Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Peleane : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La Fournaise, tome 1 : Enfermé La Fournaise, tome 1 : Enfermé
Alexander Gordon Smith   
http://wandering-world.skyrock.com/3147622354-La-Fournaise-Tome-1-Enferme.html

La Fournaise est une lecture sympathique, qui nous permet de frissonner et d'avoir l'impression de vivre un cauchemar éveillé. S'il est vrai que j'ai eu peur par moment et que j'ai adoré ça, ce premier tome de la saga La Fournaise ne m'a pas vraiment effrayé comme je l'attendais. Par ailleurs, j'ai eu beaucoup de mal avec les personnages, que ce soit pour m'attacher à eux ou pour les comprendre. En outre, si j'ai tremblé en dévorant certains passages, ce récit ne nous permet pas de vibrer plus que ça. On lit, on se divertit, mais il n'y a pas d'étincelles. La Fournaise est donc une petite histoire qui nous effraie, certes, mais qui ne fait que ça. Et ce n'est pas suffisant pour moi.
Au départ, j'étais pourtant confiant. Alex, treize ans, fait l'objet d'une injustice juste affreuse et est emmené à la Fournaise, un lieu encore pire qu'une prison. C'est l'enfer. Le truc, c'est qu'il y avait, dans les premières pages, beaucoup de bons éléments qui me permettaient de me lier à lui. L'injustice en elle-même me donnait envie de le prendre dans mes bras et de lui dire que tout allait bien se passer. Irrémédiablement, on ressent de la compassion pour lui. Puis, d'un seul coup, les choses changent. Même si Alex est un garçon intelligent, attachant et émouvant à certains moments, ses réactions m'ont semblé être totalement incohérentes avec son âge. Je pense que si un garçon de treize ans était traîné dans un endroit comme la Fournaise, il ne réagirait pas "aussi bien". Alex garde un moral d'acier et fait preuve d'une grande maturité. Habituellement, j'aurais beaucoup aimé cela. Mais, là, ça m'a gêné. Je suppose que c'est parce qu'en l'imaginant prendre des décisions et en le voyant mettre à l'œuvre certaines de ses idées pour s'évader de la prison, je le visualisais plus avec quatre ou cinq ans de plus. Je pense qu'un jeune homme de son âge serait plus apte à pleurer dans son coin et à ne jamais s'en remettre. Mais non, Alex perd tout, quitte sa famille et la surface de la Terre pour toujours, mais il reste pratiquement de marbre. Bizarre. Ok, je suis un peu mauvaise langue vu qu'il y a tout de même des passages qui nous décrivent son angoisse, ses cauchemars et ses peurs, mais ils ne m'ont pas vraiment convaincu.
Niveau personnages secondaires, c'est la même chose. Zed, Donovan, Toby ou encore Monty ne m'ont pas spécialement touché. C'est vraiment étrange, d'ailleurs, parce que leurs histoires et leurs vécus ne sont pas des plus faciles. Mais non, rien. Heureusement, leur amitié et leur espoir commun de s'enfuir de la Fournaise ont, eux, réussi à m'émouvoir. Les adolescents forment un groupe soudé et prêt à tout pour survivre. Je dois bien avouer qu'ensemble, ils étaient plus adorables que seuls. Il y a des scènes qui m'ont bouleversé, comme celle de la cantine lorsqu'ils mangent tous ensemble un plat préparé par Monty. On y comprend à quel point leur liberté leur a été supprimée, et on aperçoit véritablement la dureté de cet horrible endroit. Alex, Zed et Donovan m'ont fait craquer à chaque fois qu'ils s'encourageaient les uns les autres. Une belle leçon de confiance et d'amitié.
Côté rebondissements, on progresse nettement ! Purée, que de surprises ! Les coups de théâtre ne s'arrêtent pas et s'enchaînent de manière logique. On y croit dur comme fer. Mon cœur a sûrement loupé quelques battements, tant les évènement inattendus se heurtent et nous coupent le souffle. Il y a des trahisons. Il y a des mensonges. Il y a du sang. Il y a des morts. Et il y a cette foultitude de descriptions sordides et macabres qui m'ont effrayé autant qu'elles m'ont plu. Seigneur, que de frissons ! Alexander Gordon Smith nous livre de longs instants de pur frayeur. Ils maîtrisent les mots à la perfection, de manière à nous permettre de visualiser la moindre horreur qu'il a imaginé. Notre esprit s'emballe tout seul, et on ne peut pas s'empêcher de jeter un coup d'œil autour de nous pour s'assurer qu'il n'y a aucun monstre qui rôde. C'était juste grisant de ressentir autant d'adrénaline grâce à ce roman ! Malheureusement, même si la peur et l'effroi sont au rendez-vous, je m'attendais à être encore plus terrifié. Du coup, mes attentes n'ont pas été totalement comblées. C'est dommage, parce que la Fournaise est véritablement un lieu atroce et terriblement épouvantable.
Autre élément qui m'a gêné : le fait qu'on n'en sache jamais assez. Je sais bien que l'auteur fait ça pour nous donner envie d'en savoir plus et de lire la suite ( chose qui a marché pour moi, je vous rassure ), mais, là, c'est un peu trop. On ne sait pratiquement rien du fonctionnement de la Fournaise en elle-même. Ok, c'est un enfer. Ok, il y a des monstres. Ok, il est impossible d'en sortir. Ok, des enfants y sont transformés en bêtes avides de sang. Mais pourquoi ? Comment ? Pour qui ? Dans quel but ? Alex nous livre toutes ses impressions et toutes ses suppositions, mais j'aurais aimé en savoir plus. C'était juste horriblement frustrant de voir l'intrigue évoluer sans pour autant mieux comprendre l'histoire globale. Haaaaaa ! Bon du coup, j'ai juste envie de me jeter sur le tome 2 pour pouvoir éclaircir un peu tout ça. L'auteur aurait juste dû maîtriser un peu mieux son désir de nous "teaser", parce que le résultat est plus frustrant et agaçant qu'autre chose.
La fin du roman, elle, rattrape le tout, et nous livre une conclusion haletante et palpitante. C'est bien simple, je ne me suis même pas rendu compte que j'arrivais à la fin du livre avant d'y être. Les derniers chapitres sont gorgés de suspense et de rebondissements que je n'avais pas vu venir. La Fournaise se termine sur un énorme cliffhanger qui nous laisse sur les fesses et carrément hors d'haleine. Je veux la suite !!! Maintenant ! Il reste encore énormément de questions en suspens et d'éléments prometteurs pour le second tome ! Vivement sa sortie !
En résumé, La Fournaise est un roman qui se lit facilement et qui possède de bons éléments qui restent malgré tout trop peu exploités. Les protagonistes ne m'ont pas spécialement convaincu, et, même si l'histoire est vraiment excitante, je n'ai pas ressenti le grand frisson auquel je m'attendais. Malgré le fait qu'on reste sur notre faim et plutôt frustrés concernant les révélations qui nous sont faites, la fin nous pousse inévitablement à vouloir en savoir plus. Un premier tome moyen mais qui pose de bonnes bases pour les suites que je compte lire dès leurs sorties !

par Jordan
La Guerre des Clans, HS n°2 : La Prophétie d'Étoile Bleue La Guerre des Clans, HS n°2 : La Prophétie d'Étoile Bleue
Erin Hunter   
J'ai envie de dire : "AAAAAAH ! ENFIN !". Enfin, oui. Enfin un tome (même si c'est un hors série) qui remonte vraiment la Guerre des Clans dans mon estime. J'ai adoré suivre la vie de notre très chère Etoile Bleue, à partir de son statut de chaton. C'est vraiment un de mes personnages préféré. De plus, retrouver certains chats que l'on avait connu dans le premier cycle (Coeur de Lion, Tornade Blanche, Petite Feuille, etc ... et bien sûr Griffe de Tigre) m'a fait vraiment plaisir. On a aussi l'occasion de mieux connaître Coeur de Chêne, dont on avait vaguement entendu parler dans les derniers tomes du premier cycle. Encore une fois, une romance impossible. Décidément, c'est pas ce qu'il manque quand on est chat de clan ! Grâce à cet hors série, on comprend vraiment mieux pourquoi tel chat est devenue comme ça. Vraiment, merci à Erin Hunter, ça faisait vraiment longtemps que j'attendais un tome comme celui ci.. !
Enders Enders
Lissa Price   
Je viens tout juste de le terminer et je suis encore sous tension et sous le choc de ce tome. J'en ai encore des frissons.
Le point vraiment fort de cette duologie est que absolument TOUT s'enchaîne, il n'y a AUCUN temps mort sans parler de la tention permanante que l'on ressent. Des questions sans réponses nous taraudent l'esprit tout au long de notre lecture, ce qui nous pousse toujours à enchaîner encore et encore les chapitres.
Ce tome est une série de révélations surprenantes, tout ce que l'on croyait savoir et croire est chamboulé !
Et puis BOOM, arrive la fin.
Quelle fin, mais quelle fin ! Je ne m'attendais pas à ça. Vraiment. Je n'en dirais pas plus pour ceux qui n'ont pas lu le livre, mais cette fin est complètement WHAT THE FUCK.

'Starters' et 'Enders' sont avant tout des livres qui critiquent une société qui est la nôtre : l'avidité, le matérialisme, la soif de pouvoir, cette envie de toujours tout contrôlé et surtout le sujet principal abordé qui est l'apparence physique sont des points ultra-présents dans notre société actuelle. L'importance qu'on accorde à l'apparence physique est tellement présente que cela en deviendra une psychose, jusqu'où sera t-on prêt à aller pour rester jeune ? La chirurgie esthétique n'est qu'un début.

Cette duologie est, pour moi, un petit bijou d'anticipation avant tout.

par Trine_Ka
Kaleb, Tome 2 : Abigail Kaleb, Tome 2 : Abigail
Myra Eljundir   
le tome 1 était la découverte d'un nouvel univers plutôt déconcertant, et certains ne souhaitaient pas continuer avec cette saga, c'est vrai il n'a pas été facile de se retrouver dans la tête d'un empathe comme Kaleb. Mais passé cette appréhension on se laissait pourtant entraîner par la noirceur et la détresse de Kaleb. Et bien, je suis contente de continuer cette lecture, car ce second tome est encore meilleur !
Sensualité, Action, Trahison, Tension, Émotion, Révélation, Rythme, voilà qui résume ce que j'ai ressenti avec la lecture de ce tome 2. On va de surprise en surprise et on se surprend à espérer que tout se passe bien pour Kaleb, car je confirme ce que je disais après le 1er tome, Kaleb est diaboliquement attachant !
Cette saga est également riche de personnage plus mystérieux les uns que les autres, et dans ce tome, nous apprenons à les connaître et à percer leurs secrets, enfin en partie, car à chaque révélation, un doute nouveau s'installe, et tout ce qu'on croyait cousu de fil blanc ne l'est pas !!

Cette fois, et plus que jamais la prophétie est en marche, tous les pions sont en place !! Et si le mal n'était pas incarné par ceux qu'on croit ??!!!
En tout cas vivement le tome 3 (prévu pour fin Août 2013), car avec les révélations finales on ne sait plus du tout à quoi s'attendre, à part à une fin grandiose !

par coco69
Assassin's Creed, Tome 1 : Renaissance Assassin's Creed, Tome 1 : Renaissance
Oliver Bowden   
J'ai littéralement dévoré ce livre. Mais c'était avec une appréhension que j'ai l'ai commencé car je me demandais comment on pouvait écrire en ce basant sur le jeu (auquel j'ai joué d'ailleurs). Finalement je n'ai pas été déçue c'etait vraiment un pur bonheur de le lire

par _shadow_C
Alexia, Tome 1 : Quand Nous Étions Morts Alexia, Tome 1 : Quand Nous Étions Morts
Francesc Mirallès   
Houlala ! Je pense qu'il va me falloir un peu de temps afin de me remettre totalement de cette superbe lecture ! Alexia est un roman ensorcelant, aux allures gothiques, ce qui lui donne un côté fascinant et qui laisse donc émaner du livre une certaine crainte, chose que j'ai adoré.
On suit Christian, une jeune espagnol de dix-sept qui vient de connaître la mort brutale de son frère jumeaux. Cet adolescent erre désormais comme une âme en peine dans notre monde. En effet, il passe sa vie cloitré entre les quatre murs de sa chambre, il lit des contes de littérature ancienne portant sur des histoires d'amour qui perdurent après la mort et, surtout, Christian se rend dans le cimetière non loin de chez lui.
Ce lieu l'apaise et lui permet de trouver un peu de paix intérieure. Puis au moins, ici, personne ne lui pose de questions et ne le regarde comme l'élève à éviter. Contrairement à tous les étudiants de son lycée. C'est lors d'une de ses visites quasi-quotidiennes dans "son" cimetière qu'il va entendre un chant. Il provient d'une voix douce et magique, presque surnaturelle. Cette voix magnifique provient d'une jeune fille : Alexia.
A la fois mystérieuse et hypnotique, Alexia attire immédiatement Christian. Ce qu'il ne sait pas, c'est qu'elle appartient à un groupe assez particulier nommé "Les Pâles". Pourquoi ? Parce qu'il est composé de deux autres personnes, Lorena et Robert, qui se maquillent le visage en un blanc évanescent, ce qui rend leur apparence fantomatique.
Très vite, Christian va se lier d'amitié avec ces trois étranges personnages... Mais va également très rapidement apprendre que pour entrer dans leur groupe, quelques épreuves sont de mise. C'est là que je cesse de vous dévoiler le début de l'intrigue, car je crois sincèrement qu'il faut que vous découvriez cet univers sombre et ténébreux par vous-même.
Mais pour vous mettre l'eau à la bouche, sachez que ce roman est unique. Alexia est un livre comme j'aimerai pouvoir en lire beaucoup plus souvent ! Les protagonistes sont tous surprenants et merveilleux. A l'instar du monde dans lequel Francesc Miralles nous mène, d'ailleurs. C'est vrai, vous avez déjà lu des livres parlant de cimetières, d'esprits, d'âmes et de morts, vous ? Pour moi la réponse était non, et je ne regrette pas le moins du monde de l'avoir fait. Une fois que l'on pénètre dans cette histoire passionnante et déchirante, il est très difficile de s'en échapper. De plus, l'écriture est superbe, et la mise en page aussi. Elle renforce l'atmosphère étouffante du roman et nous permet de tourner les pages sans que nous nous en apercevions.
En parlant de cette atmosphère... Elle a été délicieusement déroutante. On plonge littéralement dans un océan de noirceur poétique. Les mots se consument telle la flamme d'une bougie tant ils sont stupéfiants. L'auteur arrive à nous faire vibrer d'émotion, autant d'enchantement que d'effroi. J'ai dû me retourner plusieurs fois pour vérifier que personne n'était en train de m'épier pendant ma lecture ! Vous comprendrez pourquoi en lisant le livre. D'ailleurs, pour rendre ma lecture encore plus "vraie", j'écoutais en même temps la chanson du livre. Elle se nomme "When We Where Dead" ( Quand Nous Étions Morts... ) et est chantée par Nikosia. Ce simple fait que le roman possède son propre air de musique m'a transporté ailleurs !
Ailleurs... Voilà un mot qui décrit bien Alexia, le livre en lui-même, j'entends. Christian ne rêve plus que de s'abandonner à autre monde, un endroit sans douleur ni peine... Ce désir est si oppressant qu'on ne se rend pas même compte que les lignes qui passent sous nos yeux nous emmènent avec elles vers la fin.
Et la fin ! Quel final ! J'ai cru que mon coeur ne tiendrait jamais ! Les révélations se bousculent, les mensonges s'entrechoquent et la romance du livre s'enflamme ! Je suis resté scotché par tout ce que j'apprenais ! Francesc Miralles a vraiment réussi à m'entraîner sans peine dans son univers mélancolique. Je pense n'avoir rien d'autre à ajouter, si ce n'est que la suite me paraît bien loin maintenant... Mais je n'ai pas trop à me plaindre, ce tome-ci s'achève avec un fin qui me plaît. Elle va très bien pour cette histoire fabuleuse.
Un conseil ? Achetez Alexia. Cet aspect gothique et nostalgique de Christian est vraiment captivant. Mais c'est surtout l'intrigue, noire, alarmante et brillante qu'il serait regrettable de louper.

par Jordan
Delirium, Tome 1 : Delirium Delirium, Tome 1 : Delirium
Lauren Oliver   
Wahou, Wahou et re-Wahou!
Que dire? Un livre magique? Magnifique?
Au début il faut s'accrocher car il y a plein de choses à comprendre: la Procédure, leur mode de vie (au moindre écart de conduite: coups de matraque), la famille de Lena...
Les personnages sont attachants mais je regrette un peu que Grace ne soit pas plus présente... Alex est encore un de ces garcon trop beau et trop parfait =)
Pendant qu'on lis le livre on ne se rends pas compte à quel point on aime et quand on le pose on se dit "Mince, je l'ai déjà fini !!"
Vivement le tome 2 car cette fin nous laisse un peu sur notre faim =)

par Rachel
Player One Player One
Ernest Cline   
2044. Dans un monde touché de plein fouet par des crises énergétiques et environnementales, Wade, un garçon de 17 ans, échappe à un quotidien sordide en passant la majorité de son temps connecté à l'OASIS, un monde virtuel créé par le fantasque et richissime James Halliday. Comme les autres chassœufs, il essaye de décoder les énigmes, laissées en guise de testament par le milliardaire, pour trouver l'Easter Egg caché dans l'OASIS et remporter ainsi la totalité du pactole, 250 milliards de dollars. Halliday ayant conçu cette quête comme un grand jeu de piste à travers les années 80, seuls ceux qui maîtriseront les arcanes de la culture geek ont une chance de l'emporter... Mais les chassœufs feront-ils le poids face à la compagnie IOI, fournisseur d'accès et géant d'Internet, prête à tout pour mettre la main sur l'OASIS et en finir avec la protection des données personnelles que ce monde garantissait jusqu'alors?
Comme annoncé dès la couverture Pac-Man, le livre est blindé de références aux jeux vidéos, chansons, films, séries etc. des années 80. Étant moi-même dans la tranche d'âge visée (un tout petit peu plus jeune en réalité, mais mes cousins se chargeaient de mon éducation) j'ai vraiment apprécié cet espèce de retour en enfance et n'ai pas eu de mal à me prendre au jeu (aaah, D&D! aaaaah les Atari! aaaah Sacré Graal!...bon bref, je vous épargne la suite). Toutefois, je ne suis pas tellement persuadée que ce livre soit intéressant pour quiconque en dehors de cette tranche d'âge car en dehors de l'argument "rétro/vintage", l'intrigue est somme toute très simple et manichéenne. Ni les personnages, ni la Terre version "2044" n'ont vraiment la possibilité d'être développés entre tous ces gros morceaux d'année 80, malgré quelques bonnes idées entr'aperçues ici ou là. Une recharge de mana, pour geek only?

par Mereiane
Multiversum, Tome 1 : Multiversum Multiversum, Tome 1 : Multiversum
Leonardo Patrignani   
Multiversum se pose comme une incroyable aventure romanesque sur fond de science-fiction. L'auteur, Leonardo Patrignani, propose un voyage à travers les dimensions parallèles, l'espace, le temps.
Les rebondissements se succèdent et surprennent.
Une histoire vraiment complexe et un excellent scénario avec plein de rebondissement ! Je le conseille vivement !

"Si vous espéreriez un jour que quelqu'un vous aime quelque part, si cette personne existait, vous laissait des messages furtifs comme une bouteille sur le flots de vos pensées et vous appelait à la retrouver au bout du monde.
Le feriez-vous?"

Promise, Tome 1 : Promise Promise, Tome 1 : Promise
Ally Condie   
Magnifique livre, l'histoire est intrigante et on est tout de suite plongée dans l'univers de Cassia cette jeune fille si troublante par le fait qu'elle est au départ un parfait petit pion et qu'en fin de compte elle se révèle bien plus maligne que d'autre. Les description sont très bien faite et je n'ai eu aucun mal à m'imaginer la ville, plus particulièrement le quartier où elle et ses parents, ainsi que ses amis, vivent. Toutefois je trouve dommage qu'il n'y est pas plus de description de la maison et de l'école.

Une chose est sur : Ce livre ne sera pas gardé par les officiels plus tard...

par Elboise