Livres
486 091
Membres
475 900

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lectureavie 2017-06-04T14:54:22+02:00

[...] je découvris une ligne gravée sous la mienne, par une main un peu hésitante.

Car bientôt reviendront les ombres de la nuit...

La phrase exacte censée suivre mon texte ! J'ai cru halluciner. Quelqu'un d'autre dans cette école avait donc entendu l'une de mes chansons indie préférées ? Apparemment, je n'étais pas la seule à m'ennuyer en cours de chimie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MarinaRose 2017-06-13T21:25:49+02:00

– Le silence est un peu gênant, tu ne trouves pas ? demanda-t-il alors.

– Non… moi, j’aime bien le silence. Et puis, on est dans une bibliothèque. Le berceau du silence.

– Le berceau du silence ?

– Oui, tous les mots sont absorbés par les livres.

C’était ce que je me disais, étant petite. On demandait aux gens de se taire afin que leurs mots ne soient pas volés par les bouquins. Je pensais que les livres avaient besoin des mots pour exister. Et, en fait, oui, c’était le cas. Mais je croyais que, pour ça, il fallait que les mots soient prononcés à haute voix. Oui… j’avais toujours été bizarre. Et je continuais de l’être.

– Eh bien, je pensais que les bibliothèques étaient silencieuses parce que les gens essayaient de travailler, chuchota David.

– Ça pourrait être une autre explication.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MarinaRose 2017-06-13T21:24:10+02:00

– Tourne à droite ici, sur la septième, me dit Cade.

Ce que je fis, tandis que mon étui glissait d’un siège à l’autre en venant buter contre la portière.

– Qu’est-ce que c’était ? demanda-t-il.

– Le cadavre que je cache dans mon coffre.

– Sympa… Bon, continue tout droit et prends à gauche sur la rue principale.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alexiabutler 2017-06-15T20:56:26+02:00

– Lily ! s’écria Jonah en se plantant devant moi. Regarde, j’ai une dent qui bouge !

Il ouvrit tout grand la bouche et du bout de sa langue, appuya sur sa dent du haut. Qui ne bougea pas d’un millimètre.

– Cool, frérot.

– OK… Salut !

Et il ressortit aussi vite qu’il était entré.

– Ferme la porte ! lui criai-je.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alexiabutler 2017-06-15T20:54:27+02:00

– Je ne sais pas… En chimie, en plus ! Tu connais quelqu’un qui ne meurt pas d’ennui en chimie ?

– Moi. J’aime bien cette matière.

– Attends, je reformule : tu connais quelqu’un de normal qui ne meurt pas d’ennui en chimie ?

– Parce que tu te prends pour une personne normale ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kita-chan 2017-07-16T22:38:10+02:00

L'instant d'après, une voix résonna derrière moi :

- C'est de famille, on dirait.

Avait-il couru pour me rattraper et me lancer ça ?

- Quoi ? Ce qu'on pense de toi ? répliquai-je en oubliant que j'étais censée l'ignorer. Oui, ça doit être génétique.

- Ça se soigne tu sais.

- Ah oui ? Les cachets anti-Cade, ça existe ? C'est comme ça que tes potes arrivent à te supporter ?

- Non, je parlais de tes problèmes, mais...

- Ne cherches pas, j'ai gagné, là.

- Alors, c'est quoi, le score maintenant ? Trois pour toi, et deux cents pour moi ?

- Parce que tu tiens des comptes ?

- Toujours.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alex2503 2017-07-15T00:15:20+02:00

Accroche-toi. Relève la tête. Et aussi, cette chanson que tu m'as conseillée, géniale. Réécoute-la.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RedYab 2019-03-05T16:58:05+01:00

[...]

C'est alors que j'entendis un grattement derrière la porte qui donnait sur le patio. Je l'ouvris pour trouver le lapin enfermé dans une cage métallique. Il était gros, n'avait rien d'une jolie boule de poils tout doux, et me semblait aussi disproportionné que laid. Debout sur ses pattes arrières, il reniflait l'air.

- Oui, tu as bien senti, lui lançai-je. C'est l'odeur de ton ennemie... On va pas être copains, toi et moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pipeau44 2018-09-01T13:31:32+02:00

– Madame Clark, vous aviez des règles quand vous sortiez avec un garçon ?

Je commençais à me demander si j’étais la seule au monde à ne pas suivre de règles, et si c’était dû à mon problème. Assise dans le bureau principal, j’effectuais mon travail d’intérêt général, qui consistait aujourd’hui à entrer dans l’ordinateur les formulaires manuscrits signés de la veille.

Mme Clark leva les yeux de son écran. Environ du même âge que ma mère, elle était assez jolie, portait des lunettes et avait de longs cheveux blonds. Je pouvais presque la considérer comme une élève. Presque.

– Des règles ? répéta-t-elle, les sourcils froncés.

– Oui, vous savez, du genre « sois mystérieuse mais pas trop », « n’éclate pas de rire devant un garçon », des choses comme ça.

Elle sourit.

– Pourquoi, tu as l’habitude d’éclater de rire au nez de tes copains ?

– Seulement quand ils font quelque chose de drôle.

Un instant pensive, elle finit par répondre :

– Quand on sortait avec un garçon, on se disait toutes qu’il ne fallait jamais pleurer avant le troisième rencard.

– Pleurer… ?

– Oui, nous voir pleurer, ça les rend nerveux.

– Je ne pense pas que j’aie à m’inquiéter de ça.

– Vous ne pleurez jamais ?

– C’est surtout que je n’arrive jamais au troisième.

Afficher en entier
Extrait ajouté par phiphi92 2017-10-23T16:03:02+02:00

Ma famille m'ignore, la tienne est trop présente. Peut-être qu'on pourrait les rassembler pour qu'elles s'équilibrent mutuellement. Peut-être qu'on pourrait se stabiliser mutuellement, toi et moi...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode