Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Paatmol : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Dry Dry
Neal Shusterman    Jarrod Shusterman   
Mystère...
Un roman avec des éloges dithyrambiques.
"La dernière pépite de Neal Shusterman et son fils !"
« Terrible et magistral. Un roman impossible à lâcher. » Stephen King.
Avec tout ça, et une 4e de couverture accrocheuse, les augures étaient favorables. Et pourtant...
Mystère...
Je me suis engagé dans ce livre dans le cadre d'une lecture commune. C'est la seule raison qui m'a poussé à aller jusqu'au bout.

Le thème est intéressant. A cause du changement climatique, le Sud des Etats-Unis est touché par une sécheresse sans précédent. Les circonstances font que que les robinets sont asséchés en Californie : c'est le "Tap-Out". Les auteurs présentent alors les réactions des uns et des autres face à cette pénurie "soudaine". Ceux qui se concentrent sur leur seule survie, ceux qui cherchent à aider les autres, ceux qui profitent de la situation, les émeutes autour des quelques points d'eau, l'attentisme de ceux qui n'ont pas essayé de quitter le pays... Un thème intéressant.
Ceci dit, c'est le quotidien de bien des pays subsahariens. Le lecteur peut donc réfléchir à la question des réfugiés climatiques en général et comprendre que nous ne sommes qu'au début d'une crise majeure.

Et c'est tout. Parce que pour le reste...
Consternant, navrant, grotesque... Je vous laisse choisir l'adjectif que vous préférez.

L'intrigue tout d'abord.
Tout au long du roman, on passe d'une incohérence à l'autre sans que ni les auteurs ni leurs éditeurs ne sourcillent un instant. Sans blague ?! Quelqu'un a relu le livre avant de le publier ? J'ai le sentiment que ce roman ne connaît son succès que par la réputation de Neal Shusterman.
C'est creux du début à la fin. Il ne se passe rien. La psychologie des personnages n'est pas respectée. Leurs réactions sont absurdes.
Un seul petit exemple pour ne pas vous spoiler : alors que vous vous dirigez vers un refuge secret aux ressources limitées, à quel moment est-ce que vous décidez de vous encombrer d'une petite ordure de profiteur qui a échangé à votre oncle préféré un pack d'eau contre son 4x4 ? A quel moment n'importe qui peut faire confiance à un personnage pareil ? Surtout après lui avoir déboîté l'épaule lorsqu'il a pointé un pistolet sur vous ? A aucun moment vous ne songez qu'il va essayer de se venger, de vous trahir etc.
Le livre est truffé d'incohérences de ce genre !
Même la fin est absurde ! Je ne vous la dévoile pas mais, pour ceux qui envisagent de lire ce roman, imaginez d'abord l'enchaînement de circonstances qui peut amener à un Tap-Out. Imaginez tout ce qu'il faut pour en arriver là, sachant que cette question est une priorité absolue dans n'importe quel pays, même géré par le gouvernement le plus crétin... Je n'en dis pas plus.

Le style à présent.
Ou plutôt l'absence de style.
Est-ce que cela vient de la traduction ou des auteurs ? Vocabulaire pauvre. Syntaxe minimale. On oublie l'inversion du sujet pour les verbes du premier groupe dans les dialogues :
"- Ça va ? je demande.
- Non, ça ne va pas ! Vous tombez dans les pires travers de la traduction anglo-saxonne !"
Et quelques fautes par-ci, par-là.
Nous sommes tout de même dans un roman édité par Robert Laffont, qui a bénéficié d'une armée de lecteurs, correcteurs, relecteurs...
Ajoutez à cela une véritable absence de rythme, une montée en pression qui ne fonctionne pas (peut-être parce que je n'arrêtais pas de m'énerver après la pléthore d'incohérences) et des personnages sans aucun charisme.

Bref, le succès de ce livre est pour moi un mystère total.
Une bonne idée de départ, mais un traitement du sujet absolument navrant.

Ceci dit, ce n'est pas la première fois que je ne suis pas d'accord avec Stephen King...

par ajc2ht