Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de patoutouch : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Calendar Girl, Tome 7 : Juillet Calendar Girl, Tome 7 : Juillet
Audrey Carlan   
http://www.my-bo0ks.com/2017/07/calendar-girl-juillet-audrey-carlan.html

Après un mois de juin des plus surprenants, nous retrouvons Mia, en compagnie du latin lover : Anton. Embauchée pour être la femme séductrice de son clip, leur collaboration va s’avérer bien différente de ce à quoi Mia nous a habitué. Une complicité va se dévoiler et le retour d’un personnage crucial va faire pencher la balance !

Après les évènements du tome précédent, j’attendais vraiment Juillet pour voir comment Mia allait évoluer et savoir si les choses allaient vite être relayées au second plan ou au contraire, exploitées comme il se doit. Si dans les premières lignes j’ai eu quelques frayeurs, finalement, Audrey Carlan nous offre là un développement concernant le traumatisme de Mia. Et j’ai envie de dire : ENFIN !

Les nouveaux personnages de ce mois-ci, sont tout aussi attachant ! Peut-être même plus que les derniers mois. Ils m’ont rappelé Mase et Rachel ou encore Tony et Hector. Non pas pour leur relation amoureuse, mais pour la complicité et le côté amical avec Mia.

Juillet est sous le signe des prises de conscience. Tant au niveau du passé qu’au niveau des prises de décisions quant à son avenir. La présence de Mister Janvier n’est pas sans conséquence et j’ai là aussi envie de dire : ENFIN !

Un mois de Juillet à la hauteur de mes attentes, j’ai hâte de voir de quoi il retourne concernant le cow-boy d’Août !

par Carole94P
Les Fleurs du Mal Les Fleurs du Mal
Charles Baudelaire   
Euh... question... Je suis peut-être idiote et ma bêtise va sans doute ressortir dans cette interrogation, mais quelqu'un pourrait-il m'expliquer pourquoi y a des gens qui notent le scénario et le suspens sur ce bouquin ?? O.o parce que personnellement, je pige pas...
Sinon, j'ai étudié Baudelaire en plein milieu de ma dépression, et... Quel bien fou ! Ce recueil a eu un effet totalement thérapeutique sur moi. Quelle hargne, quelle passion, quelle douleur, quelle force ! Mon dieu. Je remercierai assez mon prof de théâtre qui a mis en scène certains poèmes et nous les a fait déclamer... Tout simplement jouissif. Une petite strophe de mon préféré, soyons fous (c'est de mémoire, hein donc désolée si la ponctuation n'est pas respectée... =) )

"C'est la mort qui console, hélas ! et qui fait vivre,
C'est le but de la vie, et c'est le seul espoir
Qui comme un élixir nous monte et nous enivre,
Et nous donne le coeur de marcher jusqu'au soir."

"La Mort des pauvres"

par flo0wer
Addicted to sin, Tome 1 Addicted to sin, Tome 1
Monica James   
>> http://meliegrey.blogspot.fr/2016/11/addicted-to-sin-saison-1-dirty-dix-de.html

Encore un roman qui n'aurait jamais du rentrer dans ma PAL mais pour lequel j'ai craqué, pour mon plus grand plaisir. Parce que j'ai adoré chaque ligne.

L'histoire est celle de Dixon, un jeune psy qui tente de se remettre de la rupture de ses fiançailles qui ont eu lieu l'année précédente. Il lui est impossible de s'attacher à une femme donc il les veut toutes. Jusqu'à ce qu'il rencontre deux personnes : Juliet et Madison, qui vont remettre en cause, chacune à leur manière, sa façon de voir les choses. Il va alors essayer de se comporter correctement mais cela ne va pas être simple en étant attiré par deux femmes très différentes.

Dixon est un jeune homme brisé, il avait l'amour de sa vie mais cette dernière est partie avec un autre homme et cela lui a fait beaucoup de mal. Depuis il cumule les coups d'un soir et également avec ses patientes... C'est le salaud par excellence et pourtant, je dois bien avoué que je l'ai adoré. Parce qu'il est brisé donc je comprends pourquoi il se comporte comme il le fait et puis, je sais pas, mais je l'ai trouvé vraiment adorable. Un nouveau BookBoyFriend pour moi.

Juliet est une manipulatrice de première. On m'avait dit qu'elle était vraiment horrible et là, pas de doute. Dès qu'elle entre dans le roman, je me suis dis : mais c'est quoi cette fille ? Elle vient voir Dixon en tant que patiente pour une addiction au sexe et elle n'arrête pas de le manipuler pour qu'il tombe dans ses filets, même quand il lui fait comprendre qu'elle ne doit pas le faire. Et je l'ai détestée pour ça.

Madison est un "chou à la crème" comme ils le disent si bien dans le roman. Elle est jeune, étudiante, elle a un lourd passé qu'elle tente de laisser derrière elle. Mais c'est une battante, on le sent en la voyant. Et pourtant, elle est aussi tellement fragile. Je l'ai adoré et cela m'a brisé le coeur à chaque fois qu'elle se sentait mal. C'est un personnage en or, je pense sincèrement.

Que dire de l'intrigue ? Elle est très intense, il devient très difficile de lâcher le roman, j'avais sans cesse envie d'en savoir plus, de voir comment Dixon allait s'en sortir parce qu'il est attiré par deux femmes totalement différentes en même temps. Cela me paraissait compliqué pour lui. D'ailleurs, il a été crétin à certains moments, mais je l'apprécie beaucoup donc plutôt que de le détester, je m'inquiétais pour les conséquences qui risquaient de lui tomber dessus.
Quant à la fin : à partir du moment où j'ai compris ce qu'il allait se passer, c'était comme de regarder un accident : on sait qu'il va arriver, on sait que cela va être horrible, mais on ne peut pas l'empêcher. D'ailleurs j'ai encore le coeur qui bat très fort parce que cette fin est juste... Enfin je veux la suite quoi !!

L'écriture de l'autre est juste géniale. Je me suis plongée tout de suite dans le roman, j'ai adoré avoir les pensées de Dixon en permanence, cela m'a permis de l'apprécier autant. Et je me suis beaucoup attaché à lui. Franchement, j'étais tellement dans le roman que je n'ai pas vu les pages défiler, je ne pensais pas le lire aussi vite.

En bref, un coup de coeur ♥ tant pour les personnages (Madison et Dixon hein ? Faut pas pousser non plus, je pourrais jamais apprécier Juliet...), pour l'intrigue, pour l'univers et surtout pour la fin (qui me rend trèèèès impatiente de me procurer le tome 2) ♥

par MelieGrey
The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy
Amy Engel   
Tiré de l'article → http://alizeabooks.blogspot.fr/2015/11/the-book-of-ivy-tome-2-revolution-of.html
Tiré du blog → http://alizeabooks.blogspot.com

Je ne sais pas vous mais moi je suis complètement accro de ce livre ! Le premier tome avait été un gros coup de cœur pour moi et celui-ci l'est également. Certes, il y a eu quelques points négatifs mais ceux-ci n'étaient pas assez nombreux et importants pour que je juge le livre bien alors qu'il était génial.

Je savais d'avance que l'univers du livre serait complètement différent – la fin du premier tome nous mettait la puce à l'oreille – mais je ne pensais pas autant apprécier ce nouvel environnement ! Il y avait beaucoup plus d'action par rapport au premier tome ce qui nous stimulait davantage pour le lire. C'était un des plus gros points positifs du roman !

L'intrigue était également très présente : je ne savais jamais à quoi m'attendre et s'en était déroutant ! J'avais toujours peur qu'il se produise quelque chose d'horrible qui changerait alors toute l'histoire et qui nous laisserait sur notre faim. Bien heureusement ce moment n'est jamais arrivé et j'en suis bien contente !

Amy Engel a toujours une belle et délicate plume. Lorsqu'elle décrit des paysages, nous avons l'impression d'y être tellement les détails sont précis. J'ai énormément voyagé durant ma lecture !
Les moments émouvants étaient eux aussi très bien écrits. J'avoue avoir eu la larme à l'oeil plus d'une fois, ce qui ne m'était par arrivée pour le premier tome. Le fait qu'il y ait de l'émotion m'a vraiment plu... le livre paraissait encore plus vivant qu'il ne l'était déjà !

La couverture du roman est vraiment très jolie : on y retrouve quelques éléments du premier tome notamment le poignard que tient Ivy ainsi que sa robe de mariée désormais en mauvais état. J'ai trouvé qu'ils étaient vraiment – et je pèse mes mots – primordiaux. Simplement avec la posture d'Ivy nous pouvons comprendre qu'il y a un énorme changement vis-à-vis du premier tome.

Ivy m'a bien plu mis à part pendant quelques chapitres où je la trouvais assez agaçante ! Vous comprendrez pourquoi en lisant le livre.
Elle est beaucoup plus courageuse qu'avant et son caractère bien trempé est toujours présent. C'est ce que j'avais bien aimé chez elle, son caractère. Je suis bien heureuse qu'il n'ait pas changé !
Au risque de vous spoiler sur l'histoire, je ne vais pas vous parler des autres personnages mais sachez que, comme dans tout bon livre, il y a des gentils et des méchants (vraiment méchants ! XD) mais je suppose que quand vous lirez le livre, car vous le lirez, vous saurez de qui je veux parler.

Je dois vous avouer que cela m'attriste beaucoup que la saga soit terminée... J'ai vécu tellement d'aventures avec Ivy et Bishop, devoir les quitter est vraiment dur. Mais je sais que l'histoire restera à jamais gravée dans ma mémoire. Et puis si j'en ai envie, qu'est-ce qui m'empêche de relire les bouquins ?

S'il y a quelque chose que j'aimerais par dessus-tout, c'est qu'un hors-série sur Bishop voit le jour. Savoir ses pensées et ses émotions me plairaient énormément ! Qui sait... un jour peut-être... ^^

Conclusion : un superbe volume qui conclut très bien la saga. Je n'en attendais pas moins d'Amy Engel ! Je vous le conseille vivement !

Toi + Moi : L'Un Contre l'Autre, Tome 1 Toi + Moi : L'Un Contre l'Autre, Tome 1
Emma M. Green   
Saga peu connue mais qui mériterai de l'être davantage! Les héros et personnages secondaires sont attachants! L'écriture est fluide et agréable! Le lecteur ne s'ennuit pas avec pas mal de rebondissements! La romance sur fond d'univers cinématographique est originale et on se demande jusqu'à la fin dans quelle mesure Vadim est sincère! Beau roman et bon moment!
Anita Blake, Tome 22 : Affliction Anita Blake, Tome 22 : Affliction
Laurell K. Hamilton   
J'ai bien apprécié ce tome.
J'étais sceptique suite à 2 commentaires, mais je trouve que le sexe est moins présent ce qui améliore la qualité du livre.
Il y a parfois trop de blabla, surtout lié aux rappels par rapport aux autres tomes.
Sinon, on constate qu'Anita "grandit" dans le livre tout en étant fidèle à elle-même.
Contente de retrouver le personnage d'Edward, je trouve que les tomes avec lui sont toujours plus riches en action que les autres et surtout moins sexuel.


par nbrs
Les Vampires de Chicago, Tome 11 : La morsure n'est pas une fin Les Vampires de Chicago, Tome 11 : La morsure n'est pas une fin
Chloe Neill   
tellement hâte de retrouver Merit et Dark Sullivan
Un mari féroce Un mari féroce
Julie Garwood   
Eh bien, voilà un certain temps que je n'avait rien lu sur les Highlanders et je dois reconnaitre que ce livre m'a comblée.
Il fait incontestablement parti des meilleurs que j'ai lu sur le sujet, tant par son histoire que par son humour.
Johanna se révèle une jeune femme fragile et blessée, mais aussi une femme déterminée et courageuse.
Gabriel pour sa part, se conduit en Laird arrogant et fier, un guerrier, pourtant il traite Johanna avec attention et respect.
Bien entendu ses manières sont rustres et ses émotions, cachées par un masque d'impassibilité. Cela étant au contact de la Lady, plusieurs sentiments se bousculent en lui, le laissant perplexe dans un premier temps, puis développant son instinct protecteur et possessif.
Beaucoup de répliques sont à mourir de rire, les personnages sont plaisant, les quiproquos fusent et le scénario comporte suffisamment d'attraits pour tenir le lecteur jusqu'aux dernières pages sans qu'il s'ennuie.
Une lecture que je recommande à tous ceux qui aiment les histoires sur les Highlanders. Vous ne serez pas déçu !

par ccmars
Marquer les ombres Marquer les ombres
Veronica Roth   
«Honor has no place in survival.»

D'habitude, j'écris mon commentaire sur un livre dès que je l'ai terminé. Mais pour Carve the Mark (jamais je ne dirais le titre français je trouve que ça sonne bizarrement), j'ai hésité pendant plusieurs jours avant de me décider à finalement dévoiler mon avis sur ce roman.

Je tiens à préciser que ce commentaire risque grandement de ressembler à un brouillon. Je suis comme ça quand mon cerveau s'emballe et que j'ai trop d'idées pour prendre le temps de tout faire correctement sans prendre le risque d'en perdre une.
Même ça c'était brouillon, tiens.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a une polémique autour de ce livre. Effectivement, de nombreuses personnes ont trouvé le fait que le peuple Shotet vu comme les sauvages et les méchants de l'histoire ne soit pas très pâles comme étant quelque-peu raciste.
Ouais. Alors, pour ma part, j'ai parfois du mal à me souvenir de la couleur de cheveux d'un personnage alors me souvenir de sa couleur de peau, c'est le même problème. Je n'y prête pas plus attention que ça sauf si c'est un élément important de l'histoire. Et dans le cas de Carve the Mark, c'est plus un détail qu'autre chose. En plus, ils ne sont pas tous mates de peau donc...
Je trouve ça dommage qu'on condamne un livre pour un détail comme celui-ci. Nous sommes en 2017. Oui, le temps passe vite. Bien que le racisme soit un problème toujours existant (je le sais parfaitement puisqu'il y a peu encore je faisais un travail là-dessus), je crois que nous sommes assez évolués pour faire la différence entre un acte raciste et un simple détail sans réelle importance.
Selon moi, je crois qu'il faut aussi tenir compte que c'est un livre, une fiction pure. L'histoire se déroule carrément dans une autre galaxie!
D'ailleurs, si on commence à trouver un aspect de ce livre insultant, on peut en trouver d'autres et dans tous les livres publiés à ce jour. Peut-être que demain des astronomes vont se pointer pour faire une scène parce que la galaxie dans ce livre n'existe pas et que certains aspects du monde de Carve the Mark ne correspondent pas à ce que la nature est capable de créer dans de telles conditions blablabla et qu'ils vont prendre ça comme une insulte à leur métier? Ou peut-être que quelqu'un va se dire que le fait que Cyra soit brune est un manque de respect envers les blondes?
C'est peut-être un peu exagéré mais ce que je veux dire c'est qu'à partir de là, on peut aller partout.
Des méchants à la peau sombre désignés comme des sauvages? Je veux bien comprendre que ça puisse en blesser certains vu comme ça. Mais je pense aussi que c'est bête de se laisser vexer par ça. Parce que ça n'a rien de raciste dans le contexte de Carve the Mark. Je pense que le choix de l'auteure par rapport à la couleur de peau des Shotet s'est basée sur le fait qu'à l'origine ce sont des nomades qui ont des racines un peu partout ce qui a créé une certaine mixité. Et si ça peut vous aider à vous sentir mieux, ils ne sont même pas méchants ni sauvages. Ils ont des croyances et des rites intéressants selon moi et ils sont vus ainsi parce que comme tout le monde ils ont des ennemis et ceux-là ne vont certainement pas aller nous dire "Ils sont beaux avec leur peau sombre et leur côté aventurier, vive les Shotet!"
Sinon, les lecteurs pourraient aussi se sentir blessés par le fait que les Thuvhésit sont pâles et pacifiques et qu'ils sont littéralement des faibles et des mauviettes aux yeux des Shotet. Le monde n'est rose d'aucun côté. Donc, je ne pense pas qu'on puisse parler de racisme.
Aussi faut prendre en compte que les Shotet sont définis comme des sauvages aux yeux de leurs ennemis (qui ne vont certainement pas parler d'eux avec des mots doux) parce qu'ils ont débarqués de nulle part et ils se sont installés sur la planète des Thuvhésit sans avoir la moindre envie de changer ce qu'ils étaient aka leurs croyances et de s'intégrer au peuple de Thuvhé.
Pour en revenir aux mots doux, puisque certains trouvent ça insultant que les Shotet soient vu comme des brutes par les Thuvhésit. Quand vous avez des ennemis, ou simplement des personnes que vous n'aimez pas, rassurez-moi vous les insulter un minimum quand-même? Sinon la définition du mot ennemi est quand-même mal interprétée. AH aussi, si jamais Veronica Roth avait écrit un roman où les ennemis ne sont pas vraiment méchants les uns envers les autres, il y en auraient probablement qui auraient fait la remarque alors au bout d'un moment, faut savoir ce qu'on veut.^^
Au-delà de ça, des tas de personnes ont aimées Divergente et pourtant on aurait pu trouver insultant le fait que par exemple les Fraternels ont l'air de gars qui ont échangés leur cerveau contre une salade. Pourquoi aucune personne étant pacifique, végétarienne ou quoi que ce soit dans le genre n'a pas trouvé ça insultant? Comme je vous disais plus haut, on peut trouver des choses insultantes dans des tas de livres si on cherche à se faire insulter. Autrement, on peut juste apprécier une histoire à sa juste valeur sans se prendre la tête avec un détail qui n'a aucune portée sur l'histoire en elle-même. Personnellement, je lis pour le plaisir et pas pour trouver des défauts à chaque phrase.
Pour finir, s'il y avait eu un véritable problème de racisme ou quel qu’il soit avec ce roman, je doute que les maisons d'éditions auraient acceptées de l'éditer. Et puis sérieux, Veronica a une réputation à tenir après le succès de Divergent! ;)
Au final, Veronica Roth a juste voulu nous montrer différentes cultures, différents peuples et fallait bien qu'il y ait un méchant sinon ça n'aurait eu aucun sens, fallait bien qu'ils soient différents pour être nommés 'différents peuples' et dans le cas du méchant, il fallait bien qu'il appartienne au peuple le moins compris et accepté de leur galaxie sinon ça n'aurait eu aucun sens. Et je le rappelle, étant sans origine précise puisqu'ils étaient des nomades et qu'ils viennent donc d'un peu partout, il y avait plus de chances pour qu'ils soient bronzés, dirons-nous, plutôt que blancs comme des cachets d'aspirines. Voilà.

Cela mis-à-part, je vous présente mon avis sur ce livre. Non, ça n'avait toujours pas commencé.

Carve the Mark est un livre dont je ne savais pratiquement rien lorsque je l'ai commencé. Je suis donc partie à la découverte de cette histoire et j'ai été agréablement surprise.

Effectivement, en plus d'avoir une très belle couverture et une mappemonde dont je suis tombée amoureuse, l'histoire m'a énormément plu!

On découvre Akos Kereseth qui est un Thuvhésit et Cyra Noavek qui est une Shotet. Rien ne semblait pouvoir les mener à se rencontrer jusqu'au jour où Akos est emmené au manoir des Noavek aka la famille au pouvoir sur les terres Shotet.
(PAUSE: C'EST QUOI CES NOMS?!)
Ils vont tous les deux se retrouver à devoir cohabiter et ils vont devoir s'entraider pour obtenir ce que chacun désire. Mais bien-sûr, Ryzek Noavek, le grand-frère de Cyra et le tyran qui dirige les Shotet, va être un obstacle parmi tant d'autres entre Cyra et Akos et ce qu'ils désirent mais sûrement le plus dangereux de tous.
Je crois que j'ai jamais fait un résumé aussi nul. ☺

J'ai adoré le monde qu'a érigé Veronica Roth. Je l'ai trouvé intéressant et j'avoue que je ne serais pas contre un petit voyage là-bas en mode exploratrice (aka Louan la nouvelle Dora). Chaque planète a sa particularité, chaque peuple est différent et ça m'a plu cette diversité chez les personnages qu'on a l'occasion de croiser. En plus que les personnages en question ont des don-flux soit un pouvoir particulier et unique chez chacun d'entre eux.
Je serais curieuse de savoir quel serait mon don-flux, tiens...☺
BREF.
Le monde m'a amené à aimer l'histoire puisqu'ils sont liés. Sans le monde qui va avec, l'histoire n'aurait clairement pas beaucoup d'intérêt.

En plus de cela, je trouve que Veronica Roth a vraiment bien su mener les choses. Et je me suis plongée dans cette histoire avec une facilité qui ne m'était pas venue depuis un moment.
Une fois confortablement installée dans mon lit (et malade mais ce n'est qu'un détail), je n'ai plus arrêté de lire. (Sauf pour aller vider ce que contenait mon estomac. Et même ce qu'il ne contenait pas d'ailleurs. Charmant, hein?)

J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont attachants et chacun est différent (comme je l'ai déjà dit) donc ça m'a énormément plu. Je suis le genre de personne qui béni la différence et Veronica Roth a su l'offrir avec tout ce que j'aime. Donc, je n'allais certainement pas venir m'en plaindre.

Cyra est une héroïne comme je les aime. Au début, elle ressemble à la copie parfaite d'une armoire à glace. Elle est menaçante et dangereuse grâce à son don-flux. Et au fil de la lecture on découvre qui elle est sous toute cette couche de glace et je l'ai trouvé lumineuse et attachante.
Bref, je l'ai beaucoup aimé. Je l'ai même carrément adoré. C'est mon nouveau modèle dans la vie. ;)

Quant à Akos, je m'y suis attachée de la même façon qu'avec Cyra. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Il semblerait presque plus sombre que Cyra par moments mais il a quelque chose de chaleureux comme un petit feu dans une cheminée que j'ai aimé. Bref, je vais tapisser les murs de ma nouvelle chambre (à la fin du mois) avec son nom. AKOS KERESETH. En plus, ça sonne bien. Que demander de plus?

Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu. J'ai aimé détester Ryzek et j'aurais bien mis mon poing dans la figure de Vas plus d'une fois. Bien que j'aurais sûrement eu plus mal que lui, ce qui est carrément contre-productif mais bon. ☺
J'ai aussi beaucoup aimé Isae, Cisi, Jorek et Teka.

Par rapport à la romance, je suis bien heureuse que Veronica Roth ait su prendre son temps pour bien la développer. OK, ça fait un peu cliché les deux ennemis qui finissent par tomber amoureux. Mais quand un cliché est bien fait, il peut se révéler très plaisant. Et dans le cas présent, j'ai adoré la relation mise en place entre Cyra et Akos. Il y a des moments entre eux, j'ai cru que j'allais fondre (et ça n'avait rien avoir avec la fièvre).
Bref. J'ai trouvé qu'ils se complétaient très bien, tous les deux.
[spoiler]Oh et, suis-je la seule amoureuse de Isae/Cisi?[/spoiler]

Pour finir, parce que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire, la fin m'a clairement donné envie d'avoir le second tome tout-de-suite. Attendre va être une torture. [spoiler]Si Cyra n'est pas une Noavek, qui est-elle? Le père de Ryzek donc, toujours vivant? Il est où? Qu'est-ce qu'il foutait pendant tout ce temps? Vont-ils réussir à sauver Eijeh?[/spoiler]

En conclusion, Carve the Mark est pour moi un coup de cœur. Je suis de ceux qui ont aimé Divergent mais Carve the Mark, c'est un tout autre level.
Je conseille donc vivement à ceux qui auraient entendu parler de la polémique de passer au-dessus et d'aller se faire leur propre avis. Selon moi, Carve the Mark vaut le détour.

«we rose, and became soldiers, so we would never be overcome again.»

par Sheo