Livres
451 158
Membres
396 342

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Je t'aime depuis le jour où je t'ai rencontrée, Sassenach, dit-il doucement. Je t'aimerai toujours. Peu m'importe si tu couches avec toute l'armée anglaise... enfin, non, cela me poserait un sérieux problème, mais je ne cesserai pas de t'aimer.

Afficher en entier

17 Chestnut Street, Philadelphie

Résidence de lord et de lady John Grey

William avait quittè les lieux comme un coup de tonnerre et la maison semblait avoir été frappée par la foudre. Pour ma part, j’avais l’impression d’avoir survécu à un violent orage. J’avais les nerfs en pelote et les cheveux dressés sur la tête.

Jenny Murray était entrée au moment où William sortait. Si ma surprise de la voir était moins brutale que la série de chocs que je venais d’encaisser, je n’en restai pas moins sans voix. Je fixai mon ancienne belle-sœur avec de grands yeux ronds… quoique, en y repensant bien, elle était toujours ma belle-sœur puisque Jamie était toujours vivant. Vivant!

Afficher en entier

Il songea à Rachel et le nœud dans sa gorge se desserra légèrement. Oui, si Rachel était avec lui… Elle était plus jeune que lui, ayant à peine dix-neuf ans, et, étant quakeresse, elle avait des idées très étranges sur les usages du monde. Néanmoins, avec elle à ses côtés, il aurait les deux pieds bien ancrés au sol. Encore fallait-il qu’elle veuille de lui. Il lui restait des choses à lui avouer et la perspective de cette conversation le remplissait d’angoisse.

Afficher en entier

Il se signa puis fouilla dans l’épais terreau meuble autour de lui. Il lui fallait encore des pierres, au cas où un animal viendrait gratter les cairns et en disperserait quelques-unes. Dispersées comme ses pensées, qui erraient sans cesse d’un visage à l’autre. Sa famille, les habitants de Fraser’s Ridge (y retournerait-il un jour?), Brianna. Mon Dieu, Brianna…

Afficher en entier

Essoufflé, il recula de quelques pas et s’essuya le visage. Des insectes tournoyaient autour de lui en sifflant dans ses oreilles, avides de son sang. Ils se gardaient néanmoins de le piquer. Il avait ôté tous ses vêtements, ne conservant que son pagne, et s’était badigeonné le corps de graisse d’ours et de menthe, à l’iroquoise.

Afficher en entier

16 juin 1778

Quelque part en forêt, entre Philadelphie et Valley Forge

Une pierre à la main, Ian Murray contempla le terrain qu’il avait choisi. C’était une petite clairière isolée, située en amont d’un entassement de grands rochers couverts de mousse, à l’ombre des sapins et au pied d’un grand cèdre rouge. Sans être inaccessible, on ne s’y promenait pas par hasard. C’était ici qu’il conduirait sa famille.

Afficher en entier

J’avais posé un rayon dans un pot propre et aspirais le miel avec la très utile seringue pénienne, soigneusement stérilisée avec de l’alcool, en veillant à éviter les fragments de cire et les grains de pollen visibles à l’œil nu. L’instrument ayant été conçu pour irriguer plutôt que pour pénétrer la peau, sa canule effilée se terminait par un bout émoussé; exactement ce qu’il me fallait pour faire tomber du miel au compte-gouttes sur un globe oculaire.

— Je vais lubrifier l’œil de lord John, expliquai-je. Fergus, tu veux bien tenir sa tête, s’il te plaît?

Je posai une main sur le front de John.

— Et toi, Germain, écarte-lui les paupières.

— Je peux rester immobile, grogna John.

— Taisez-vous. Personne ne peut rester immobile quand on lui tripote un œil.

— Vous aviez vos doigts dans mon œil il y a moins d’une heure et je n’ai pas bougé!

— Si, vous vous êtes tortillé, rétorquai-je en m’asseyant sur le tabouret à côté de lui. Ce n’était pas votre faute, c’était plus fort que vous. Maintenant, restez tranquille. Je ne voudrais pas vous crever l’œil accidentellement.

Afficher en entier

Au même moment, Clarence décida d'intervenir et, couchant les oreilles et retroussant les babines, fit claquer ses dents à même pas un pouce du visage du charretier, manquant de lui arracher le nez.

- SALOPERIE DE PUTAIN DE MULE !

Hors de lui, le charretier se rua sur l'animal, planta ses dents dans sa lèvre supérieure et s'accrocha à son cou. Clarence hurla ; les femmes hurlèrent ; Germain hurla.

Personnellement, je ne hurlai pas car je n'avais plus de souffle. Je jouai des coudes dans l'attroupement tout en glissant mes doigts dans la fente de ma jupe pour attraper mon couteau. Juste au moment où je saisissais le manche, une main se posa sur mon épaule et m'arrêta net.

-Permettez, milady.

Fergus passa devant moi, s'approcha de la mêlée hurlante composée du charretier, de la mule et de l'enfant, puis tira un coup avec le pistolet qu'il tenait à la main.

Afficher en entier

Cette idée lui rappela John Grey, heureusement absent de ses pensées depuis plusieurs heures. Jamie le repoussa à nouveau.

- Fiche moi la paix, marmonna-t-il dans sa barbe.

Une seconde idée vint le turlupiner. Si John Grey avait été libéré par les miliciens et qu'il fût déjà de retour à Philadelphie ?

D'un côté, on pouvait compter sur lui pour assurer la sécurité de Claire. De l'autre...

Tant pis. Si, en entrant dans la maison, il trouvait Grey avec Claire, il la prendrait par la main et l'entraînerait ailleurs sans rien dire. A moins que...

- Tu souffres encore des effets du raifort, ami James ? demanda Patience. Tu renifles comme un cheval. Tu veux mon mouchoir ?

Afficher en entier

- Chut, fit-il avant de déposer un baiser dans mes cheveux. Ne t'en fais pas, a nighean. Je veux juste rester allongé ici avec toi dans mes bras et te regarder dormir. Grâce à toi, je me lèverai l'esprit clair... pour faire ce que j'ai à faire.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode