Livres
482 747
Membres
469 813

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Oscar senti un cri monter des profondeurs de son âme.

- SASHA !

Il s'élança dans la montée, aveuglé par la douleur, atteignit le sommet et se jeta aux pied de la fille inanimée. Il la retourna: son visage, exsangue, scarifié par les pierres et couver de terre, était d'une beauté bouleversante. Il se pencha sur elle; elle ne respirait plus. Il posa les mains dur son coeur et ses doigts s'enfoncèrent à travers son enveloppe corporelle. Un halo lumineux naquit du Médicus Penetrans et se transmit à Sasha, qui tressaillit, puis se cambra violemment. Oscar retira ses mains et le corps retomba. Étourdi, épuisé par le transfert d'énergie, il se redressa et colla son oreille à la poitrine de Sasha: le coeur n'était pas reparti. il releva la tête, submergé par le chagrin.

Devant lui, Bates, le regard exorbité, dirigeait une paume tremblante vers son visage.

- Tu as tué mon père, et maintenant elle !

Pour la première fois, oscar discerna chez Bates de la souffrance derrière la rage.

- c'est moi que tu visais à travers elle, hein ? Tu t'es planté, Pill, je suis vivant, moi, et toi tu vas crever. Regarde-moi, je veux que tu me regardes quand je vais te tuer !

Oscar le dévisagea. ce type était incapable d'éprouver un sentiment amoureux. il était envahi par l'égo et la haine, rien d'autre. Bientôt, il aurait oublié la mort de Sasha. D'une main, il leva sa cape et de l'autre, brandit son pendentif. Une nuée argentée s'en échappa et enveloppa Bates. Le gans noir s'enflamma et Bates le retira en hurlant. Sur sa paume, le P incrusté dans la chair fumait comme attaqué par de l'acide. Bates s'effondra, inconscient.

Oscar se releva, animé d'une colère froide, et tendit sa Lettre vers son ennemi à terre. Il n'entendit plus Violette, tout près de lui, ni la voix puissante de Mr Brave ou celle de Mrs Withers. Il était ailleurs, avec sa peine et un intense, irrépressible besoin de vengeance. Une voix faible s'éleva derrière lui.

- Non, Oscar...

Oscar s'agenouilla devant Sasha. Il la prit dans ses bras avec une infinie douceur. Elle ouvrit ses grands yeux noirs. Sa main se leva pour toucher le visage d'Oscar, en vain, et retomba.

- Tu es vivante, murmura-t-il en la serrant contre lui.

Pour la première fois de sa vie, il lui semblait trouver un sens et une utilité à ses pouvoirs. Pour ce regard ressuscité, il aurait tout accepté, même les pires tournants de son destin de Médicus.

- Ne gâche pas ce miracle en le tuant, souffla Sasha.

- Tu l'aimes ? demanda Oscar. Dit-le-moi. Je l'épargnerai, et... et je t'oublierai.

Cette fois, Sasha parvint à effleurer la joue du jeune homme. Il ferma les yeux.

C'est parce que je t'aime que tu dois l'épargner, répondit-elle. Regarde tous ces murs entre nous, Oscar... Il n'y a que des obstacles.

- Je serais près de toi et les ferais tomber un à un. Tu ne risques rien. Cette fois, je ne te laisserai pas partir.

Elle tourna péniblement la tête vers les Médicus.

- Tu te trompes. Ils n'attendent q'une chose: une victime expiatoire. Un Pathologus qui paiera pour les autres. Comme toi tu paieras pour tous les Médicus si le Prince Noir te capture.

- Je suis fort, regarde, dit-il en montrant le liseré argenté de sa cape, plus fort de jour en jour. Tu seras en sécurité je ne laisserai personne toucher à un de tes cheveux, même pas Brave.

- C'est ça que tu veux ? Qu'on dise de toi ce qu'on a dit de ton père: qu'il était l'allié secret du Prince Noir ?

Elle chercha Bates du regard: il avait repris conscience et se redressait en gémissant.

- Su tu veux qu'on ait une chance de se retrouver Oscar, laisse-le m'emmener.

Oscar secoua la tête.

- Pas cette fois, je t'en pris. Sasha, reste avec moi. On doit essayer, on le doit.

Elle passa ses mains autour de son cou, elle l'attira à elle et ils échangèrent un long baiser. Un goût amer de sang et de larmes, celui du dernier baiser, envahi la bouche d'Oscar. Il éloigna ses lèvres de celles de Sasha. Cette fois, le visage de la jeune fille n'était ni froid, ni distant, il portait l'espoir en l'avenir. Une souffrance infinie monta en lui en même temps que la résignation, elle avait raison. Un jour, plus tard, il y aurait de la place pour quelque chose de plus intense, de plus durable. Un sentiment d'apaisement fugace vint alors adoucir la plaie vive de son coeur.

Il serra Sasha contre lui, il aurait voulu ne faire qu'un avec elle. sa main glissa sous le tissu pour sentir le contact de sa peau, pour que ses doigts s'en souviennent. Il embrassa son front, ses paupière, son cou, inspira profondément pour s'imprégner de son odeur, de son âme.

Afficher en entier

Chapitre 33, p 287-288

Violette fit une nouvelle tentative, en vain, et leva la tête. Au-dessus d'elle, le ciel bleu dessinait une ligne éclatante entre les deux parois du canyon.

-Regardez comme c'est beau, dit-elle, transportée.

On dirait une œuvre d'art - c'en est une, en quelque sorte, non ?

Vous croyez qu'on a le droit d'y ajouter une touche personnelle ? demanda la jeune fille avec un sourire gêné.

Intriguée, Mrs Lumpini acquiesça. Violette brandit son pendentif, ravie. D'un mouvement, elle fit naître un souffle très haut dans le ciel, est des nuages apparurent, tâches laiteuses sur le bleu azur. Ses doigts bougèrent imperceptiblement la Lettre, et les masses cotonneuses changèrent de forme, obéissant aux souhaits esthétiques de la jeune fille.

La comtesse contempla le spectacle, stupéfaite.

Ainsi, ce n'était pas une légende extraite de la mythologie des Médicus : les Trans-Universels avaient bien le pouvoir de maîtriser les éléments de la nature, et Violette le prouvait de la plus belle des façons.

[...] - Vous aimez ? demanda Violette, inquiète.

- Bien plus que tu ne l'imagines, ma chère, murmura Mrs Lumpini sans quitter le prodiges des yeux. C'est ... Divin. Tout simplement divin.

-Oh, je suis heureuse que cela vous plaise ! Je dessine souvent dans le ciel, j'écris avec les nuages des mots que Barth peut lire de chez lui. Puis je les efface avec mon pendentif. C'est pratique et c'est tellement plus joli qu'un email ... ♥

Oscar Pill 4éme Tome : L'Allié des Ténèbres .. En espérant que ce passage plaira.

Afficher en entier

Aussi curieux que cela puisse te paraître, Oscar Pill, le monde peut se passer de toi. Et toi de ton quatrième Trophée. Tu n'iras pas.

Afficher en entier

– Vous avez de la chance, votre mauvaise foi n’a d’égal que l’affection que je vous porte.

Elle lui prit le bras et s’y reposa, soulagée.

– Winston, Oscar Pill est un Médicus Penetrans. Vous rendez-vous compte ? De quand date le dernier ?

– Deux siècles, il me semble.

– Qu’est-ce que c’est ?

Mrs Withers et Winston Brave se retournèrent. Ayden s’était retiré de la foule admirative autour d’Oscar et attendait leur réponse.

– Il possède le pouvoir unique d’entrer dans le corps d’un Médicus comme d’un Pathologus. Le Khan-Cer ne l’a pas dévoré : Oscar est entré en lui. C’est la première intrusion de ce type qui révèle un Penetrans. Ses autres pouvoirs vont émerger, petit à petit… D’ailleurs, il n’est pas le seul à se découvrir des dons exceptionnels, ajouta Mrs Withers avec un sourire. Je dois t’annoncer une… Ayden, je te parle !

Afficher en entier

A l'endroit ou gisait le monstre quelques instants plus tôt ne restait qu'une boule de feu dont l'intensité diminua lentement. En son centre, un jeune homme accroupis, replié sur lui même, était enveloppé dans une cape émeraude moirée dont le bord était cousu d'un fil d'argent scintillant. Il releva la tête. Violette courut vers lui, tomba à genoux et posa ses mains sur ses épaules.

-Oscar, dit-elle tout simplement, radieuse comme si le soleil, la lune et les étoiles lui étaient offerts.

Tout les Médicus s'approchèrent en silence et formèrent un cercle autour d'eux. Seule Mrs Withers, saisie par l'émotion, resta en retrait.

-Un Médicus penetrans, dit-elle pour elle en fermant les yeux.Vitali Pill, merci pour cet héritage secret.

Afficher en entier

p.68-69

Ged s'inclina devant la jeune fille.

-Pour vous servir, mademoiselle.

Violette sourit sans trop savoir comment réagir devant le crâne qu'on lui présentait.

-Oh, ça ira, j'ai un miroir dans ma chambre, merci quand même, cousin Ged.

L'homme se redressa, surpris.

-Je veux dire...j'espère vous êtes utile indépendamment de ma calvitie.

-Ma fille a quelques lacunes, côté formules de politesse, plaisanta Celia en enlaçant Violette.

Afficher en entier

Violette brandit son pendentif, ravie. D'un mouvement, elle fit naître un souffle tres haut dans le ciel, et des nuages apparurent, taches laiteuses sur le bleu azur. Ses doigts bougèrent imperceptiblement sur sa Lettre, et les masses cotonneuses changerent de forme, obeissant aux souhaits esthétiques de la jeune fille.

Afficher en entier

Oscar tourna la tête, lui aussi. Les veines de son cou étaient au bord de la rupture, ses yeux injectés de sang rencontrèrent enfin ceux du grand maître, comme si la distance était abolie. Ses lèvres bougèrent et Winston Brave entendit les mots tel un écho dans son crâne:En les joignant dans ma main, je lie ma lettre à la tienne. Ou qu'elles soient, elles sauront toujours se retrouver. Ne l'oublie pas. Brave porta instinctivement la main à son pendentif. Ces mots, il s'en souvenait parfaitement pour ne les avoir prononcés qu'une seule fois, quatre ans plus tôt, en s'adressant à un tout jeune adolescent. Ce même adolescent était devenu un homme, avec ses forces et ses failles, ses qualités et ses innombrables défaut, et il était ici, devant lui, prêt à mourir dans l'étau d'un Khan-Cer.

NE L'OUBLIE PAS.

Et lui, avait-il oublier la valeur d'un parole, le poid d'une promesse faite à un enfant

Afficher en entier

Un instant plus tard, il leva les yeux et découvrit l’intérieur du dôme, qu’il n’avait pu explorer dans le corps de Noble. Le vent soufflait avec vigueur, d’étranges appareils striaient le ciel et au loin, quarante-six tours semblaient s’envoler selon d’incroyables trajectoires hélicoïdales.

Un battement d’ailes claqua tout près de lui. L’Archange se posa avec grâce.

– Un Trophée exceptionnel pour un Médicus exceptionnel. C’est bien pour cette raison que tu es ici, n’est-ce pas ?

Oscar se tourna vers une tour, plus haute, plus éclatante que toutes les autres. Elle brillait de mille reflets émeraude. L’Archange s’inclina et Oscar le chevaucha en pointant du doigt la tour.

– C’est au-dessus de celle-là qu’il faut m’emmener, dit-il sans hésiter.

Afficher en entier

(échange entre Sasha et Oscar)

- Attache-moi, dit-elle, hors d 'haleine.

- Tu es folle ? Qu'est ce que...

- Fais ce que je te dis. Quand ils me trouveront, ça te laissera quelques instants de répit. Je dirai que tu m'as enlevée.

- Ils ne te croiront pas, tu le sais aussi bien que moi. Viens avec moi. Cette fois, c'est moi qui te protégerai, fais-moi confiance.

- Ne discute pas, dit-elle en tendant les mains. Fais vite, tu perds des secondes précieuses.

Une émotion irrésistible le submergea. Sans chercher à comprendre, il l'attira à lui et posa ses lèvres sur les siennes. Elle caressa son visage, il la serra contre lui de toutes ses forces. Leurs lèvres se séparèrent.

- Viens avec moi, répéta Oscar.

- Tu renierais les tiens pour un baiser ?

- ce n'est pas qu'un baiser, dit-il, blessé.

Elle recula.

- Va t'en, ordonna t-elle froidement. Et si tu veux faire quelque chose pour moi, attache-moi les poignets et serre fort.

Oscar la dévisagea, désemparé. Il saisit enfin la liane et s'exécuta. Il chercha le regard de Sasha: il était lointain, perdu dans la végétation. Il serra brutalement le noeud, elle se mordit la lèvre. Derrière, les voix étaient distinctes. Parmi elles, celle de Bates. Il saisit les mains de la jeune femme, y enfouit son visage. Elle voulut les retirer, il les retint de force et les embrassa.

Lorsque les mercenaires surgirent et la retrouvèrent, elle était seule.

En larmes.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode