Livres
477 527
Membres
458 258

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Papillon de nuit



Description ajoutée par x-Key 2014-12-09T17:13:57+01:00

Résumé

Après l’assassinat de John Kennedy, tout a changé aux États-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes que jamais. L’Amérique a compris qu’il n’y avait plus un chef, un leader du pouvoir exécutif, mais une puissance invisible. Et si celle-ci pouvait éliminer leur président en plein jour, c’est qu’elle avait tous les pouvoirs.

C’est dans cette Amérique en crise que Daniel Ford a grandi. Et c’est là, en Caroline du Sud, qu’il a été accusé d’avoir tué Nathan Vernet, son meilleur ami.

Nous sommes maintenant en 1982 et Daniel est dans le couloir de la mort. Quelques heures avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d’être aussi simples qu’elles en ont l’air. Et que la politique et l’histoire des sixties ne sont pas qu’une simple toile de fond dans la vie de Daniel, peut-être lui aussi victime de la folie de son temps.

Publié en 2003 outre-Manche, Papillon de nuit est le premier roman de R.J. Ellory. Récit d’un meurtre, d’une passion, d’une folie, il nous offre une histoire aussi agitée que les années soixante.

Afficher en entier

Classement en biblio - 67 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Laurine-25 2019-11-30T22:05:11+01:00

En mars, Johnson a déclaré qu’il ne se représenterait pas à l’élection présidentielle. Et pour consoler ses partisans, il a envoyé trente-cinq mille soldats supplémentaires au Vietnam.

Robert Kennedy a annoncé qu’il se présenterait. Ça a plus ou moins remonté le moral aux gens. Il ressemblait tellement à son frère défunt.

Tout le monde s’est pris une nouvelle gifle en avril.

Comme Marty Hooper. Boum. À terre.

Martin Luther King avait été assassiné à Memphis.

Le révérend Verney, un homme aussi robuste qu’un séquoia, a ouvertement pleuré dans la rue. Il a étreint sa femme et son fils, et ils ont pleuré avec lui

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par marieclaude90 2019-08-01T10:14:31+02:00
Or

Un chef d'œuvre!!! Un talent incroyable des le premier ouvrage. N'hésitez pas à parcourir l'œuvre de cet auteur de grande sensibilité...L'écriture est belle et maitrisée, le rythme et la générosité plongent le lecteur dans cette magnifique fresque de l'Amérique des années 60. Car au delà de la petite histoire oh combien passionnante de Danny attendant son exécution dans le couloir de la mort pour un crime qu'il affirme ne jamais avoir commis, il y a la grande. Celle de la ségrégation, de la mort de Kennedy, de son frère Bob, de Martin Luther King, la guerre du Vietnam... Plein de fougue, de couleur et de senteur, ce roman emporte le lecteur dans un tourbillon vertigineux, comme ce papillon de nuit obsédé par la lumière au risque de se brûler les ailes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ManonF 2019-06-11T09:31:20+02:00
Argent

J’ai adoré ce livre. Un très bon rythme tout du long, les personnages sont attachants.

Il y a une bonne transition entre les souvenirs de Daniel et son présent dans le couloir de la mort.

On ressent à la fois sa peur d’être appelé pour la guerre du Vietnam (dans ses souvenirs) et en même temps sa peur d’avoir une date pour son exécutions (dans le présent).

Je recommande ce livre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par vivie10 2019-05-21T18:50:21+02:00
Or

Un roman policer magistral, magnifique, très bien écris, chaque mots a été bien choisi, pour nous plonger dans ce livre d'une grande intensité.

C'est l'histoire d'une grande amitié, entre deux garçons, Daniel et Nathan, qui débute en 1952.

On est emporté dans l'Amérique de Kennedy, de la Guerre du Vietnam, de la lutte pour les droits civiques, de Martin Luther King...

C'est un véritable page-turner, chaque pages est une claque magistral.

On dévore chaque mots, chaque virgulent, comme un affamé !

On ne veux pas que ce livre ce termine, et en mm temps on veux savoir ce qu'il va ce passer à la page suivante.

Dans le couloir de la mort, tout est minutieusement décrit, chaque impression, chaque pensé, chaque mouvements.

Je me croyais devant le film "La ligne verte", de Stephen King, (je n'ai jamais lu le livre).

A un moment, j'ai pleuré, à un autre j'ai été horrifiée !

Mais à aucun moment je n'ai dévié de mon intuition première, (je ne vous en dirais pas plus).

Je vous laisse découvrir ce pure bijoux de la littérature.

Ce livre va vous remuer, vous attraper, vous clouer à votre fauteuil et surtout vous fera voire la vie autrement !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HermioneGranger26 2018-11-14T21:48:29+01:00
Or

J’ai beaucoup aimé ce livre, non seulement l’histoire est bien mais en plus on en apprend sur l’histoire de l’Amerique. Il y a un vrai suspens, je recommande ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SkeletonGirl 2018-10-17T18:09:02+02:00
Diamant

Un chef d'oeuvre. Papillon de nuit est un livre bouleversant, qui m'a fait pleuré autant qu'il m'a donné envie de crier. C'est une histoire magnifique, celle d'une amitié impossible entre Nathan et Daniel. Une amitié qui a duré mais qui finit tragiquement.

R.J. Ellory a ce don de créer des personnages aussi complexes qu'attachants. Il a dépeint avec une précision déroutante, l'Amérique profonde et meurtrie par des complots en tout genre.

Les mots me manquent pour décrire à quel point ce livre m'a perturbé, à quel point je l'ai aimé. Papillon de nuit est un roman qui nous marque, qui nous touche. Il est criant de vérité et dénonce d'une façon brutale mais nécessaire cette période de l'Histoire des Etats-Unis.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Skritt 2018-09-05T19:14:35+02:00
Or

Ce premier roman de l’auteur à succès R.J. Ellory se déroule dans l’Amérique des années 50 à 80. Nous sommes auprès de Daniel, dans le couloir de la mort, condamné pour le meurtre de Nathan, et se remémore sa vie, les bons moments comme les mauvais. L’histoire est prenant puisque le personnage nous raconte sa propre histoire mais aussi l’histoire des Etats-Unis, avec parfois suffisamment d’éloignement pour nous rendre compte malgré tout de l’impact de décisions politiques sur la vie de jeunes américains. Le personnage de Daniel est très attachant. Mais le récit met vraiment du temps à démarrer, c’est dans la deuxième partie du roman que nous ressentons une accélération jusqu’au dénouement. Mais quelques indices parsemés ici et là, juste une phrase, nous dévoile ce que sera la fin, et j’ai été un peu déçu de ne pas avoir la surprise.

Le roman est très bien écrit et le style nous aspire facilement dès les premières pages. Dans l’ensemble, c’est un bon roman qui nous imprègne d’une atmosphère particulière, la prison et la vie des Etats-Unis pendant plusieurs décennies, mais il y a tout de même quelques défauts.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2018-08-08T10:45:58+02:00
Diamant

Avec Ellory, mon esprit littéraire a joui une fois de plus. le récit m'a pris à la gorge, au coeur, dans mes tripes, dans mes cou… Ah non, ça j'en ai pas !

Cet auteur a une manière bien à lui de décrire les années sombres des États-Unis, alors qu'il est anglais, et j'en redemande à chaque fois.

Ici, c'est tout un pan des sixties qu'il va mettre en scène. Les années 60 et sa putain de guerre du Vietnam, cette boucherie à ciel ouvert pour jeunes recrues qui ne savaient même pas où ça se trouvait.

Les années 60, c'est aussi l'époque où les Noirs acquièrent enfin des droits. Oui, mesdames et messieurs, ça ne remonte pas à si loin que ça, l'entrée des Noirs à l'université, dans ce grand pays qui se prend pour le gendarme du monde et grand donneur de leçons devant l'Éternel.

Enfin, le droit d'aller à l'unif… c'est sur papier ! La loi le dit, mais faut encore qu'on autorise ces personnes à franchir la porte. du côté des États du Sud, ils résistent encore et toujours à la déségrégation raciale.

Tout cela va nous être raconté aux travers des souvenirs de Daniel Ford, prisonnier dans le couloir de la mort.

Nous sommes en 1982 et notre Danny Boy, racontant ses souvenirs à un prête, va nous narrer son histoire d'amitié avec Nathan, un jeune gamin noir, quand ils avaient tous les deux 6 ans.

La plume d'Ellory m'enchante toujours autant et son premier roman ne fait pas exception. Lui, il peut même se permettre de faire des phrases courtes, ça passe toujours.

L'alternance des récits, celui de 1982 mélangé à des souvenirs d'antan, rend le roman addictif, on ne le lâche plus et on découvre avec effroi ces années sombres des États-Unis.

Des personnages bien campés, bien détaillés, un récit fort, puissant, magnifique, addictif, de l'émotion à l'état brut, sans jamais plonger dans le pathos gratuit, Ellory nous sert là un plat de résistance gargantuesque sans avoir besoin de nous servir un pavé.

Non, le pavé, on se le prendra dans la gueule si on est un grand naïf et qu'on ne sait pas encore qu'on ne nous dit pas tout et que les complots sont aussi nombreux dans certains milieux que les punaises de lit dans de la literie d'une auberge pouilleuse du 18ème.

Je savais que l'on pratiquait de la démagogie et de l'intox à tous les étages, mais Ellory en a ajouté quelques uns dont je n'avais pas encore connaissance.

Un roman que j'ai dévoré, ne laissant aucune miette, me pourléchant les babines tout en le finissant sur les genoux, tant l'émotion m'avait saisie à la gorge, au coeur, dans mes tripes et dans mes cou…

Oui, si j'en avais eu, le récit m'aurait saisi là aussi. Un putain de super bon roman. Les mots me manquent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Totopinette 2018-06-13T14:28:23+02:00
Argent

Ce roman policier semble avoir reçu des critiques très élogieuses. Sa lecture m’a été relativement plaisante, cela-dit, je ne peut m’empêcher de voir un léger plagia de « La ligne verte » de Stephen King, mêlée à des idées complotistes. 
La première partie du roman, qui met en place ce sentiment de conflit politique sur fond de complots et de machinations, m’a paru très longue. J’ai eu du mal à être bercée par cette mélodie. Disons que, lorsque je sors un roman policier de ma bibliothèque, je ne m’attend pas à être noyée dans un univers si politisé. Si cette partie avait été allégée, j’aurais davantage apprécié ma lecture. D’autant plus que l’auteur a une très belle plume. Dès que je lisais le nom « Schembri », je me disais : « Oh non ! Ça recommence … Et l’histoire de Daniel, alors ? » - Parce qu’en réalité, cette première partie traite très peu de Daniel. Et j’ai vraiment trouvé ça dommage, car j’espérais vraiment un roman sous forme de témoignage, et non pas sous forme de ce qui m’a paru être une sorte de documentaire fictif. On ne peut, bien sûr, pas en vouloir à Ellory qui utilise constamment les théories franc-maçonniques, illuminatistes et complotistes en tout genre dans ses écrits. C’est sa marque de fabrication. Sa signature. On adhère ou on adhère pas. Pour ma part, je suis mitigée puisque je trouve que, dans cette œuvre en tout cas, ça alourdit l’intrigue. Ensuite, il était peut-être utile de les utiliser afin de différencier son roman de celui de Stefen King. 
D’ailleurs, venons-en aux ressemblances avec l’œuvre de Stephen King. En 1996, King sortait « La ligne verte ». Une œuvre largement reconnue et même adaptée au cinéma. En 2003, Ellory décide de surfer sur la même vague que King. D’accord ! Mais pourquoi user des mêmes outils ? Un personnage afro-américain, qui dénonce l’Amérique raciste emplie de préjugés. Un gardien de prison absolument abjecte qui s’en prend aux détenus et qui le paie très chèrement à la fin des deux œuvres. Un gardien très agréable, soucieux de l’état de santé de l’accusé au point de lui proposé des beignets (dans « La ligne verte », ce sont des petits pains de maïs). Bref, on ne peut que rapprocher les deux œuvres. Ce n’est pas déplaisant, mais c’est un peu frustrant cela-dit. On aurait aimé lire autre chose. Être emporté dans l’imagination de quelqu’un d’autre et ne pas voguer sur un mélange des deux.
Ellory dénonce ici la loi qui légalise la peine létale en Amérique. Pour cela, il use d’un personnage condamné à mort, évidemment, mais surtout innocent. J’aurais aimé qu’il y ait une contre-argumentation provenant des proches des victimes. J’avoue avoir un peu de mal avec les auteurs qui décident de défendre un sujet sans opposer une argumentation contraire. Je ne comprend pas qu’on puisse adhérer à un point de vue ou à un autre sans que chacun ait eu la chance de défendre ses idées. C’est une sorte de facilité … Le sujet mériterait d’être soutenu de façon, je dirais, plus sérieuse afin d’être entendu et surtout bien compris.
En ce qui concerne les personnages, l’auteur a taillé Nathan tel un super-héros. Il est courageux, travailleur, presque sage. Il devient un homme qui sait ce qu’il veut et qui sait surtout ce qu’il ne veut pas. Daniel, lui, est présenté comme un faiblard. Il a peur de tout, n’est pas particulièrement fort et ne prend jamais de décision. Lui, son truc, c’est de suivre Nathan. Le caractère de Nathan a tendance à nous énerver, parfois on se dit qu’il a bien cherché ses problèmes … Pourtant, sa candeur nous attache à lui. Un utopiste qui croyait en la bonté et en la douceur du monde. C’est un innocent au grand-cœur. Son amitié pour Nathan est sans limite. Même lorsqu’il lui vole sa petite-amie. Son ami est ce qu’il a de plus cher. Mais, on a le sentiment que l’amour qu’il donne à Nathan ne lui revient pas avec la même fougue. Nathan aurait pu partir sans lui, Nathan lui a volé sa petite amie … Le super-héros n’était plus un super-héros, mais était devenu un gros égoïste au final. Et c’est un bon point pour l’auteur d’avoir créer un personnage comme celui-ci. Il a ancré le lecteur dans la réalité en l’extirpant de la fiction.
Par contre, il y a peu de suspens sur le fait que Daniel s’est fait piéger par le père de Linny Goldbourne. C’était cousu de fil blanc. Autant que son étonnant procès à la fin du récit. Pas de doute non plus sur le fait que le père John le fasse libérer de prison … En résumé, je n’ai pas ressenti beaucoup de suspens à la lecture de ce roman, et je trouve ça dommage car le sujet s’y prêtait parfaitement. Malgré tout, ça reste un roman relativement intéressant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Moumik 2017-08-29T18:54:09+02:00
Diamant

Une vraie pépite! Chaque mots a sa place! C'est merveilleusement bien écrit. Plongée dès les premières lignes dans cette Amérique qui me renvoie directement dans L'oiseau moqueur d'Harper Lee que j'avais adoré. Des moments de tensions extrêmes! Une vision de l'amitié qui est tellement pure. Les sentiments humain vécus par Daniel et Nathan tout au long de l'histoire sont d'une justesse et beauté impressionnante. J'ai découvert RJ Ellory avec cette histoire et je ne compte pas m'arrêter la!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MademoiselleMaeve 2017-08-18T11:35:33+02:00
Diamant

https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2017/08/18/papillon-de-nuit-r-j-ellory/

Quand j’ai découvert que j’allais devoir lire le premier roman de R.J. Ellory pour le prix du Polar Livre de Poche, j’étais ravie. Papillon de nuit était dans ma PAL et ça allait être une occasion d’enfin me plonger dedans. J’adore Ellory. Mais quand je dis que je l’adore, je le pense vraiment. Seul le silence est sans doute le meilleur livre que j’ai jamais lu – en je pense que j’ai quand même lu pas mal de livres – et c’est d’ailleurs lui qui m’a donné envie d’ouvrir ce blog il y a un peu plus de trois ans – que ça passe vite !

En commençant à lire Papillon de nuit, dès les premières lignes, j’ai ressenti les mêmes émotions que pour Seul le silence, c’est-à-dire la certitude que j’avais entre les mains un roman formidable et plein de poésie. Je ne suis pas certaine qu’il y ait beaucoup de thrillers qui puissent dire la même chose.

Daniel est dans le couloir de la mort, ses jours sont comptés, son horizon se limite à quatre murs et quelques matons et pourtant, il y a de la beauté et de la lumière dans ce roman. C’est puissant.

Après avoir peiné à lire Hortense de Jacques Expert, j’ai dégusté chaque mot de Papillon de nuit comme si je mangeais de délicieux bonbons. Alors Ne mords pas la main qui te nourrit est vraiment un bon thriller, mais comment s’en sortir dans une compétition face à un tel chef d’œuvre. Oui, un chef d’œuvre et je ne dis pas ça à la légère.

Afficher en entier

Dates de sortie

Papillon de nuit

  • France : 2015-06-01 (Français)
  • France : 2017-02-01 - Poche (Français)
  • USA : 2003-07-01 (English)

Activité récente

gdmd le place en liste or
2019-11-27T17:42:37+01:00
eric37 l'ajoute dans sa biblio or
2019-08-28T11:44:45+02:00

Titres alternatifs

  • Candlemoth - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 67
Commentaires 18
Extraits 16
Evaluations 31
Note globale 8.65 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode