Livres
523 707
Membres
541 543

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:12:02+01:00

Elle continua son récit, m’expliquant sa décision, mais je n’étais déjà plus avec elle. Elle allait vivre chez moi et fréquenter la même université. Il aurait suffi qu’elle vienne aussi travailler au café et je n’aurais plus réussi à respirer. Passer du temps avec elle était plaisant, bien trop plaisant, et c’était justement ça le problème. Plus j’étais en sa compagnie et moins je réussissais à me contrôler.

- Je ne vais pas rester chez toi, ne panique pas comme ça. Je comprends qu’avoir sa sœur sur le dos est loin d’être le rêve d’un homme mais il me faut un peu de temps pour me retourner.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:11:31+01:00

Vêtu uniquement de mon pantalon en lin et les cheveux encore humides, je me précipitai vers la porte d’entrée, manquant de tomber après avoir trébuché sur mes chaussures, et ouvris en étant agité et inquiet d’avoir trop longtemps fait attendre mon visiteur inattendu. Lorsque je vis la personne sur mon pallier, mon cœur en prit un coup.

- Sarah ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:11:22+01:00

Je me hâtai et trouvai une Kelia livide. Je ne l’avais jamais vue dans cet état et je m’inquiétai sérieusement pour elle. Lorsque je tentai de poser ma main sur son bras pour m’assurer qu’elle allait bien, elle m’évita et son regard voilé d’un mélange de tristesse et de dégoût se posa sur moi. J’y vis également une certaine incapacité à croire en quelque chose qui m’était encore inconnu à cet instant. Ce ne fut que lorsqu’elle parla d’une voix brisée, que je compris.

- Ta sœur s’appelle Sarah…

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:11:05+01:00

- Tu as toujours le regard triste, mon garçon, comme la première fois où je t’ai rencontré… Ton chagrin est-il si fort qu’il te poursuit à travers les mois et même en cette période heureuse ?

Je levais la tête vers un Achir au regard bienveillant et ne pus répondre à sa question. Je me sentais désolé d’entendre que plus d’un an après notre première rencontre, je portais encore les stigmates de ma souffrance et de mes péchés. Voyant que je ne répondais pas, il se leva et déclara d’un ton bienveillant :

- J’espère qu’un jour tu seras heureux. Tu le mérites.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:10:52+01:00

Je sentis dans sa voix de la douceur, de la tendresse, de l’amour, mais aussi du soulagement. Elle se sentait rassurée d’avoir enfin pu m’entendre. J’étais un fils horrible qui n’avait pas pris la peine de lui dire qu’il allait bien, même si c’était faux, juste parce qu’il ne pensait qu’à lui-même et à ses problèmes insignifiants. Je débordais de culpabilité et de tristesse, mais je ne voulais surtout pas l’inquiéter.

-Joyeux Noël, maman.

- Joyeux Noël à toi aussi, mon garçon. Tu as reçu nos cadeaux ?

- Oui. Merci beaucoup pour le pull. Tu as bien fait, il fait Moscou ici ! Et tu diras merci à Sarah pour sa toile, elle est magnifique.

- Tu lui diras toi-même, je te la passerai après.

Je ne voulais pas lui parler, je ne pouvais pas. Lui écrire était une chose, entendre sa voix en était une autre. J’avais eu assez de mal l’an dernier, je ne pouvais pas recommencer. Je mentis donc à ma mère en l’informant que je n’avais pas le temps et que mon propriétaire et ses enfants m’attendaient pour le déjeuner. Alors que j’essayais d’abréger la discussion, je constatais que la voix de ma mère se faisait plus faible.

- Maman, ça va pas ?

- Ça va mon chéri, juste un peu de fatigue, ne t’inquiète pas.

Je n’étais pas franchement rassuré et je lui demandai de prendre soin d’elle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:10:31+01:00

- Je suis amoureux de cette personne depuis environ trois ans. Peut-être que je le suis depuis toujours mais que je ne m’en suis pas rendu compte en fait… C’est une jeune femme parfaite, elle est intelligente, drôle, vive, belle, et tant d’autres qualités que je me demande s’il existe un homme assez bien pour elle.

Je vis David sourire, visualisant probablement sa douce Johanna car ses sentiments résonnaient avec les miens, sans aucun doute. J’en profitai pour marquer une courte pause car la suite était moins belle.

- Tu as bien compris qu’elle et moi ce n’est pas possible, mais je ne t’ai jamais expliqué pourquoi.

[...]

- Elle s’appelle Sarah, elle n’est pas consciente de mes sentiments à son égard et elle ne le sera jamais, parce que c’est ma petite sœur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-26T23:02:08+01:00

- Personnellement, je n’embrasserai jamais un homme qui fume.

J’aurais dû comprendre que quelque chose ne tournait pas rond lorsque j’ai décidé d’arrêter de fumer simplement parce que ma petite sœur n’envisageait pas de goûter des lèvres parfumées à la nicotine. J’aurais dû…

Afficher en entier
Extrait ajouté par cyann01 2019-10-22T18:45:16+02:00

Je continuerai à faire de toi mon secret. Ma jalousie est telle que je refuse de prendre le risque qu'une autre personne fasse le constat de ta perfection.

Afficher en entier
Extrait ajouté par cyann01 2019-10-22T18:44:27+02:00

Parle moi tendrement, hurle-moi ton désaccord,, murmure moi tes sentiments, mais s'il te plaît, ne m'offre jamais le silence.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marlene2303 2019-06-29T14:49:41+02:00

« Au travers de cette étreinte, je réalisais soudain que Sarah était la personne que j’aimais le plus au monde, et que mes sentiments allaient au-delà de ceux présents dans une relation classique entre un frère et sa petite sœur. Je m’engageais sur un chemin où je ne cesserais d’être désolé et où elle me pardonnerait chaque fois avec tendresse. J’entrais à ce moment précis dans un cauchemar sans fin où il m’était impossible d’empêcher mes sentiments d’exister et tout simplement irréalisable de me détourner totalement de Sarah dans l’espoir d’oublier. Alors je pris mon mal en patience, j’affrontai les jours avec le cœur en miettes tout en organisant mon évasion, ma fuite vers une chute inévitable dans laquelle je ne voulais absolument pas entraîner ma petite sœur. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode