Livres
472 648
Membres
445 523

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Parvana : Une enfance en Afghanistan: La bande dessinée



Description ajoutée par Tatou00 2018-05-25T08:11:42+02:00

Résumé

Adaptée pour la première fois en bande dessinée, Parvana : Une enfance en Afghanistan, un roman primé portant sur la loyauté, la survie, la famille et l'amitié dans des circonstances extraordinaires durant le règne des talibans.

Âgée de onze ans, Parvana vit avec sa famille dans un édifice bombardé à Kaboul, la capitale du pays. Son père, professeur d'histoire avant que les bombes ne fassent exploser l'école et ne détruisent sa santé, travaille sur une couverture posée à même le sol au marché, où il lit des lettres pour ceux qui ne savent ni lire ni écrire. Un jour, il est arrêté pour être en possession de livres interdits, et sa famille se retrouve sans le sou.

Les conditions se détériorent pour la famille, et une seule solution s'impose. Alors qu'il lui est interdit de gagner de l'argent en tant que fille, Parvana décide de se déguiser en garçon…

Afficher en entier

Classement en biblio - 6 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Les dessins sont justes magnifiques. L'histoire quant à elle est reflète très bien la réalité de la guerre et de ce que les Talibans peuvent faire subir au peuple. Je suis malheureusement un peu resté sur ma fin. Je recommande malgré tout.

Afficher en entier
Or

J’ai savouré cette BD du début jusqu’à la toute fin. J’ai longtemps entendu parler de ce petit roman. Je l’ai d’ailleurs dans ma PAL, mais je n’ai jamais pris le temps de m’y pencher. Mais de plus en plus, les histoires sur les guerres m’intriguent. Je suis contre la guerre sous toutes ses formes. J’ai une profonde empathie pour les gens qui subissent cette dernière. Pour les nombreuses pertes humaines que les guerres font. Ça va au-delà de ma compréhension. Mon cerveau n’arrive pas à comprendre comment des humains peuvent avoir assez la haine ou des idéologies pour se croire meilleurs que d’autres et tuer ces gens, qui sont trop souvent, d’innocentes personnes. N'ayant aucun lien avec le conflit.

J’ai été longtemps à ne pas vouloir écouter de série sur les nazis, les esclaves ou tout autre groupes en lien avec les guerres, les tueries, le racisme ou autres formes d’injustice. À chaque fois, une rage profonde m’envahit et mon cœur s’emplit d’une tristesse immense. Alors, imaginez ce que j’ai ressenti durant ma lecture de cette dernière.

L’ouvrage est magnifique. L’illustratrice nous montre à merveille la misère que les gens vivent en Afghanistan. La vie est dure. Les gens ne vivent pas, mais survivent du mieux qu’ils le peuvent. Les couleurs sont magnifiques, chaudes, sombres et tout en rondeurs. Malgré le sujet poignant de l’histoire, une telle douceur s'y dégage. On s’attache rapidement aux personnages, dont Parvana et son père.

L’héroïne est d’une ténacité et elle est tellement courageuse, qu’il est impossible de ne pas s’y attacher dès le départ. Elle fera tout pour sa famille. Elle se mettra en danger et risquera sa vie pour les sauver. Mais Parvana est une fille parmi tant d’autres puisque les femmes afghanes vivent ça au quotidien pour la grande majorité d’entre elles.

L’histoire de Parvana devrait se retrouver entre les mains des tout-petits tout comme les grands. Je pense que cette histoire permettra de voir l’envers de la médaille. De voir ce que la guerre engendre comme douleurs. Qu’elle soit physique ou psychologique, elle brise des vies. La guerre marque à jamais l’âme de ces gens. Elle fait des orphelins. Des veuves ou des veufs. Le peuple arabe est souvent montré du doigt pour du terrorisme, tout comme les « noirs » sont jugés pour être des voleurs et les Italiens pour être des mafiosos. Mais ce n’est pas un peuple qu’il faut juger, mais l’individu. Peu importe l’ethnie, nous retrouvons des voleurs dans toutes les sociétés, peu importe la couleur de leur peau, la langue qu’il parle, leur physionomie ou leur religion. Des terroristes, il y en a aussi dans toutes les sociétés, ce n’est pas juste une question de venir d’un peuple arabe. Arrêtons de mettre tous les individus d’une même ethnie dans le même bateau. J’ai côtoyé, sans le savoir, des pédophiles. Est-ce que ça fait de moi une pédophile? Non ! La Terre est peuplée par une quantité phénoménale d’êtres vivants différents, pourtant, ils cohabitent sans trop de problèmes. Pourquoi l’homme n’en ferait-il pas autant? Juste accepter les différences et essayer de vivre en paix.

Crédit : www.frogzine.weebly.com

Afficher en entier

Activité récente

Froggy l'ajoute dans sa biblio or
2018-08-01T00:27:15+02:00

Les chiffres

Lecteurs 6
Commentaires 2
Extraits 0
Evaluations 2
Note globale 8.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode