fais pitié.

— J’en ai une autre ! Elle est mieux, tu vas voir. (Il s’allongea. On avait tous les deux la tête posée sur un oreiller.) Ton père était un extraterrestre ?

— Je ne veux même pas savoir où tu veux en venir.

— Parce que tu es unique sur Terre.

— Au secours. Arrête.

— Jamais. (Il marqua une brève pause.) Tu es un manège ? Parce que tu me fais tourner la tête.

— Et toi, tu es irrécupérable.

Il s’approcha. Nos lèvres n’étaient plus qu’à quelques centimètres.

— Mais quand je ne suis pas là, je te manque.

Je fermai les yeux et poussai un petit soupir. Effectivement, ses tee-shirts ridicules aux messages improbables me manquaient. Son don pour m’agacer, puis me faire éclater de rire la seconde d’après aussi. Son sempiternel sourire en coin mystérieux me manquait également. Quand il souriait ainsi, on aurait dit qu’il connaissait tous les secrets de l’univers. J’aimais la façon dont il venait frapper à ma fenêtre sans prévenir avec une cannette de Coca bien fraîche à la main. J’aimais qu’il ait parfois du mal à détourner les yeux de moi. Et j’aimais la façon dont il me regardait, car personne, surtout pas Brandon, ne me regardait comme si j’étais la personne la plus importante à ses yeux. J’aimais…

— Tu me manques quand tu n’es pas avec moi, Pêche.

Même ce surnom idiot me manquait.

Je pris une légère inspiration et rouvris les yeux. Les siens étaient fermés. Ses cils épais caressaient le haut de ses pommettes.

— Tu me manques aussi.

Afficher en entier

Les minutes se changèrent en heures. Au bout d’un moment, Zoe s’assoupit. Moi, j’observais Luc et Daemon. Leur… amitié ? me fascinait. J’ignorais comment ils pouvaient se menacer l’un l’autre en se plaquant contre un mur, puis discuter et rire ensemble une seconde plus tard comme s’il ne s’était jamais rien passé.

Afficher en entier

Dans sa paume était posé un pendentif noir long et brillant taillé en pointe. Il était accroché à une chaîne en argent.

— C’est de l’obsidienne. Tu te souviens de ses propriétés ?

— Oui. C’est mortel pour les Arums.

— Encore une fois, je ne sais pas si ça fonctionnera pour Spoiler(cliquez pour révéler)April, mais j’aimerais que tu le portes à toute heure du jour et de la nuit. Même sous la douche.

Il souleva le collier. Le coeur battant la chamade, je me penchai en avant.

Il l’accrocha derrière ma nuque. Ses doigts effleurèrent ma peau nue.

— D’accord ?

— D’accord.

Je soulevai le morceau d’obsidienne. Le pendentif n’était pas aussi lourd que je l’avais pensé. La pierre volcanique mesurait environ cinq centimètres de long et la chaîne délicate en argent venait s’enrouler autour.

— Ça suffit à arrêter un Arum ? J’imaginais un truc… plus gros et plus long.

— C’est ce qu’elles disent toutes.

Je relevai la tête pour lui adresser un regard noir.

— T’es sérieux, là ?

— Tu m’as tendu la perche, fit-il avec un sourire moqueur.

Afficher en entier

- Sympa ton costume, me dit Kent en se laissant tomber dans un fauteuil à coté du canapé.

Il était déguisé, lui aussi. Il portait des collants rayés noir et blanc et un short à froufrous resserré au-dessus des genoux avec des élastiques. Sa chemise blanche avait des manches bouffantes et de gros boutons. De grosses larmes étaient peintes sous ses yeux.

- C'est un mécano, expliqua Luc

J'avais envie de le frapper.

- Je suis un mignon.

- Et tu es adorable ma belle, dit Kent en posant les pieds sur la petite table en verre.

- Et toi ? En quoi est-tu déguisé ?

- Tu ne me reconnais pas ? (Il m'adressa un sourire malicieux qui fit apparaitre la naissance de ses fossettes.)

Je vais te donner un indice.

- D'accord.

Kent se pencha en avant et écarquilla ses yeux marron.

- "On flotte tous en bas !"

- Tu es Grippe-Sou, le clown de Ça !

- Presque. (Il s'écarta, fronça les sourcils et me montra les larmes peintes sur son visage.) Je suis Grippe-Sou version émo.

-Grippe-Sou version émo ? (Je ris tout en le détaillant des pieds à la tête.) Maintenant ça me parait évident. Ça me plait bien. Tu es aussi dingue que la version originale ?

- J'aime penser que je suis la version de Grippe-Sou qui mange des enfants, mais qui le regrette par la suite. Parce que manger des enfants doit donner une sacrée indigestion, mais aussi parce que je suis intolérant au gluten. Je suis sur que les enfants sont bourrés de gluten, expliqua-t-il tandis que Luc l'écoutait en clignant lentement des yeux. Ça doit être fatiguant, tu sais de devoir attirer des enfants dans les égouts pour casser la croute. Et entre deux repas, je déprimerais. Je me plaindrais parce que ma vie est dure et que personne ne me comprend.

Je le dévisageai longuement

- Tu y as beaucoup réfléchi.

- C'est vrai.

- C'en est même flippant, Kent

Son sourire s'élargit et ses fossettes apparurent franchement.

- Je sais.

Afficher en entier

- Et à cause de cette chance, il faudrait oublier tout le reste ? Tout ce qui est arrivé à Sylvia ? A toi ? Est-ce que... (Il soupira.) Ça n'a pas d'importance. Je ne te mérite pas.

Sa conclusion me boulversa. Je me rappelai alors qu'il m'avait déjà dit une chose similaire.

- Comment peux-tu penser ça une seconde ?

- Je ne le pense pas, répondit-il en baissant les yeux. Je le sais.

- Tu as tort. (Je franchis la distance qui nous séparait. Quand je posai les mains contre ses joues, il se crispa.) Tu me mérites. J'aimerais que les drames que nous avons vécu n'aient jamais eu lieu, mais je ne te blâme pas. Je ne te blâmerais jamais, parce que je crois que je t'aime et parce que je ne veux pas que tu regrettes d'être ici avec moi...

Luc s'écarta. Son torse se soulevait rapidement.

- Qu'est ce que tu as dit ?

- J'ai dit que je ne voulais pas que tu regrettes d'être ici avec moi.

- Pas ça. (A présent, ses pupilles étincelaient.) Avant.

Je tentai de me remémorer mes paroles. Je... Oh, mon Dieu. Je lui avais dit que je l'aimais. Ces paroles avaient franchi mes lèvres, alors que je ne me l'étais même pas vraiment avoué à moi-même. Malgré tout, la déclaration m'était venue naturellement.

Car c'était la vérité.

J'étais tombée amoureuse de Luc. J'ignorais quand exactement, sans doute quelque part entre ses techniques de drague toutes faites et les surprises étranges, sans le moindre sens, qu'il m'avait réservées. Peut-être avais-je commencé à l'aimer la première fois qu'il m'avait embrassée dans le placard du Foretoken ou la première fois qu'il m'avait tenu la main.

Ou peut-être avais-je toujours été amoureuse de lui. Parce que, même si j'avais perdu la mémoire, je savais que je l'avais été. Avant.

- Je t'aime, lui dis-je d'une voix tremblante. Je suis amoureuse de toi, Luc.

(...)

Luc réagit si vite que je ne le vis pas bouger. Je m'en rendis seulement compte lorsque je sentis ses lèvres contre les miennes et ses bras autour de ma taille. Son baiser me coupa le souffle et me toucha jusqu'au plus profond de mon âme. Les sensations étaient si intenses que j'eus l'impression d'exploser en éclats, puis de me reconstruire petit à petit.

- J'ai attendu ces mots toute ma vie, dit-il contre ma bouche. (Ses mains glissèrent le long de mon dos.) Je ne les mérite pas, mais je les prends quand même et avec joie, parce que je suis égoïste. Tu ne peux pas les reprendre.

- Je ne ferais jamais ça, hoquetai-je en le sentant me soulever. (Il me porta jusqu'au lit où il s'assit et m'installa sur ses genoux). Et je t'ai déjà dit que tu me méritais.

Il posa les mains contre mes joues. Du bout des doigts, il me caressa les lèvres et la mâchoire. Il m'observa ainsi un long moment avant de presser de nouveau ses lèvres contre les miennes. Ce baiser fut différent du précédent, il charriait un sentiment d'urgence dont je n'avais jamais fait l'expérience. Je me redressai entre ses bras pour poser les mains sur ses épaules. Je les fis ensuite descendre sur son torse musclé, mais Luc me serra contre lui et elles se retrouvèrent prisonnières entre nous. Il y avait une sorte de désespoir, de panique dans la façon dont il m'embrassait. il m'embrassait comme si le temps nous était compté.

Afficher en entier

Dee rit et s’appuya à Archer. Je ne pus m’empêcher de remarquer que ses deux frères lorgnaient Archer comme s’ils avaient envie de le frapper.

Afficher en entier

Les kilomètres me parurent interminables. On traversa des rues désertes et des ranchs abandonnés. On dépassa des piscines qui sentaient la mousse et qui étaient remplies de roseaux ondulant sous la brise.

Je m’attendais presque à ce qu’un chupacabra nous saute dessus.

Luc tourna la tête vers moi en riant.

— Les chupacabras n’existent pas, Pêche.

— Je n’en suis pas si sûre.

— Kat serait d’accord avec toi, dit Daemon devant nous. Elle est persuadée de les entendre hurler la nuit.

— C’est sans doute un chien, fit remarquer Luc.

— Ou un coyote, ajouta Zoe. Il doit y en avoir dans le coin.

J’ouvris de grands yeux, pas très rassurée.

— J’espère qu’ils sont gentils, au moins.

Afficher en entier

— Quoi ? (L’inquiétude explosa en moi.) Vous allez la chercher ? J’ai vu de quoi elle était capable, Zoe !

— Pour info, on ne va pas se battre avec elle, intervint Grayson. Même si je sais que tu te moques bien que je me fasse tuer ou non.

Je lui adressai un regard agacé, mais il avait raison.

— Elle a passé le bras à travers l’épaule d’Heidi…

— Eh bien, je passerai le mien à travers sa poitrine, me coupa Zoe avec un sourire moqueur. On ne compte pas se battre, mais si je m’approche de trop près et la tue par accident… Oups.

— Vous ne savez même pas ce qu’elle est ! insistai-je. Spoiler(cliquez pour révéler)April n’est ni une Luxen, ni une Arum, ni une hybride, ni une Origine, ni une licorne. Elle est quelque chose que Luc n’a encore jamais vu.

— C’est vrai ? s’enquit Grayson en regardant longuement Luc. Ce serait bien la première fois.

Luc eut un sourire en coin.

— Ça arrive aux meilleurs.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode