Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ostirnae : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Notre-Dame-des-Fleurs Notre-Dame-des-Fleurs
Jean Genet   
Notre-Dame-des-Fleurs fait ici son entrée solennelle par la porte du crime, porte dérobée, qui donne sur un escalier noir mais somptueux. Notre-Dame monte l'escalier, comme l'ont monté bien des assassins, n'importe lequel. Il a seize ans quand il arrive au palier. Il frappe à la porte, puis il attend. Son cœur bat, car il est résolu. Il sait que son destin s'accomplit...

par kaminari
La Métamorphose La Métamorphose
Franz Kafka   
La grande solitude d'un homme son désarroi, ce drame humain ou ce personnage est confiné étouffé par les malheurs de la vie.
Sa transformation nous plonge il est vrai dans un univers fantastique mais c'est un roman sur la vie, ses angoisses, ou notre "héros" est délaissé par sa famille, impossible pour lui de retourner au travail, incapable de communiquer il sombre seul abandonné!!!
Un livre terrifiant de justesse sur la grande peur des hommes : l'abandon!

par rachl
Les enfants terribles Les enfants terribles
Jean Cocteau   
C'est l'histoire de deux enfants inséparables qui évoluent dans la capitale parisienne... Au fil des pages, on rit,on s'émeut, on frémit parfois... mais à la fin, on en ressort bouleversé !
Une histoire d'un lien fraternel conjugué à l'absolu, contée avec fureur et finesse par Jean Cocteau. Le huis-clos dans lequel sont enfermés les personnages est à la fois effrayant et effarant.
C'est une histoire sombre, mais qui met bien en lumière certains aspects de l'amour frère/sœur.
Les amitiés particulières Les amitiés particulières
Roger Peyrefitte   
En 1944, Roger Peyrefitte écrivit « Les amitiés particulières. » Livre qui ne passa pas inaperçu surtout quand il se vit décerné le prix Renaudot. Ce qui fit scandale dans la France catho de l’époque. Ce n’était pourtant pas une première, puisque d’autres bouteilles, avant lui, avaient déjà été jetées à la mer.
Je m’étais toujours promis de lire cet introuvable livre de Roger Peyrefitte. Et si les éditions Textes gays ne l’avaient pas réédité il y a quelques années, je ne l’aurais probablement jamais lu.
Ce qui m’étonna et me consterna en premier fut la pression constamment exercée sur les mômes, par les prêtres, pour leur faire avouer l’inavouable. Cette inquisition, pour savoir ce qui se passait au plus profond de leur cœur, au plus profond de leur lit, jusque dans leur portefeuille aussi, où ils traquaient les moindres photos ou lettres suspectes. C’est traître et révélateur, une photo, ça dit tout...
J’ai adoré certaines répliques comme celle-ci :
— Sache-le, si tu voulais l'ignorer encore, notre amitié s'appelle l'AMOUR.
Je n’avais pas attendu ce livre pour le savoir et je ne pense pas être le seul, mais tous ne l’avoueront pas.
J’ai eu un peu de mal avec la fin du roman. Je sais bien que, dans l’absolu, à moins d’écrire une nouvelle version des « Mémoires d’Outre-tombe », il faut toujours un survivant pour raconter une histoire, mais je n’ai pu m’empêcher de me poser cette question : « Qu’aurais-je fait, au même âge, si celui que j’aimais avait disparu ? » Je n’ai pas de certitude sur le sujet, mais pour le roman, je n’aurais pas été choqué si Georges avait tenté de rejoindre son ami.
Excellent témoignage d’une époque révolue, ce qui ne change pas, c’est cette espèce d’amitié qu’on appelle l’AMOUR.

Le livre blanc : et autres textes Le livre blanc : et autres textes
Jean Cocteau   
" Blanc.
Non signé. Publié sans nom d'auteur. 1928, c'est encore une année d'hétérosexualité triomphante... Le Livre blanc est un texte léger, ludique... Ses images sont tranchantes comme une laine de couteau, pures de ce flou plus confortable qu'artistique, où se complaisent les truqueurs sans talent... Homme de discipline, de rigueur, d'économie, malgré l'apparence du contraire, il faut voir en Cocteau un partisan de l'ordre.
Les règles, il entend les respecter, seul moyen de ne pas se laisser duper par de faux-semblants. En écrivant Le Livre blanc, il a transgressé l'obligation du silence. L'unique réparation possible, c'est de ne pas le signer. Crier son homosexualité sur les toits serait une faute, non contre la morale, mais contre une loi du milieu... Un livre blanc, donc, où ne s'inscriront que des souvenirs, des images, des rêves, indépendants de l'individu qui les a recueillis.
"

par saltanis
L'Importance d'être Constant L'Importance d'être Constant
Oscar Wilde   
" 'L'importance d'être constant'? C'est juste un autre classique..."
Ôtez-vous ça de la tête si c'est l'image que vous avez de quoi que ce soit d'Oscar Wilde. C'est hilarant dans son absurdité, la logique tordue des personnages et la critique généreuse qu'il apporte ainsi de la société Victorienne.

Par contre, un bémol: le titre en français (Constant?.?) et les extraits que j'ai lus sur cette page aussi, ils perdent leur force dans la langue de Molière.
Le Journal d'un fou Le Journal d'un fou
Nicolas Gogol   
Poprichtchine est dément... En plus d'intercepter un dialogue épistolaire entre deux chiens (qu’il avait précédemment entendu discuter), Poprichtchine se proclame roi d’Espagne.
Son désir pour les jeunes filles est son paroxysme avec la douce Sophie, fille de son patron.
Gogol nous entraine dans la chute de ce personnage frustré par son travail, par sa classe social et par cet amour impossible. De rien, il devient roi… De roi, il est considéré comme fou…
Est-ce la folie d’un homme ? Ou une histoire fantastique avec des chiens dotés de parole ?


par Leah
Les aventures de Tom Bombadil Les aventures de Tom Bombadil
John Ronald Reuel Tolkien   
Même si j’ai lu les Seigneur des Anneaux et Bilbo, je ne connais qu’assez peu l’oeuvre de Tolkien. Je n’ai pas lu le Silmarillon et c’est un gros manque dans ma culture. Mais l’occasion s’est présentée, alors j’ai commencé par les Aventures de Tom Bombadil, une vieille édition en bilingue, heureusement car la traduction n’est vraiment pas tip top.

On découvre un petit plus l’univers de la Terre du Milieu grâce aux différents poèmes. Certains restent plutôt obscures ou ne nous apprennent pas grand chose, d’autres sont plutôt plaisants. Quelques uns des vers de ces poésies sont mentionnés en tête de chapitres du Seigneur des Anneaux.

À part à être un fan à toute épreuve de Tolkien et de connaître son univers sur le bout des doigts, ce recueil est agréable à lire, mais n’apporte pas forcément les réponses qu’on aurait aimé trouvé sur Tom Bombadil. Les vers sont en tout cas d’une belle musicalité (à condition de lire en anglais, ce qui grâce à l’édition bilingue peut être accessible même si votre niveau dans cette langue n’est pas excellent).

par heleniah
Alexandre le Grand Alexandre le Grand
Jacques Lacarrière   
Roi de Macédoine à vingt ans, Alexandre conquiert l'empire perse à vingt cinq ans, une partie de l'Inde à trente, avant de mourir à Babylone trois ans plus tard. Épopée fulgurante propre à stimuler les imaginations. Plus tenace que l'histoire, la légende d'Alexandre le Grand s'est installée dans les esprits, véhiculant non seulement la mémoire du réel, mais aussi le merveilleux qu'elle a fait naître. Jacques Lacarrière met en scène le texte écrit en Egypte au IV ème siècle, repris ensuite dans tout le monde médiéval. Il nous invite à suivre une histoire qui se déroule à la façon d'un grand récit initiatique dont le héros n'est pas un roi engagé dans l'aventure militaire, mais un conquérant de l'Absolu qui, tel Héraclès, Gilgamesh ou Ulysse, tente d'élucider le monde.

L'Étranger L'Étranger
Albert Camus   
Un livre dérangeant, qu'on aime ou qu'on déteste mais à lire au moins une fois !