Livres
541 286
Membres
572 472

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Paris, mon amour, Tome 1 : Un peu



Description ajoutée par Jc-2 2020-10-05T19:40:34+02:00

Résumé

À l'aube de ses 30 ans, Julie se consacre entièrement à son travail qu'elle adore. Gérante d'une boutique de prêt-à-porter féminin, elle prend très à cœur son rôle de conseiller ses clientes à qui elle apporte un peu de confiance en elles.

Parce que chaque femme est différente, elle met un point d'honneur à toutes les habiller, quelle que soit leur taille.

Mais Julie est loin de faire preuve d'autant d'assurance quand il s'agit de son corps.

Et ce n'est pas sur l'amour qu'elle peut compter pour l'y aider...

Après l'échec de sa dernière relation amoureuse, humiliée, elle a décidé de tirer un trait sur les hommes et préfère fantasmer sur l'inconnu qu'elle croise régulièrement dans le métro.

Car qui pourrait l'aimer dans sa version XL ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par ninie512 2021-02-26T17:24:18+01:00

Chapitre 1      

Je suis le genre de femme programmant son réveil trois heures avant de partir et qui malgré tout se retrouve systématiquement en retard. La faute à quoi ? À ma tête étourdie, mon petit grain de folie toujours enfoui sous des tonnes de projets. Aujourd’hui, c’est mon coup de crayon qui m’oblige à courir sur le trottoir du Faubourg Saint-Antoine dans le 12ème arrondissement de Paris.

J’ai grandi dans cette ville, j’y vis toujours et surtout, j’y ai un travail plutôt sympa, pas trop mal payé. Du moins… si j’arrête d’être en retard !

Heureusement, ma patronne est loin d’être une peau de vache. Daphné Dumont, aussi communément appelée DeeDee, est propriétaire de la boutique dont j’ai la gérance, qui porte le nom de sa marque. Styliste de plus en plus en vogue, elle fait sa place en habillant les femmes dont les standards ne cadrent pas avec les tailles que l’on voit dans les autres magasins de prêt-à-porter. Et c’est ce qui me plaît.

J’envoie un texto rapide à Émilie, la vendeuse qui travaille avec moi à la boutique, en lui indiquant que j’aurai quelques minutes de retard. Même si elle a l’habitude, je préfère prévenir par courtoisie.

Quelques minutes plus tard, j’approche de la station Nation où je prends le métro. La ligne 1 m’emmènera jusqu’à Louvre-Rivoli et ensuite je marcherai jusqu’à la boutique. En descendant les marches pour accéder aux souterrains, je constate qu’il est huit heures vingt. Finalement, je serai peut-être à l’heure. Alors que je me fraye un chemin parmi tous les usagers se pressant vers les quais, je repère de loin une haute silhouette que je croise quasiment chaque matin. Dès que je l’aperçois, mon cœur se serre et mon ventre se tend.

On dirait que je ne suis pas la seule à avoir eu du mal à me lever... Il marche vite, j'accélère le pas. Mon bel inconnu du métro semble aussi à la bourre que moi ! Je souris et me cale sur son pas tout en continuant mon observation. Il fait un bon mètre quatre-vingt-cinq. Sa carrure doit toutes les faire baver. En ce jour d’hiver, je ne peux pas discerner les muscles de son dos, mais cet été j’ai pu les reluquer à loisir, et je peux assurer qu’il est sexy à souhait.

L’air de rien, je reste à côté sur le quai, attendant le prochain train. Il fixe son téléphone portable, probablement en pleine conversation avec sa copine ou sa conquête du moment. Je crois que j’ai dû lui inventer un millier de vies différentes depuis que je le « côtoie ». Son côté mystérieux et intouchable me trouble toujours autant après tous ces mois passés à partager le même trajet.

Je ne sais pas exactement où il réside, mais il travaille dans des bureaux rue de Rivoli, pas très loin de la boutique. Parfois je me demande s’il a déjà remarqué ma présence. À force de se croiser, ce serait presque évident, mais je me fais sûrement des films. Après tout, ma personne résume à elle seule la définition du mot « insignifiant ». Mieux vaut ne pas trop espérer…

Tandis que le métro approche, l’inconnu place ses écouteurs sans fil sur ses oreilles et son téléphone dans la poche de son manteau en laine. J’essaie d’être discrète, mais je n’arrive pas à détacher mon regard de son visage. Je me secoue la tête et attrape mon smartphone. Émilie m’a répondu.

 

[Tkt patronne ! J’ai ouvert, je t’attends. À toute.]

 

Quinze minutes plus tard, je sors de la rame et emprunte le couloir menant à la surface, le beau brun sur mes talons. Au passage pour piétons, je traverse la rue et je lui dis mentalement au revoir jusqu’à notre prochaine rencontre fortuite. Ensuite, j’entre dans la boutique située au numéro 146 avec mon jeu de clés et retrouve Émilie dans la réserve en train d’ouvrir des cartons.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

"Paris, mon amour" de Caroline Tillman est une jolie romance digne des petits films qui passent régulièrement les après-midi à la télévision.

C'est avec une écriture fraîche, délicate, tendre et amusante à certains moments que Caroline nous raconte les déboires sentimentaux de Julie. Cette dernière est gérante d'une boutique de mode, qu'elle tient à merveille avec son amie. Elle a également un énorme talent de styliste, que sa patronne utilisera à son avantage.

Malheureusement, cette jeune femme, qui vient de divorcer, a un énorme complexe physique, que sa tyrannique de mère ne cesse de lui rabâcher.

L'auteure pointe du doigt la méchanceté des gens face aux personnes en surpoids.

Je trouve que cette histoire est très bien écrite, on arrive à s'imprégner de la vie du personnage principal, à ressentir son mal-être, sa tristesse face aux comportements déplacés de son entourage.

Etant moi même en surpoids, je me suis identifiée à Julie, que j'ai trouvé très attachante. La vie n'est pas facile quand on est pas '' moulé'' comme les autres!

J'ai adoré les descriptions des petites rues parisiennes, des petits bistrots, j'avais l'impression de me balader tout en restant sous ma couette ( et cela m'a donné envie d'aller visiter la capitale, mais la face caché de celle-ci, pas son côté touristique, on ne sait jamais si le Papa Noël lit mes chroniques...)

Cette auteure a un immense talent au niveau de sa retranscription des lieux et des images qu'elle veut nous faire imaginer: il y a une scène qui se déroule pendant un vernissage de photographies, où Caroline nous décrit des photos, j'avais l'impression de les voir , de ressentir les émotions émanant de chaque cliché, vraiment Bravo!

Si je devais émettre une critique, il en faut bien ( rien n'est parfait), se serait le manque d'action, l'histoire est très bien écrite ( oui, je sais je me répète, c'est peu être du à mon âge avancé mais un peu trop ''fleur bleue'' pour moi, il manque un ''chouya'' de rapidité, vitesse, intrigue...

Mais attention, cela ne m'empêchera absolument pas de lire la suite ( je veux en savoir plus).

Je vous promet un agréable moment de lecture, qui vous fera oublier votre quotidien l'espace de quelques heures.

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

lecteurs 2
Commentaires 1
extraits 1
Evaluations 1
Note globale 10 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode