Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pauline-43 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Post mortem Post mortem
Karine Giebel   
Je ne saurais décrire cette nouvelle. C'est brillant, oui, l'auteur as je ne sais quoi qui m'attire vers son écriture. On ne voit pas les pages défilées. Il est légé pourtant la fin m'as hanté pour les jour qui suivaient. J'ai été choqué, horrifié d'une manière qu'aucun autre roman m'a fait. Mais je ne regrette pas de l'avoir lu. Si vous qui me lisez, voulez lire une nouvelle qui vous met sans dessus-dessous, je vous le recommande fortement. Je vous souhaite une excellente journée. :)

par Anonyme3
Révélée Révélée
Renee KNIGHT   
Révélé et un roman ! haletant ! époustouflant !
Une maitrise du texte et de l'histoire menée en mains de maitres !
Un grand bravo pour ce livre exceptionnel en tout point .
Un suspense éprouvant et bouleversant.
Et une fin qui m'a scotché sur place waouh !
Pour un premier roman chapeau à l'auteure!
Je dirais pour finir simplement acheté ce livre fabuleux !
À lire ...
Tu tueras le père Tu tueras le père
Sandrone Dazieri   
http://lireunepassion.blogspot.fr/2015/10/tu-tueras-le-pere-sandrone-dazieri.html

Les premières choses qui m'ont attirée dans ce livre, c'est sa couverture et son titre. Il faut dire qu'ils sont assez intrigants et flippants, quand même ! Puis ensuite, le résumé m'a beaucoup intriguée. Puis je l'ai lu. Et là... j'ai été vraiment soufflée. Je savais (enfin me doutais) que j'aimerai, mais pas au point de l'engloutir aussi vite ! L'intrigue m'a tenue en haleine de bout en bout et l'auteur a réussi à me balader tout le long ! Je ressors de ce livre avec un presque coup de cœur !

Un homme affolé court sur la route, disant que sa femme et son fils ont disparu, alors qu'il faisait une sieste. Quand la femme est retrouvée décapitée, la police pense tout de suite à un crime passionnel, d'autant plus que le petit garçon, Luca, reste introuvable. Colomba Caselli est dépêchée sur place, mais comprend vite que ses collègues se trompent de suspect. Elle décide donc de faire appel à Dante, un homme ayant été enlevé enfant enfin par le Père. Durant onze ans, il sera captif et à sa libération, il sera appelé « l'enfant du silo ». Dès qu'il arrive sur place, il est persuadé que la personne à avoir enlevé l'enfant n'est autre que le Père, qui n'a jamais été retrouvé. Dès lors, une course contre contre la montre est lancée, afin de retrouver le disparu avant qu'il ne meurt. Dante n'a qu'une chose en tête : retrouver le Père une bonne fois pour toutes, afin de repartir sur de nouvelles bases.

Ce résumé paraît peut-être en dire trop, mais sachez que ce n'est que le dessus de l'iceberg, que les ¾ de l'histoire sont découverts au fil de la lecture et que... vous risquez de tomber de haut, d'être pris dans ce cercle vicieux que vivent les personnages et d'être choqués par certains passages. Parce que c'est exactement ce que j'ai vécu du début à la fin. Je n'extrapole pas du tout ce que j'ai lu, c'est seulement le sentiment que j'ai eu lors de ma lecture, mais aussi arrivée à la fin. Plus je tournais les pages, plus j'étais choquée des révélations. Évidemment, le mystère du Père est gardé jusqu'au bout, ce qui pousse à tourner les pages et à avoir du mal à reposer le livre.

Le roman est découpé entre plusieurs parties, et entre chacune d'entre elles, une sorte de prologue à chaque fois. Si au début j'étais un peu déstabilisée, parce que je ne comprenais pas le lien qu'ils avaient avec l'histoire, très vite, je me suis rendu compte qu'ils étaient importants pour le déroulement. Et je peux vous dire qu'il font froid dans le dos.

Si l'ambiance est glauque, déstabilisante et froide, il n'en reste pas moins que les relations entre les personnages et les personnages eux-mêmes ont réussi à me toucher. Tout d'abord Colomba. Elle a un caractère bien a elle, franc, fort et charismatique. Elle ne se laisse pas marcher dessus et va au bout des choses, au risque de perdre beaucoup. Elle est aussi très touchée par un événement qu'elle a vécu quelques mois plus tôt, qui lui a laissé des séquelles psychologiques assez fortes. Ensuite vient Dante, « l'enfant au silo ». J'ai tout de suite accroché à son personnage, car l'auteur a vraiment accentué sur sa captivité et les séquelles qu'il a encore en lui, bien qu'une vingtaine d'années se soit écoulée. Il est rongé par son passé, est devenu agoraphobe, claustrophobe et reste enfermé chez lui la plupart du temps. Mais l'arrivée de Colomba va complètement changer son rythme de vie, et même si cette arrivante ne lui plaît pas et que le fait qu'elle change complètement sa vie l'irrite beaucoup, il se rend compte au fil du temps qu'elle est un pilier dans sa vie et que loin d'elle, il resterait enfermé. L'amitié qu'il y a entre eux m'a vraiment touchée. Même s'ils ne se le disent pas en face, il y a une grande affection entre eux et j'ai trouvé que justement, le fait qu'ils ne se disent pas les choses, renforce encore plus ce qu'ils ressentent l'un envers l'autre.

L'intrigue, quant à elle... Que dire à part que j'ai été très, très surprise de la tournure des événements. L'auteur a été vraiment loin dans ses idées, à tel point que quand je lisais, j'avais l'impression d'être dans le livre (mais littéralement). J'avais l'impression de mener l'enquête auprès des personnages et le fait que cette enquête soit en dehors des murs, qu'on ne voit quasiment pas (voire pas du tout) le commissariat m'a beaucoup plu. Cette idée d'extérieur apporte un gros plus au récit, le rend plus vivant, plus réel. Et je peux vous dire que ça fiche la frousse à des moments.

La plume de l'auteur est vraiment très prenante et incisive. On tremble pour nos personnages auxquels ont s'est attachés et même ceux qu'on connaît le moins. L'auteur n'hésite pas à non plus à aller au fond des choses, à décrire le maximum d'action, de lieux. La psychologie des personnages est à son maximum et on a parfois l'impression d'être eux. Il ne leur épargne vraiment rien, ce qui donne un thriller très haletant et froid (dans le bon sens, hein.). Il a aussi cette particularité de nous faire croire qu'enfin, tout est arrangé, qu'enfin, ils vont pouvoir revivre et oublier leur passé et, la page d'après, toutes nos convictions tombent et il retourne la situation !

Quant à la fin... Je vais vous avouer que je n'ai pas pu m'empêcher de crier : « Quoi ? Mais non ! C'est quoi cette fin ? Va y avoir une suite, non ? ». Évidemment, ce ne sont que les élucubrations d'une lectrice qui a adoré sa lecture et qui en demande plus ! Mais je vais être honnête : cette fin m'a frustrée autant qu'elle m'a contentée. Compliqué, hein ?

En résumé, un thriller qui m'a pris aux tripes de A à Z. Un vrai manège à sensations. Des montagnes russes qui m'ont fait passer par différentes sensations : la peur, le dégoût, la colère, le frisson, la tristesse, le rire (parce que oui, Colomba a un certain humour, et aime titiller Dante!). Bref, un thriller que je conseille vraiment pour la qualité de la plume de l'auteur, son inventivité, son intrigue et les retournements de situation ! Un presque coup de cœur pour moi !

* Je remercie La Bête Noire pour leur confiance ! *

Justine P.

par just2iine
Captive Captive
Fabien Clavel   
Le personnage principal, Lana Blum, rappelle Kelly Mcdade des romans Les enquêtes de Kelly Mcdade par sa témérité, sa perspicacité et sa débrouillardise dans toute situation. Si vous appréciez Lana, retrouvez-la dans Décollage immédiat et Nuit blanche au lycée. Dans l'histoire présente, on découvre le père de Lana. Ils doivent passer du temps de qualité ensemble durant l'été, mais rien ne se déroule comme prévu...

par Syrena
U4 : Koridwen U4 : Koridwen
Yves Grevet   
Avis complet sur : http://lesreinesdelanuit.blogspot.com/2015/07/u4-koridwen-de-yves-grevet.html

Dès le début, avant même de commencer ma lecture, j'ai été séduite par ce concept si original. Il me tardait de lire ce roman et franchement, je n'ai pas du tout été déçue.
Nous avons ici une histoire rondement bien menée, qui nous passionne dès les premières lignes. Alors même si l'action à proprement parler met un certain temps à venir, l'auteur retient notre attention par une intrigue captivante et saisissante.
Puis, vient le départ de Koridwen pour Paris et là, c'est un enchaînement de rebondissements.
J'ai été totalement happée par cette histoire, qui m'a paru d'autant plus réaliste qu'elle se passe près de chez moi ! Je n'ai jamais lu de dystopie qui se déroule en France et de surcroît en Bretagne (pour la première partie). Voir les villes telles que Morlaix, Ploumagoar, Yffiniac, St-Brieuc... dévastées et sa population décimée, bouh, ça fait un coup au cœur !
Rarement, je ne me suis sentie aussi proche d'un univers. Le fait que le récit se situe en France change tout, ça nous prend aux tripes.
L'héroïne, elle, loin d'être parfaite, avec un caractère breton bien trempé, (que je reconnais bien) a su m'émouvoir et m'attendrir.

Cette lecture rythmée et entraînante est un régal. Je n'ai qu'une envie, lire au plus vite les autres tomes, connaître l'histoire de Yannis, Jules et Stephane.
Mon seul bémol serait sur le dénouement qui, pourtant génial, est bien trop ouvert à mon goût et me laisse carrément sur ma faim. J'en veux plus !

Un véritable page-turner, palpitant, addictif et innovant, pour ce roman dystopique made in France. Une réussite totale qui en fera la série incontournable de la rentrée.

par toutoun
U4 : Yannis U4 : Yannis
Florence Hinckel   
J’ai été attirée par le concept : 4 livres à lire dans l’ordre que l’on veut. Et puis, on peut dire que l’éditeur a rendu honneur à cette série en lui faisant beaucoup de publicité et en lui offrant des magnifiques fourres (qui sont trompeuses). Je ne savais pas trop à quoi m’attendre : les histoires étaient-elles distinct ou pas ? Cette histoire était-elle une pâle copie des romans post-apocalyptique que nous aimons tant ? Je me suis finalement décidée pour Yannis.
J’ai bien aimé l’histoire qui finalement ne m’a pas un instant fait penser à Hunger Games ou Divergente (pour ne citer que deux de ces parents).
Le décor est très vite posé : mort et désordre. On entre directement dans la tête d’un personnage choqué et qui a perdu ses forces. Malgré ce que l’on peut penser, la vitesse du récit n’est pas morne. Le découpage des chapitres nous porte dans les pages malgré la lenteur de l’action.
Yannis. Je ne vais pas le cacher. J’avais choisi ce livre parce que j’appréciais beaucoup la fourre. Cette image nous fait penser à un homme fort et déterminé. Sur ce point-là, j’ai été un peu déçue. Yannis est un garçon qui vient de perdre sa vie et sa famille. Il décide de quitter sa ville, de se lancer dans l’inconnu. Il doit faire face au danger, à la violence, au chaos. On ne peut pas être sans émotion face à cela et l’auteur à bien réussi à nous faire ressentir la détresse de son héros. Malgré cela, Yannis ne va pas s’inscrire dans la liste des personnages qui m’ont marqué.
Le protagoniste va croiser la route de plusieurs autres personnes. Tout d’abord, son chien qui va le suivre partout. J’étais beaucoup plus attaché à ce petit animal plein d’énergie et humoristique que par les autres. Sans vous spoiler, Yannis croise la route d’un des protagonnistes de la série (je ne vais pas vous dire qui) et ce personnage m’a tapé sur les nerfs. Je vais probablement lire son livre pour savoir ce qu’il se passe dans sa tête et tenter de mieux comprendre cette personne torturée. Yannis va également se faire d’autres amis qui vont survivre ou mourir mais qui vous tous amener de la légèreté et des émotions.
La fin de l’histoire m’a satisfaite même si je n’ai pu m’empêcher de penser que les auteurs avaient choisi la facilité et le marketing. Sans surprise… Je vais la décrire comme cela.
Pour parler de l’écriture de l’auteur, j’ai parfois noté quelques incohérences et ce n’est pas l’écriture qui m’a le plus transporté, mais elle a quelque chose d’unique.
En résumé, le scénario m’a beaucoup plus, le concept m’a beaucoup plus. Mais j’avais probablement trop attendu de ce roman. Malgré tout, avec de la distance, je peux quand même vous dire que ce roman m’a plus sans tout de fois s’inscrire dans mes coups de cœur. Je le conseille tout de même aux amoureux du post-apocalyptique.
http://theworldbookofamaliaandmoon.blogspot.ch/

par Lunanyhm
U4 : Jules U4 : Jules
Carole Trébor   
Ce livre est ultra addictif, impossible de le lâcher ! L’histoire est captivante et je me suis très vite attachée au personnage principal, Jules.
Jules est un garçon de 15 ans qui est extrêmement touchant. On progresse tout au cours de l’histoire à travers ses yeux et ses sentiments qui sont parfois si enfantins qu’il n’en est que plus attachant. Sa gentillesse et son innocence ne peuvent nous laisser indifférent. Les autres personnages sont tout aussi captivants (avec une préférence personnelle pour Vincent !). Je n’ai pu retenir mes larmes au passage de certaines scènes.
J’ai beaucoup aimé l’écriture de cet auteur. Elle a su nous transporter dans le cœur de Jules et pourtant je suis une adulte ++, très loin de mes 15 ans et pas du tout adepte des jeux mais j’ai vraiment accroché cet univers d’adolescent.
Je conseille vivement ce livre !

par letides
U4 : Stéphane U4 : Stéphane
Vincent Villeminot   
Un des quatre romans de U4 qui m'a le plus intéresser. J'étais un peu fasciner par le personnages de Stéphane, et je ne suis pas mécontente de l'avoir garder pour la fin. Même si je reste déçu par la fin, que j'aurai aimé comme celle de Koridwen (mais qu'on connaissait déjà un peu suite à la fin de Yannis), j'ai vraiment préférer ce tome là.

par aciantar
Avec tes yeux Avec tes yeux
Sire Cédric   
Le début du roman nous plonge tout de suite dans l’histoire. On ne sait ni pourquoi ni comment tout cela arrive et personnellement, je me suis posé énormément de questions et je n’ai eu qu’une envie celle de continuer pour en savoir plus.
Les deux premières parties, « Ces yeux là… » et « En enfer » posent doucement les bases de son histoire. Rien n’est laissé au hasard, tout est calculé, orchestré pour que les protagonistes ne sachent plus vraiment quoi penser.
J’ai beaucoup aimé les différents points de vue des personnages. Au final seul le lecteur connaît certaines choses que les personnages eux-mêmes ne savent pas et j’ai eu l’impression d’être intimement liée à certains d’entre eux.
Sire Cédric a ce don de pouvoir décrire les choses en peu de mots et de faire en sorte qu’on se les imagine facilement.
J’ai tout de même eu parfois du mal à m’imaginer les personnages, j’aurais peut-être voulu un peu plus de détails les concernant… Ce que j’ai beaucoup apprécié c’est que l’auteur ne nous donne pas l’identité du tueur, il ne nous indique que de vagues indices.
L’histoire avance assez doucement mais je pense que c’est pour mieux nous surprendre.
Ce qui m’a un petit peu déçue c’est que je m’attendais à un peu plus d’horreur, d’hémoglobine et peut-être de fantastique comme on peut en trouver dans ses précédents romans. Dans ces deux parties, je trouve que l’histoire reste assez soft, mais connaissant Sire Cédric j’espère que l’histoire prendra un autre tournant dans la suite du roman.

« Liés » et Tête baissée » sont les parties suivantes. Dans ces dernières, l’histoire prend une autre tournure. L’auteur se concentre vraiment sur les personnages, leur vie privée, leur quotidien.
Personnellement, je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de passage. Dans les romans de Sire Cédric il se passe habituellement toujours quelque chose. Dans ce cas-là la routine et les recherches sont beaucoup plus mises en avant.
J’aurais peut-être plus aimé lire des points de vue du tueur en série, d’horreur dans lesquels le sang ou les tortures sont plus présents. Dans ces deux parties cela m’a manqué.
J’ai tout de même bien apprécié la relation entre Thomas et Fox. Je trouve ce duo attachant et j’ai eu envie d’en savoir plus sur ces deux personnages.
Le style d’écriture de Sire Cédric est le même mais c’est l’histoire et son déroulement qui sont différents et qui peuvent déstabiliser.
Certaines scènes sont bien décrites mais j’aurais peut-être voulu avoir un peu plus de détails concernant les scènes de torture et celles relatives à certaines rencontres avec des protagonistes importants pour l’enquête.
Le personnage d’Emmanuel Kaly est assez intéressant, même s’il n’apparaît que peu de fois dans le roman, j’aurais bien voulu que Sire Cédric s’attarde sur lui et sur son métier.
Le suspense est présent tout au long de l’histoire et à la fin de la partie « Tête baissée » on se pose encore plus de questions.

« A rebours » et « Secrets » terminent le roman. Personnellement ce sont les parties que j’ai préférées et qui reflètent bien l’univers de l’auteur.
Le retournement de situation est vraiment surprenant et nous fait comprendre que tout au long de l’histoire l’auteur a tiré les ficelles pour nous amener dans un piège.
Les protagonistes sont surprenants, les rôles s’inversent, on ne sait plus à qui se fier.
La dernière partie est prenante, pleine de suspense et je me demande comment Sire Cédric a eu l’idée de ce retournement de situation.
Contrairement à ses autres romans, « Avec tes yeux » est une histoire un peu plus « soft » et donc accessible à tout lecteur.
La fin est surprenante, bouleversante mais c’est une fin comme je les aime et comme on devrait en trouver plus souvent dans les romans.
En résumé un roman bouleversant, mêlant le genre policier avec une pointe d’horreur et de fantastique, où Sire Cédric arrive une fois de plus à nous surprendre.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2015/10/affaire-n089-avec-tes-yeux-de-sire.html

par manue14
D'après une histoire vraie D'après une histoire vraie
Delphine De Vigan   
Un roman vraiment bouleversant. J'ai été happer par cette histoire dont on ne sait pas si elle est autobiographique ou pas. Tout le long de l'histoire, on est sur le fil, suspendus entre le vrai et la fiction. J'ai terminer ma lecture essoufflé, ébahit, incrédule et pleines de questions qui resteront sans réponses. Bref, un tour de maître pour ce roman qui fait réfléchir.

par aciantar