Livres
472 232
Membres
443 958

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Outsphere



Description ajoutée par kymmy38 2019-05-08T13:01:34+02:00

Résumé

Après avoir quitté une Terre mourante du fait des erreurs de nos sociétés, l'Arche, premier vaisseau à coloniser une exoplanète, arrive au bout d'un long voyage de 80 ans. Les colons sortent de leurs caissons cryogéniques et découvrent ce qui doit devenir un nouveau commencement pour l'humanité. Une nouvelle planète, un monde principalement végétal baptisé Eden. Les surprises se cumulent vite : la surface abrite une espèce primitive mais intelligente, des ruines prouvent l'existence de civilisations passées avancées, le système climatique obéit à des règles très particulières. Mais malgré tout cela, la colonisation commence de manière somme toute très classique, avec les traditionnelles oppositions entre militaires, scientifiques, civils. Mais tout change avec l'arrivée d'un nouveau joueur : un second vaisseau spatial arrive, quelques mois seulement après l'Arche. A son bord, des Terriens partis 60 ans plus tard, bénéficiant d'une technologie plus avancée, et eux même fortement modifiés génétiquement. Capables de se synchroniser et de communiquer télépathiquement entre eux, ils sont devenus une espèce fondamentalement collectiviste, que tout oppose aux traditionnels Terriens individualistes de l'Arche. Les deux peuples essaient dans un premier temps de cohabiter et d'apprendre les uns des autres, mais les obstacles rencontrés, le passé de la planète qui s'avère beaucoup plus riche et mystérieux que prévu, vont rapidement augmenter les tensions. Eden représente-t-il un nouvel espoir, ou au contraire la fin d'une civilisation?

"Outsphere" est une saga de science-fiction, qui tout en développant un univers particulièrement fouillé, s'amuse à explorer des questions philosophiques liées d'un côté au transhumanisme, de l'autre aux oppositions entre pensées collectivistes et individualistes.

Afficher en entier

Classement en biblio - 27 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Aryia 2019-07-29T17:23:55+02:00

Olsen scruta, et finit par voir une ombre dans les airs, qui évoluait doucement vers eux. Il fallut du temps pour qu’il puisse enfin identifier la chose. Il s’agissait d’un animal ressemblant très fortement à une raie manta, mais d’une longueur de 50 mètres. L’animal semblait flotter, bien qu’Olsen n’ait pu expliquer comment. Les bords de l’animal ondulaient mais cela ne semblait pas soutenir l’animal. Ces ondulations permettaient probablement à la bête de se diriger. Quant à se maintenir en l’air, après avoir vu plusieurs éclairs la frapper et l’enrober, sans lui faire le moindre dégât, il supposa que le phénomène était magnétique. L’animal était gracieux, et il évoluait lentement.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par TuttiFruttyx 2019-10-01T15:40:13+02:00
Or

Alors que j'avais du mal à entrer dans ce roman de part son grand nombre de personnage, qu'on rencontre tous d'un seul coup et par la mise en place de l'univers un peu lente, j'ai persévéré dans ma lecture et j'en suis très heureuse.

En effet, j'ai un peu eu du mal à accrocher au début. On rencontre les personnages dès leur réveil après un sommeil de... 80 ans !) Et oui, il y a 80 ans, une partie de la population a quitté la Terre en direction d'une planète jugée apte à accueillir la vie humaine (car oui, l'être humain a réussi à rendre la planète bleue inhabitable). On va donc suivre une petite panoplie de personnages, les militaires, les dirigeants politiques et quelques citoyens qui vont tous nous raconter leur colonisation de cette planète. Le groupe de militaire est assez conséquent et j'avoue que cela à légèrement freiné ma lecture car à chaque fois je devais me rappeler que untel était un soldat l'autre était un commandant etc... De plus le décor est complètement tiré de l'imagination de l'auteur ce qui l'oblige à nous le décrire pour qu'on puisse se l'imaginer aussi. Moi qui lis rarement de la "Fantasy", je me suis retrouvée un petit peu freinée dans ma lecture par les descriptions (bien que nécessaires) de l'environnement. De plus on doit laisser le temps à l'histoire de se mettre en place, bien qu'une première péripétie arrive assez rapidement (il se pourrait bien qu'une autre équipe de terriens nouvelle génération mettent leur petit grain de sel dans cette conquête spatiale), il faudra tout de même attendre la deuxième partie du roman, soit la page 70 pour que les choses bougent.

Mais attention, une fois que les 70 premières pages sont lues il devient impossible de lâcher le roman. L'auteur enchaine les péripéties et n'hésitent pas à malmener ses personnages. Ce dernier va exploiter son univers à fond et créer des phénomènes plus qu'originaux qui deviendront des obstacles pour nos colonisateurs.

Autre point super intéressant: l'auteur n'occupe pas seulement l'espace terrestre qu'il a crée. Il va allonger son roman dans l'espace. En effet, certains colons n'éliront pas domicile sur la planète mais resteront dans le vaisseau (à des fins scientifiques, etc...) et ceci sera un réel plus value à l'histoire, surtout lorsqu'on assistera à la cohabitation du premier vaisseau et du deuxième. Cette cohabitation aura aussi lieu sur la planète. Bien que les premiers terriens auront du mal avec cette nouvelle espèce d'être humain aux capacités... surprenantes ils vont être obliger de cohabiter ensemble et cela sera une énorme source de conflit (encore un joli dénoncement de la médiocrité de l'espèce humaine, de la part de l'auteur)

La multitude de personnage qui était pour moi un frein au début va devenir un des plus grands atouts de ce roman. Effectivement, ces nombreux individus vont en voir de toutes les couleurs. Bien qu'il y ai un fil conducteur majeur (la survie d'un maximum d'humain face à ce nouveau milieu), les protagonistes ne feront pas face aux même difficultés et c'est cela qui rend le roman intéressant.

Pour vous donner un léger aperçu de la dure survie de nos personnages, je pourrai vous parler de l'atmosphère très hostile de la planète, des autochtones qui y habitaient en premier ou bien des animaux sauvages bien plus effrayants que sur Terre et je finirai par la rivalité qui va doucement naître entre les terriens du premier vaisseau et ceux du second.

Grand point positif pour l'auteur, il a réussi à nous faire oublier un personnage et le fera réapparaître plus tard dans le roman ce qui a su provoquer chez moi un réel intérêt.

Bien que la fin donnée à cette intrigue principale ne me plaît pas beaucoup (j'aurai en effet imaginé un autre dénouement), je suis impatiente de me procurer le prochain tome car la fin est insoutenable. L'auteur va créer un nouveau problème pour nos occupants qui devront bien prendre un roman entier pour réussir à le résoudre car c'est un problème de taille, encore plus coriace que ce qu'ils ont eu a affronté jusqu'ici.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Opi-Pro 2019-10-01T13:32:52+02:00
Lu aussi

https://loeildopi.wixsite.com/loeildopi/acceuil/outshpère-guy-roger-duvert

Je remercie l’auteur, Guy-Roger Duvert, pour sa patiente ainsi que sa confiance pour ce service-presse.

Nous nous penchons aujourd’hui sur le cas d’Outsphère, un roman de science-fiction, et plus précisément de SpaceOpera. La quatrième de couverture promet une intrigue complète et complexe. Il détaille beaucoup, peut-être même trop, les éléments principaux de l’aventure spatiale. L’on peut trouver cela dommage dans le sens où l’imagination du lecteur, par ce premier contact avec le livre, ne peut pas pleinement s’activer. Les grandes lignes et les rebondissements charnières permettant à l’œuvre d’avancer – comme le peuple vivant sur la planète ou le second vaisseau rejoignant les protagonistes – sont d’ores et déjà évoqués et gâchent un peu l’effet de surprise.

La couverture, quant à elle, est simple mais belle, les couleurs froides étant un choix judicieux pour évoquer les dangers et l’hostilité de la nouvelle planète.

Oustphère conte les péripéties des occupants de l’Arche, un vaisseau spatial qui a quitté la terre il y a 80 ans. Alors qu’il arrive aux abords d’une nouvelle planète, baptisée Eden, chaque membre de l’équipage se prépare à la mission qui les attend, celle qui pourrait sauver l’humanité. À peine sortie de leurs caissons cryogéniques, les colons mettent en place une civilisation ordonnée : il y a les militaires, les scientifiques et les citoyens. Tous ensemble, ils vont devoir se battre contre les dangers extérieurs… et intérieurs.

Si l’on a l’habitude de lire des romans de ce type, on est vite pris par une impression de « déjà-vu ». De nombreux éléments sont des motifs récurrents du genre : la nouvelle planète qui se révèle être dangereuse, la cryogénisation, les conflits entre les colons, la cité sous un dôme de verre, les clones, etc… Néanmoins, Guy-Roger Duvert se démarque par sa précision unique sur certains aspects de son ouvrage. Deux, en particulier.

Dans un premier temps, l’auteur prend le temps de développer des problèmes très divers. Si l’on s’attend à ce que les originaires de la nouvelle planète ne soient pas très accueillants, ou qu’il y ait des frictions entre scientifiques et militaires, on est parfois surpris par l’importance que prennent d’autres conflits. De plus, les sources de tensions s’ajoutent petit à petit ce qui permet de garder une bonne dynamique tout au long du roman. En effet, les héros de l’histoire devront lutter tour à tour – et de manière différente – contre les autochtones d’Eden, l’équipage du deuxième vaisseau, et même contre leurs propres citoyens.

Le deuxième aspect témoignant du travail de l’auteur est celui de la science. Car les colons doivent aussi affronter la planète Eden elle-même, et les risques liés à sa météo, sa faune et sa flore. La présence des chercheurs donne la possibilité à Guy-Roger Duvert d’aborder ses sujets avec beaucoup de clarté, en donnant des détails pertinents et qui plaira sans doute aux fans de sciences.

Ce point positif amène pourtant à de longues descriptions, ajouté à celle des décors, parfois très lourdes. Si les fresques que nous dépeignent l’écrivain sont très visuelles et facilitent l’immersion, leurs densités rendent parfois la lecture indigeste. Les nombreux adverbes et les répétitions vont aussi dans ce sens.

Pour ce qui est des personnages, il est difficile de s’attarder sur chacun d’eux tant, ils sont nombreux. La densité de l’intrigue et les nombreuses figures ne permettent pas aux lecteurs de s’attacher à l’un d’eux. Mais leurs rôles très divers offrent des points de vue diversifiés, une sorte de vision en trois dimensions de ce qui se déroule.

Outsphère est donc un roman de science-fiction qui saura sans doute convaincre les plus attachés au genre. Mise à part une écriture et des descriptions rendant la lecture parfois laborieuse, les chapitres courts et les nombreux rebondissements rythme l’aventure spatiale et donne envie d’embarquer sur l’Arche.

Sarah pour le blog "L'oeil d'Opi"

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LegrimoiredeMorgane 2019-09-15T14:35:17+02:00
Argent

Si j’imaginais un livre devenir un film, ça serait bien celui-là ! Tout d’abord, chapeau à l’auteur. La plume est très bien écrite, l’univers de ce roman est extrêmement travaillé, on ressent véritablement le travail qui a été réalisé en amont. J’ai également bien aimé toutes ces descriptions qui nous plongent véritablement dans l’histoire et nous permettent d’imaginer de manière visuelle à quoi cela pouvait ressembler.

?

Cependant, ce roman est peut-être même un peu trop détaillé pour moi qui ne suis pas habituée à lire de la SF car je me suis un peu perdue parmi tous ces personnages avec des numéros. Selon moi, c’est un roman dont l’univers est tellement travaillé qu’il faut le relire pour bien tout comprendre !

?

En vue de la complexité, les termes et des détails apportés au romans, je le conseillerai plutôt à des gens qui sont habitués à lire ce genre de romans. En effet, à mon plus grand regret je n’ai pas réussit à plonger véritablement dans cet univers, peut-être car ce n’est pas mon genre de prédilection et que je ne lis pas souvent de romans science-fiction (je préfère voir ce genre en film). Pour autant, si vous êtes habitué à lire des romans de science-fiction, vous allez adoré je n’en doute pas !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jonatjackson 2019-09-10T20:17:45+02:00
Or

https://evasionimaginaire.wordpress.com/2019/09/10/outsphere-guy-roger-duvert-un-mass-effect-like-en-auto-edition-good/

Donc, nous possédons ici un livre auto-édité nous proposant un futur peu glorieux pour la Terre et ses habitants, un voyage dans l’espace pour la colonisation d’une nouvelle planète et de partir pour un « nouveau départ ». Les obstacles feront face aux colons de la planète Eden, de plus en plus nombreux et de plus en plus dangereux. Le manque de profondeur psychologique des personnages est compensé par un traitement intéressant de la collectivité des Atlantes, Humains génétiquement modifiés vivant en harmonie avec les leurs par synchronisation. Un background solide et plein de surprises, pas mal d’actions, de découvertes et de questionnements quant à l’attitude à adopter en fonction des événements. Souffrant de quelques faiblesses comme des répétitions, de petites fautes, des facilités scénaristiques ou d’un ensemble un peu convenu, l’expérience de l’auteur en tant que réalisateur permet une belle immersion générale dans son texte et le tout fonctionne sans problème. Une question nous taraude à la fin de la lecture : à quand le tome 2 ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par unpeudelecture 2019-09-05T21:48:55+02:00
Or

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur de m’avoir accordé sa confiance pour ce service presse obtenu via Simplement Pro. De prime abord la couverture m’a rendu curieuse, le résumé m’a emballée, moi friande de ce genre d’histoire… Même s’il existe beaucoup de romans sur le sujet, je me suis laissée tenter, et je n’ai pas été déçue, loin de là… L’auteur nous livre ici un récit d’anticipation qui nous fait nous interroger sur notre comportement et celui de l'espèce humaine en général. Quand la terre se meurt à la suite des nombreuses erreurs de l’humanité, ses occupants décident de coloniser Eden, une planète qui se trouve à plusieurs années de chez eux, qui serait vivable pour les humains… Après 80 ans cryogénisés, les voilà sur cette nouvelle planète, et là où on pourrait croire qu’ils ont compris leurs erreurs, on commence à se remettre en question quand ils découvrent que cette planète est déjà habitée par des êtres primitifs, intelligents… Et encore plus quand de nouveaux arrivants de la terre, des humains bien plus évolués et avec de nouvelles technologies, mais dont le cœur est aussi noir que leurs états d'âmes, font leur arrivée. J’ai trouvé quelques longueurs dans le début de ma lecture, cependant, cela a vite été balayé par l'enchaînement de l’histoire, les péripéties qui se mettent en place et s’enchaînent naturellement. L’auteur arrive à nous plonger dans un suspense qui nous tient en haleine, nous fait nous questionner et essayer d’imaginer les conditions exactes de tout cela… Pour un premier ouvrage, c’est un pari réussi étant donné que je reste sur ma fin et attend avec une impatience non feinte la suite de cette saga… L’univers de la SF est vaste et le sujet exploité peut être encore plus développé, ce que j'espère grandement pour le tome 2… Ce tome 1 est un bon moment de lecture et de dépaysement qui attire le lecteur sur des sujets de société souvent délaissés ou même tabou tels que le respect et la différence, le sacrifice, l’agonie, la maladie, le rapport à l’autorité et bien plus encore… Quand notre planète tombe dans l’agonie, la solution est l’exode, mais coloniser une nouvelle terre est-il vraiment la solution si les mentalités ne changent pas, si, sur ce nouveau monde, nous faisons les mêmes erreurs que par le passé ? Saurons-nous accepter la différence, quelle qu’elle soit, de l’autre pour vivre en harmonie sur une terre qui pourrait être notre salut ? Le point fort de l’auteur est pour moi ses personnages aux intelligences différentes, à la personnalité complexe, à un tout intéressant à découvrir et à comprendre… On a tous le choix et chaque choix apporte sa conséquence ! Serez-vous prêt à accepter les lourdes conséquences que les différents choix peuvent vous apporter ? Si oui, il ne vous reste qu'à plonger dans ce récit qui, page après page, devient de plus en plus prenant et complexe au point qu’il vous englobe et vous laisse palpitant dans l’attente de la suite… À lire !!!

#Ilena

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AntheaLareine 2019-09-01T21:52:54+02:00
Diamant

Un vaisseau, l'Arche, avec à son bord une communauté de Colons fuyant une planète qui se mourait, arrive à destination après 80 ans de voyage. Certains d'entre eux sortent de leurs caissons cryogéniques pour découvrir ce qui doit devenir leur nouvelle demeure : Eden. Commence alors un travail de recherches et d'analyses diverses sur cette nouvelle planète. L'air semble respirable et l'environnement à priori sans danger. Après ces différents constats, une décision est prise, la colonisation peut alors démarrer. Afin de pouvoir accueillir le reste de la communauté, une sphère, comportant laboratoire/chambres/cantina/hôpital... est construite.

Quelques mois plus tard, un vaisseau fait son apparition : l'Utopia. A son bord, des terriens partis de la planète Terre quelques années plus tard que l'Arche. Bien que venant de la même planète, les Atlantes (comme ils se font appelés), se différencient de plusieurs manières. En effet, ces derniers sont en fait des clones, qui, en plus d'avoir diverses capacités, sont plus avancés technologiquement et scientifiquement.

Les colons et les Atlantes décident donc de coloniser ensemble Eden. Une nouvelle vie commence donc pour ces deux communautés, qui enchaînent diverses missions pour en apprendre plus sur leur ''planète d'accueil''.

La cohabitation se fera t-elle sans heurts ? Eden est-elle une planète sans danger ? Ces deux communautés sont-elles les premiers visiteurs ? ... Autant de questions traitées dans ce roman.

Outsphere qui est un planet opera nous entraîne dans un univers aussi incroyable que captivant. Guy-Roger Duvert nous plante un décor futuriste intriguant, que l'on prend plaisir à découvrir en même temps que les personnages. Qui d'ailleurs se font très nombreux, ce qui a pour conséquence, du moins au début, de donner la sensation de s'y perdre. Mais je vous rassure, tout se met en place petit à petit, puisque les protagonistes principaux prennent vite le devant de la scène et sont donc plus facilement mémoriser. L'auteur, grâce à un vocabulaire riche et une écriture fluide, rend le tout agréable à lire. Bien que le début peut paraître un peu long, cela n'enlève rien au plaisir de la lecture, puisqu'il faut bien installé l'histoire ! De part le vocabulaire riche et les nombreuses descriptions (qui a sans doute dû demander un gros travail en amont, notamment en ce qui concerne tout se qui touche le domaine scientifique) il a également réussi le pari de rendre ce monde futuriste complètement plausible. Ce qui n'est pas forcément évident avec le genre SF, là où il faut inventer à la fois un nouveau mode de vie, mais aussi de nouveaux objets et un nouvel environnement.

Outsphere, en plus d'être imaginaire, aborde des questions plus qu'actuelles en mettant en scène des communautés qui ont dû fuir une planète qu'ils n'ont pas su protéger de leurs erreurs (sujet plus qu'actuel). Cela en abordant différents points concernant notre société, qui nous amènent à diverses réflexions. Comment se comporte ces communautés face aux différences des uns et des autres ? Quel rapport entre civils et militaires ? L'individualisme prendra t-il le dessus sur le collectif ? Tant de questions qui nous font réfléchir sur le monde actuel, tout en explorant un nouveau monde.

En conclusion, ce roman de SF nous offre une histoire cohérente et palpitante, qui distrait tout en faisant réfléchir. Malgré quelques longueurs au début du livre (mais qui me semble importantes pour l'installation de l'histoire), je me suis complètement projeté dans l'univers de Guy-Roger Duvert, qui au passage signe ici son premier roman. Plus la fin était proche et plus je me disais qu'il ne restait pas assez de pages pour conclure correctement. Alors quelle surprise de découvrir ''Fin du Tome 1'' en dernière page... Et le cliffhanger final ne fait qu'augmenter mon impatience pour la découverte du Tome 2, dans lequel j'espère y trouver un peu plus d'action, notamment dû à l'environnement direct d'Eden.

Une belle découverte qui présume un Tome 2 intéressant !

Oh et un gros plus pour la couverture du livre qui permet de visualiser parfaitement l'univers de ce roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par OliviaKascel 2019-08-30T11:47:03+02:00
Or

Aujourd’hui, je vous propose mon avis sur le roman Outsphere.

Avec les nombreuses questions actuelles sur le réchauffement climatique ou les guerres par exemple, nombreux sont ceux qui se demandent comment deviendra notre planète dans le futur. Guy-Roger Duvert l’a imaginé, et il est même allé plus loin en se demandant comment l’être humain pourrait conquérir une autre planète. Ferait-il les mêmes erreurs que sur Terre ? Vous avez sa réponse dans ce roman.

C’est un roman très bien décrit et expliqué. Malgré de nombreux décors différents, le lecteur n’est pas perdu et peut pleinement profiter du paysage d’Eden. L’auteur a inventé de nombreuses créatures, plus énigmatiques les unes que les autres et détourne de nombreuses espèces terrestres pour en faire une faune d’exception sur cette nouvelle planète.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce récit, ça me rappelle la série Terra Nova sur certains points, ce qui m’a beaucoup plu. On découvre Eden avec les personnages, on s’interroge, on imagine, tout est fait pour que nous plongeons dans le récit. J’ai eu de nombreuses fois envie de partir moi aussi à la découverte de ces lieux hostiles, tellement l’excitation de certains personnages est transmissible.

L’auteur fait un mélange entre nos croyances et l’imaginaire terrestre comme avec l’Atlantide par exemple. Il y mêle aussi une touche d’enquête policière et d’Histoire en reprenant des choses propres à certains peuples comme les Incas ou les Égyptiens. J’ai beaucoup aimé ces mélanges.

Nous sommes face à de nombreux retournement de situation, des choses auxquels on ne s’attendait pas et qui nous donne envie d’en savoir plus.

En ce qui concerne les personnages, il y en a de très attachants et d’autres vraiment détestables. Il y a deux personnages en particulier (je ne vais pas citer leurs noms les pauvres) que j’avais envie d’étrangler très souvent. J’ai ressenti des émotions très humaines face à ces personnages ce qui montre qu’ils sont très bien construit.

Enfin, je tiens à remercier l’auteur de m’avoir proposé ce service presse qui est une très bonne découverte.

Olivia, Chroniqueuse https://la-plume-lucille.blogspot.com/2019/08/outsphere.html?m=1

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fenkys 2019-08-25T19:19:21+02:00
Or

Outsphere est un planet opéra qui raconte la mise en place d’une colonie humaine sur un monde habitable, mais totalement inconnu et inexploré. Mais il ne limite pas à cela.

Contexte :

La Terre est tellement dégradée que peu de gens croient encore à un possible retour en arrière. Une expédition va donc être envoyée vers une exoplanète. C’est l’opération de la dernière chance. Son échec signifiera très certainement la fin de l’humanité. L’exoplanète choisie se révèle riche en eau liquide. Mais c’est à peu près tout ce qu’ils savent sur elle. C’est à la fois à la colonisation, mais aussi à la découverte d’un monde nouveau que sont confrontés ces colons d’un nouveau genre. A priori, la surprise est bonne, l’atmosphère contient de l’oxygène, une faune et une flore sont présentes, la colonisation va s’en trouver facilitée. La planète va être nommée Eden, et la nouvelle colonie Outsphere.

Le monde :

L’action se localise en deux endroits principaux : l’Arche, le vaisseau ayant amené les colons, et Eden la planète. Les visites en d’autres lieux sont anecdotiques.

Eden est une planète semblable à la Terre, mais ne comportant qu’un seul gros continent sur lequel sont répartis quelques grandes mers fermées qui représentent la moitié de sa surface. Elle est accompagnée d’un satellite, Olympe, énorme, mais très peu dense. L’ensemble se situe dans un système multiple, mais la seconde étoile est trop éloignée pour interagir sur la biosphère de la planète. La grande particularité d’Eden est la présence à sa surface d’orages magnétiques qui brouillent tous les appareils électroniques. Les zones recouvertes sont ainsi appelées zones muettes parce que toute communication y est impossible. La faune et la flore entre les deux types climatiques sont très différentes. D’ailleurs, certains animaux des zones muettes savent utiliser le magnétisme pour leurs besoins. Le problème est que les humains peuvent difficilement se préparer à ce qui s’y trouve, puisqu’ils ne peuvent pas voir ce qui se passe dedans.

Les personnages :

Comme dans ce genre d’œuvre, ils sont nombreux et aucun ne se distingue fortement du lot. Certains toutefois, sont plus importants que d’autres pour la colonie.

Amiral Suleiman : chef de l’expédition des Anciens. Il dirige le contingent militaire chargé de protéger les colons, contre toute menace en provenance de la planète, mais aussi dont ils seraient à l’origine.

Colonel Bowman : le Jack O’Neill de l’expédition. Militaire efficace, aimé de ses hommes. Il n’a jamais connu l’échec… jusqu’à Eden.

Vanessa Fulton : scientifique spécialiste de l’exobiologie, elle s’accommode mal des procédures de sécurités que lui impose Bowman.

Vincent Falcade : c’est un colon dont le but est de se débarrasser le plus vite possible de la tutelle militaire pour entamer rapidement la colonisation.

M0014 : chef du corps expéditionnaire Atlante. Sa mission est d’assister et de protéger les Anciens aussi longtemps que ceux-ci ne constituent pas une menace pour sa culture.

Bien que les personnages soient bien caractérisés avec leurs habitudes et leur logique, renforcée par l’examen de leurs pensées que nous offre l’auteur, on peut regretter que la société Atlante, prétendument futuriste, utilise un système d’identification remontant à la préhistoire de l’informatique. Or, même s’ils utilisent des matricules, ils restent humains et interagissent avec les anciens. Comment se fait-il dans ce cas, que des surnoms ne leur aient pas été attribués, ne serait que par les anciens. Connaissant mes compatriotes, je suis surpris qu’aucun militaire n’ait pensé à renommer M9422 « La bombe » ou d’un autre surnom emprunt de finesse et tout aussi créatif. Sans compter que ce genre de nommage entraîne des confusions. À un moment, je me suis perdu pour avoir confondu la fameuse M9422 avec S8588 qui n’a rien à voir. C’est d’autant plus dommage que les Atlantes sont très intéressants avec leur unité et leurs contrastes. En étudiant les Anciens, leurs ancêtres en quelque sorte, ils redécouvrent toute la richesse de l’humanité qu’ils avaient perdue. Leur apprentissage constitue un aspect passionnant de l’histoire.

Les thèmes :

Outsphere aborde de nombreux thèmes. Tout d’abord, le sujet principal de l’histoire : le planet opéra. Il décrit une colonisation avec tous ses aléas, les problèmes climatiques imprévus, les espèces dangereuses et l’environnement hostile. Mais il ne se limite pas à cela.

Les interactions entre les deux communautés humaines sont particulièrement intéressantes. D’un côté, nous avons les Anciens des humains non modifiés avec leur individualité, leur respect plus ou moins poussé de la hiérarchie et la quasi-anarchie qu’ils créent (c’est nous) et de l’autre les Atlantes, des humains modifiés bénéficiant d’une sorte de conscience de groupe ou tout individualisme est gommé, tout en restant humains cependant. Les deux approches dans la colonisation sont abordées, chacune avec leurs avantages et leurs inconvénients. La plus grosse différence apparaît dans la gestion d’une épidémie où les Anciens vont tenter de sauver tout le monde au risque de tout perdre alors que les Atlantes vont sacrifier sans états d’âme leurs compagnons malades. La question de la cohabitation entre deux cultures très différentes est ainsi posée, est-elle possible ou pas ?

De même, la cohabitation entre les militaires et les civils se posent. Les premiers sont pour la sécurité avant tout et un respect strict des priorités et le respect absolu de l’autorité alors que les derniers sont pour la connaissance et la colonisation en premier, quitte à prendre des risques. D’ailleurs, il est amusant de voir que ce ne sont pas les colons qui ont peur des militaires, mais le contraire ; l’amiral Suleiman est effrayé par leur anarchie et leur sens à son avis faussé des priorités.

Enfin, un dernier thème, mais pas des moindres, l’exploration de la planète. Au fur et à mesure de leur exploration, les colons vont découvrir une faune et une flore inconnue, avec ses dangers, sa population primitive de l’âge de pierre, mais surtout les traces d’une civilisation avancée disparue, voire de plusieurs. D’ailleurs les primitifs ne semblent pas effrayés par la technologie, les vaisseaux spatiaux des colons et leurs armes. Ils savent ce que c’est et savent y faire face, même s’ils ne disposent que d’une technologie néolithique.

Le style :

En général, il ne se remarque que quand il est mauvais. Ce n’est ici pas le cas. L’auteur utilise un vocabulaire riche avec des phrases fluides, agréables à lire. Souvent en SF, il faut désigner des objets qui n’existent pas, et donc inventer des mots. Beaucoup d’auteurs n’ont que des idées ridicules. Dans ce roman, où il ne fait qu’extrapoler nos propres technologies, ces cas sont rares. Mais il y en a. En particulier dans les véhicules de transport terrestre. Les noms de ses inventions sont élégants, reflétant la fonction de l’objet sans prêter à sourire.

Mon avis :

Certains critiques considèrent que la science-fiction n’est intéressante que si elle pose des questions. C’est à mon avis un tort. Son but premier est de distraire. Les questions, s’il y en a, sont un plus, mais ne sont pas indispensables. Outsphere ne permettra pas de répondre dans ce débat parce qu’il fait les deux : il distrait et il questionne. L’installation des colons sur la planète est intéressante, mais le roman va bien au-delà de la simple robinsonnade.

Une première question qu’il pose est : si l’humanité, connaissant les erreurs commises par le passé, avait une chance de tout recommencer, ferait-elle mieux. Il faut avouer que la réponse est pessimiste. Aussi bien les Anciens que les Atlantes s’en montrent incapables. Peut-être qu’une autre race le pourrait, mais pas les humains.

Une autre question est : que se passerait-il si les Terriens rencontraient une espèce moins évoluée ? Dans le livre, ils s’en balancent. Ils s’installent loin pour ne pas entrer en concurrence, leur nombre compensant largement leur arriération. Mais à terme, la colonisation de toute la planète est envisagée. Les autochtones ? Ce ne sont que des primitifs. Agressifs qui plus est. Inutile de s’occuper d’eux. En clair, ils se préparent sans scrupule à commettre un génocide qui ne dit pas son nom. Tout au plus, on peut imaginer que tôt ou tard, dans un sursaut de conscience, ils créeront des réserves pour accueillir les survivants. Une redite de la colonisation américaine en somme.

Une autre raison qui fait que le roman m’a emballé c’est que l’auteur s’est un jour posé des questions similaires aux miennes. Mais il les a utilisées dans un roman, contrairement à moi. Si une civilisation évoluée comme la nôtre avait existé autrefois, disons au temps des dinosaures, pourrait-on en retrouver des traces aujourd’hui ? La réponse est oui. Et quand ces traces apparaissent dans le roman, j’ai compris ce qui se préparait. Mais ça, c’est le résultat d’un questionnement personnel. La plupart des lecteurs passeront à côté.

Il n’est pas exempt de défauts non plus. En particulier, Eden se révèle vraiment favorable à la vie humaine alors que cette biosphère s’est formée à des années-lumière de la Terre. Il y a aussi dans la gestion de l’épidémie : une succession de mauvaises décisions totalement irréalistes (comme cacher la maladie à sa famille pour ne pas l’attrister au risque de propager encore davantage l’épidémie). Les diplômes aussi, dans le but de montrer à quel point les scientifiques sont badasses, font dans la surenchère jusqu’à l’excès (ce qu’en littérature, on appelle le complexe de l’Everest : la personne ne doit pas être bonne, elle doit être la meilleure dans son domaine). Avec les difficultés et le temps qu’il m’a fallu pour acquérir un seul doctorat ; alors cinq dans des domaines différents, j’y aurai passé ma vie entière. Et j’aurai alors été trop vieux pour voyager sur l’Arche.

D’ailleurs, dans le choix des personnages, il y a à mon sens, une lacune. Pour recréer une civilisation humaine ailleurs, il faut certes des ingénieurs, des techniciens, des ouvriers et protéger l’ensemble par des militaires. Mais il faut aussi quelque chose d’indispensable qui définit l’humanité : des artistes. Or ils sont quasiment absents de l’arche. Il y a bien Fancer, un écrivain. Et à un moment on voit un colon s’adonner à la peinture comme loisir. Mais il n’y a pas de musiciens, de chanteurs, de sculpteurs. Il n’y a pas non plus de journalistes et de chroniqueurs pour la postérité. Si c’est un choix des colons, il aurait dû être expliqué, ce qui n’est pas le cas.

Ces défauts sont cependant mineurs face aux qualités de l’œuvre. En particulier, l’auteur a soigné ses personnages. En entrant plus profondément que n’importe qui d’autre dans leurs pensées comme il le fait, on comprend leurs motivations et leurs actes ne nous paraissent jamais illogiques. Stupides parfois, mais logiques. En particulier Suleiman, qui a compris qu’il n’y a pas de plan B et que si la colonisation échoue l’humanité disparaîtra, d’où sa peur constante de ce qui peut mettre en danger la communauté. Les découvertes sur les autochtones s’enchaînent nous faisant aller de surprise en surprise, révélant une société primitive, mais plus organisée qu’il n’y parait. Et les indices sur le secret de la planète sont distillés avec intelligence jusqu’au moment des explications qui paraissent alors naturelles.

Si ce roman commence comme un planet opéra, il enrichit vite le genre en ouvrant des perspectives multiples. Et ce n’est pas fini. Ce n’est qu’un tome 1 et la fin laisse présager d’autres confrontations. J’ai aimé le lire, d’ailleurs, je l’ai dévoré en seulement deux jours. Et j’attends la suite avec une certaine impatience.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par la_bibliotheque_de_pam 2019-08-19T21:28:26+02:00
Diamant

La trame initiale n'a rien d'original, un groupe de terriens partis à la découverte et à la conquête d'une exoplanète habitable pour fuir une Terre vouée à la destruction qui une fois sur place sont confrontés à des indigènes. Ce qui change considérablement la donne, c'est l'arrivée d'un troisième groupe en provenance lui aussi de la Terre mais parti 60 ans après le premier avec une technologie nettement plus avancée et qui va cristalliser toutes les tensions…

J'ai aimé être directement plongée au cœur de l'intrigue, nous assistons au réveil d’un premier groupe de terriens après une longue phase de cryogénisation, nous suivons les pas de soldats de l'armée ainsi que ceux des scientifiques dans la recherche d'informations qui pourraient permettre de comprendre le fonctionnement d’Eden qu’ils entreprennent de coloniser. L'auteur nous présente une pléiade de personnage, peut-être un peu trop nombreux rendant leur identification confuse par moment. J’ai une nette préférence pour ceux qui sont selon moi les personnages principaux de ce livre, chacun le représentant de son groupe, Bowman et Fulton.

On distingue déjà une hostilité bien présente entre scientifiques et militaires dont on sait que les intérêts divergent, entre excitations d’un côté et méfiances de l’autre, sans compter la menace des civils encore endormis et qui ne vont pas tarder à entrer dans la danse.

Des conflits qui ne sont pas sans rappeler ceux déjà présents dans Avatar, un film que j'adore - on sent que l'auteur puise son inspiration dans les grands films de SF tout en apportant sa touche personnelle.

L'écriture est fluide et prenante, le récit est construit de telle façon qu'on est immergé au cœur de l'action tout en y étant placé à bonne distance, j'ai aimé l'adoption du point de vue omniscient. Je regrette toutefois une certaine neutralité qui empêche de saisir complètement les émotions des personnages et leur profondeur psychologique, j’aurais apprécié un développement plus poussé de leurs relations mais on comprend bien vite que ce n’est ici pas le propos de l’auteur. J'ai également aimé l'alternance des points de vue, on navigue d'une situation à une autre comme on passe d'une scène à l'autre dans un film ce qui donne un rythme soutenu à l'histoire sans coupures.

J'ai adoré voir les échanges entre les Atlantes et les Anciens comme ils les appellent, les deux groupes essayant de se comprendre expliquent leur façon de vivre, de voir et percevoir les choses, la confrontation entre ces deux modes de pensée, individuelle et collectiviste, est fascinante et invite même à la réflexion et à l'introspection. On anticipe facilement la suite des événements car elle nous paraît inévitable entre la peur de l’inconnu, la méfiance qui mène à la paranoïa et surtout, la peur de l’étranger…

On suit les aventures de ces colons de leur installation aux péripéties qu'ils rencontrent sur une planète hostiles et inconnue aux multiples mystères, un livre qui se lit tel un carnet de bord qui nous conte chaque étape, chaque nouveau problème rencontré lors de cette aventure unique racontée à la manière d’une épopée sous forme de défis quotidiens.

En résumé : une aventure trépidante, un univers fascinant, une intrigue développée, un page-turner haletant. J’attends avec impatience la suite de ce premier opus prometteur !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par enairolf 2019-08-16T11:14:40+02:00
Or

J4ai eu la chance de pouvoir lire ce roman grâce à l'auteur qui m'a envoyé son roman. Je l'ai vu plusieurs fois passé sur instagram j'étais contente de pouvoir me plonger dans cette histoire!

J'ai tout simplement adoré!!! Ce livre est tellement complet dans les descriptions les personnages etc ça pourrait tout bonnement être adapté en série! J'ai tellement hâte de découvrir le deuxième tome!

Afficher en entier

Activité récente

ZeDD l'ajoute dans sa biblio or
2019-09-04T09:51:51+02:00
Fenkys le place en liste or
2019-08-25T11:59:07+02:00
Aryia l'ajoute dans sa biblio or
2019-07-29T17:18:17+02:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 27
Commentaires 19
Extraits 1
Evaluations 16
Note globale 7.94 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode