Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pauline_rnd : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Addict Addict
 Jeanne Ryan   
http://lire-une-passion.eklablog.fr/addict-jeanne-ryan-a81706086

Waouh !

Je ressors de cette lecture dans je ne sais pas trop quel état. Je me sentais si proche de Vee que c'en devient complètement fou. J'en ressors pas bouleversée mais... je ne sais pas. Ce livre m'a touchée d'une façon que j'aurais du mal à expliquer. Durant cette lecture (qui, comme son nom l'indique, est cruellement addictive!) je n'ai pas su décrocher un seul instant. Si j'avais pu le lire d'une traite, croyez-moi, je l'aurais fait ! Mais mes yeux gagnaient toujours en jouant le coup de la fatigue (saletés!).

Ce livre est addictif dans le sens où on se prend tout de suite d'amitié pour Vee qui a du mal à faire croire à ses parents qu'elle est saine d'esprit. Un accident s'est produit un an auparavant, et ses parents croient qu'elle a voulu se donner la mort et la punissent. Interdiction de sortie ou alors couvre-feu très tôt le soir, donc impossibilité pour elle de profiter de ses amis comme elle le voudrait. En fait, on pourrait comparer ses parents à des flics tellement ils sont à l'affût du moindre geste qu'elle fait. Et nous jeunes, on sait très bien à quel point cette situation peut s'avérer vite encombrante et particulièrement agaçante !
Alors ce petit bout de Vee, renfermée, silencieuse et transparente aux yeux de certains m'a plu. Elle est loin des personnages stéréotypés, parfaits, magnifiques et Ô combien agaçants et irritants avec leurs manières. Elle est simple et prête à tout pour aider ses amis.

Puis un jour elle en a marre de cette transparence. Certes, elle est d'une aide indéniable envers Sydney, sa meilleure amie, mais elle souhaite trouver autre chose, qui lui donne de l'adrénaline, de l'action. Et quoi de mieux que de participer à « ADDICT » ? Un jeu mis en place pour on ne sait trop qui qui consiste à mettre en ligne des défis. Des personnes anonymes, et en accord avec les règles fondées pour le jeu, choisissent l'un des défis proposés et le tourne pour ensuite mettre la vidéo sur internet.
Elle prendra le défi le plus simple en se mettant en tête qu'elle en sera pas choisie pour la suite de l'émission. Manque de bol, sa presque performance fera le buzz sur le net et elle sera ensuite contactée pour « ADDICT » pour un nouveau défi... qu'elle ne pourra refuser. À la clé : des cadeaux qu'elle ne peut refuser. Des lots qu'elle reverrait de posséder ! Alors il lui est difficile de dire non, surtout qu'elle va se trouver en binôme avec un garçon beau comme un dieu et d'une attention qu'on reverrait toutes de trouver !
Il s'appelle Ian et lui aussi a fait un défi auquel il est ressorti vainqueur grâce aux votes des « Observateurs ». À partir de là, une soirée comme jamais elle n'en a eu va se produire. J'avoue que de ce côté-là, j'ai plutôt été surprise. Oui, parce que je pensais que les défis qu'elle devrait faire seraient étalés sur plusieurs jours, genre une semaine. Mais non, ils se produisent tous en une soirée, et plutôt courte et intense, vu ce qu'elle va vivre.
Je ne vous détaillerais pas ce qu'elle fera, sinon ça gâchera la découverte.
Enfin bon, de grade en grade et en compagnie de Ian, elle aura des défis de plus en plus durs à dépasser. Elle aura mal (pas physiquement, mais moralement) et je dois dire que l'auteure a très bien joué là-dessus parce que moi aussi parfois j'avais mal pour elle et j'arrivais à me poser des questions telles que : et si ça m'arrivait, comment je réagirais ? Serais-je assez forte pour subir tout ça ? Est-ce que j'aurais assez de cran, moi qui suis très timide ? Bon, la réponse à la dernière question est évidemment non, mais quand je vois que Vee a réussi alors qu'elle semble aussi réservée et timide que moi, je me dis que tout est possible.
Je ne sais pas si c'est un choix de l'auteure, mais j'avais l'impression de me retrouver dans une sorte de télé-réalité. Enfin en même temps, lorsqu'on lit le livre on se rend compte que c'est le cas mais... je ne sais pas comment expliquer en fait. C'est dur, j'ai tellement de choses à dire que je ne sais pas par où commencer et surtout je ne veux pas spoiler la moindre chose qui pourrait vous surprendre !
Les derniers chapitres de l'histoire (les cinq derniers, je dirais) sont tellement prenants et haletants que je n'ai pas réussi à lever une seule fois les yeux de mon livre. À chaque fois je me disais « à la fin de ce chapitre, je fais une pause ». Puis arrivait un événement auquel on est obligé de continuer. Presque parce qu'on a peur qu'il arrive malheur à Vee et ses compagnons, comme si le livre était vivant et que l'histoire était réelle. Presque comme si l'auteure pouvait à tout moment et d'un seul clic changer le court de l'histoire pendant notre pause. En fait, on a tout simplement peur de quitter les personnages, peur de les retrouver dans une situation grotesque ou dangereuse.
Mais la fin est tellement bien trouvée, que moi j'en reste baba. Oui parce que je me demandais bien comment ils allaient pouvoir s'en sortir car Jeanne Ryan trouvait toujours une couche à rajouter en faisant passer un message comme « ils ne s'en sortiront jamais. Ce jeu n'en est pas un. ». Et bien sûr, moi j'ai flippé parce que je me suis vraiment attachée aux personnages qui ont été façonnés de telle sorte qu'ils avaient chacun une vie différente et qu'il souffraient d'une manière différente. Même les plus irritants. Au fil du temps, on en apprend beaucoup sur eux, sans vraiment s'en rendre compte. Ce n'est qu'une fois le livre refermé qu'on se rend compte qu'ils nous manquent déjà.
Et puis la dernière phrase du livre... Ce n'est pas possible que ce soit un tome unique ! Enfin si, la fin se suffit amplement à elle-même. On s'imagine nous-mêmes la suite, ce qui est extra je trouve. Mais... Une suite ne m'aurais pas du tout dérangée !

En résumé, un livre haletant, qui ne prend pas forcément aux tripes, mais notre cœur bat facilement devant les difficultés des personnages pour réussir leurs défis. Une plume de l'auteure vraiment agréable à suivre. Une histoire hautement « ADDICTE » comme le titre du livre (qui correspond à merveille!). Un livre que je suis sûre de relire tellement ça m'a marquée à tel point que les personnages arrivent à me manquer.
À la lecture de cette chronique, je me rends compte que ce livre devient carrément un coup de foudre alors que ça ne devait être qu'une très très bonne lecture... :)

Merci à Forbidden book de me faire confiance pour chroniquer ses livres et surtout de me passer des merveilles !

Justine P.

par just2iine
Dragon Ball, Tome 1 : Sangoku Dragon Ball, Tome 1 : Sangoku
Akira Toriyama   
En otaku qui se respecte, je ne pouvais pas passer à côté du manga culte par excellence. Je ne suis pas déçue !
Le style de dessin particulier sert bien l'histoire légèrement déjantée, et l'humour est très agréable !
Dragon Ball, Tome 2 : Kaméhaméha Dragon Ball, Tome 2 : Kaméhaméha
Akira Toriyama   
Aussi drôle que le premier, très réussi avec des nouveaux personnages hauts en couleur et l'aventure est toujours aussi haletante.

par Virgile
Dragon Ball, Tome 3 : L'Initiation Dragon Ball, Tome 3 : L'Initiation
Akira Toriyama   
Trop belle Lunch et très drôle ce Tome, le premier avec un championnat du monde, ce que j'adore dans Dragon ball. Toujours aussi jouissif à lire, hâte de lire le quatrième car la fin de celui-là nous laisse en suspens.

par Virgile
Dragon Ball, Tome 4 : Le Tournoi Dragon Ball, Tome 4 : Le Tournoi
Akira Toriyama   
Le tournoi nous montre les différentes techniques de combat des divers combattants. On a déjà les prémices de ce que seront les prochaines batailles avec la vitesse et la puissance qui surprennent les spectateurs.
Les combats sont très beaux: les dessins sont clairs et précis, les détails permettent de réellement comprendre ce qui se passe durant ces scènes.
Le tome se termine sur un petit suspense qui nous donne envie de découvrir la suite.