Livres
550 438
Membres
590 944

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Palmyre : Ma PAL(pile à lire)

Chroniques des Vampires, Tome 9 : Le Domaine Blackwood Chroniques des Vampires, Tome 9 : Le Domaine Blackwood
Anne Rice   
Un livre que ...
J' ai adoré ...
-GÉNIAL ...
Lestat et Merrick de retour, ainsi que Rowan, Mickael et Mona, nos chers vampires et nos chers sorciers réunis dans ce livre!
On n'a qu'une envie: lire la fin, et la fin arrivant on est triste de devoir quitter nos héros tellement l'histoire est belle!
-j'ai retrouvé une aventure à vous couper le souffle, qui vous tient aux tripes, vous empêchant simplement de poser le livre...
-Je suis tombée amoureuse de la couverture.
-Et puis tout ce que fait Anne Rice est des livres excellent de mon point de vue un super livre je ne me suis pas ennuyé une minute.
- J' aime les personnages même si certains son plus noir que d'autres l'histoire est bien menée bravo !
- Je le recommande vivement!
Chroniques des vampires, Tome 12 : Prince Lestat et l'Atlantide Chroniques des vampires, Tome 12 : Prince Lestat et l'Atlantide
Anne Rice   
Une Atlantide tout à fait surprenante !

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce service presse.

Tout d’abord, je déconseille la lecture de « Prince Lestat et l’Atlantide » à ceux et celles qui n’ont pas lu les tomes précédents. Même en les ayant lus pour la plupart, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’intrigue peut-être parce qu’il s’est écoulé trop de temps avec mes lectures antérieures. Heureusement, Anne Rice nous donne un bref résumé de l’histoire de ses vampires ainsi qu’une explication des termes employés au début du livre et à la fin, dans deux appendices, la liste des personnages avec une brève biographie et des lieux ainsi qu’un Guide officieux des Chroniques. De quoi tout nous remémorer.

J’ai retrouvé Lestat toujours aussi flamboyant et charismatique, mais assagi par ses responsabilités de porteur du Noyau Sacré, l’esprit Amel ainsi que nombre d’autres personnages découverts dans mes lectures précédentes comme Marius, Magnus, Armand et Louis. Nous faisons la connaissance de nouvelles créatures immortelles très attachantes qui viennent de la mythique Atalantaya et qui semblent connaître Amel. Est-ce le même Amel que celui de Lestat ? C’est ce que ce dernier et tous les vampires vont devoir découvrir…

Anne Rice nous offre un nouvel opus foisonnant. Mais alors que je m’étais passionnée pour les aventures précédentes de ses vampires, cette fois-ci la magie n’était pas au rendez-vous. L’intrigue est certes surprenante, le style de l’auteure est toujours aussi original, mais je me suis ennuyée et j’ai eu du mal à venir à bout de ma lecture. Ce peut être dû au fait que cela se passe à notre époque et du coup, cela manquait de crédibilité même en prenant en compte qu’il s’agit de fantastique, de bit lit.

Cela dit, il s’agit de mon ressenti et je pense que cet ouvrage ravira les inconditionnels de l’auteure et de Lestat.

par Goewin
Chroniques des Vampires, Tome 11 : Prince Lestat Chroniques des Vampires, Tome 11 : Prince Lestat
Anne Rice   
Je croyais d’abord à une rumeur et je m’étais depuis longtemps résignée à penser que les chroniques des vampires s’étaient finies avec « Cantique sanglant » le tome 10, mais je suis très heureuse de pouvoir me replonger dans l’univers d’Anne Rice et de ses Vampires.

Une plume exceptionnelle et sans pareille, il est nécessaire à mon avis d’avoir lu au moins les 3 premiers tomes pour pouvoir lire « Prince Lestat ». Moi qui est pourtant lu les 10 autres tomes, j’étais parfois perdue.

J’ai eu tout de même un peu de mal à accrocher à la façon dont l’histoire et l’intrigue est amenée, une « Voix » fait trembler le monde des vampires et réveille les Anciens en les poussant à brûler les novices, d’un chapitre à l’autre nous allons rencontrer de trop nombreux nouveaux vampires qui nous révélerons leur passé mais surtout leur lien avec la « Voix ». Nous visiterons l’Histoire avec nos différents vampires toujours aussi romantiques et nostalgiques du temps auquel ils appartiennent.

Nous apprendrons enfin qui est à l’origine de la création du Talamasca mais cette révélation soulève encore plus de questions auxquelles j’espère le prochain tome répondra (s’il y en a un) .

J’ai trouvé un peu difficile à avaler le passage ou l’on découvre qui est Viktor, autant les romans d’Anne Rice sont censés être des récits écrits par de « vrais » vampires et pour ma part en lisant ses romans j’ai pris plaisir à le penser, mais là avec Viktor on nage totalement dans le fantastique et je trouve que ce personnage aurait pu être « créé » autrement. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas Spoiler.

Lestat le garnement, la rock star, le rebelle, se retrouve narrateur sur certain chapitre mais trop peu à mon gout, son nom étant sur la couverture on aurait pu s’attendre à en avoir un peu plus.

Malgré tout ce fut une bonne lecture mais j’ai eu du mal à en voir le bout, au quart du livre j’ai compris qui était la « Voix », je me suis dit que non c’était trop évident et que je devais me tromper, mais non pas de revirements à la fin, j’espère que l’on retrouvera Viktor et Rose dans un prochain roman mais j’ai quelque doute car ce tome sonne comme un au revoir, on se sent mélancolique et triste à la fin de ce roman.
La vie est belle et drôle à la fois La vie est belle et drôle à la fois
Clarisse Sabard   
Je suis très déçue par ma lecture. Ce livre est décrit comme une romance de noël, comparé très souvent à un téléfilm de noël; or ce n'est pas du tout ce que j'ai retrouvé dans cette lecture. Certe il y a beaucoup de codes : période de noël, la montagne, le froid et la neige, réunion de famille, amour de jeunesse, le vin chaud et les tartelettes... mais je m'attendais à autre chose. Le fait que le personnage principal, Léna n'aime pas du tout l'esprit de noël à cause d'un pseudo secret de famille, a rendu ma lecture laborieuse. L'histoire est basique, il s'agit d'une succession d'évènements peu détaillés sans réelle morale, ou message. Je m'attendais à une lecture "doudou", pleine de bons sentiments. Or j'ai plutôt été refroidie. Dommage!!!

par melaide
La Maison d'à côté La Maison d'à côté
Lisa Gardner   
Trente-huit ans, célibataire et travailleuse acharnée, D.D. Warren est commandant à la brigade criminelle. Un coup de téléphone du capitaine Miller la prévient qu'une jeune enseignante de vingt-trois ans a disparu en pleine nuit laissant sa fillette de quatre ans seule dans son lit. C'est son mari, Jason Jones, journaliste au Boston Daily, qui de retour au domicile, tard dans la nuit, constate et signale la disparition de sa femme. Aucun désordre dans la maison, aucune trace de lutte, seule une lampe cassée et un édredon disparu.
J'ai bien apprécié la façon dont l'auteur traite de sujets délicats, avec sobriété mais clairvoyance. J'ai bien aimé également que ses personnages soient mis à nu dans leurs sentiments, leur sensations, leur perception des événements. On pressent que des faits du passé vont rejaillir et causer quelques dégâts.
Coté enquête, l'auteur arrive à maintenir un intérêt et un suspense certains car, à tour de rôle, tous ses personnages peuvent être suspectés, tous ont de sérieux mobiles et jusqu'à la fin on se demande qui sont les coupables et si le principal suspect est bien celui qui est le plus mis sur la sellette. Lisa Gardner entretient tout au long du roman, une certaine ambiguïté, ce qui n'est pas pour déplaire. Toutefois, je ressors de cette lecture avec un sentiment assez mitigé car il m'aura fallu parvenir presque à la moitié du roman pour qu'enfin le rythme s'accélère. De plus, certains personnages sont parachutés au beau milieu de l'histoire, comme imposés pour les besoins de l'enquête, de même que la fin un peu expédiée. Mais globalement, l'histoire est intéressante.

par SuperNova
Lumière noire Lumière noire
Lisa Gardner   
Je suis tellement déçue !
Lisa Gardner est une auteur que j'apprécie beaucoup. A partir du plus simple, elle nous tisse toujours des histoires très complexes avec des personnages à la psychologie très élaborée, avec des sujets parfois très durs. Mais apparemment, ça ne prend pas toujours. Et cette fois-ci, c'est un flop.

Peut-être un problème de sujet. Les séquestrations de jeune fille innocentes... Mwarf, c'est assez compliqué d'innover le truc et de faire autre chose qu'une simple séquestration. Mais j'y croyais. Parce que c'est Lisa Gardner, et que des choses plutôt cool avaient déjà été faites avec ce sujet (je me souviens notamment d'Alex de Pierre Lemaître).

Alors on a quand même un peu de suspense, mais loin des révélations renversantes qu'on pourrait espérer. Et malheureusement, niveau histoire, c'est très très lent.
Déjà parce qu'on a un carnet de bord sur la première séquestration. Donc forcément, il ne se passe rien d'autre, et même si la tension est là, et que le sujet est particulièrement malsain, ce côté malsain je l'ai moins ressenti que dans d'autres livres du genre. [spoiler]On dit merci au Syndrome de Stockholm qui vient adoucir le portrait et qui rend la victime presque aussi tarée que son bourreau [/spoiler]

Et si ce n'était pas assez, on se retrouve avec une deuxième, puis une troisième séquestration de la même fille. Et là, ça fait un peu beaucoup. D'accord, on a des explications. Mais quand même, une fille qui passe son temps à se faire enlever et séquestrer, c'est pas forcément la chose la plus passionnante du monde.
Surtout que niveau explications, je ne suis pas convaincue plus que ça. Le problème, c'est pas vraiment le contenu mais plutôt la forme ; [spoiler]On se retrouve encore avec le monologue de la méchante hollywoodienne qui nous explique tout. C'est une technique que je trouve vraiment mauvaise et peu plausible. Et c'est quelque chose qu'on ne retrouve pas souvent chez Lisa Gardner, qui habituellement nous fait comprendre l'affaire au compte-goutte. Double déception, donc. [/spoiler]

Même les personnages sont décevants. Ils sont bien trop extrêmes pour être crédibles, et malgré le passé torturé de Flora, elle est tout sauf attachante.

par Jenna95
Quincy & Rainie, Tome 5 : Disparue Quincy & Rainie, Tome 5 : Disparue
Lisa Gardner   
Je suis dans mes premières expériences sur le style suspense-policier donc il était important pour moi que cette lecture soit bonne pour ne pas me décourager. Résultat ce fut un magnifique moment de lecture. Rien de trop compliqué, une bonne histoire bien écrite et aucune lenteur. L'enquête est vue et raconté par plusieurs narrateurs donc nous pouvons sentir l'émotion de différentes personnes. Si vous voulez commencer du policier suspence, je vous conseille ce livre haut la main.

par vallery73
À même la peau À même la peau
Lisa Gardner   
Bon, clairement, je suis déçue.
Pas que ce livre soit particulièrement mauvais (pas plus qu'un autre, en tout cas), mais Lisa Gardner est capable de tellement mieux en matière de thriller psychologique...

Parce que là, on est sur du classique, trop classique.
Le thème ? Une famille de psychopathe. Le tueur en série, ça aurait pu faire une base intéressante, mais l'angle de vue n'est pas du tout original. Et pourtant, ses anciens livres nous ont prouvé plus d'une fois qu'en partant d'une base très simple, l'auteure était capable de tisser des histoires complexes, originales et passionnantes. Mais là... C'est un flop...

On a des points de vue très limités : on a l'enquêtrice d'un côté (je ne m'étendrais pas trop dessus, parce que le personnage de DD ne m'a jamais convaincue, mais généralement, le reste de l'intrigue sauvait les meubles, alors que là...), et une psychiatre insensible à la douleur et fille d'un tueur en série. Soit, c'est un personnage intéressant. Mais on perd dans la diversité des points de vue et des jeux sur l'identité et de focalisation dont on a pu avoir l'habitude avec cette auteur. Une narration en soit beaucoup plus simple que d'habitude, avec une intrigue également beaucoup plus simple.

Et des personnages, eux aussi, bien plus simplistes. Pourtant, il y avait de la matière. Le point de vue d'Adeline est vraiment intéressant. On a un personnage vraiment atypique qui lutte avec sa nature, son passé. Un personnage torturé, avec une relation complexe avec sa sœur. Et surtout un personnage qui nous permet de nous interroger sur l'importance de la douleur dans notre vie.

Malheureusement, le reste des personnages s'avère être une déception. Et le pire dans tout ça, ce n'est pas forcément qu'ils sont sans intérêt, mais juste qu'ils sont survolés. Shanna aura pu être un personnage totalement passionnant, psychopathe sans empathie, et pourtant, elle est bien plus complexe qu'on ne pourrait le croire. Vraiment quelques chapitres de son point de vue n'aurait pas été du luxe.
Quant au tueur à la rose, il est tellement en retrait, et on passe tellement à côté qu'il semble juste extrême et sans grande crédibilité. Aucune personnalité, si ce n'est celui du psychopathe type sans relief. Lui aussi aurait mérité un plus grand approfondissement.
Tout comme les autres personnages secondaires qui n'ont aucune consistance et ne sont là que pour faire avancer l'histoire. Et pourquoi ne pas avoir fait un petit focus sur le premier tueur de l'histoire, même s'il est mort depuis 40 ans ? On est vraiment trop limité dans la construction des personnages... C'est d'autant plus décevant venant de cette auteure qui, habituellement, offre un traitement convaincant de tous ses personnages.

Et pour finir, si l'histoire est bien trop simpliste pour me convaincre, elle manque cruellement de suspense. Alors, oui, on a le droit à quelques fausses pistes et pseudos twists, mais assez peu convaincants à mon goût : on a beaucoup de blabla, une affaire qui traîne trop à avancer et nous impose de grosses longueurs, pour des révélations finalement tellement prévisibles qu'elles en deviennent frustrantes.

par Jenna95
Serre-moi fort Serre-moi fort
Claire Favan   
Je remercie les Editions Robert Laffont, Cécile et Glenn pour cette magnifique réception et pour leur confiance. Si je ne suis pas très amatrice de thrillers, ceux de la Collection Bête Noire m'ont toujours retournée ! Et avec Serre-moi fort, je crois qu'on vient de passer un nouveau cap. Car un livre comme celui-là, je n'en ai clairement jamais lu de ma vie, sans rire. Le roman de Claire Favant m'a rappelé pourquoi mon blog existait : Pour faire connaître des pépites inédites comme celle-ci.

Le roman est divisé en trois parties bien distinctes. Dans la première, nous faisons la connaissance de Nick, un adolescent qui souffre des mauvais traitements que lui inflige sa sœur. Mais le jour où celle-ci disparaît sans laisser la moindre trace, toute la famille est aux abois. Sa mère s'enfonce dans une profonde dépression et son père sombre dans l'alcoolisme. Nick doit donc se débrouiller seul. Ces parents n'émergent que bien des années plus tard et ne vivent bientôt plus que dans l'espoir de découvrir ce qui est arrivé à leur fille.

Dans la deuxième partie, nous rencontrons Adam, brillant policier qui vient de perdre sa femme. Celle-ci a succombé à un cancer, laissant derrière elle un veuf éploré et deux enfants qui vivent leur deuil de façon diamétralement opposée. Lorsqu'une grotte contenant des cadavres momifiés est découverte, c'est Adam qui est mis sur l'affaire. Le policier doit découvrir l'identité de ces morts et trouver le tueur.

La troisième partie ? Haha, ne comptez pas sur moi pour en parler. C'est la meilleure de toutes et elle mérite d'être gardée sous silence.

Ça n'a pas l'air comme ça, mais je n'ai pas encore les mots pour qualifier Serre-moi fort. Une merveille ? Une bombe ? C'est encore bien faible comparé à ce que j'ai ressenti.

La première partie m'a bouffée de l'intérieur. Et j'exagère à peine. Je ne pouvais pas m'empêcher de compatir pour Nick, le vilain petit canard de la famille, celui qu'on remarque à peine et qui doit se plier aux lubies pathologiques de ses parents. Je me suis sentie tellement en phase avec ce personnage durant cette partie... Le lecteur ne peut que nourrir une immense empathie à son égard. C'est plus fort que tout. Je me suis surprise de mes élans virulents vis-à-vis de ses parents, ces êtres incapables de voir que s'ils ont perdu un enfant, il leur en reste encore un, qui ne demande qu'un peu de tendresse. Qu'on le serre fort, tout simplement.

Et puis à la fin de ce tiers, l'auteur lâche une énorme bombe et tout - absolument tout - est remis en question. Et vous savez quoi ? Ça ne tient qu'en une phrase. Une ! Elle m'a plongée dans un tel état d'ebetitude que j'ai dû couper court à ma lecture, tant la confusion était grande.

Un peu plus tard, en entamant la deuxième partie, mon enthousiasme est un peu retombé. Après un moment intense passe avec Nick, j'avais la sensation (trompeuse) que je n'allais pas m'attacher à Adam. N'oublions pas que je ne raffole pas beaucoup des livres policiers. Mais en fait, cette transition, c'était comme si l'auteur prenait son élan pour de nouveaux bouleversements. Et là je peux vous assurer que cette partie dévore le lecteur tout cru et donne envie de rendre tripes et boyaux. On atteint les sommets de la bestialité. Et puis naïvement, je pensais que ce serait la partie la plus insoutenable ah ah. Adam m'a encore plus touché que Nick sur la fin, j'ai vraiment senti une connexion, une peine que j'avais envie de partager. Parce que oui, on finit vite par oublier que les personnages sont fictifs et ne peuvent pas sortir du livre.

La troisième partie constitue l'apothéose, la cerise sur le gâteau. Pour tout vous dire, je l'ai lu dans la voiture et j'agrippais la Manche de mon copain tellement c'était insoutenable et frustrant. Je devais même faire quelques pauses entre les chapitres pour me remettre de la souffrance psychologique que cette histoire représentait. C'est un charivari de sensations contradictoires et de conflits internes qui se joue.

Ça vous est déjà arrivé d'aimer un livre à tel point que vous n'avez qu'une envie : arriver à la fin le plus vite possible pour savoir comment ça se goupille ? Combien de fois ne me suis-je pas retenue de lire les dernières pages, juste pour me rassurer ? Graaaaah que de frustrations ! Cette fin, en plus, est assez logique. Inconsciemment, je me doutais que ça ne pouvait se terminer que de cette façon, qu'il n'y avait pas d'autre manière de clore les aventures de nos héros.

Ce que j'ai le plus aimé dans Serre-moi fort, c'est que l'auteur a construit son histoire d'une façon atypique. Habituellement, dans un thriller, on découvre l'identité du tueur à la fin. Eh bien là, c'est juste tout le contraire. Oh, rassurez-vous, une fois le livre terminé, il ne reste plus la moindre zone d'ombre, mais j'admire la virtuosité avec laquelle l'auteur a su construire son histoire, en faisant tout dans le désordre et en nous tenant en haleine jusqu'au tout dernier mot.

En résumé, Serre-moi fort est un fabuleux coup de foudre, et encore, il faudrait que je pense à inventer une mention plus haute. Un livre qui m'a serré l'estomac, m'a laissée coite, retournée, chagrinée, bluffée. À ce jour, ce thriller-policier est le meilleur que j'ai pu lire. Ne pas se le procurer serait une erreur monumentale !

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/thriller---polar/serre-moi-fort
Miettes de sang Miettes de sang
Claire Favan   
Yes ! Un coup de cœur ! Ne vous fiez pas à la couverture (franchement pas terrible...pourquoi les éditeurs de thriller nous mettent toujours des portes fermés, grotte sombre, ou maison noir...à force niveau originalité...c'est zéro!), dépassé le résumé oui Danny est la bonne poire raillée au quotidien, mais il mérite qu'on le suive !
D'ailleurs précision quand à la 4ème de couverture : la vague de meurtres puis suicides...j'avais mal compris...c'est pas....boum il y a plein de meurtres, puis bim tout à coup plein de suicides...nan nan...c'est qu'à chaque série de meurtres, qu'il y ait une ou plusieurs victimes, l’assassin reste sur place et se suicide....(oui mes fils sont pas toujours connectés ^^)
Et Danny bien que poussé à rester à sa place de toutou servile...découvre des choses qui clochent...et des liens entre tout ça....c'est prenant...on se prend baffe sur baffe car les pires perversions humaines sont présentes dans ce roman...on sombre toujours plus loin dans la médiocrité et le « pet au casque » de certains personnages.
La mère de Danny est détestable d'entrée de jeu c'est la pire parmi « l'entourage » de Dan ! Mais le village est réellement pourri. Dès qu'une lueur d'espoir apparaît elle est éteinte par un tiers...et les tiers « connards » au mètre carré il y en a une flopée par chez eux!XD
On ronge aussi son frein car le tout premier chapitre est étranger au reste...on s'interroge donc pas mal sur « à quel moment le lien va-t-il se faire entre ce fait et les affaires actuelle ? »
La fin est juste une apothéose qui prend aux tripes...je n'en souhaite pas d'autre !
Claire Favan, vous avez clairement ma faveur ! Rendez-vous est pris très prochainement pour la lecture d'un autre de vos romans !

par Hanayu

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode