Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pasteket : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Sorcière La Sorcière
Camilla Läckberg   
https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2017/11/13/la-sorciere-camilla-lackberg/

Il y a des sorties littéraires qui le mettent en joie. Et les romans de Camilla Läckberg en font partie. Et cela depuis que j’ai découvert – sur les conseils d’une sympathique libraire tourangelle qui me voyais errer dans les rayons alors que je cherchais un roman après avoir terminé le troisième Millenium – le tout premier tome des aventures d’Erica Falk. J’ai adoré cette première aventure, La princesses des glaces, et depuis, je lis tous les romans de Camilla Läckberg avec le même plaisir – un bémol toutefois pour La sirène que je n’ai pas moins aimé (ce n’est pas parce que je suis fan que je ne peux pas être critique).

La sorcière est la dixième aventure d’Erica et de Patrick. Elle fait suite au Dompteur de lions.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette série – les chanceux qui ont une série géniale à découvrir – elle met en scène Erica qui vit à Fjällbacka. Elle est mariée à Patrick, qui est policier et elle a tendance à se mêler des enquêtes de son mari, souvent parce que les enquêtes de Patrick se télescopent avec celles d’Erica qui écrit des livres sur des faits divers, à la manière d’Ann Rule.

Autour d’Erica et de Patrick, gravitent des personnages attachants que j’ai plaisir à retrouver, puisque chacun grandit et évolue. Certains connaissent de grandes joies, d’autres d’immenses peines. Et j’aime les Camilla Läckberg autant parce que je vais retrouver tous ces personnages que j’aime que parce que je sais que je vais être plongée dans une enquête mêlant passé et présent. Une enquête toujours dure, souvent glauque, mais bien menée.

Pour La Sorcière, aucune déception. Marie, actrice à la carrière internationale, revient à Fjällbacka pour un tournage. A treize ans, elle et son amie Helen ont avoué le meurtre d’une fillette, avant de se rétracter. Dès le retour de Marie, trente ans plus tard, une fillette est retrouvée morte d’en les mêmes conditions. Coïncidence ? Ou bien doit-on chercher du côté du camp de Syriens à proximité ? L’enquête va conduire la police sur des pistes passionnantes et de nombreux rebondissements qui mèneront le lecteur là où il ne peut pas s’attendre à la lecture du résumé. J’ai peut-être un peu trop vite trouvé les clés de l’intrigue parce que j’y ai pensé dès le départ, mais j’ai beaucoup aimé l’angoisse, cette sensation de regarder un accident au ralenti, sachant qu’il aurait lieu, inexorablement. Et l’histoire de la sorcière m’a glacé les sangs, je ne m’attendais pas à ce petit rebondissement à la fin qui m’a fait frissonner.

J’ai encore eu beaucoup de peine pour certains personnages, l’histoire est tellement triste, j’ai même versé quelques larmes. Camilla Läckberg sait jouer avec nos sentiments, elle le confirme encore une fois.

Si vous ne connaissez pas cette série, lancez-vous, mais commencez par le premier tome, vous apprendrez à faire connaissance avec de supers personnages, notamment Erica que moi j’adore.
La Sirène La Sirène
Camilla Läckberg   
Ce n'est qu'après 3 longs mois que le corps de Magnus Kjellner, mari, père et homme apprécié de tous, est retrouvé prisonnier sous la glace. Dans le même temps, Christian Thydell, marié à une femme qu'il n'aime pas, est sollicité par toutes les radios et tous les journalistes car son premier livre "La Sirène" est promis à un immense succès. Mais Christian qui reçoit depuis plus d'un an des lettres de menace, vient tout juste de recevoir une nouvelle lettre...
Erica Falk (écrivain elle aussi) qui attend des jumeaux et qui a conseillé Christian pour son roman, commence à "enquêter en cachette", persuadée que son ami est en grand danger. Lorsqu'on apprend que Magnus et Christian se connaissaient bien et que deux autres de leurs amis eux aussi reçoivent des lettres de menace, l'enquête prend une autre tournure. Patrik Hedström (du commissariat de Tanumshede) le mari d'Erica, prend l'affaire au sérieux...

Une histoire peu ordinaire et oppressante où l'on retrouve avec plaisir tous les personnages des livres de Camilla Läckberg.
Une enquête fort bien menée où le protagoniste est rattrapé par un passé effrayant...
Une intrigue qui réserve bien des surprises et des interrogations...
Une écriture fluide au service d'un polar plus que perturbant...
Un lecteur qui a hâte de connaître la fin.

par SuperNova
Le Tailleur de pierre Le Tailleur de pierre
Camilla Läckberg   
Très bon livre de Camilla Lackberg. Ce lis très facilement. Beaucoup d'intrigues dans ce livre.

par Bidule2
Le Dompteur de lions Le Dompteur de lions
Camilla Läckberg   
Je suis vraiment super fan de Camilla Läckberg. J’ai tous ses livres à la maison – même son livre de cuisine ! Alors la sortie d’un de ses romans est toujours un événement. Jusqu’à récemment, je relisais même les précédents tomes avant d’entamer le nouvel opus (j’ai abandonné pour le moment, car Le dompteur de lions est la neuvième aventure d’Erika).

Alors une telle introduction, vous pourriez tout à fait penser que je manque complètement d’objectivité avec Camilla Läckberg. Détrompez-vous ! J’ai eu une grosse déception à la lecture de La sirène, mais Le gardien de phare et La faiseuse d’anges étaient tellement bien que j’attendais avec impatience la sortie du Dompteur de lions.

Aussitôt reçu, aussitôt attaqué. Comme à chaque fois, j’ai adoré retrouver les personnages imaginés par Camilla Läckberg. Erika et sa manie de fourrer son nez partout, Patrick, Anna, Dan, Martin, même Melberg… En tant de livres, on a le temps de s’attacher à tous ces gens.

L’intrigue est vraiment bien. Glauque, comme d’habitude – ça reste du polar suédois – mais avec la petite touche propre à Camilla Läckberg, un peu girly. Les deux histoires – celles du passé et du présent, s’entremêlent et l’on se demande bien ce qui a amené les protagonistes à être à l’endroit où ils sont, à faire ce qu’ils font.

Aucune déception à la lecture du Dompteur de lions, mais un peu de chagrin à la découverte du nœud de l’intrigue. Certaines histoires font de la peine. Celle-ci ne fait pas exception. A découvrir. Mais pour ceux qui ne connaissent pas l’auteur, commencez par son premier roman : La princesse des glaces.
Les Ferrailleurs, Tome 3 : La Ville Les Ferrailleurs, Tome 3 : La Ville
Edward Carey   
Et voilà, j’ai fini la fameuse trilogie des Ferrailleurs qui m’intriguait tant depuis plusieurs années. C’est une série originale, qui ne ressemble à aucune autre, que ce soit dans l’histoire, dans le ton, dans l’atmosphère…

Dans ce dernier tome, Clod est si désespéré qu’il est attiré par le côté obscur, tandis que Lucy continue de le rechercher et de persuader les gens. Une multitude d’autres personnages deviennent narrateurs de petits bouts de l’histoire, dans la lignée des rapports, journaux intimes et témoignages qui constituent les tomes précédents.

Je suis restée un peu sur ma faim, il m’a manqué un peu d’explications : sur les transformations en rats, sur la fin qui est très très rapide et un peu brouillon… De même, une belle réflexion sur l’identité est amorcée dans la trilogie, mais elle n’est pas aboutie…

Finalement, peut-être que cette série est un peu trop jeunesse. Elle aborde plein de thèmes intéressants, mais elle ne les approfondit pas, c’est un peu frustrant !

Si vous avez commencé la trilogie, je vous conseille de la finir. On voit Londres sous un autre jour, dans ce roman !
Si vous ne connaissez pas cette trilogie, je vous la recommande si vous aimez les ambiances étranges, voire loufoques. Pour ma part ce n’est pas vraiment mon cas, mais j’ai apprécié son originalité !
Les Ferrailleurs, Tome 2 : Le Faubourg Les Ferrailleurs, Tome 2 : Le Faubourg
Edward Carey   
Alors que dire de ce tome deux que j'attendais de lire avec tant d'impatience ? Je l'ai beaucoup aimé, mais moins que le premier tome.
J'ai trouvé ce second tome un peu moins bien, moins intéressent et moins palpitant tout simplement parce que il ne se passe pas grand chose comparer au premier tome !
Même si j'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver l'ambiance et les personnages, je trouve dommage que le scénario soit un peu plat.
Clod et Lucy ce retrouvent perdus dans le quartier de Forlichingham, ils vont essayer de ce retrouver, ils vont rencontrer de nouveaux personnages.... mais pour autant, j'ai trouvé qu'il ne ce passais pas grand choses.... je pense que ce tome est une passerelle vers le troisième, qui je pense, sera lui pleins de rebondissements ! ^^
Contes des Royaumes, Tome 1 : Poison Contes des Royaumes, Tome 1 : Poison
Sarah Pinborough   
J'ai bien aimé cette réécriture originale du conte de fées.
J'ai particulièrement apprécié les personnages. Blanche-Neige, libre et intrépide, qui s'oppose à Lilith, sa belle-mère. Cette dernière n'est pas la marâtre que l'on connaît, elle est plus complexe : elle n'est pas tant jalouse de la beauté de Blanche-Neige que de sa capacité naturelle à se faire aimer et respecter.
La fin m'a cependant un peu laissée sur... ma faim, justement. J'ai trouvé que l'histoire se finissait trop vite et j'ai été un peu déçue par la tournure des événements.
Mais ce roman reste une très bonne découverte, notamment pour tous les amateurs de réécriture de contes.

par Artemisya
La Trilogie de Bartiméus, Tome 1 : L'Amulette de Samarcande La Trilogie de Bartiméus, Tome 1 : L'Amulette de Samarcande
Jonathan Stroud   
Coup de coeur pour cette série.
Comment résister à l'humour ravageur de Bartiméus?
Ce tome se lit vraiment vite car peu de temps morts et une intrigue solide.
Je ne peux que le conseiller.

par Eyllrië
Millénium, Tome 5 : La fille qui rendait coup pour coup Millénium, Tome 5 : La fille qui rendait coup pour coup
David Lagercrantz   
Mon avis :
Ceux qui suivent cette série depuis le début le savent sûrement, le tome 4, premier écrit par David Lagercrantz, a créé la polémique, lors de sa sortie. Les « puristes » refusaient qu’un autre que Stieg Larsson prenne la suite et cherchaient tous les moyens de discréditer ce roman. D’autres lui reprochaient simplement de n’être qu’une affaire de gros sous… Pour ma part, j’avais considéré que ce livre ne méritait pas autant d’acrimonie. Les amateurs de la saga y retrouvaient leurs personnages préférés dans une suite qui n’avait rien à envier à l’original. Certes, on aurait pu lui reprocher un style un peu plat, mais c’était déjà le cas de son prédécesseur qui accrochait plus par la qualité de ses histoires que par l’excellence de son écriture.
Ce cinquième tome reste donc dans la parfaite lignée de la série, avec une trame solide, écrite dans un style très direct et efficace (bien que parfois un peu trop didactique) qui ne laisse au lecteur aucun répit. On est d’autant plus accroché qu’avec ce deuxième volume, David Lagercrantz semble s’être libéré du fantôme de Stieg Larsson et avoir complètement adopté ses personnages (j’aime bien l’ambiguïté du pronom possessif, ici). En effet, si Ce qui ne me tue pas ne déméritait pas quant à l’emploi qu’il en faisait, on sentait le travail pour rester fidèle à ce que leur créateur en avait fait. Dans La fille qui rendait coup pour coup, on sent qu’il a enfin fait « ami-ami » avec Lisbeth Salender et Mikael Blomkvist, et ça rend le trait plus précis, la plume plus sûre. D’un autre côté, les différences avec le « père » se sont accentuées… Larsson et Lagercrantz ne viennent pas du même milieu, et cela se sent : l’engagement presque militant de l’un fait place à un discours plus consensuel. À la violence débridée du premier, le second préfère les nuances du thriller psychologique. Chez lui, les seconds rôles prennent plus d’importance au détriment de ceux qui ont fait le succès de la série qui perdent un peu en épaisseur.
En conclusion, ce nouvel opus fort bien fabriqué tient toutes ses promesses, mais un peu comme les meubles d’une célèbre marque suédoise. C’est vraiment sympa, mais c’est fait pour le plus grand nombre et ça ne traversera pas les générations. Reste que les amateurs de polars en général et de Millénium en particulier y trouveront leur compte, c’est une lecture captivante qui fera passer un très bon moment.

par Poljack
Miss Peregrine et les enfants particuliers, Tome 4 : La Carte des jours Miss Peregrine et les enfants particuliers, Tome 4 : La Carte des jours
Ransom Riggs   
Quand j'ai vu le roman dans le rayon du magasin, j'ai sauté sur ma mère pour qu'elle me l'achète. Une vraie perle ! J'ai beaucoup apprécié ce tome. Retrouver la bande des particuliers m'a fait plaisir.