Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pendergast : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
L'Œuvre L'Œuvre
Émile Zola   
Le parcours torturé d'un artiste se révèle ici sous la plume de Zola. Comme celui de tous les membres de sa famille, le destin de Claude Lantier est tragique. La vision du monde artistique est plutôt noire mais le roman est un des meilleurs de la série des Rougon-Macquart.

par syl1984
Le cycle d'Elric Le cycle d'Elric
Michael Moorcock   
Enfin fini ce long cycle. Long, car j'ai lu cette intégrale, qui malgré tout est un bon pavé de 1200 pages en petite taille de police. ça doit être plus facile de lire les tomes séparément.

Ce cycle de Fantasy donc suit l'histoire d'Elric de Melniboné. Un personnage sombre qui, au fil de l'histoire, va se tourner vers le côté obscur auquel il a toujours appartenu, étant d'une race soumise (ou dévouée, selon les points de vue) au Chaos. L'écriture de Moorcock est très belle, poétique, élégante, surtout à partir du second tome, mais la narration est particulière et ne suit parfois pas une fluidité aussi logique et rigoureuse qu'on le souhaiterait. Le premier tome, par exemple, est beaucoup moins détaillé, plus romancé et vite expédié. Deux des tomes du cycle ; la Forteresse de la Perle et La Revanche de la Rose, ont été écrit bien après les autres tomes, et donc ont un style différents aussi. L'histoire générale ne suit pas particulièrement une intrigue principale, et si les histoires se suivent parfois sur deux ou trois tomes, on passe vite à autre chose.
Une chose que j'apprécie néanmoins chez Moorcock, c'est l'intégration de son univers dans un univers supra-ordonné ; le cycle du Multivers, qui réuni les récits des autres incarnation du Champion Eternel ; Hawkmoon et Erekosë. Ces personnes apparaissent à certaines moments, et on sent qu'il y a derrière le cycle d'Elric quelque chose de plus grand.
En général donc, j'ai moyennement apprécié ce cycle, car l'écriture comme j'ai dit est particulière et pas toujours aisée à soutenir un long moment. Les personnages sont pas tellement approfondis, et même Elric dont on connait au bout du compte les peurs et motivations, n'est pas extraordinaire. Moorcock prend parfois des libertés avec sa psychologie, et le manque de logique (ou anachronismes par rapport à son état d'esprit) m'a plusieurs fois heurté. Néanmoins je pense que ça reste un ouvrage de référence de fantasy, notamment pour le thème des épées maléfiques et jumelles, plusieurs fois repris dans la littératures et ailleurs.
(Pour des détails, j'ai aussi critique chaque tome.)
La France avant la France (481-888) La France avant la France (481-888)
Geneviève Bührer-Thierry    Charles Mériaux   
Un bon livre pour les historiens en herbe. Attention néanmoins aux erreurs qui traînent ! Il faut avoir d'autres livres sous la main (je l'ai utilisé pour un exposé sur les pippinides) afin de ne pas se tromper.
Ce livre est très intéressant dans le sens où il donne beaucoup d'images et de sources.
888-1180 : Féodalité 888-1180 : Féodalité
Florian Mazel   
L'époque où surgit la dynastie capétienne ne se confond pas avec «la naissance de la France». Sans doute le royaume de Francie occidentale puis de France, qui embrasse alors la Catalogne au sud et la Flandre au nord, devient-il une entité politique qui ne se partage plus, mais le souverain continue explicitement de se dire «roi des Francs» plutôt que «roi de France». Si la monarchie construit et élargit méthodiquement son domaine, le sentiment d'une unité française n'existe pas alors. La France féodale demeure une mosaïque de régions de langues et de coutumes diverses. Soucieux d'échapper à toute téléologie dynastique ou nationale, le propos tenu ici accorde une grande attention à ces singularités régionales. Il embrasse aussi les nombreux territoires, aujourd'hui français, qui relevaient alors d'autres rois et princes et s'efforce d'insérer l'ensemble des analyses dans une perspective européenne.Les siècles de la féodalité, longtemps décrits comme des siècles de fer, correspondent en réalité au moment du «décollage» européen. Dynamisme économique, expansion chrétienne et mutations sociales vont alors de pair, portés par l'affirmation d'un ordre seigneurial effaçant peu à peu les derniers vestiges de l'empire carolingien. Comme le montre cet ouvrage, les acquis des recherches historiques des vingt dernières années ont profondément renouvelé la compréhension de ce long moment de transition. Ils permettent de décrire une croissance rurale plongeant ses racines jusque dans l'époque carolingienne, même si le développement urbain et commercial en modifie les formes et en accroît la vigueur à partir de la fin du XIe siècle. Ils conduisent à réexaminer des questions aussi fondamentales que le regroupement des populations et la «naissance du village», l'instauration de la seigneurie châtelaine, le rôle des réformes monastiques ou l'épanouissement de l'art roman et gothique. Ils amènent surtout à remettre en cause la thèse d'une «mutation féodale» rapide et brutale autour de l'an mil au profit d'une appréciation plus nuancée des évolutions, articulée sur les deux inflexions majeures que sont la décomposition de l'ordre carolingien, à partir de la fin du IXe?siècle, et la réforme «grégorienne», dans la seconde moitié du XIe siècle. Comme le montre le chapitre consacré à l'atelier de l'historien, les apports de l'archéologie et de l'anthropologie ont beaucoup contribué à ces renouvellements.

par alicia59
Histoire d'une démocratie : Athènes Histoire d'une démocratie : Athènes
Claude Mossé   
Bonne introduction à l'histoire politique de l'antiquité.
Permet de comprendre le fonctionnement de la société athénienne.

par Hellea
La France au Moyen Age, du Ve au XVe siècle La France au Moyen Age, du Ve au XVe siècle
Claude Gauvard   
Un livre très complet, qui balaie une large fourchette chronologique. Il y en a donc pour tous les goûts. Mais du fait de la grande portée chronologique de la période, il est indispensable de lire ce livre, pour comprendre et savoir tous les événements géopolitiques, historiques et artistiques.
L'Age d'or capétien (1180-1328) L'Age d'or capétien (1180-1328)
Jean-Christophe Cassard   
Ce tome se présente avec un plan approximativement chronologique, puisque l'on commence avec Philippe Auguste, et que l'on termine avec la prédiction de la guerre de cent ans, même si celle-ci doit encore tarder un peu, puisqu'elle ne commence vraiment, de mémoire, que dans la décennie 1340. Cependant, le plan reste massivement thématique, avec des renvois chronologiques parfois curieux, et des chapitres dans l'ensemble assez courts. Je l'ai trouvé assez peu pédagogique, même s'il reste une mine d'informations. L'exemple le plus frappant est celui du deuxième chapitre, très instructif, mais qui aligne tant de noms et de dates qu'il en devient vite difficile à suivre.

Certains chapitres sont très perturbants, quand l'auteur répand son fiel : certes, la vie n'était pas rose, mais l'emploi de tant d'expressions dépréciatives quand il parle des métiers ou de la précarité rendent toute la chose plus dure à assimiler, d'une part, avec le tri à faire entre la presque haine et le sérieux, et il est plus difficile d'y adhérer, d'autre part, même quand on sait que, dans le fond, c'est vrai.

Plusieurs anecdotes reviennent à de multiples reprises, mais pas toujours au même niveau de détail, avec, parfois, guère plus qu'un clin d'oeil : chercher le passage exact de la première occurrence pour se souvenir bien de l'ensemble des informations est vite lassant, surtout quand les informations omises auraient pu être ajoutées sans faire hors-sujet.

La section de l'atelier de l'historien est intéressante. La chronologie a des défauts (comme le même événement, à la même date, présenté deux fois). Je suis satisfaite des arbres généalogiques. J'aurais aimé un glossaire et des fiches biographiques comme sur certains des autres tomes de la collection.

Sur le livre lui-même (j'ai le poche) : le rabas n'est pas de première qualité (il s'est déchiré alors qu'il était presque neuf au niveau de la pliure, et je ne les utilise même pas, ni comme marque-page ni autrement). Certaines pages ont été inversées. Les cartes sont en général lisibles, mais il y a des exceptions.

Voici toutes les raisons pour lesquelles, sur une série que j'adore généralement, ce volume fait chuter la moyenne.

par Melenda
Les Rois absolus (1630-1715) Les Rois absolus (1630-1715)
Hervé Drévillon   
Dans la nouvelle série sur l'Histoire de France, un très bon tome écrit par un spécialiste du XVIIème siècle et de l'Ancien Régime. On retrouve les qualités de la série : écriture claire et pédagogique, illustrations et documents divers, appui sur les dernières recherches historiographiques. C'est le tome sur la monarchie absolue, sur sa construction et son apogée avec Louis XIV.

par Laurien
Histoire du monde, tome 2 : Du Moyen Âge aux Temps modernes Histoire du monde, tome 2 : Du Moyen Âge aux Temps modernes
J.M. Roberts   
Cela donne une bonne vue d'ensemble sans se perdre dans des détails trop pointus. L'ensemble est facile à lire. On évite les écueils rébarbatifs de certains livres d'Histoire. Cet ouvrage permet de renforcer ses connaissances générales et de mieux comprendre certains événements. Bref, il peut servir de façon personnelle mais aussi pour les études.

par zarg
Histoire du monde, tome 3 : L’âge des révolutions Histoire du monde, tome 3 : L’âge des révolutions
J.M. Roberts    O.A Westad   
Troisième et dernier volume de l'oeuvre monumentale de J.M. Roberts et O.A. Westad, ce tome reprend le fil de l'histoire autour de l'année 1750 pour se conclure au xxie siècle. S'ouvre le temps des révolutions politiques, scientifiques, philosophiques, techniques ou culturelles. L'histoire s'accélère. Un homme né en 1800 et mort en 1870 aura vu le monde changer davantage au cours de son existence qu'il n'avait changé au cours des mille années précédentes. C'est que les impulsions en provenance d'Europe se font ressentir partout, sur le continent américain bien sûr, mais aussi par le phénomène colonial en Afrique ou en Asie, ou dans la chute de l'Empire ottoman. A la fin du XIXe siècle, le monde autrefois régulé par des cultures spécifiques et distinctes est en train de prendre une autre route. L'hégémonie européenne à travers le globe en constitue un facteur central, jusqu'au double cataclysme des deux guerres mondiales. Après 1945, la domination du monde par les Européens est terminée. Vient alors le temps de la décolonisation et de la guerre froide. La montée en puissance de l'URSS, puis sa chute, l'établissement de l'hyperpuissance américaine et, enfin, l'émergence de la sphère asiatique, emmenée par la Chine, structurent l'histoire de la période. Le monde, pourtant, est un, comme il ne l'a sans doute jamais été. L'humanité, riche de sa diversité, n'en développe pas moins une culture commune. Cette « mondialisation » marque un changement radical, gigantesque et rapide. Ce livre, par sa hauteur de vue, son style et sa pertinence, en donne les clés de compréhension, décryptant les derniers siècles de la passionnante histoire de l'humanité.

par Mellana