Livres
428 959
Membres
350 403

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Passion en Arctique ajouté par Folize 2017-05-08T16:35:56+02:00

Jack courba les doigts, frottant ses mains nues ensemble.

- Seigneur, il fait froid ! J’ai laissé tomber mes gants.

Le ton de Kin fut dur quand il s’exclama :

- Quoi ?

Il y eut un bruissement et Jack s’attendait à ce qu’une lumière s’allume. Mais son cœur bondit quand Kin parla.

- Donnez-moi vos mains, ordonna-t-il, sa voix étant plus proche.

La gorge de Jack s’assécha, et il entendit ses battements de cœur dans ses oreilles comme s’il portait des écouteurs. Il sortit ses bras du sac de couchage et les tendit à Kin. Quand leurs doigts entrèrent en contact, il dut se mordre les lèvres à cause de la vague de désir qu’il ressentit.

Doucement, Kin prit les mains de Jack dans les siennes et frotta. Il avait enlevé ses propres gants et il caressait à présent ses doigts. Seigneur, c’était si bon. Les mains de Kin étaient légèrement calleuses… plus que ce qu’aurait cru Jack d’un professeur. Bien entendu, il était aussi un Ranger, mais un soldat du Samedi n’avait habituellement pas les mains aussi endurcies.

- Pourquoi n’avez-vous rien dit ? Les engelures peuvent arriver facilement ici. Vous devez être prudent. Vos doigts sont glacés.

Jack ouvrit la bouche pour donner une quelconque excuse, mais il n’émit qu’un son étranglé quand son index fut enveloppé par une chaleur humide. Kin suça son doigt, sa langue tournant autour de lui, rugueuse et glissante en même temps. Jack était content qu’il ne soit pas debout, parce que son sexe était tellement dur qu’il aurait eu un vertige.

Un pop se fit entendre dans la tente alors que Kin relâchait son doigt, semblant positivement obscène. Jack était reconnaissant pour l’obscurité tandis qu’il haletait silencieusement.

- Désolé, murmura Kin. C’est la seule façon de réchauffer les doigts. Si vous avez des engelures, nous devrons repartir dans la matinée.

Il passa à un autre doigt, le fourrant dans sa bouche jusqu’à la seconde articulation.

Jack s’efforça de garder une voix impassible même si son pouls montait en flèche à chaque caresse de la langue de Kin.

- Pas de problème.

Seigneur, c’était l’une des choses la plus érotique qu’il n’avait jamais vue. Kin tint la main gauche de Jack tandis qu’il continuait méthodiquement sa succion sur les doigts de la main droite, et ce dernier dut se concentrer pour ne pas agripper la paume de son compagnon. Il se mordit la langue pour étouffer les gémissements qui menaçaient de sortir de sa gorge. Le souffle chaud du canadien effleura la peau de Jack, et sa bouche… bon sang, sa bouche.

Quel effet cela ferait-il de l’avoir sur son sexe ? À cette pensée, ses hanches ondulèrent, sa queue devint plus dure et mourant d’envie d’une quelconque friction. Le besoin de se rapprocher et de se frotter contre la jambe de Kin était presque écrasant. N’avait-il pas eu froid, il y a quelques instants ? À présent, tout son corps était en feu, raide de désir.

Il se mordit la lèvre inférieure. Merde, les choses que Kin faisait avec sa langue. La torture était exquise, et ses doigts fourmillaient. Cela pouvait être douloureux de réchauffer une peau trop froide, mais Jack ne pouvait se focaliser que sur la bouche de Kin.

Celui-ci passa à sa main gauche. Les doigts de la main droite de Jack étaient humides, et il voulait les lécher et goûter la salive de Kin. Mais ce dernier tenait ses deux mains, murmurant quelque chose autour de son doigt. C’était mieux ainsi, car si Jack avait les mains libres, il ne savait pas s’il serait capable de résister à la tentation de les plonger sous ses couches de vêtements pour se caresser, même si Kin entendait ce qu’il faisait. Son sexe était tendu et humide dans son boxer.

Ouvrant sa bouche dans un gémissement silencieux, il imagina la langue de Kin pas seulement sur sa queue, mais sur tout son corps. Léchant ses tétons et se traçant un chemin vers son ventre. À l’intérieur de ses cuisses, et sur ses boules. Sur son périnée jusqu’à son entrée.

Jack écarta ses jambes aussi largement qu’il le pouvait dans son sac de couchage, comme s’il pouvait attirer la bouche de Kin sur son corps. De sentir cette langue partout sur lui serait le paradis. Alors que le canadien suçait le petit doigt, Jack s’imagina nu, le visage de Kin enfoui dans son sexe.

Puis la chaleur disparut, et Kin tint les mains de Jack entre les siennes, les séchant méthodiquement avec un tissu doux.

- Mieux ?

Était-ce l’imagination de Jack ou bien Kin semblait-il un peu essoufflé ?

Il s’éclaircit la gorge.

- Euh… oui.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode