Livres
478 028
Membres
459 265

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:12:02+01:00

Elle continua son récit, m’expliquant sa décision, mais je n’étais déjà plus avec elle. Elle allait vivre chez moi et fréquenter la même université. Il aurait suffi qu’elle vienne aussi travailler au café et je n’aurais plus réussi à respirer. Passer du temps avec elle était plaisant, bien trop plaisant, et c’était justement ça le problème. Plus j’étais en sa compagnie et moins je réussissais à me contrôler.

- Je ne vais pas rester chez toi, ne panique pas comme ça. Je comprends qu’avoir sa sœur sur le dos est loin d’être le rêve d’un homme mais il me faut un peu de temps pour me retourner.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:11:31+01:00

Vêtu uniquement de mon pantalon en lin et les cheveux encore humides, je me précipitai vers la porte d’entrée, manquant de tomber après avoir trébuché sur mes chaussures, et ouvris en étant agité et inquiet d’avoir trop longtemps fait attendre mon visiteur inattendu. Lorsque je vis la personne sur mon pallier, mon cœur en prit un coup.

- Sarah ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:11:22+01:00

Je me hâtai et trouvai une Kelia livide. Je ne l’avais jamais vue dans cet état et je m’inquiétai sérieusement pour elle. Lorsque je tentai de poser ma main sur son bras pour m’assurer qu’elle allait bien, elle m’évita et son regard voilé d’un mélange de tristesse et de dégoût se posa sur moi. J’y vis également une certaine incapacité à croire en quelque chose qui m’était encore inconnu à cet instant. Ce ne fut que lorsqu’elle parla d’une voix brisée, que je compris.

- Ta sœur s’appelle Sarah…

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:11:05+01:00

- Tu as toujours le regard triste, mon garçon, comme la première fois où je t’ai rencontré… Ton chagrin est-il si fort qu’il te poursuit à travers les mois et même en cette période heureuse ?

Je levais la tête vers un Achir au regard bienveillant et ne pus répondre à sa question. Je me sentais désolé d’entendre que plus d’un an après notre première rencontre, je portais encore les stigmates de ma souffrance et de mes péchés. Voyant que je ne répondais pas, il se leva et déclara d’un ton bienveillant :

- J’espère qu’un jour tu seras heureux. Tu le mérites.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:10:52+01:00

Je sentis dans sa voix de la douceur, de la tendresse, de l’amour, mais aussi du soulagement. Elle se sentait rassurée d’avoir enfin pu m’entendre. J’étais un fils horrible qui n’avait pas pris la peine de lui dire qu’il allait bien, même si c’était faux, juste parce qu’il ne pensait qu’à lui-même et à ses problèmes insignifiants. Je débordais de culpabilité et de tristesse, mais je ne voulais surtout pas l’inquiéter.

-Joyeux Noël, maman.

- Joyeux Noël à toi aussi, mon garçon. Tu as reçu nos cadeaux ?

- Oui. Merci beaucoup pour le pull. Tu as bien fait, il fait Moscou ici ! Et tu diras merci à Sarah pour sa toile, elle est magnifique.

- Tu lui diras toi-même, je te la passerai après.

Je ne voulais pas lui parler, je ne pouvais pas. Lui écrire était une chose, entendre sa voix en était une autre. J’avais eu assez de mal l’an dernier, je ne pouvais pas recommencer. Je mentis donc à ma mère en l’informant que je n’avais pas le temps et que mon propriétaire et ses enfants m’attendaient pour le déjeuner. Alors que j’essayais d’abréger la discussion, je constatais que la voix de ma mère se faisait plus faible.

- Maman, ça va pas ?

- Ça va mon chéri, juste un peu de fatigue, ne t’inquiète pas.

Je n’étais pas franchement rassuré et je lui demandai de prendre soin d’elle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:10:31+01:00

- Je suis amoureux de cette personne depuis environ trois ans. Peut-être que je le suis depuis toujours mais que je ne m’en suis pas rendu compte en fait… C’est une jeune femme parfaite, elle est intelligente, drôle, vive, belle, et tant d’autres qualités que je me demande s’il existe un homme assez bien pour elle.

Je vis David sourire, visualisant probablement sa douce Johanna car ses sentiments résonnaient avec les miens, sans aucun doute. J’en profitai pour marquer une courte pause car la suite était moins belle.

- Tu as bien compris qu’elle et moi ce n’est pas possible, mais je ne t’ai jamais expliqué pourquoi.

[...]

- Elle s’appelle Sarah, elle n’est pas consciente de mes sentiments à son égard et elle ne le sera jamais, parce que c’est ma petite sœur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:10:15+01:00

Johanna. Il n’avait pas menti, elle était magnifique. Ses longs cheveux blonds retombaient dans son dos et ses grands yeux verts étaient à se damner. J’étais complètement retourné, mais pas par sa beauté, par l’amour qui se dégageait de ce couple. Je n’avais jamais vu mon ami agir ainsi, il ne semblait pouvoir se détacher d’elle. Agenouillé devant elle, ses lèvres sur sa joue, sa tempe, ses doigts dans ses cheveux blonds… C’était comme s’il ne pouvait en avoir assez d’elle et je comprenais bien le sentiment même s’il m’était impossible de le contenter. Ils étaient magnifiques et je les enviais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:10:04+01:00

Mes comparses masculins me pensaient insensibles aux charmes féminins. Ils doutaient que je sois homosexuel, n’envisageaient pas l’asexualité et penchaient donc pour une incapacité à aimer. Et les femmes avaient une autre explication car il m’arrivait de me confier à elles lorsque le cœur m’en disait. Alors sans jamais prononcer son nom ou son statut, je leur racontais combien j’aimais cette petite femme aux cheveux longs, à quel point elle m’était vitale. Puis, je leur expliquais ma souffrance de ne pas être autorisé à l’aimer. Ces demoiselles savaient donc que j’étais capable d’aimer mais que mon âme appartenait déjà à une autre. Le problème, c’est que toutes pensaient que « l’autre » c’était Kelia… Ce malentendu posa quelques problèmes lorsque chacun décida de se transformer en cupidon.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:09:51+01:00

Depuis ce jour, je me suis promis de ne plus me forcer et de ne surtout pas entraîner une innocente femme dans ma folie. Alors il m’était impossible d’envisager une quelconque relation ou aventure avec Kelia, rien d’autre que de l’amitié et peut-être un flirt léger. Elle méritait mieux, n’importe quelle femme méritait mieux que le déchet que j’étais devenu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-11-27T06:09:38+01:00

- Si je te dis shopping je risque de perdre ton amitié ?

- Mais tu gagneras la mienne, répondit Kelia.

- Ca ira, mec, ça sera en échange de notre première nuit qui n’a finalement pas eu lieu à cause de moi.

Il me fit un clin d’œil et je me mis à rire face aux yeux écarquillés de la jolie brune présente.

- C’est une longue histoire mais non, nous ne sommes pas gays, lui dis-je en souriant.

- C’est rassurant.

Devais-je en déduire qu’elle avait des vues sur moi ? Bien sûr qu’elle en avait et je l’avais constaté dès les premières minutes. Est-ce que je la trouvais attirante ? Totalement. Objectivement, elle était divine. Mais elle n’était pas Sarah. Et alors que cela aurait dû m’inciter à aller vers elle, cela m’empêchait de visualiser un avenir pour nous deux. J’avais déjà essayé d’oublier mes sentiments en me plongeant dans une relation vide d’émotions, cela n’avait pas marché.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode