Livres
478 022
Membres
459 248

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires

Pardon



Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Ellea 2019-11-28T04:25:05+01:00
Bronze

*Avis Complet sur mon Blog :

https://elleaclouds.home.blog/2019/11/27/pardon-de-erika-boyer-avis/

°~°~°~°~°~°~°~°

‘Pardon’, suit l’histoire d’un jeune homme qui tombe amoureux. Un amour qu’il est bien décidé à garder secret et ne jamais dévoiler. Un amour qui le fait souffrir, qu’il veut oublier. Parce que celle qui fait battre son coeur, n’est autre que sa jeune soeur. Une histoire intéressante qui nous permet de découvrir ce tabou qu’est l’inceste. Qui nous fait découvrir cet amour interdit, mais aussi les sentiments qui accompagnent celui-ci, et le jugement des autres face à celui-ci. Une romance différente, où la joie de découvrir que l’on aime quelqu’un, est remplacée par la culpabilité de qui est cette personne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jen000 2019-09-09T09:52:44+02:00
Argent

Pardon est une romance tabou , qui retrace la naissance d’un amour incestueux consentit entre un frère et une sœur . C’est un livre que je ne peux m empêcher de comparer à forbidden de tabitha suzuma . Mon premier livre sur ce thème la . Il est beaucoup moins melo-dramatique . Il est plus léger , plus optimiste . Les personnages sont touchants , ils sont authentiques .

La façon d aborder ce thème est très différente de celle de tabitha suzuma . Le lecteur se délivre de ce poids du secret , c ‘est un inceste assumé , dévoilé . Les réactions de leur entourage est somme toute très déconcertante , ça enlève un peu de crédibilité car je ne crois pas que le regard des gens soit aussi compréhensif et limite enjoué par leur relation d ‘amour interdit … Ca fait un peu trop «  vivons notre amour dans un monde parfait «  Mais l écriture d ‘Erika boyer a su moraliser cette romance avec justesse et délicatesse . J’ai passé un bon moment de lecture . Et contrairement à forbidden , je ne me suis pas pris la tête pendant des jours sur le bon sens et la morale d ‘avoir adoré ses histoires qui nous sortent réellement de notre zone de confort .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marlene2303 2019-06-29T14:42:26+02:00
Diamant

http://www.lmedml.fr/2019/06/28/pardon-erika-boyer/

PARDON… ERIKA A TOUCHE MON ÂME DE LECTRICE !

« Love is love. » – Harry Styles

A tous ceux qui célèbrent l’amour sous toutes ses formes.

Cette chronique ne sera définitivement pas comme les autres… J’avais ce roman dans ma bibliothèque depuis presque un an… Mais je n’avais pas encore sentir le « besoin » de le lire, comme si j’attendais « LE » moment propice pour le lire ! Et ce fut un déclic quand j’ai parlé du roman [Forbidden] sur mon compte instagram. Depuis quelques temps, j’essuie beaucoup de déceptions livresques et j’avais besoin d’une lecture qui me redonne cet amour de la lecture. J’aime bien les lectures légères surtout en cette saison, mais sur l’instant T j’avais besoin d’une histoire qui me touche au plus profond de moi. Et quoi de mieux qu’un roman d’Erika Boyer pour me rebooster et réanimer mon âme. Je vais commencer par vous parler du thème de ce roman qui est tabou. L’inceste consenti…

Erika Boyer a su offrir une note à ses lecteurs que je vais vous livrer comme ça les plus frileux d’entre vous en ce qui concerne ce thème aura peut-être envie de découvrir cette merveilleuse histoire.

Note

Il est important de rappeler qu’une relation incestueuse n’est pas illégale lorsqu’elle est consentie. Il ne faut pas confondre l’inceste avec un abus sexuel ou viol incestueux, l’un est légal tandis que les autres sont punis par la loi, l’un est consenti tandis que les autres sont des actes criminels. Si l’inceste reste un sujet tabou dans notre société, il n’est cependant pas illégal.

Inceste – nom masculin singulier : union illicite entre des personnes liées par un degré de parenté entraînant la prohibition du mariage, dans une société donnée.

Illicite – adjectif singulier invariant en genre : qui est défendu par la loi ou par la morale.

« le-dictionnaire-com »

« En France, l’inceste, c’est-à-dire le rapport sexuel entre deux personnes qui sont parents à un degré où le mariage est interdit, ne constitue pas une infraction spécifique. Si la relation est librement consentie et concerne deux personnes qui ont dépassé l’âge de la majorité sexuelle, fixé à quinze ans dans notre pays, elle ne tombe pas sous le coup du code pénal. »

« senat.fr »

Maintenant je vais pouvoir vous livrer mon ressenti sur cette histoire atypique. C’est le quatrième roman d’Erika Boyer que je lis et je peux maintenant vous avouer que j’ai un réel coup de coeur pour sa plume. Je suis amoureuse de sa manière d’écrire, de sa façon de voir la vie et ce qu’elle transmet à travers tous ses récits.

Depuis que je lis assidûment, j’ai pu constater que je suis plus ouverte d’esprit, moins limitée dans mes idées et j’apprécie davantage mon existence depuis que je lis des histoires telles que [Pardon].

DES PERSONNAGES PLUS VRAIS QUE NATURE !

Erika nous offre encore une palette de personnalités éclectiques dans ce roman. Si Will est notre narrateur et que j’ai vécu cette histoire à travers ses yeux, je me suis énormément attaché à tous les personnages de ce livre.

Will est un jeune homme sensible, tourmenté par ses sentiments qu’ils considère dans un premier temps comme « malsains ». Will aime totalement, inconditionnellement et d’un amour sincère et pur. Mais hélas cet amour est « tabou », « interdit »… Mais aux yeux de qui ? Will prend un décision déchirante, partir loin de sa sœur, loin de cet amour qui lui brise le cœur. Will est un personnage qui s’est emparé de mon cœur. Il est tellement touchant, humain et aux prises avec ses émotions. C’est notre personnage principal et il nous narre son histoire sans barrières, sans faux semblants ! Il se met à nu dans un récit qui nous démontre que l’amour, le vrai ne s’oublie jamais.

« Certains fous disent que le véritable amour c’est d’être heureux pour l’être aimé, même s’il est épris d’une autre personne. Ces gens n’ont sûrement jamais aimé avant. Il n’y a pas de pureté dans ce domaine, l’amour véritable c’est quand tu te bats et donnes tout ce que tu as pour avoir celui ou celle que tu aimes dans tes bras, tout près de toi. »

Sarah est une jeune femme touchante que vous découvrirez dans le récit de diverses manières, c’est davantage la vie de Will que l’on découvrir dans un premier temps, sa nouvelle vie à Bordeaux, ses nouveaux amis et son quotidien qui le mèneront à l’inéluctable. Les personnages de ce roman sont puissants, Erika Boyer a su leur donner vie de manière très réelle. Je me suis attaché à chacun d’entre eux.

UN RÉCIT QUI BOUSCULE LES PRÉJUGÉS !

Vous avez peut-être déjà votre avis sur l’inceste. Vous êtes peut-être même persuadés de vos convictions mais pensez-vous pouvoir les remettre en question ? Je crois que ces dernières années j’ai énormément évoluée. Je ne me laisse plus guider par la morale, par les qu’en dira-t-on… J’aime être bousculée, que l’on m’ouvre les yeux sur des sujets à débat.

L’inceste c’est tabou… Mais l’amour dans tout cela ?

Erika Boyer a su aborder cette thématique avec bienveillance, elle prend position et en même temps elle reste neutre car tous les personnages de ce récit ont leur propres convictions concernant l’histoire de Will et Sarah. On va vivre ce récit intensément, j’ai été complètement happée par cette histoire. J’étais tellement émue et je me suis sentie concernée par la relation de Will et Sarah. Notre héros va faire des choix et en assumer les conséquences.

Le récit a un cheminement captivant, Erika Boyer a su mettre l’accent sur les émotions, sur les difficultés d’adaptation de nos héros, sur leurs choix et leurs perspectives d’avenir. Cette tranche de vie m’a changé, elle a gonflé mon cœur d’amour. Les émotions m’ont dévastée, consumée et vraiment secouée.

« Tu manques à ma vie. »

J’ai particulièrement aimé la bienveillance et le fait que l’autrice ait choisi un axe non dramatique pour illustrer le thème de l’inceste. Attention, nos héros vont traverser des épreuves difficiles faites de manque, de frustration, de culpabilité et des remises en question qui ne manqueront pas de bouleverser leurs existences. Cette histoire m’a fait beaucoup de bien, elle m’a redonné foi en l’amour quel qu’il soit, foi en l’humanité et en la bienveillance.

« J’ai tellement peur qu’une autre personne prenne ma place dans ton cœur. Pire encore, j’ai peur que tu finisses par ressentir de l’amour pour quelqu’un qui n’est pas moi. »

UNE PLUME TOUJOURS AUSSI VIVANTE ET POÉTIQUE !

Erika Boyer n’hésite pas à nous offrir des récits très intenses tout en restant relativement légers et faciles à lire. Sa plume est vivante, douce et sincère. Elle se livre à 100% dans son écriture, elle affirme ses convictions, milite pour des sujets qui lui tiennent à cœur. Je suis tellement réceptive à son style et sa façon d’écrire.

Le récit est très bien construit, elle nous donne des éléments de compréhension, quelques retours en arrière qui nous permettent de bien comprendre notre héros. L’amour est naturellement évoqué, il est magnifié à chaque page que l’on tourne.

Ce roman n’est pas une romance classique. C’est une ode à l’amour sous toutes ses formes. On ne choisi pas qui l’on aime, l’amour nous tombe dessus… Ce n’est pas pour rien que l’on dit que l’on tombe amoureux de quelqu’un ou de quelque chose.

La psychologie de cette histoire d’amour est très bien abordée, progressivement on lutte avec Will, on affronte ses peurs en même temps que lui et on ressent tout l’amour qu’il porte à Sarah, sa sœur et j’ai trouvé cela libérateur de pouvoir vivre cet amour librement même s’il est tabou.

« Brise mon cœur si ça te plaît, cela ne m’empêchera pas de t’aimer. Je me fiche de ne pas être ta première fois si je peux être ta dernière. »

Il n’y a aucune précipitation dans cette histoire, elle se déroule sur un laps de temps assez important pour permettre à nos personnages d’appréhender leur éventuelle relation amoureuse. Erika Boyer a choisi un cheminement lent et captivant. J’ai été totalement séduite par les choix qu’elle a fait tout au long de l’histoire. Elle a abordé le thème avec tact, finesse et intelligence. Elle a su nous offrir divers points de vue en ce qui concerne l’histoire de Will et Sarah, ce qui permet au lecteur d’avoir sa propre réflexion sur le sujet de l’inceste consenti, je rappelle le fait que cela soit consenti dans le récit, c’est important.

« Je ne me souviens que du bon, de l’amour et de la joie que j’ai pu ressentir en toi. Le reste est mort dans mon esprit, tous ces souvenirs où je nous voyais, partageant le même sang, je les ai effacés. »

Il y a d’autres thèmes importants qui sont abordés dans l’histoire, comme la religion, la famille, et l’amitié. Toujours très bien représenté et mis en avant avec brio.

EN BREF :

[Pardon] est le tout premier roman d’Erika Boyer et je le trouve absolument parfait. Elle a su offrir à ses lecteurs une romance atypique qui aborde le thème de l’inceste consenti. L’histoire d’amour d’un frère et une sœur qui transcende n’importe quel amour. J’ai choisir de lire ce roman au moment propice, j’avais besoin de Will et Sarah, de leur histoire si touchante et bienveillante. J’avais besoin de ces émotions qui m’ont gonflé le cœur à bloc. Avec sa plume douce et poétique, Erika Boyer sort des sentiers battus avec un roman merveilleux qui nous prouve que l’amour est un sentiment pur. J’espère sincèrement que vous aurez envie de découvrir l’histoire magnifique de Will et Sarah !

A lire si vous aimez…

Les romances atypiques.

Les thèmes tabous tel que l’inceste consenti.

Les héros bienveillants, attachants et touchants.

Les récits poétiques qui transmettent de beaux messages.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kimireadsbooks0 2019-04-17T13:02:55+02:00
Diamant

Pour parler de l’auteure, c’est le 2e livre que je lis et, encore une fois, j'ai adoré.

J'adore sa plume, j'adore la fluidité de ses histoires, c’est tellement facile à lire. Elle a ce pouvoir qui fait que quand tu en lis un, tu veux tous les lires. Elle a réussi à me faire aimer une histoire taboue, presque interdite, en la rendant extraordinairement magnifique.

J'ai adoré, ce que je trouve bizarre, c'est cas aucun moment, j'ai trouvé leur histoire bizarre, anormal ou incestueuse et pourtant dieu sait que je me répétais durant ma lecture qu’ils étaient frère et sœur, qu’ils avaient le même sang, qu'ils avaient grandis ensemble. Mais je ne sais pas.. à aucun moment j'ai vraiment ressenti de malaise.

Après, il faut reconnaître que l'histoire était très bien tourné, à plusieurs reprises, je me suis dit, mais comment l'auteure va arriver, a ce qu’ils se passent quelque chose, comment elle va nous mener à ce moment-là.

Il ne faut pas oublier qu’objectivement avant d’acheter ce livre, puis quand j'ai commencé à la lire, j'étais déjà très ouverte sur le sujet, donc ça a peut-être joué sur le fait que ça ne m'a pas heurté.

J'ai adoré Will, j’ai apprécié qu’il se rende compte qu’il avait des penser dites «impure, anormale», qu’il est l’impression de se sentir sale.. (d’après lui). Will se rendait compte que dans la société actuelle ce n'était pas normal.

Mais qui a décidé de la normalité des choses ?.. Je suis dans l'optique que tout le monde peut aimer qui il veut, que l'amour ça reste de l'amour. Vivons tous heureux comme on l’entend.

Également, j’ai approuvé que «certains personnages» n'acceptent pas.

C’était bien de pouvoir montrer que tout le monde n’accepter pas cette situation. Ce côté dramatique de l’histoire était un + de mon admiration pour ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nathlie93100 2018-11-26T14:48:28+01:00
Diamant

https://reveuseeveillee.blogspot.com/2018/02/pardon-derika-boyer.html

J'ai découvert Erika Boyer avec ses deux autres textes : Le Langage des Fleurs et Sous le même ciel. Si, en général, je ne lis que très peu de romances, j'ai lu les siennes avec un immense plaisir ! Et sans doute est-ce du au fait qu'elle ne se contente pas de nous montrer une seule vision de l'amour mais plutôt les différentes facettes que ce sentiment peut prendre. Avec Pardon, son premier roman, elle a fait fort en s'attaquant avec brio au sujet tabou qu'est l'inceste.

La première chose que l'on remarque tout de suite est le fait que l'histoire est racontée du point de vue du grand frère : Will. Dès les premières pages on tombe dans le maelstrom de ses sentiments pour sa petite soeur, Sarah, qu'il aime d'un amour inconditionnel. Il décide donc de mettre le plus de distance possible entre eux deux en allant à étudier à Bordeaux (alors qu'il est breton).

Une nouvelle vie signifie aussi de nouveaux amis. Will rencontrera très vite David, puis Johanna, un couple absolument génial et d'une grande aide pour lui. Il y aura aussi Kelia, une fille qui tombera amoureuse de lui alors qu'il n'éprouve rien pour elle...

Will est un personnage très torturé, qui a du mal à démêler ses sentiments compliqués : fuite, déni, culpabilité ou encore acceptation de ses sentiments pour sa soeur. Il aime sa soeur mais il a peur du regard des autres et n'envisage pas de relation avec elle. Mais l'arrivée de Sarah chez lui pourrait bien bousculer certaines choses. En effet, elle mettra tout en oeuvre pour le faire craquer.

Si le sujet de l'inceste peut heurter au premier abord, Erika Boyer réussi le tour de force de rendre cette histoire à la fois belle et délicate sur un sujet dit "tabou" mais traité avec beaucoup de justesse.

Pardon est une très belle histoire d'amour racontée avec brio. Pour un premier roman, il fallait vraiment oser mais le résultat n'en est pas moins excellent ! Chaque roman d'Erika Boyer réserve son lot de belles surprises et j'ai hâte de voir ce qu'elle nous réserve avec le prochain !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Coralie-57 2018-11-22T19:27:28+01:00
Diamant

J’ai découvert il y a peu l’éthique minimale et je préfère commencer par cela avant de vous donner mon avis sur « Pardon ». Cette théorie repose sur trois principes : Ne pas nuire aux autres, considérer chancun également et enfin ce qu’on fait à soi-même ne relève pas de la morale. Et pour ma part j’adhère totalement à cette théorie. Je n’ai donc eu aucun mal à lire ce roman.

« Pardon » est bouleversant et touche à un sujet socialement tabou : l’inceste. « Pardon » nous parle de honte et de culpabilité face à des sentiments qui ne peuvent être contrôlés.

Mon avis complet sur le lien suivant : leslecturesdecoco.wordpress.com/2018/11/22/pardon/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Antoine-7 2018-10-15T05:45:31+02:00
Diamant

Et oui... l’auteure ne se cache pas du sujet tabou qu’elle aborde dans son tout premier roman. Un choix audacieux et peut être risqué, mais qui est une véritable ode à l’amour tout court.

Je me suis laissé porter par les turpitudes de Will, face à son amour interdit, et j’ai tourné les pages de ce roman avec la soif insatiable d’en lire encore. L’écriture est fluide et délicate, et pour tout avouer, cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu si vite. Quelques heures cumulées sur deux jours et j’avais dévoré Pardon.

Quant au fond du sujet, pas une seconde, cela ne m’a gêné. Érika nous remet face à un tabou de notre société (assez moderne d’ailleurs) et en montre une forme d’absurdité sans aucun jugement, de l’un ou l’autre des partis, mais avec une humanité et un amour inconditionnel qui laisse pantois.

Merci pour ce moment de lecture inoubliable qui me pousse à vouloir en découvrir encore plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesFacesLitteraires 2018-03-25T16:40:38+02:00
Or

« Pardon » est proche du coup de cœur, de ce fait les larmes ne m’en sont pas tombées. Toutefois, cette œuvre est bouleversante en tout point de vue ; pour le sujet, les personnages attachants, les disputes difficiles et les incompréhensions. Erika Boyer sait manier les mots avec art et passion, dès les premières pages c’est ce que j’ai pu ressentir ; mais le plus étonnant est qu’elle narre au nom d’un jeune homme. C’est vraiment la source originale du récit, tellement différent d’une romance commune avec une héroïne pour raconter ses émotions ou ses pensées. Là, c’est un garçon qu’on découvre et je trouve ça extraordinaire, de plus elle illustre ce héros magnifiquement bien ; comme s’il lui appartenait.

Will est bien différent de ces congénères masculins, puisqu’il est amoureux depuis pratiquement toujours de la même femme ; mais là n’est pas le problème pour lui. Le souci, c’est qu’il n’assume pas son amour, la honte le ronge et la souffrance de ne pas pouvoir vivre ses sentiments le fait fuir. Dans ce personnage, j’ai trouvé autant de débris que de faux-semblants ; il n’ose se confier par peur du regard des autres et c’est tout à fait compréhensible. Mais là, encore ; son évolution se voit tout en exprimant les peurs qu’il possède. Je me suis prise d’affection pour lui, malgré une certaine compassion pour ce qu’il éprouve.

Sarah n’est pas vraiment une jeune fille qu’on arrive à saisir dans l’histoire, puisqu’elle est absente pendant la première partie du roman ; elle est abordée, adorée et vénérée par notre héros mais à part ça, nous en savons que très peu sur elle. Et c’est ce mystère, cette entitée ; n’ayant qu’une image d’elle, qui est intéressant. Dans la seconde tranche, elle devient réelle ; bien que trop parfaite aux yeux de Will. On découvre une femme assumant ses désirs et choix, pleine de confiance et de secret. Pourtant elle séduit la sensibilité que j’ai en moi et les émotions fortes viennent d’elle, bien plus que de Will. Alors, en soit j’ai beaucoup aimé Sarah, mais parfois elle est trop idéalisée par le narrateur. Elle est décrite comme étant talentueuse, belle, intelligente et j’en passe ; donnant une représentation d’elle sans valeur, sans imperfections.

David est un protagoniste secondaire pour lequel je me suis énormément attachée. C’est peut-être mon petit coup, positif et compréhensif. Avec un humour et une sagesse. C’est le guide, l’ami, le bon samaritain, le sauveur et le sauvé. Tout le monde veut un allié comme lui, on souhaite le connaître ; être dans son cercle de proche. L’écouter et se confier, David est quelqu’un de facile à vivre ; entièrement vrai et simple.

La diversité des personnages est impressionnante, mais le plus brillant est le fait qu’ils soient tous développés pour ce qu’ils sont. Avec une personnalité pour chacun, un enrichissement et des détails sur eux. Seul Sarah est pour moi, trop monotone, avec une moitié du roman où elle semble déesse ; malgré qu’on sache que c’est la voix, le cœur et l’âme de Will qui abandonne autant d’amour et de louange à son propos. Je suis tombée folle amoureuse de cette histoire, pour le thème tabou dans cette société où les différences, les extravagances ne sont pas toujours vu de la bonne manière. L’ouverture d’esprit est l’une de mes principales qualités, je ne suis donc aucunement embarrassée ou outrée par une histoire d’amour entre frère et sœur. Surtout, que le sujet est traité magnifiquement bien, on devine beaucoup de peur de la part de Will et une indifférence de Sarah pour ce que peuvent en penser les autres. Mais c’est difficile d’aimer, d’accepter une certaine impossibilité de le crier sur tous les toits, de devoir se cacher, de pouvoir fuir sans les siens. Les émotions se tiennent sur le fil du rasoir, parfois j’ai pu en goûter et le plus souvent les éléments de descriptions prennent le pas sur l’infime petite perle de sentiment. Le fondement de l’histoire est au final, très touchant.

Erika Boyer, auteur que je lis pour la première fois et sincèrement je suis vraiment charmée par sa plume et son univers. Elle utilise le personnage masculin comme narrateur, une idée merveilleuse et légèrement contraire aux habitudes de la romance. Les mots s’enchaînent très facilement, un vocabulaire recherché, raffiné ; sans être complexe. Sincèrement, j’ai pris du plaisir avec cette écriture ; captivante et authentique.

Dans l’ensemble, « Pardon » m’a beaucoup plu. C’est un ouvrage divinement bien écrit, avec un sujet tabou et pourtant traité avec profondeur ; tout en finesse. Will est passionnant, on ressent ses émois avec attendrissement. En différence Sarah, semble moins émouvante ; alors qu’elle est très affectée – sa force envahit le récit, pour défier les tourments de Will. Une romance difficile, ni-joyeuse, ni-triste ; elle est un mélange. L’essentiel du roman se trouve dans l’acceptation, la compréhension et le courage. Les émotions résident avec discrétion, les détails apparaissent exempt de mystère. Erika offre un livre étourdissant avec une plume équilibrée et douce. Et les citations en début de chapitre dynamisent la synopsis tout en enflammant notre cœur.

https://lesfaceslitteraires.blogspot.fr/2018/03/pardon.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Angel0978 2018-03-18T15:35:41+01:00
Diamant

Cette histoire m'a vraiment touché et surtout fait réfléchir. J'avais déjà lu "forbidden" sur ce sujet mais il m'avait laissé un petit goût amer car l'auteure essayait trop "d'excuser" cet inceste consenti par la situation familiale dramatique, comme si il fallait une "excuse"... Ici pas de tout ça. Les jeunes gens ont été heureux (malgré les évènements de la vie) et ce n'est pas suite à une espèce de traumatisme que tout ça se déroule. Et cette façon d'écrire à changé beaucoup de chose pour moi, et en bien.

J'ai trouvé tout vraiment juste dans l'écriture de cette histoire. La culpabilité de Will, ses essais pour s'en sortir, pour ne faire de mal à personne (sauf à lui), sa façon d'être "fidèle" malgré la distance et l'impossibilité ... J'ai aussi adoré David, le meilleurs ami, avec ses faiblesse mais qui ne juge pas, qui aide, qui sourit et qui soutient. La relation avec ce père de famille et ses deux enfants que j'ai trouvé si belle et si juste même à la fin. Je ne me suis pas attaché à Sarah, mais j'ai malgré tout appris à l'aimer à travers les yeux de Will.

C'était l'histoire que j'attendais sur ce sujet. Tout n'est pas beau, mais tout n'est pas dramatique non plus. Tout est en justesse. Et je garderai cette lecture en mémoire pour l'ouverture d'esprit qu'elle apporte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vardenduria 2017-12-26T22:52:06+01:00
Diamant

Comme l'a souligné l'auteur, il y a une très nette différence entre l'inceste et le viol, et je pense qu'une piqûre  de rappel s'impose : l'inceste est légal, non puni par la loi et les deux personnes sont consentantes. Ces deux personnes sont reliés par les liens du sang. Le viol, quand à lui, est purement illégal, puni sévèrement par la loi où la victime n'est pas consentante. 

Je tire mon chapeau à l'auteur, qui traite ici avec brio un sujet extrêmement tabou : l'inceste. 

Nous suivons donc Will, jeune homme plein de vitalité mais qui cache un lourd secret : il aime sa soeur. Pas de cet amour fraternel que vous éprouvez vous-même pour vos frères et soeurs, mais d'un amour profond, un amour tellement fort et puissant qui le pousse à partir à l'autre bout de la France, essayant tant bien que mal d'oublier ses sentiments, ou les cacher en tout cas. Une grande désillusion de sa part, une de plus dans sa vie. 

L'auteur nous plonge dans les pensées de Will, nous savons comment il se sent, comment il essaie de gérer ce flux d'émotions qu'il ne devrait pas ressentir. Mais par dessus tout, l'auteur nous fait une leçon de vie : comment réagirions-nous si nous étions à sa place ? Comment réagirions-nous si notre meilleur ami nous avouait qu'il aime sa soeur ? Le soutiendrait t-on ou le regarderait t-on comme un être bizarre, un homme "pas normal" ? Et c'est bien là toute la réflexion de ce livre. 

Bien sûr, j'ai adoré ce livre, tant pour le cran de l'auteur de traiter d'un tel sujet que pour la profondeur du roman. J'ai été happé par l'histoire de Will, de son combat au quotidien. En quelques heures, je lisais déjà la dernière ligne, bien trop vite à mon goût. 

Chapeau. 

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode