Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pauline_2v : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Bad Romance, Tome 2 : Cœurs indociles Bad Romance, Tome 2 : Cœurs indociles
Céline Mancellon   
J'ai beaucoup apprécié le premier tome de cette saga et je me suis dis pourquoi ne pas continuer avec celui-ci ?

Charlène, plus connu sous le prénom de Charlie est née au sein des Black Angels, un gang de bikers bien connu des forces de l'ordre et des autres habitants. Un caractère de chien, elle ne doit sa place qu'à ses poings qui savent donner des coups. Logan et Ray vont modifier son destin sans qu'elle ne le veuille réellement. Mystérieux, rancunier, arrogant, que des qualificatifs pour ces deux hommes. Et si tout cela n'était pas que le jeu du destin ?

Une histoire qui ne date pas d'hier. Charlie et Logan se connaissent depuis très longtemps, quasiment depuis l'enfance de la jeune femme (d'ailleurs je n'ai pas compris pourquoi dans la 4ème de couverture ils parlent de connaissance...) Bref, ces deux-là se tournent autour sans pour autant que l'un ou l'autre ne fasse un pas. Pourquoi ? Apparemment quelque chose du passé vient les tourmenter sans vraiment que cela ne soit dit clairement.

Elle est une dure à cuire avec un cœur immense. Elle adore ses deux frères étant entre les deux, et serait prête à tout pour les sauver de leur père, le chef du gang, quitte à "enlever" son petit frère et l'emmener avec elle dans un coin légèrement perdu afin d'intégrer une "école" de cascadeurs. Une vie non idyllique avec plus de problèmes que de bonheur. Ray est un homme qui semble la détester (en fait il ne peut vraiment pas la voir et on le sait dès le premier chapitre) Quant à Logan, il cache son jeu même si on découvre très rapidement ses instincts, ses désirs face à la jeune femme.

Attention, ce n'est pas un triangle amoureux, je le dis du départ, car le résumé semble prêter à confusion. Il y a bien ces trois personnages en premier plan, sans oublier le père de Logan, les soeurs de Ray, la famille d'une manière générale. L'histoire tourne autour d'eux tous avec en principaux ceux qui sont toujours en confrontation. Nous suivons le récit à deux voix, plus souvent celle des règles de Charlie que des résolutions de Logan, mais ce n'est pas plus mal, car certaines résolutions reprenaient des passages déjà lues dans les passages de la jeune femme.

Le passé est la clé de tout, mais CE passé n'est pas facile à décrire, ni même à comprendre. Il est bien là, présent dans les esprits de chacun des protagonistes sans pour autant se dévoiler aux lecteurs. Cela arrive par étape et nous laisse prendre le temps de mettre les pièces du puzzle en place.

Autant j'ai été transporté dans le premier tome de cette saga, autant ici, j'ai trouvé le rythme plus lent. J'ai eu plus de mal avec la lecture de ce second tome. Beaucoup de non-dits, de secrets, qui au final est un GROS secret. Je m'attendais à plus que cela. Certaines réactions de quelques personnages, comme Lem, ou Ray m'ont parus extrême. en vouloir à quelqu'un oui, mais jusqu'à ce point ? Je ne pense pas que j'aurais réagit de la même manière et surtout ne pas hérisser autant de murs et encore moins donner des interdictions, voire menacer.

Difficile de ne pas spoiler l'histoire, j'en resterais donc sur ce point où je n'ai pas compris ce qui se passait vraiment dans l'esprit de la plupart des personnages. Concernant Logan, il est celui que l'on suit bien plus facilement et qui même s'il s'interroge, arrive à surmonter ce manque, enfin à sa façon. Il est complexe. L'auteur a su travailler sur diverses facettes. Le côté gentil, protecteur, à la limite du grand frère. Le côté besoin primaire, quasi viscérale de l'avoir à ses côtés. Le côté bestial lorsqu'il se laisse emporter. Le côté quasi dépressif lorsqu'il passe un cap, ou qu'il se rend compte qu'il n'en a pas le droit. Un personnage qui n'est pas linéaire. J'ai beaucoup aimé toute la psychologie détaillée et sous-jacente que l'auteur laisse apparaître entre ses mots.

Je suis un peu déçue par la fin, surtout avec ce que Lem apprend à Charlie. Il y a comme un manque, pour ma part concernant cet état de fait. Après, il s'agit de la suite logique de tout ce qui se passe dans l'histoire et donc je ne voyais pas une autre fin.

En conclusion, une histoire plus légère au final que celui du premier. J'en attendais surement un peu trop de ce second tome, mais malgré tout, j'ai passé un agréable moment de lecture. Un peu plus de recherche au niveau de la mémoire, des souvenirs, un peu moins d'actions proprement dites, mais un personnage qui vaut le coup d'être découvert.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/bad-romance-tome-2-coeur-indocile-celine-mancellon-a130946580
Ashes falling for the sky, Tome 1 Ashes falling for the sky, Tome 1
Nine Gorman    Mathieu Guibé   
Wattpad… un lieu étrange, à mi-chemin entre les chroniques foireuses et mille fois écrites, et les histoires de badboy ultra-plébiscitées et rarement bien scénarisées. Dans ce cadre, dur de trouver une romance potable, pas trop clichée, et bien écrite.

Je ne sais pas ce qui m'a poussée à aller vers Ashes Falling For The Sky. Probablement la couverture, en premier lieu. Ce mélange frappant de jaune et de gris, avec un titre poétique et a priori mal orthographié.
Et puis, j'ai découvert le fond. AFFTS aurait très bien pu tomber dans les clichés classiques, fille niaise et garçon au passé douloureux, qui s'ouvre progressivement au contact de la fille et lui apprend en même temps que la vie n'est pas si rose. Mais c'est sans compter sur le passé des personnages principaux (des deux personnages, et j'insiste bien là-dessus). Dès le début, il y a de petits indices. Minuscules, parfois insignifiants, mais quand on arrive au milieu du bouquin et qu'on apprend la vérité… ça fait mal.

Pour ça, d'ailleurs, une mention spéciale à Sky, qui aurait mille fois mérité son poids en oursons en peluche, juste pour tout ce qu'elle a dû endurer par le passé – et au travers de l'histoire, d'ailleurs. Sa vérité, son histoire à elle, sont bien moches, et m'ont donné envie de fracasser le crâne de quelques personnes contre un mur.

Parce que, oui, les personnages principaux ont leur lot de problèmes, mais si on devait se lancer sur le sujet des secondaires…
C'est probablement eux qui donnent une pointe de profondeur supplémentaire à l'histoire. Ils sont tous en nuances de gris, ni beaux ni mauvais, ils ont tous leur moment d'importance.

Et puis, bon, faut qu'on parle de la fin. Typiquement, pour une histoire clichée, on aurait la fin positive – ils vécurent heureux et eurent beaucoup trop de gosses bipolaires – et la fin en simili demi-teintes – le badboy dut se barrer pour une raison X ou Y impliquant nécessairement protéger sa copine d'un vieil ennemi qui vient de refaire surface, mais évidemment, sa copine le retrouvera… après qu'elle se soit casée avec un autre mec pour avoir une épaule sur laquelle pleurer.
Et devinez quoi ? Ces beaux clichés ont dû se barrer comme s'ils avaient le diable aux trousses, à mon avis, parce que la fin est magique.

Résumons. Un cliché pour base de l'histoire, un excellent développement qui pose une vision du monde assez triste, dans l'ensemble, des personnages douloureusement humains et faillibles, une double narration au poil… Franchement, même pour un non adepte de la romance, ce serait dur de ne pas être satisfait. Donc un immense bravo aux auteurs, pour avoir réussi à mettre sur papier ce petit bijou.

PS : Ze veux la suite. :-)
L'Histoire de la Bête L'Histoire de la Bête
Collectif    Serena Valentino   
Contes revisités, antihéros… des thèmes qui me parlent et m’inspirent. Je savais – avant même de l’avoir commencé – que ce livre allait toucher la corde sensible chez moi. Et il l’a fait dès que j’ai tourné la première page.

Tout le monde connaît l’histoire de La Belle et La Bête, un conte déjà remanié un nombre incalculable de fois, interprété de différentes manières sous forme de livre ou de film… Mais êtes-vous un peu curieux/se de découvrir qui était la Bête avant de devenir une bête ? Qui se cache derrière cette épaisse fourrure et ces crocs acérés ? Serena Valentino nous livre sa version de l’histoire, et elle est renversante !

C’est au travers d’une plume fluide et agréable que l’on découvre la genèse de la Bête. Prenez un Prince séduisant et bouffi d’orgueil, une sorcière blessée dans ses sentiments les plus purs, un trio de foldingues, et vous avez L’histoire de la Bête. Je ne m’attendais pas à une version à la fois fidèle et innovatrice. Contre toute attente, Serena Valentino se base sur le célèbre dessin animé de Disney pour tisser le vécu du Prince.

Étape par étape, on le suit dans un déclin inéluctable. L’histoire est charmante, entraînante et simple aux premiers abords, mais elle cache bon nombre de sous-entendus. Et assister à la transformation de ce prince pas si charmant en un monstre a quelque chose de prévisible, mais aussi d’assez triste.

Je n’ai pas pu m’empêcher de prendre ce personnage en pitié. On le voit prétentieux et présomptueux, condescendant et superficiel, et c’est très vite insupportable. Pourtant, on sait ce qui l’attend, à ce grand gaillard qui pense que tout lui est dû, sous prétexte qu’il est bien né. De fait, on ne peut pas s’empêcher d’avoir un peu de peine, car derrière cette pédance affichée, il n’a jamais appris à aimer véritablement. Pour quelqu'un habitué à tout posséder, il ignore ce que c'est que d'estimer quelqu'un pour ce qu'il est, et non par pour ce qu'il possède. Cet antihéros en puissance est particulièrement rafraichissant. On peut le trouver un peu caricatural, mais on ne tombe jamais dans le ridicule pour autant.

Les autres personnages sont également très attachants. Je pense notamment aux serviteurs qui l'ont vu grandir et s'affirmer. Ces serviteurs qui voient à quel point le Prince peut se montrer capricieux, mais qui l'aiment quand même et prennent soin de lui. J’ai également eu un gros faible pour Tulipe, la fiancée du prince, qui cache une richesse surprenante. Sans parler de Circé qui a jeté la malédiction, ainsi que ses harpies de sœurs. Excentriques et complètement frappées, elles m'ont fait sourire à plusieurs reprises.

À mesure que la malédiction progresse, le Prince, lui, s'humanise. On le comprend beaucoup mieux dans sa détresse que dans son bonheur égoïste. Dans cette version, sa punition ne se tisse autour de lui qu'à cause de ses actes répréhensibles. Ce sont eux qui sont la cause de sa lente déchéance.

Dans le conte de La Belle et la Bête, on parle beaucoup de rédemption, d’affranchissement, de libération. Et parmi toutes les valeurs véhiculées, il y en a une qui ressort bien plus que les autres dans cette version : l'importance de ne pas s'arrêter à l'apparence. Le Prince est beau et charmant vu de l’extérieur, mais ce qui émane de lui est laid et repoussant. Sa fiancée, Tulipe, tient le rôle de la bonne potiche, mais au fond, ce n'est qu'une personne profondément gentille qui a soif de connaissances, dans un monde où la seule chose que l’on attend d’une jeune fille, c’est qu’elle se taise et soit jolie. Serena Valentino nous encourage à gratter un peu la croûte de vernis pour découvrir le vrai visage des autres.

Ma seule petite déception, c'est que j'aurais aimé que l'auteur table également sur l'arrivée de Belle et approfondisse ces passages. Même si on connaît tous cette histoire (qu’on s’est gavé du dessin animé toute notre enfance), j'aurais voulu que la connexion entre Belle et la Bête soit plus palpable. La fin était beaucoup trop précipitée à mon goût, comme si l’histoire s’était brusquement transformée en patate chaude pour l’auteur.

Ce n’est qu’à la fin que j’ai appris qu’il existait d’autres livres du même cru. Le précédent raconte l’histoire de Maléfice et le prochain à paraître concernera Ursula. Une belle brochette de « méchantes », que je suis impatiente de dénicher ! En plus, le roman est truffé de références à ces deux personnages, raison de plus pour craquer, puisque tout est lié !

En résumé, L’histoire de la Bête m’a emportée à des milliers de kilomètres de chez moi, au cœur d’un château bordé d’une roseraie magnifique. Une histoire dotée d’un charme indéniable, pour un roman qui se lit à une vitesse affolante. J’ai tout bonnement adoré ce livre, j’ai découvert l’homme qui se cachait derrière les traits disgracieux de la Bête, un homme dont l’égo ne demande qu’à être flatté. Cette histoire a bercé mon enfance, et c’est un peu de cette enfance que j’ai retrouvé l’espace de 200 pages, mais avec plus de relief et de profondeur.

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/fantasy---merveilleux/lhistoire-de-la-bete-serena-valentino
Aime-moi si tu peux Aime-moi si tu peux
Sharon Kena   
Sharon Kena a tout d'une auteur. Elle sait charmer ses lecteurs avec brio.

J'ai adoré cette petite nouvelle où on retrouve encore une histoire d'amour assez mélangé pour les personnages où ils démêlent leurs sentiments!

J'aurai adoré qu'il soit plus long (pour notre plus grand plaisir!)

Je le recommande avec joie! Je le relirai surement très bientôt.

par diiange
Ne t'attache pas Ne t'attache pas
Morgane Bicail   
http://www.my-bo0ks.com/2017/11/ne-t-attache-pas-morgane-bicail.html

Déjà à la sortie de PhonePlay, l’autre roman de l’auteure, Morgane Bicail, j’avais très envie de découvrir sa plume. Pourtant, je n’avais pas franchi le pas. En revanche, avec Ne t’attache pas et sa quatrième de couverture très intrigante je n’ai pas hésité une seconde.

Ne t’attache pas c’est l’histoire d’Alexie, seize dont la vie est plus ou moins banale. Jusqu’au soir où un complot entre sa mère et sa voisine va la pousser à faire la rencontre du fils de cette dernière. Jérémy est mystérieux et ne tarde pas à l’entrainer dans des défis plus fous les uns que les autres.

Lorsque j’ai commencé Ne t’attache pas, j’ai plutôt bien accroché avec la plume de l’auteure. Le style est fluide et les pages défilent rapidement. Alexie, notre héroïne me semblait plutôt attachante et assez mature dans les premières lignes. Sa rencontre avec Jérémy, le sombre et secret voisin va nous intriguer dès les premières secondes.

Et c’est là que mes doutes ont commencé à prendre forme.

Ne t’attache pas m’a laissé totalement sur le cul. A vrai dire, je ne m’attendais vraiment pas à ce genre de lecture. Bête comme je suis, je m’attendais à quelque chose d’assez mignon et fleur bleu. Il faut dire qu’avec une si jolie couverture aux couleurs douces, je croyais dur comme fer à une romance bien sympa et qui fait rêver. Là était mon erreur.

Cette chronique sera donc en deux parties. La première avec ce qui m’a plu et la seconde, celle qui m’a complètement surprise (dans le mauvais sens).

Parlons points positifs. Comme je le disais plus haut, j’ai bien accroché à la plume de l’auteure. Le style est simple mais efficace. Des dialogues, des descriptions, le tout est assez équilibré. Globalement, l’histoire est prenante et je vous l’avoue ma curiosité m’a poussé à continuer ma lecture pour avoir le fin mot de l’histoire. Une intrigue bien menée par l’auteure donc puisque j’ai été suffisamment tenue en haleine pour persévérer. De plus, on ne peut pas dire que l’on s’ennuie au fil de notre lecture puisque les pages défilent assez rapidement.

Finalement, c’est plus l’histoire en elle-même qui m’a déplu. Ou devrais-je dire, les personnages.

Si au démarrage, j’avais de la sympathie pour l’héroïne que je trouvais relativement mature pour ses seize ans. Au fil des chapitres sa naïveté m’a fait plus d’une fois lever les yeux au ciel. J’avais vraiment envie de la secouer et lui dire de réfléchir. Quand « l’amour rend aveugle » prend son sens…

Le personnage masculin, lui, m’a totalement laissé de marbre et ce, dès le départ. Le bad boy mystérieux par excellence qui cache de lourds secrets ne m’a fait ni chaud ni froid. En fait, je me suis tout de suite rendu compte de son côté manipulateur à l’extrême. Si le côté défi est intéressant, on voit claire dans son jeu dès le départ.

Et c’est là le gros problème de ma lecture. La relation Alexie/Jérémy est basée sur une manipulation malsaine de la part de notre héros. Elle ne cesse de se dire qu’elle n’aime pas cette facette de lui pour finalement dire « amen » à tout. Bon sang mais qu’elle stupidité ! Je m’emporte un peu, mais tout au long de ma lecture je me suis vraiment posée des questions. Alexie espère de l’attention mais finalement n’a le droit qu’à du chantage… Enfin, la fin m’a paru totalement aberrante. Je ne vous dévoilerais rien ici, mais reste ouverte aux discussions en privé….

Vous l’aurez donc compris, je ne m’attendais pas à ce genre d’histoire. Le côté malsain de la relation m’a totalement fait sortir de mes gonds. J’ai plus ou moins pensé à Panic de Lauren Oliver en écrivant cette chronique, car après deux jours pour remettre mes idées en place c’est le même ressenti que j’ai.

En relisant cette chronique, j’ai l’impression d’être très dure… Alors qu’il y avait tout de même du positif dans Ne t’attache pas. Vraisemblablement, cette lecture n’était pas pour moi.

par Carole94P
L'Héritière des Raeven, Tome 2 : Sorcière en son temps L'Héritière des Raeven, Tome 2 : Sorcière en son temps
Méropée Malo   
Très bonne suite, très agréable à lire, j'adore toujours autant, parfois certains passages furent assez longs mais l'héroïne a quand même réussi a m'emporter totalement dans l'histoire, je me suis totalement mise à sa place ! J'ai hâte de lire la suite!
King Kong théorie King Kong théorie
Virginie Despentes   
Après avoir lu quasiment toute l’œuvre de Virginie Despentes, il me fallait absolument lire cet essai aux couleurs autobiographiques. En effet, l'auteure se sert de son expérience pour développer sa pensée féministe. Le vocabulaire cru, aux services d'idées sophistiquées et bien amenées, rend le contenu de ce court essai intéressant. Il y a un léger manque de structure qui ne nuit pas à la qualité de l’œuvre. Au contraire, ce léger manque de structure illustre la férocité et la spontanéité avec laquelle Despentes a su traiter des sujets à la fois si sensibles et si peu discutés : la prostitution, le porno et surtout le viol et les différentes conceptions qu'on peut s'en faire. Si vous êtes un homme, vous allez en prendre plein la figure. Et le pire dans tout ça? Vous allez aimer ça et regretter que l'essai ne soit pas un peu plus long...

par Abyssos
Le Cercle secret, Tome 1 : L'Initiation Le Cercle secret, Tome 1 : L'Initiation
L.J. Smith   
pas déçue de l'avoir acheté, c'est un très bon livre, rien à voir avec "vampire diaries" ou même "nightworld". Cassie est un personnage très attachant, tout comme ce petit cercle (sauf biensûr cette chère peste de Faye et ses accolytes). Seul bémol, l'histoire d'amour impossible qui arrive vraiment tard dans l'histoire, on ne s'ennuie pas du tout loin de là mais quasiment tout le long du livre, on se dit: "ben alors il arrive quand?" J'attends vraiment la suite impatiemment!!!!! Sortie prévue en Novembre

par Puce880
After, Saison 4 : After We Rise After, Saison 4 : After We Rise
Anna Todd   
Alors là!! Je tire mon chapeau à cette saga car même si de prime abord Hardin est loin d'être un personnage qui m'a plu, Tessa est à mille lieux d'être une nana qui me convient, je ne sais même pas pourquoi mais j'ai avalé les 3 premiers livres pour ensuite me jeter sur la fanfiction pour terminer l'histoire... Le fait que l'histoire soit à la base sur One Direction, j'avoue que j'en moque comme d'une guigne et ne m'a absolument pas gêner pour connaitre le fin mot de l'histoire!
Et le pire c'est qu'en lisant les premières lignes du premier tome, je me suis dit que jamais j'irai au bout et pourtant je l'ai fait... et de bon coeur en plus! Chez moi, le soir, le matin, en faisant à manger et dans la rue... j'ai tout avalé alors qu'en fait les perso ne me plaisaient même pas^^ alors dans ces cas là, je dis chapeau!! Même si ce n'est pas l'histoire la plus fantastique au monde, je ne sais même pas comment ni pourquoi mais j'ai été embarquée dans le truc du début à la fin alors que le couple Hessa m'a très très fortement barbée et que je les aurai bien claqué l'un comme l'autre des centaines de fois... Surtout Hardin (Harry dans la fanfic^^)... Avaler tous ces pavés (parce que ce sont véritablement des pavés en plus!!) alors que l'histoire est tant alambiquée, je dis bravo!!
Hardin est exécrable au possible, infecte, imbuvable, vulgaire et fracassé, Tessa est juste nunuche et pleureuse tout au long de l'histoire mais j'avoue que le dénouement m'a plu.... Hardin a vaincu ses démons, Tessa va mieux et finalement, ils sont tout mimi tous les deux!!

Bref bref bref... je ne sais toujours pas pourquoi mais j'ai apprécié ;-)