Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Paraffine : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Ainsi vont les filles Ainsi vont les filles
Mary Westmacott   
Un roman très original de la part de la reine du crime. Ici pas d'effusions de sang mais plutôt des sentiments retenus, des non dits et une rancœur rampante entre la mère (Ann) et sa fille (Sarah)... La fille ne se rend pas compte du sacrifice de la mère et la mère en veut à la fille pour la décision qu'elle a finalement été la seule à prendre. Dame Laura, amie de la famille, observe tout cela d'un œil scrutateur... J'aime beaucoup la manière dont les sentiments des deux protagonistes sont expliqués tout comme les interventions extérieures et l'évolution des personnages sur plusieurs années. C'est touchant parce qu'on voit bien la manière dont la mère et la fille, jadis fusionnelles, s'éloignent l'une de l'autre. Au milieu, divers personnages viennent mettre leur grain de sel, comme un signal d'alarme vers les deux femmes. La fin est très jolie sans être parfaitement heureuse et j'ai apprécié cette ambivalence.


Ce que j'aime : la manière dont les personnages évoluent, la fin


Ce que j'aime moins : Quelqu'un aurait du s'en mêler bien avant !


En bref : Un roman qui exploite à fond les faiblesses humaines et la notion de sacrifice


Ma note


7/10

par JessSwann
Neverwhere Neverwhere
Neil Gaiman   
Entre magicien d'Oz et Alice au pays des merveilles dans une version contemporaine à l'atmosphère particulièrement noire et glauque.
Le livre raconte comment un homme, tout ce qu'il y a de plus "normal", tombe dans un monde étrange, secrêt et invisible pour le commun des mortels et essaye tant bien que mal à redevenir ce qu'il était.
On y découvre des hommes et des femmes étonnants à qui on s'attache particulièrement Porte et le Marquis de Carabas.
LAISSEZ VOUS SEDUIRE!
Histoire des peuples de langue anglaise, volume 1 : Naissance d'une nation Histoire des peuples de langue anglaise, volume 1 : Naissance d'une nation
Winston Churchill   
Naissance d'une nation c'est l'Histoire de la Grande-Bretagne de la période romaine à la Guerre des Deux-Roses en passant par la Conquête normande et la Guerre de Cent Ans. A aucun moment le lecteur français ne se sentira dépaysé à la lecture de cet ouvrage tant l'Histoire des deux pays se trouve imbriquée durant cette période. Winston Churchill nous livre son analyse des événements, et même s'il n'entendait pas concurrencer les historiens professionnels, il offre avec cet ouvrage une œuvre magistrale à la hauteur du personnage qu'il fut.

par Paraffine
HHhH HHhH
Laurent Binet   
trés beau "roman historique", interessant notamment pour l'introspection de l'auteur et ses réfexions sur le principe du "roman historique" : peut-on romancer l'histoire ?

par cedricT
Les geôliers Les geôliers
Serge Brussolo   
J'aime beaucoup les récits de Serge Brussolo, c'est toujours divertissant, attrayant, intéressant mais surtout et plus que tout c'est surprenant.

Avec Les geôliers c'est encore une fois le cas, une histoire qui va vous clouer par son originalité, des romans de Brussolo c'est celui que j'ai trouvé le plus déroutant, pourtant la barre était déjà bien haute avec "Frontière Barbare" (que j'adore), c'est dire, mais voilà, ne sommes-nous pas à la limite du trop absurdes ? Trop décalé ? Je pense qu'en tout cas on en est certainement presque à la limite. Lors de ma lecture des geôliers je me suis dit : hey mais c'est dingue ça, puis plus loin : nan !! C'est pas possible, pour encore ensuite me dire que l'auteur est juste sur une autre planète (sans méchanceté attention, ma remarque tiens plutôt du respect que j'ai pour lui). Alors heureusement que c'est un livre de Serge Brussolo et qu'il sait admirablement manier ce genre d'absurdités hallucinées, puis qu'il tient le lecteur en haleine aussi, car sinon je pense que j'aurais abandonné, au final j'ai réussi à terminer le roman avec l'impression d'avoir fait un marathon, c'était bien mais je ne m'y pencherais pas une seconde fois, tout du moins pas avant plusieurs années. , le temps d'oublier un peu le livre (cela risque de ne pas être évident).

Attention ce n'est pas un mauvais roman, loin de là, l'auteur a même le mérite d'avoir une imagination débordante, simplement il faut réussir à intégrer une tonne d'informations plus surprenantes les unes que les autres.

Pour conclure cette petite chronique, je conseillerais ce livre aux adeptes de l'absurde et du décalé ainsi qu'aux habitués de S. Brussolo ou à ceux qui souhaitent découvrir cet auteur par un de ses livres les plus fou.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/04/les-geoliers-serge-brussolo.html

par Maks
Vengeance en eau froide Vengeance en eau froide
Anne Perry   
Une nouvelle enquête passionnante qui nous plonge dans une part totalement inconnue du passé de Monk. J'ai adoré lire ses aventures durant la ruée vers l'or. L'enquête de départ (l'évasion puis la mort de deux prisonniers des douanes) est assez simpliste mais l'aspect passé de Monk était plus qu’intéressant. Pour une fois nous avons moins vu Hester et j'ai beaucoup apprécié la place importante prise par la veuve York (sans nul doute future Mrs Rathbone). Bref, je vais éviter de trop développer pour ne pas spoiler mais j'ai apprécié le rythme de cet épisode très tourné vers le passé qui, cerise sur le gateau, évite de mettre trop en avant Hester, Scuff ... et qui réussit à rappeler l'identité de Monk et ses différences avec Thomas Pitt


Ce que j'aime : l'enquête, le fait d'en apprendre pus sur Monk


Ce que j'aime moins : toujours des passages introspectifs des personnages qui se ressemblent et sont un peu longs


En bref : Une bonne enquête qui explique les tomes précédents et nous permet d'en apprendre plus sur Monk


Ma note


7,5/10

par JessSwann
Je te vois reine des quatre parties du monde Je te vois reine des quatre parties du monde
Alexandra Lapierre   
Un grand coup de cœur pour ce roman historique.
L'auteur nous raconte ici l'histoire d'Isabelle Baretto le tout dans un style fluide et agréable à lire. De plus, ce n'est pas une lecture d'un niveau trop difficile comme je l'avais craint.
L'auteure a réussi à raconter l'histoire d'Isabelle de manière romancée ce qui fait que durant tout le récit, nous painons à croire qu'il s'agit enfait d'une histoire vraie. Le récit est jalonné de détails et d'annecdotes qui rendent la lecture d'autant plus agréable, on voit bien que l'auteur s'est énormément documenté pour rendre ce livre aussi détaillé.
Il était une fois l'inspecteur Chen Il était une fois l'inspecteur Chen
Qiu Xiaolong   
« Mais je crains dans les palais de jade et d’agate/Que le froid ne règne en si haut lieu. »
Introduction douce à l’univers très enivrant de Qiu Xialong : entre nouilles aux crevettes et souvenirs d’enfance, l’enquête initiatrice de l’inspecteur Chen nous trimballe dans les petites rues de Shanghai, aux relents de révolution culturelle chinoise.
Le livre s’articule autour de petits écrits qui relatent dans un premier temps la toute première enquête de l’inspecteur Chen : son insertion dans la brigade chinoise, petit à petit, assez naturellement, ses pensées, ses hésitations et ses déductions ; assez proche des romans d’énigme très old school, mais qui a son charme. Ensuite, dans un second temps, l’auteur raconte sa jeunesse lors de la révolution culturelle chinoise, et comment il s’en est inspiré pour écrire plus tard : les anecdotes défilent et réussissent à captiver (notamment ce trafic de livres clandestins durant l’oppression).
Que dire de plus ? L’auteur a la fâcheuse tendance de parler presque tout le temps de nourriture chinoise, ce qui n’est pas pour déplaire au final !
Pour conclure, un roman court, parfait pour commencer cet auteur, une petite introduction, et donc, qui peut laisser un peu sur sa faim !

par sylvain
Chien du heaume suivi de Mordre le Bouclier Chien du heaume suivi de Mordre le Bouclier
Justine Niogret   
« Je ne te souhaite pas la bonne chance, les gens comme nous n’en ont pas besoin. »

On l’appelle Chien du Heaume parce qu’elle n’a plus ni nom ni passé, juste une hache ornée de serpents à qui elle a confié sa vie. La quête de ses origines la mène sur les terres brumeuses du chevalier Sanglier, qui règne sans partage sur le castel de Broe. Elle y rencontre Regehir, le forgeron à la gueule barrée d’une croix, Iynge, le jeune guerrier à la voix douce, mais aussi des ennemis à la langue fourbe ou à l’épée traîtresse. Comme la Salamandre, cauchemar des hommes de guerre…

On l’appelle Chien du Heaume parce qu’à chaque bataille, c’est elle qu’on siffle.

Dans l’univers âpre et sans merci du haut Moyen Âge, loin de l’image idéalisée que l’on se fait de ces temps cruels, une femme se bat pour retrouver ce qu’elle a de plus cher, son passé et son identité.



Justine Niogret nous dépeint un monde brutal et violent, au travers d’une description poignante de la vengeance et de la haine, de la folie du sang et de la guerre, et des questionnements de quelques âmes brisées qui cherchent leur chemin dans la vie.

Remarquée pour sa langue ciselée et percutante, l’auteure entraîne le lecteur dans ses mondes à la noirceur lumineuse et à l’onirisme cru.

par Tzeentch9
Le Fou et l'assassin, tome 3 : En quête de vengeance Le Fou et l'assassin, tome 3 : En quête de vengeance
Robin Hobb   
Un tome tout aussi passionnant que les deux premiers même si je trouve toujours Fitz très long à la détente (clairement on comprend pourquoi leur nom est Loinvoyant et non Clairvoyant). J'ai trouvé toutes ses parties absolument passionnantes : entre le récit du Fou, les souvenirs d'Oeil de Nuit, sa relation avec Ortie et les nouveaux personnages (j'adore Cendre et Bigarrée, surtout Bigarrée) on ne s'ennuie pas. Et on pleure avec Fitz (le passage où Kettricken et Devoir lui rendent la place qu'il aurait toujours du occuper est très émouvante, on se dit ENFIN !)

Umbre est également très émouvant dans ce tome, surtout avec l'admission de ce que le lecteur avait compris depuis longtemps..

Les passages d'Abeille sont un peu en dessous mais complètent avantageusement le récit du Fou et les très très nombreuses révélations de ce tome ( il y en a tellement qu'on ne sait pas trop où donner de la tête même si, pour la plupart, on les comprend avant que l'idée même effleure Fitz). J'aime aussi beaucoup l'idée de son ascendance ainsi que la manière dont l'auteure réussit à lier tout à la fois les événements de L'Assassin Royal, des Aventuriers de la Mer et des Gardiens des Dragons. Il est plaisant d'avoir des nouvelles des personnages des autres saga et je ne peux, une fois de plus, que reconnaitre que Fitz est sans nul doute le plus fantastique personnage que j'ai jamais été amenée à lire...


Ce que j'aime : l'addictivité, Fitz, la manière dont le monde s'enrichit encore avec de nouveaux lieux, de nouveaux liens et de nouveaux mystères quand à l'Art et à son mode de fonctionnement


Ce que j'aime moins : des fois, je trouve que Fitz est quand même bien long à la détente, à croire qu'avec tout ce qu'il a vécu, il n'a toujours rien appris


En bref : Un tome passionnant qui continue une saga qui nous permet de retrouver les personnages si attachants des Six Duchés. Et puis... qu'il est bon de lire les malheurs de Fitz !


Ma note


9,5/10

par JessSwann