Livres
477 851
Membres
458 922

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-21T18:37:10+01:00

- Dans la nature, dit Adamsberg, on néglige trop souvent l'extraordinaire puissance de la courge.

- C'est exact, dit Joss avec sérieux. J'ai vu des courges devenir comme des ballons en l'espace de deux nuits.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clem95 2019-03-05T22:42:42+01:00

- Je ne suis pas d'accord, protesta Favre, le ton haut. Faut être vraiment malade pour aller crier des conneries sur une place. Qu'il aille tirer un coup, ce gars, ça lui nettoiera les méninges. Rue de la Gaîté, tu payes trois cents balles et ça s'ouvre tout seul.

Il y eu des rires. Adamsberg balaya le groupe d'un regard calme, faisant s'éteindre les rires à mesure de son passage, et s'arrêta sur le brigadier.

- Je disais, Favre, qu'il y avait des cinglés dans cette brigade. .

- Dites donc, commisaire, commença Favre en se levant d'un coup, le rouge aux joues.

- Bouclez-là, lui dit brusquement Adamsberg.

Saisi, Favre se rassit d'un coup, comme choqué par l'impact. Adamsberg attendit plusieurs secondes en silenc, les bras croisés.

- Je vous avais demandé une première fois de réfléchir, Favre, dit-il plus posément. je vous le demande une seconde fois. Vous avez forcément un cerveau, cherchez-le. En cas d'échec, Vous irez faire vos glissades loin de ma vue et hors de cette brigade.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2016-01-12T14:59:37+01:00

Je n'ai pas souvent peur. J'attendrai d'être mort pour avoir peur, ça me gâchera moins la vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2016-01-12T14:57:43+01:00

Chez les Le Guern, on est peut-être des brutes, mais on n’est pas des brigands.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2016-01-12T14:54:26+01:00

- Qu'est-ce qu'il fait votre ami ? demanda Adamsberg.

- Son premier métier est d'irriter le monde mais ce n'est pas payé. Il exerce cette activité bénévolement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2015-08-19T13:57:19+02:00

Gare à tes couilles, il n'y a pas que du beau dans la tête de l'homme.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2015-08-19T13:53:55+02:00

Vous avez forcément un cerveau, cherchez-le.

Afficher en entier
Extrait ajouté par WolfsRain 2011-09-04T05:30:11+02:00

- [...] Une femme et huit gosses, ça bouffe. Mais, crois-moi, avec Ar Bannour, ils n'ont jamais manqué.

- De baffes ?

- De fric, imbécile.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-11-21T18:37:10+01:00

"Joss avait compris depuis longtemps que les choses étaient douées d'une vie secrète et pernicieuse. Hormis peut-être certaines pièces d'accastillage qui ne l'avaient jamais agressé, de mémoire de marin breton, le monde des choses étaient à l'évidence chargé d'une énergie tout entière concentrée pour emmerder l'homme. La moindre faute de manipulation parce que offrant à la chose une liberté soudaine, si minime fût-elle, amorçait une série de calamités en chaîne, pouvant parcourir toute une gamme , du désagrément à la tragédie. Le bouchon qui échappe aux doigts en était, sur le mode mineur, un modèle de base. Car un bouchon lâché ne vient pas rouler aux pieds de l'homme, en aucune manière. Il se love derrière le fourneau, mauvais, pareil à l'araignée en quête d'inaccessible, déclenchant pour son prédateur, l'Homme, une succession d'épreuves variables, déplacement du fourneau, rupture du flexible de raccordement, chute d'ustensile, brûlure. Le cas de ce matin avait procédé d'un enchaînement plus complexe, amorcé par une bénigne erreur de lancer entraînant fragilisation de la poubelle, affaissement latéral et épandage du filtre à café sur le sol. C'est ainsi que les choses, animées d'un esprit de vengeance légitimement puisé à leur condition d'esclaves, parvenaient à leur tour par moments brefs mais intenses à soumettre l'homme à leur puissance larvée, à le faire se tordre et ramper comme un chien, n'épargnant ni femme ni enfant. Non, pour rien au monde Joss n'aurait accordé sa confiance aux choses, pas plus qu'aux hommes ou à la mer. Les premières vous prennent la raison, les seconds l'âme et la troisième vie."

Afficher en entier
Extrait ajouté par crevette76 2016-01-24T16:19:42+01:00

- Et on avait dîné sous les arcades.

- Du poulpe.

- Du poulpe.

(chap. XIX)

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode