Livres
388 013
Comms
1 360 496
Membres
276 301

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:59:13+02:00

Mikio leva les yeux vers celui qui ne lui avait montré que bonté, prévenance et respect depuis qu’il l’avait rencontré. Si semblable à Akana et si différent à la fois. Une larme perla de ses paupières.

— Vous êtes si gentil.

— Pas gentil, simplement amoureux. Dès que mes yeux ont croisé les tiens, je suis tombé sous ton charme, et je ne me suis plus jamais senti le même depuis ce jour-là. Tu ne peux même pas imaginer à quel point c’était difficile pour moi de te laisser, de savoir que vous vous endormiez ensemble, toi et Akana, qu’il avait la chance de te parler chaque jour, qu’il profitait de ta présence et de ta peau. (Kaori enfouit son visage dans le cou de Mikio et lui caressa la nuque de baisers légers.) J’ai vécu mille tourments, et même si j’essayais de me raisonner, à chaque fois que je te revoyais, je fondais à nouveau pour toi.

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:45:53+02:00

— Oh, non ! s’écria-t-il spontanément.

Rougissant, il avoua même :

— Vous m’avez toujours attiré, je croyais que vous l’aviez remarqué.

— Je n’osais pas y croire. J’en suis heureux. Vois-tu ? Je savais depuis le premier jour où je t’ai rencontré que nous nous appartiendrions un jour.

— Comment ? Comment pouviez-vous en être sûr ?

— Je l’ai senti, c’est tout. Dès que je partais de la demeure de mon frère, je mourrais un peu de devoir t’y laisser. J’ai vécu l’enfer de l’éloignement, mais je serais resté dans l’ombre, si tu ne l’avais pas quitté. Enfin, je crois… ou tout du moins jusqu’à ce que je n’en puisse plus.

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:44:52+02:00

Irrémédiablement amoureux du bel androgyne, Kaori avait pourtant essayé de vaincre cette attirance inexplicable, avant de céder sous l’obsession qui le tenaillait depuis leur premier regard échangé. Sans remords ni regrets, il espérait, qu’après avoir été son amant, Mikio accepterait de réaliser son vœu le plus cher en devenant son concubin.

Ensuite, le dernier et seul obstacle à son futur bonheur serait Akana, et ce ne serait sans doute pas aisé de l’écarter, surtout si celui-ci s’opposait à leur union. Il faudrait qu’ils aient tous deux une franche explication sur ce sujet très prochainement. C’était la première fois de sa vie qu’il était sincèrement épris, et implorait Bouddha pour qu’il n’en soit pas de même pour son frère, sinon la situation serait très délicate. Il contempla une fois encore le visage adoré, et se promit de trouver les mots justes, pour faire comprendre à Akana à quel point il avait besoin de Mikio dans sa vie. Bah, il fallait cesser d’y penser, la confrontation arriverait bien assez tôt. Préférant caresser les longs cheveux bruns étalés sur sa couche, il se contenta ensuite d’apprécier ce doux moment d’intimité partagée. En entendant gronder l’estomac de son jeune amant, il laissa ses réflexions de côté.

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:44:07+02:00

Il cueillit à nouveau les tendres lèvres, et ce ne fut que lorsque leur chaise à porteurs stoppa son avancée, qu’ils interrompirent leurs baisers et leurs caresses ardentes. Le seigneur grogna, impatient de libérer le désir qu’il avait tant contenu pour celui qui avait capturé son cœur depuis la première fois où son regard s’était posé sur lui. Toutefois, ce doux projet serait anéanti, si le jeune homme refusait son offre.

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:42:50+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler)
L’otoko s’immobilisa à la vue du couple en plein ébat. Son beau guerrier embrassait une autre bouche, et caressait une autre peau que la sienne. Sa gorge se noua. Il avait donné son cœur et son esprit à cet homme qui ne voulait hélas que son corps. La jalousie et la colère se mêlèrent en lui. Les regarder partager la même couche ensemble lui était insupportable. Quelque chose alors en lui se brisa. Si auparavant il se serait battu pour lui plaire, Mikio comprit tout à coup qu’Akana ne le rendrait jamais heureux.

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:40:17+02:00

— Vous aurez sans doute reconnu mon fils, Ayato, déclara leur hôtesse en s’adressant à Akana. Il a beaucoup changé depuis la dernière foire de printemps où vous l’avez vu, n’est-ce pas ?

Il fixa son attention sur l’adolescent dont les joues s’empourpraient légèrement sous la profondeur du regard.

— En effet. Tu as bien grandi, Ayato.

Akana ne le regardait déjà plus, ce qu’il voyait surtout était le rapprochement évident des deux garçons. Assis, l’un à côté de l’autre, les tissus de leurs kimonos se touchaient, et cela lui déplaisait fortement. Ses prunelles naviguèrent de l’un à l’autre, cherchant à comprendre la situation devant laquelle, il se trouvait. Ils s’étaient embrassés, lui avait confié Mikio quand il était arrivé à son service, et c’est même pour cette raison, que dame Saïgo s’était rapidement débarrassée de l’otoko. Avaient-ils recommencé ? Ils avaient eu cinq jours pour céder à leur charme respectif. Comment savoir, ce qui s’était passé entre eux ? Mikio persistait à conserver des paupières baissées, et un visage dénué d’expression, ne lui offrant aucune chance de lire en lui la réponse à ses questions.

Akana regretta amèrement de ne pas l’avoir emmené avec lui au palais impérial. Méditant toujours sur les multiples possibilités qui pouvaient faire réagir Mikio, comme il le faisait depuis son arrivée, Akana serra les poings, et parvint à la conclusion que, quelle que soit la raison de cette attitude, il n’était pas question que son amant revienne vivre ici, auprès de ce gamin.

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:38:18+02:00

Au lever du jour, Mikio émergea du sommeil à demi couché sur un torse et bien enfermé dans des bras musclés. Toute la nuit, son maître l’avait honoré, tous deux avaient joui d’innombrables fois. Le corps fourbu, l’otoko n’osa pas bouger de peur de réveiller son seigneur, puis se souvenant qu’il pouvait profiter de ce moment pour le dévisager autant qu’il le désirait, il déplaça lentement sa tête, et le contempla avec délectation à la lueur de l’aube naissante. Mikio avait hâte de découvrir la couleur et l’éclat de ces yeux perpétuellement clos. Il ne se lassait pas d’observer ce beau visage aux traits fins et aristocratiques. Les joues saillantes, le menton volontaire recouvert de l’ombre légère d’une barbe naissante, les cheveux d’un noir corbeau impérial, et cette bouche… hum… oui… cette bouche, dont il adorait les baisers et les ordres qu’elle lui intimait. Même le petit grain de beauté au-dessus de l’œil gauche était une invitation aux baisers. Son guerrier assoupi était un régal à admirer.

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:37:37+02:00

Mikio avait l’estomac noué. Contrairement à son habitude, il mangea du bout des lèvres l’excellent repas qui lui fut servi, tant il était excité et anxieux à la fois. Dans quelques instants, il rejoindrait son maître pour la soirée, et l’absence inexpliquée de Ling au dîner ne faisait qu’accroître sa nervosité. Le jeune otoko trouvait le temps long sans lui, car il aimait écouter les histoires qu’il lui racontait et, surtout, il songea qu’il aurait peut-être pu glaner à nouveau quelques informations utiles sur les préférences, ou inclinations sentimentales de son futur amant. De penser qu’il serait sous peu dans ses bras virils fit naître en lui une légère appréhension. Allait-il se souvenir de tout ce qu’on lui avait enseigné afin de mettre son art de séduction à profit ? Parviendrait-il à plaire à une personne qui ne pouvait le voir ?

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:37:19+02:00

— Décris-toi !

— Je suis petit et mince, j’ai des yeux bruns et des cheveux qui descendent jusqu’à la taille.

Pendant qu’il traçait son portrait en toute modestie, Mikio en profitait pour détailler le visage de celui qui lui faisait face. Le jeune otoko geisha se devait de reconnaître que le seigneur Fujiwara no Akimitsu était le plus bel homme qu’il ait jamais vu. Ses cheveux noir de jais, coiffés en catogan, encadraient un visage à la beauté farouche. Une mâchoire carrée entourait des lèvres bien ourlées, qui contrastaient avec celles plutôt minces qu’il avait l’habitude de remarquer chez les Japonais en général, et il présuma que ses yeux, qu’il s’obstinait à tenir clos, devaient sans aucun doute être noirs comme la nuit. Il ne regretta pas, à ce moment précis, de ne pas être dévisagé à son tour par un regard qu’il devinait perçant. Néanmoins, une interrogation lui vint à l’esprit. Le seigneur Fujiwara no Akimitsu était-il aveugle ?

Afficher en entier
Extrait de Otoko Geisha ajouté par ilovelire 2017-06-15T14:36:42+02:00

Quelle poisse ! pesta-t-il pour lui-même. Ce mauvais temps risquait de ruiner la petite chance qu’il avait d’obtenir une place dans la maison d’un seigneur. S’il avait su, il aurait emporté une étoffe à jeter sur ses épaules, ou au moins, enfilé des tabis afin de protéger ses pieds délicats. En ce mois d’avril, les journées étant habituellement plutôt douces, il ne s’était pas méfié en quittant la demeure où il n’était plus le bienvenu. Il poursuivait donc son chemin, s’abritant quand il le pouvait sous les courtes avancées de toits des petites maisons de ville comprimées les unes contre les autres, ou se serrant régulièrement sur le côté de la chaussée, afin de laisser circuler des pousse-pousse, dont les tireurs lui criaient de s’écarter, lorsqu’ils parvenaient à sa hauteur.

Afficher en entier