Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de PausecafeBD : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Entre ici et ailleurs Entre ici et ailleurs
Vanyda   
J'aime beaucoup ce que fait Vanyda, alors c'est les yeux fermés que j'ai acheté sa nouvelle BD qui est d'ailleurs magnifique.

Dans cette histoire, on suit Coralie qui suite à une discussion avec son frère, va décider de se mettre à la capoeira et cela va être le début de beaucoup de choses.
Sinon, on suit son quotidien de célibataire entre son frère, sa famille et son boulot.
J'ai beaucoup aimé Kamel et leurs discussions, leurs ressentis et ce qu'ils pensaient de la vie. C'était un des personnages des plus intéressants et touchants. Et c'est ensemble qu'ils s'aident à s'épanouir et à ouvrir les yeux sur certaines parties de leur vie.

L'histoire ne s'arrête et ne commence pas là mais elle permet de se poser beaucoup de questions et était une très agréable lecture.
Aristide broie du noir Aristide broie du noir
Séverine Gauthier   
Aristide broie du noir par Séverine Gauthier et Jérémie Almanza
Juillet 2015
4/5
*C’est une bande-dessinée jeunesse*
Quand je pense à Aristide, je ne peux m’empêcher de pousser un long « Awww », simplement parce que vraiment cette histoire était super charmante. L’art était magnifique avec chaque page d’une différente palette de couleur. Je pense que n’importe quels parents pourraient lire cette histoire à leurs enfants avant de dormir et ceux-ci n’auraient définitivement plus peur du noir.


par Lu1399
Nada Nada
Max Cabanes   
Ils sont six : Épaulard, l'expert vieillissant ; D'Arcy, l'alcoolique violent ; Buenaventura Diaz, le caméléon aux identités multiples ; Treuffais, le prof de philo désabusé ; le jeune Meyer, dont la femme folle finira bien par le tuer un de ces quatre ; et Cash, la putain auto-proclamée à l'intelligence troublante. Des profils aussi disparates que leurs passés respectifs. Pourtant, ensemble, ces paumés d'extrême gauche formeront le groupe « Nada ». Leur premier coup d'éclat : enlever l'ambassadeur américain, en visite discrète dans une maison close parisienne. Une opération aussi risquée exige audace et maîtrise. Mais si le gang de marginaux l'exécute sans coup férir, la suite ne sera pas si simple. Chargé de l'affaire, le rusé commissaire Goémond va mener une sanglante traque aux "anarchistes"... Entre morts inutiles, dégâts collatéraux et pressions politiques, les membres du groupe « Nada » s'apprêtent à passer les plus longues heures de leur existence... Avant quelle fin ?

par miel22
Les Chats du Louvre, Tome 1 Les Chats du Louvre, Tome 1
Taiyou Matsumoto   
Un graphisme qui peut être surprenant voire choquant aux premiers abords mais une fois qu'on plonge dans l'univers, on s'y habitue très vite.
Une histoire qui nous plonge au coeur du Louvre de nuit... Là où les chats du Louvre prennent la place aux visiteurs du jour... Une nouvelle manière d'explorer les secrets du plus beau musée du monde avec des chats originaux et des secrets dévoilés au fur et à mesure des pages... A chaque coin d'ombre du musée se dévoile des tableaux, des chats...
Un scénario léger dans un premier temps, un peu sombre ensuite dans un univers si particulier qui s'accorde très bien aux secrets des chats du Louvre de nuit.
Pour les amoureux des chats, du Louvre et des curiosités littéraires. Car une fois qu'on a fait les premiers pas dans les traces des félins du Louvre, on ne peut plus s'arrêter...

par Syracuse
Airborne 44, tome 5 : S'il faut survivre Airborne 44, tome 5 : S'il faut survivre
Philippe Jarbinet   
Nouveau diptyque de cette série Airborne dans laquelle nous retrouvons quelques âmes au milieu de l’horreur de la guerre. Cet épisode nous raconte plutôt comment elles se sont engagées dans l’armée pour être en plein froid d’un hiver rude en Europe. Le graphisme est toujours aussi agréable et les détails sont souvent bluffants. Mais l’atout de cette série et de cet album est l’histoire, le récit que nous raconte l’auteur. C’est l’histoire de gens simples qui aspirent uniquement à vivre heureux et simplement et qui vont au devant d’un massacre à l’échelle mondial. Les personnages sont attachants et il est facile de s’identifier et de vivre leurs difficultés.
Un nouvel album toujours aussi intéressant et vraiment bon. Cette série est d’un très bon niveau, et se lit avec beaucoup de plaisir quelque soit l’album.

par Skritt
Malika Secouss, tome 1 : Rêves partis Malika Secouss, tome 1 : Rêves partis
Téhem   
il est trop bien je relie a chaque fois que je l'ai

par Lune-Bleu
Le Oki D'Odzala Le Oki D'Odzala
A. Dan   
La couverture est vraiment attrigante, c'est ce qui m'a attiré. Car je suis très difficile en bande dessiné, du point de vue graphique. Et Le Oki d'Odzala m'a un peu déçus avec son coté dessin brute, on y trouve peu de détail, les dessins ne sont pas détails dans les moindres descriptions. Ce qui est top, c'est les couleurs, il a presque pas de blanc.

Quand à l'histoire, elle est très belle et réaliste sur les humains.Les personnages principaux comme secondaire sont peu développé. Mais ça ne me choque pas, car tout tourne autour de la légende d'Oki, le gorille blanc spéciale. Ce qui est top, c'est l'atout de la BD. On y découvre une autre culture, un autre point de vue, mais aussi les danger que subissent les animaux. Sans oublier, que quand, ils parlent anglais ou autre, on a la traduction. Elle se lit très vite.

http://lecholitteraire.e-monsite.com/blog/manga-bd-et-comics/le-oki-d-odzala.html#DLWdasvRRSdgCEcf.99

par calou-mae
Game Over, Tome 9 : Bomba Fatale Game Over, Tome 9 : Bomba Fatale
Midam   
Même après autant de tomes, l'originalité de Game Over est toujours aussi présente.

par Rom4in
La voyage de Marcel Grob, Juin 1944 : Un jeune français de 17 ans est enrôlé dans la Waffen SS La voyage de Marcel Grob, Juin 1944 : Un jeune français de 17 ans est enrôlé dans la Waffen SS
Sébastien Goethals    Philippe Collin   
Cher Philippe Collin,
il est donc vrai que l’été, est propice aux flâneries. Cet instant de lenteur où l’on prend le temps. Ce dernier qui nous manque si souvent.
Alors, on est là, devant sa bibliothèque. On ressort cet ouvrage que l’on s’était promis de lire très vite. Et le temps…
« le voyage de Marcel Grob ». L’on pourrait, si la couverture n’était pas si explicite, à lire le titre, se laisser à penser à de folles aventures initiatiques d’un jeune boutonneux parcourant le monde, à la recherche d’un être aimé, d’un trésor caché, d’une terre à sauver et d’un happy end assuré… Mais dans ce voyage-là, d’aventures il n’y en a « guerre ».
Heureux, ceux qui sont nés par la suite. Heureux, ceux qui n’ont pas eu à choisir. Heureux, ceux qui ont l’âme en paix.
Vous tissez un portrait. Celui de votre grand-oncle, injuste parmi les injustes ! Enrôlé dans les forces allemandes, un « malgré-nous ».
Bien sûr, vous y allez à pas concentrés. Vous prenez des patins pour marcher sur le parquet de l’Histoire. C’est une période ambiguë. Personne n’est tout blanc, ni tout noir. Certains le sont un peu plus que d’autres, certes.
Vous nous emmenez dans l’intimité de la Waffen SS. On apprend les rudesses de la vie en compagnie d’élite. On sait, ici, que l’issue ne fait aucun doute. Mourir, c’est évident, mais quand et comment ? Seule incertitude.
Et puis, il y a Marzabotto, comme un coup de fouet. Comme une décharge électrique, comme une rafale de mitrailleuse qui transperce l’âme, le cœur. Comme un lance-flamme qui vous phagocyte ce qui vous restait d’insouciance, d’adolescence. Vous n’êtes plus celui qui est né et éduqué. Vous devenez celui qu’ils ont voulu créer. Comme un choix crucial et définitif que peu d’hommes ont dû à affronter : tuer ou être tué.
Ne jugeons pas, nous ne savons rien ! Rien, de la peur, de l’adrénaline, de l’alcool qui vous porte ou vous « déshonneur ». Des cris, des injonctions, des pleurs, des coups de canons. Des cris des enfants, des femmes et des mourants. Ne jugeons pas, nous ne savons rien ! Du silence qui suit l’horreur. Quand l’on redevient homme après la fureur. Ne jugeons pas, nous ne savons rien des corps, de l’odeur…
« Le vieil homme et la guerre ». Votre grand-oncle est rattrapé, dans votre récit par un juge. Moralement innocent, juridiquement coupable ? Toute la question de votre histoire et des dessins de Sébastien Goethals.
Il est donc vrai, cher Philippe Collin, que l’été est propice aux flâneries, mais pas en 1944, quand, en Alsace, on a…17 ans.
Sébastien Beaujault
La Vision de Bacchus La Vision de Bacchus
Jean Dytar   
J'ai passé un très bon moment à lire cette bande dessinée au contenu très intéressant, que ce soit sur le plan historique ou le plan esthétique. L'histoire est belle, le dessin également, et le rendu est vraiment magnifique. C'est une très bonne bande dessinée sur l'art, et elle n'est pas difficile à apprécier.

par Kid_A