Livres
529 018
Membres
549 426

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Ostirnae : Je suis en train de lire

Steam Sailors, Tome 1 : L'Héliotrope Steam Sailors, Tome 1 : L'Héliotrope
Ellie S. Green   
Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

--- Quand un livre me fait de l’œil… ---

J’avais repéré le tome 1 de Steam Sailors quelque temps avant sa sortie, attirée par son univers steampunk et ses pirates du ciel. J’ai donc profité de ma présence à la Foire du Livre de Bruxelles pour me le procurer en avant-première et du mois de la fantasy (challenge organisé par Stéphanie, alias Pikiti Bouquine) pour le dévorer.

À mi-chemin entre Pirates des Caraïbes et Indiana Jones, L’Héliotrope est un condensé d’aventures qui a tout pour plaire aux plus jeunes, mais également aux plus grands. Bref, une franche réussite !

--- Une écriture très visuelle ---

Dès les premières pages, je suis tombée amoureuse de la plume de l’auteure, tandis qu’elle se lançait dans le récit d’une jeune fille de bonne famille malmenée par des pirates sans foi ni loi. Les décors, les personnages, les dialogues : tout prenait vie sous mes yeux.

En outre, E. S. Green propose avec L’Héliotrope un roman tout public. Ainsi, si les adolescents pourront sans mal suivre les aventures de nos héros, les adultes y trouveront également leur content grâce à une multitude de petits détails permettant d’enrichir et l’intrigue et l’univers !

--- J’embarque pour le Haut-Monde dès que possible ! ---

Si la fantasy est mon genre de prédilection, c’est parce que j’aime me plonger dans d’autres univers, tantôt sombres, tantôt lumineux. Celui de Steam Sailors fait indéniablement partie de la première catégorie, en dépit de quelques batailles sanglantes. Et quel régal !

Des navires explorant les cieux, des îles flottantes, des artefacts magiques : voici autant d’éléments que j’ai rencontrés au cours de ma lecture. Le tout est saupoudré d’une touche de steampunk, ce qui n’a fait qu’attiser ma curiosité pour le Haut-Monde et ses secrets !

--- Mais qui n’aime pas les pirates ?! ---

C’est une figure phare en jeunesse, et E. S. Green lui rend hommage. Bien sûr, à bord de L’Héliotrope, pas de jambes de bois, mais des membres mécaniques, ce qui a beaucoup plus de charme, si vous voulez mon avis. Néanmoins, l’essentiel, ce n’est pas l’apparence que revêtent les personnages, mais leur personnalité. L’auteure est en effet parvenue à leur offrir une véritable identité, tout en respectant leur âme de pirate ! Entre l’intrépide Ezekiel, le sage Gareth et le charismatique Théodore, je suis incapable de faire un choix. J’ai adoré apprendre à les connaître et, pour certains d’entre eux, découvrir leur passé.

Je me rends compte à l’instant que les protagonistes sont plus nombreux que cela. Pourtant, je n’ai aucun mal à les distinguer, ni à les visualiser, preuve incontestable que l’écrivaine est parvenue à m’emporter avec elle dans son imaginaire.

--- Une héroïne ordinaire ? Pas si sûr ! ---

Face à ces personnages hauts en couleur, Prudence pourrait s’effacer aux yeux du lecteur, mais il n’en est rien. En premier lieu parce que c’est à ses côtés que nous débutons l’histoire. Loin de rentrer dans le moule, elle prend rapidement son indépendance dans le Bas-Monde et on l’aime pour cela.

Quand elle débarque inopinément à bord de L’Héliotrope, c’est par son regard que l’on découvre la vie de bandit du ciel. Bien que déroutée par tant de changements, elle apprend vite, s’attache progressivement à ses compagnons et adopte peu à peu l’attitude d’un véritable pirate. Voilà donc une jeune fille attachante dont les capacités d’adaptation forcent le respect. Un bel exemple à suivre pour de jeunes lecteurs !

--- Sur la trace des Alchimistes ---

S’agissant de littérature jeunesse, le rythme est assez soutenu et les rebondissements nombreux. Mais ce qui, pour moi, fait le talent d’E. S. Green, c’est l’équilibre sur lequel elle a fondé son intrigue. L’action n’est jamais précipitée, mais l’on ne s’ennuie pas pour autant. Le quotidien à bord du navire trouve facilement sa place dans l’histoire, notamment grâce à des ellipses temporelles maîtrisées. Et, enfin, les révélations tombent toujours à pic.

Ah, et vous ai-je parlé des légères touches d’humour qui n’ont pas manqué de me faire sourire, ce qui constitue un véritable exploit me concernant ? En outre, contrairement à d’autres romans pour adolescents, les événements ne m’ont pas semblé trop rapides ou tirés par les cheveux !

Bon, je l’admets, il y a quand même un hic : ce premier tome s’achève sur un véritable cliffhanger et je n’ai pas la suite sous la main ! Je vais donc devoir patienter pour la dévorer.
2105 Mémoire Interdite 2105 Mémoire Interdite
Anouk Filippini   
https://revesurpapier.blog4ever.com/2105-memoire-interdite-de-anouk-filippini-1

Nous sommes en 2105. Sophia est une jeune Vulnérable sur le point de passer des épreuves basées sur ses capacités intellectuelles. L'adolescente de quinze ans est morte de trouille, d'abord parce qu'elle se lance dans ce grand test sans l'accord de sa mère, mais aussi parce que c'est son avenir qui est en jeu. En effet, si Sophia est Finaliste, un sérum lui permettant de vivre pendant quatre cent ans lui sera injecté et elle deviendra une Lastings, comme sa meilleure amie...



Nous plongeons alors dans un monde futuriste fort intéressant puisque nous sommes confrontés à une société qui n'accorde pas d'importance au passé et à la mémoire des époques antérieures, sous prétexte que l'homme a commis bien trop d'erreurs avant les Grandes Inondations qui ont totalement bouleversé le monde. Nous découvrons une société divisée en deux castes : celles des Vulnérables et des Lastings. Tout cela soulève bien des questionnements et la lecture en ressort alors toute fluide. On veut des réponses et on tourne les pages, toujours plus intrigués.



L'auteure propose une réflexion sur le temps d'une vie, sur ce que l'on décide d'en faire, sur les différents combats menés jusqu'ici dans notre monde, mais aussi sur l'importance du souvenir. Ce sont des thèmes particulièrement intéressants. Et si parfois j'avais envie que tout s'accélère, chaque étape de l'aventure de Sophia a finalement lieu d'être et permet de nouvelles découvertes sur ce monde imparfait.



Seule la romance m'aura laissée quelque peu indifférente mais celle-ci ne prend pas tellement de place dans le récit. L'évolution de Sophia m'a davantage intéressée et si je la trouvais un peu passive au début du roman, j'ai réalisé que je l'avais sous-estimée. Sophia est une adolescente intelligente et pourtant elle ne remet pas le système en question jusqu'à ce que les évènements l'y obligent. Elle a trop longtemps été laissée dans l'ignorance et on sent qu'elle a beaucoup à apprendre sur elle-même, sur les époques antérieures, et j'étais très impatiente de découvrir ce qu'elle allait en tirer.



A mon sens, ce roman est idéal pour faire découvrir la dystopie aux adolescents, en leur offrant dans un même temps, un autre regard sur notre société moderne et nos combats.
Le Trône de fer, Tome 7 : L'Épée de feu Le Trône de fer, Tome 7 : L'Épée de feu
George R. R. Martin   
Se tome se lit comme se mange un arlequin: avec plaisir, mais aussi accompagné d'un goût amer, ici dû aux nombreux rebondissements jamais blanc où noir du récit.
J'ai souhaité ne jamais le finir, tant Daenerys retenait mon attention... Qu'elle Reine elle fait!

par Nelff
Final Fantasy VII : On the way to a smile Final Fantasy VII : On the way to a smile
Kazushige Nojima   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/05/final-fantasy-vii-on-way-to-smile.html

Final Fantasy, qu'est-ce que c'est ? Eh bien tout d'abord je tiens à vous informer que si vous vous posez cette question, ce recueil n'est peut-être pas pour vous. En effet, à mon sens, On the Way to a Smile est un ouvrage plutôt réservé aux fans du jeu, ou à ceux qui en sont un minimum familier. Pour ceux qui lisent tout de même ma chronique en se posant cette question, je vais néanmoins vous faire un petit topo. Final Fantasy c'est une franchise de jeu de rôle se jouant sur console et qui est considérée comme LA référence dans son domaine. Chaque volet de la saga est indépendant des autres et c'est avec son septième opus, Final Fantasy VII, que la franchise a atteint son apogée lors de sa sortie en 1997 sur Playstation 1. Le jeu est d'ailleurs très souvent cité comme le meilleur RPG du genre et le plus abouti en terme d'univers, de personnages et de scénario.

Le recueil On the Way to a Smile nous propose donc de suivre les personnages durant les deux années s'écoulant entre la fin du jeu et le début de Final Fantasy Advent Children, le film animé qui lui a fait suite. Chaque nouvelle se concentre sur un personnage en particulier et c'est donc Denzel, Tifa, Barret, Nanaki, Yuffie et Shinra qui sont les six concernés. Chaque nouvelle est également entrecoupée de petits interludes qui eux concernent Sephiroth et Aerith. Petits interludes permettant de laisser des indices quant aux événements futurs du film. D'ailleurs, si des bases concernant l'univers du jeu sont nécessaires, vous pouvez tout à fait vous lancer dans cette lecture sans avoir vu le film puisque celui-ci se déroule après les nouvelles du recueil... Néanmoins si vous ne l'avez pas vu, ne vous cassez pas la tête à essayer de resituer le personnage de Denzel qui n'était pas dans le jeu mais a bel et bien fait sa première apparition dans le film. Pour le coup si on reste relativement en terrain connu avec les autres, c'est un vrai petit plus que de découvrir un personnage qui ne nous est pas forcément familier.

Au delà de ça, j'ai énormément apprécié de retrouver les personnages du jeu qui m'a tant marquée. Je me souviens lorsque mon frère y jouait et que j'étais encore toute jeune, après quoi j'ai également à l'adolescence essayé de le terminer à mon tour. Je l'ai pas fini, j'avoue, mais j'ai pas terminé les deux volets suivants non plus (mais j'étais pas loin de fini le IX, sachez le !). Néanmoins c'est l'opus de la saga qui m'a laissé le meilleur souvenir, que ce soit en ce qui concerne le scénario ou les personnages. Ce fut donc très agréable de voir leur reconstruction et évolution juste après le jeu, tout en sachant que je savais globalement où j'allais en lisant ce recueil puisque j'ai vu le film il y a plusieurs années de ça. De plus le fait que l'auteur du roman soit également le scénariste du jeu et du film permet de découvrir plusieurs petits détails sans pour autant se poser de questions sur leur véracité. Après tout si le monsieur le dit, c'est que ça doit être vrai.

On the Way to a Smile est donc un recueil de nouvelles qui ne manquera pas de ravir tous les aficionados du jeu dont il est la prolongation. Si la qualité des nouvelles peut sembler inégale, détail principalement du au fait que le style d'écriture est très linéaire, j'ai tout de même apprécié le parti pris d'un point de vue narratif extérieur qui permet de garder un côté scénaristique restant dans l'esprit du jeu. Je pense que si nous avions été dans la configuration du point de vue d'un personnage en particulier la sensation de prolongement du jeu original y aurait été perdue. Je conclurais par un petit mot sur la qualité de l'objet livre en lui-même qui est remarquable. Couverture rigide noire très sobre protégée par une jaquette transparente, le tout agrémenté d'un fil marque-page, bref c'est un vrai objet de collection que propose Lumen à tous les fans de ce mythique RPG !

par Althea
Feu et sang, Tome 1 Feu et sang, Tome 1
George R. R. Martin   
"A song of ice and fire" et moi, c'est une grande histoire d'amour. Tant les livres que la série. Je ne pouvais passer à côté de ce préquel qui décrit la première partie du règne de la dynastie Targaryen.

Nous avons là un livre un petit peu difficile à lire puisque ce n'est pas un roman à proprement parlé. En fait, il ressemble davantage à un livre d'Histoire. Mais comme l'Histoire est bien sûr totalement inventée, sortie tout droit de l'esprit de George R.R. Martin, c'est parfois un petit peu dur à suivre et fastidieux. Il y a certains passages que j'ai eu un peu de mal à retenir et parfois je devais me creuser les méninges pour me rappeler qui était qui.
Mais dans l'ensemble, cette première partie de "Feu et sang" est très sympathique. C'est tellement agréable d'en apprendre davantage sur cet univers que j'adore ! Et une fois de plus, où l'auteur va-t-il chercher tout ça ? Je suis franchement admirative.
Toute l'histoire de la conquête est super intéressante. Voir Westeros à l'époque où c'était encore vraiment sept couronnes. J'ai un petit peu moins accrochée à la partie consacrée à Maegor le cruel et toute la guerre de succession. En revanche, j'ai eu un vrai coup de coeur pour le roi Jaehaerys. J'ai trouvé son histoire d'amour avec Alysanne adorable. Puis je me suis rappelée qu'ils étaient frères et sœurs...Puis je me suis souvenue qu'on était dans GoT alors après tout on s'en fout ^^ Il faut avoir les idées larges pour apprécier cette saga ^^ Et bon, comme l'ont souligné les Septons avec la doctrine de l'Exceptionnalisme, les Targaryen ne sont pas vraiment des gens normaux alors crotte laissez-moi kiffer la love story ^^ J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le destin de chacun de leurs enfants même si tous n'ont pas très bien finis...La petite intrigue autour d'Aerae a pas mal attiré mon attention également. Et après cette lecture, une question me taraude : Les trois œufs de dragons volés par Elissa Farman et qui pour l'instant se trouvent on ne sait où (certainement en possession de la banque de fer) sont-ils les futurs Drogon, Rhaegal et Viserion ?

Vraiment hâte de lire la suite !

par Saturna
Que passe l'hiver Que passe l'hiver
David Bry   
Que Passe L'Hiver. Un titre qui, d'abord, ne m'a pas intrigué. La couverture, en revanche m'a tapé dans l'oeil. Alors j'ai jeté un coup d'oeil au résumé et je me suis dit "pourquoi pas". J'ai donc essayé. Et j'ai bien fait. Vraiment bien fait.

Je ne sais pas par où commencer. Peut-être par le début mais il y a tant de choses à dire, tant de choses à découvrir dans cette histoire.

Commençons par Stig. Stig et son pied bot. Stig cadet infirme du clan de l'Est, du chef Oswald Feyren, de son frère Ewald Feyren. Stig qui est un changeur de forme, et qui possède le don rare de pouvoir voler. Ce don qui le libère de son infirmité et de tout ce que lui inspire sa vie tissée par le Dieu Sombre.

Stig est le personnage principal de cette histoire et je m'y suis énormément attaché. Je le trouve humain, réaliste. Il fait des erreurs, des bêtises, les assume ou non, les regrette ou pas. Il est jeune et insouciant et tout au long de cette terrible histoire (je ne vous cache pas que je ne m'attendais pas à pareil déroulement) il va apprendre contre son gré, ce que sont la peine, la tristesse, la trahison, la solitude, l'amertume, mais aussi l'amitié, la loyauté, et l'amour. Il évolue durant ces quelques jours de solstice, fait des choix qui ne sont pas toujours les bons, et c'est ce qui est vraiment bien dans cette histoire. Elle est cruelle. Terriblement cruelle, où la mort est immuable. J'ai pourquoi espéré, après la mort d'un personnage très intriguant, que non, il n'était pas mort, qu'il avait trouvé quelque chose pour s'en sortir. Je me suis leurrée. Il était bel et bien mort. Ce qui m'a tordu l'estomac. Bien que moins que celui de Stig.

L'univers entier de ce livre m'a fasciné. La Clairière, le Wegg, le Monde Souterrain, Urian le Dieu Sombre, les Ordrains, les clans, les légendes, les poèmes. Du début à la fin je m'y serais cru, sur le haut plateau du Wegg, intégralement vêtu de blanc. Ces arbres qui montent vers la Voûte, les tours des quatre clans, le Pinacle. Le cri de l'aigle au dessus de la clairière, le chant du vent dans les branches des arbres, la douceur des flocons qui tombent, et la rudesse des chutes qui viennent une à une, alourdissant cette fête du solstice. Je trouve que tout cela est rudement bien ficelé. En plus d'avoir une écriture limpide et forte agréable à lire, l'auteur a su créer quelque chose qui tient la route, un univers auquel j'ai cru, l'espace d'une lecture. Un univers qui m'a fasciné autant qu'il fascine Stig. J'ai adoré le découvrir en même temps que lui, lire le chant des Ordrains, imaginer les peintures de la salle des clans. Et espérer avec lui, que tout cela ne se finisse pas de façon dramatique.

Un personnage que j'ai énormément aimé est le roi de la Clairière, Cudwich. Il apparaît peu, ne parle pas beaucoup non plus, mais il dégage quelque chose de surprenant, d'entêtant. Je me suis attachée à lui et j'ai eu peur pour lui. Je ne peux pas en dire plus sur lui car de toute manière, on ne sait pas grand chose. Je trouve seulement que ce personnage à une prestance qui marque.

Il y a d'autres personnages très intéressants dans ce livre. Comme Anastie, la prophétesse du clan de Stig. Elle est énigmatique mais intrigante à la fois. Au début, c'est un peu flou. Ce qu'elle est, son rôle, et qui elle est pour Stig. Mais à force de suivre Stig, je me suis attachée à elle. Différemment qu'à lui, mais elle est un bon personnage.

Il y a aussi Gaid et Johan. Je ne vais pas pouvoir parler de tous les personnages car ça fait beaucoup, mais je relève au moins les plus marquants selon moi. Gaid est une hors-clan des Lugen. Elle est étonnement jolie et dès le début je me suis dit qu'elle était louche. Une fille si jolie et qui tape dans l'oeil du personnage principal ne peut que lui attirer des problèmes. Oui et non. Je n'en dirais pas plus à ce sujet. Quant à Johan, je me suis aussi méfié. Lui fait partie du clan des Oren et est le petit fils de la chef de clan, Dame Sigrune. Il apparaît de façon assez abrupte, avec un discours du style "j'ai vu les fils du destin, et dans certains nous sommes amis, dans d'autres, ennemis". Disons que ça ne m'a pas donné confiance tout de suite en lui. C'est un personnage particulièrement utile à l'intrigue. Plus que Gaid je dirais qui n'a pas été très exploité en tant que telle je trouve.

Parlons de Dame Sigrune justement. C'est un personnage auquel on ne prête pas forcément attention. C'est une vieille dame qui dirige son clan depuis longtemps, qui s'accommode très bien de ses dons et qui reste en arrière plan très longtemps dans l'histoire.
Il y a aussi Dame Theudeusinde qui elle, au contraire de Dame Sigrune, n'inspire aucune confiance. Elle semble manipulatrice et ambitieuse, et elle l'est. Je ne spoile rien, ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Il n'est pas difficile de dire qu'elle est la "méchante" de l'histoire. La vraie difficulté est de le prouver. Et c'est bien ce qui bloque Stig, tout comme son but. Tout est évidemment révélé à la fin de l'histoire et justement, en la lisant, on se rend compte de beaucoup de choses, ce qui me plait énormément.

D'autres personnages intéressants sont Ewald évidemment, et Veland, le pisteur du clan Feyren. Ils ne sont que personnages secondaires mais ont quand même quelque chose à apporter à l'histoire, et c'est ce que je trouve intéressant. Ils ne sont pas là pour le décor mais bel et bien avec un rôle à jouer.

J'ai trouvé très étonnant le fait qu'au final, ce roman se déroule seulement en quelques jours. Ça ne se sent absolument pas. J'ai eu l'impression que des semaines entières se passaient tellement le déroulé du solstice est atroce. Plus l'histoire avance, plus on s'enfonce dans les machinations des "traîtres". Je mets des guillemets à "traîtres" et "méchante" parce qu'au final, on voit le déroulé du côté de Stig, donc pour Stig, on peut employer ces termes. Mais si on passait du côté des "méchants", rien de ce qu'ils ont fait n'est mal. Au contraire même ! Ils le font pour la pérennité de leur clan. Et c'est ce que je trouve rudement bien ! (pas ce qu'ils font, mais ce genre de point de vue).

En ce qui concerne la fin, j'ai été prise au ventre. Elle est intense et recèle des rebondissements jusqu'à la dernière page ! J'ai été très émue, et j'aime l'idée de pouvoir croire en ce que j'ai envie de croire pour l'avenir de Stig et de la Clairière. Je me plais à imaginer ses nouvelles aventures, ses combats, ses doutes, ses difficultés. J'ai aimé cette fin ouverte, et surtout, j'ai aimé le clin d'oeil à Stig à la fin. Très très beau d'ailleurs.

Un petit mot sur la plume de l'auteur. Je l'ai trouvé vraiment très fluide, légère, et un vrai régale à lire. C'est juste, riche en vocabulaire sans que cela ne soit lourd. J'ai eu l'impression que chaque mot était pesé et chaque phrase soigneusement réfléchit. Je suis admirative. J'aime beaucoup l'écriture de David Bry. En y repensant, son histoire sonne presque comme un poème. Comme celui que Stig raconterait à son neveu pour lui parler de son premier solstice d'hiver.

Voilà pour moi. J'ai adoré ce livre. Je l'ai trouvé frustrant de cruauté mais particulièrement poignant. Je le recommande vivement pour les adeptes de la fantasy, il est excellent !

par Kanon

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode