Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de penelope-fantastique : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Merlin, tome 2 : Les Sept Pouvoirs de l'Enchanteur Merlin, tome 2 : Les Sept Pouvoirs de l'Enchanteur
T.A. Barron   
Je trouve que ce tome 2, est meilleur que le premier, enfin je l'ai préféré en tout cas. Ce n'est pas un livre que j'ai vraiment " adoré " mais il est sympas, agréable tout de même. Au début Merlin, m'énervait, mais au fur et à mesure s'a allait de mieux en mieux, mais tout de même ce n'est pas un personnage que j'aime énormément.

par TwiixTal
Des fleurs pour Algernon Des fleurs pour Algernon
Daniel Keyes   
Wahou, voilà le mot qui est sorti une fois que j'ai refermé ce roman.
Voilà que j'adhère de plus en plus à la science fiction et je m'étonne moi-même.
Des fleurs pour Algernon c'est l'histoire invraisemblable de Charlie un simple d'esprit qui a été rejeté par sa famille et qui travaille dans une boulangerie, comme homme de ménage. Un jour on lui propose de faire partie d'une expérience qui le rendra très intelligent. Charlie est quelqu'un de très gentil et au vue de sa capacité très restreinte à comprendre les choses, il ignore ce que les gens pensent réellement de lui. Charlie ne demande qu'une chose : que les gens l'aiment.
Au début du roman sa façon d'écrire est un exactement le reflet de sa personnalité. Il fait beaucoup de fautes d'orthographe et de syntaxe mais il est fier de lui car il a réussi à apprendre à lire et à écrire malgré son peu d'intelligence. On ne peut qu'adorer le personnage, nous ressentons bien vite énormément de compassion à son égard. Au fur et à mesure, l'expérience va réellement faire de lui un génie. Il découvrira les sciences, la musique, de nouvelles langues et surtout, il commencera à comprendre la nature humaine. Et j'avoue avoir eu bien souvent les larmes aux yeux quand il découvrait à quel point les gens se moquaient de lui et de son problème psychologique. Si au début Charlie est un être sans défense et doux, il deviendra très vite arrogant et mesquin, peut-être pour se venger de tout ce qu'on lui a fait endurer alors qu'il était bête.
J'aime beaucoup l'évolution de sa relation avec Alice qui devient davantage qu'une relation prof-élève car une fois qu'il est intelligent, il découvre à quel point il apprécie la jeune femme. Leur relation sera pourtant tortueuse et pleine de larmes et j'aurais voulu la voir finir d'une autre manière, mais cela n'aurait pas été cohérent avec la fin.
Parce que la fin du roman m'a complètement bouleversée. C'est triste et beau, c'est un juste retour aux choses normales, une sorte de correction de la véritable nature du personnage.
J'ai également aimé les flash back du personnage sur son enfance, même si chaque fois ils sont vraiment triste.
En bref ce roman est pour moi un véritable coup de coeur!

par louve
Le Cycle des Robots, Tome 1: Les Robots Le Cycle des Robots, Tome 1: Les Robots
Isaac Asimov   
Forcement, il était plus ou moins logique que suite au Cycle de Fondation, je poursuive sur l’autre cycle majeur d’Isaac Asimov, celui qui le rendit célèbre, même pour les non amateurs de littérature fantastique, je veux bien évidement parlé du Cycle des Robots. En toute franchise, qui n’a jamais entendu parler des Robots, de la robotique dont le nom fut utilisé pour la première fois, et accessoirement a la grande surprise de son auteur, par Asimov en personne, et, bien évidement, des trois lois de la robotique ? Quelques uns peut être, mais dans la grande majorité des cas, et ne serais ce que pour ce qui est du mot « robotique », la plus part des gens, sans avoir lu ne serais ce qu’une seule ligne d’Asimov en ont déjà entendu parler, au moins une fois dans leur vie. Et tenez, prenez un exemple concret de l’importance qu’eut Les robots, non seulement dans le petit monde de la SF, mais également, si un jour, mais pourquoi n’y parviendrait-il pas, l’homme finisse par créer des robots aussi perfectionnés que ceux inventés par Asimov, les fameuses lois de la robotique, qui, pour rappel, sont celles-ci :

Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.

Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.

Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Le jour où l’homme créera des robots véritablement perfectionnés, et non des automates (mais nous n’en sommes pas forcement si loin que ca, regardez donc ce qui se passe au Japon), pensez vous donc que de telles lois ne seront pas utilisées en tant que soupape de sureté vis-à-vis des humains ? Que pourrait-on ajouter d’autre ? Pas grand-chose tant elles sont parfaites, et là, indéniablement, l’on sort du simple cadre de la science fiction, non ?

Mais au-delà de l’importance non négligeable des Robots dans l’histoire de la science fiction, que peut-on dire véritablement de celui-ci, en tant qu’œuvre ? Certes, cela fait longtemps que celle-ci est louée pour ses innombrables qualités mais combien de soit disant chef d’œuvres, que cela soit dans le domaine de la littérature, du cinéma ou de la musique, sont reconnus en tant que tel mais sont, soit difficiles d’accès, soient, après coup, laisse des impressions mitigées du genre « ah, finalement, ce n’était que ca ? ». Alors forcement, une question semble s’imposer d’elle-même : que vaut pour le lecteur moderne, c'est-à-dire, celui de 2010, les robots ?

Tout d’abord, il est bon de rappeler que ce premier volume du cycle est en fait un recueil de 9 nouvelles, plus ou moins longues et dont voici la liste : « Robbie », « Cycle fermé », « Raison », « Attrapez-moi ce lapin », « Menteur ! », « Le petit robot perdu », « Evasion ! », « La preuve » et « Conflit évitable ». Par le biais de celles-ci, pas forcement écrites dans l’ordre proposé, Asimov nous montre l’évolution des robots au sein de la société humaine, des premiers modèles, tout juste bon a servir de nounous pour enfants dans « Robbie », a Byerley qui deviendra coordinateur de la fédération planétaire et que l’on retrouve dans « La preuve » et « Conflit évitable ». Ces mêmes nouvelles sont à séparer en deux catégories, celles où intervient directement le docteur Suzan Calvin, la robopsychologue, et les autres, où sont mis en avant deux ingénieurs de l’US Robot, Powell et Donovan. Mais dans un cas comme dans l’autre, Asimov utilise, en plus de son fil conducteur qu’est l’interview du docteur Calvin, le même procédé : un problème survient sur un ou plusieurs robots et les protagonistes essayent d’y remédier par la réflexion et la logique, en sachant qu’a chaque fois, l’un des aspects des lois de la robotique sont mis en cause par tel événement qui les contredit et rend, en quelque sorte, un peu « détraquer » le robot en cause qui ne sachant plus quoi faire, se met a agir « bizarrement » au regard de sa programmation. Le fait que ce procédé revienne sans arrêt peut a première vu rebuter les plus perplexes d’entre nous, qui pourraient craindre que l’ennuie ne survienne assez rapidement, or, il n’en est rien et c’est là, il me semble, la grande force d’Asimov en nous offrant par le biais de nouvelles, des textes inventifs, forts bien choisis, a la logique imparable quant à ses implications et ses conclusions, mais aussi, parce que l’on pourrait appeler un certain sens du génie pour ce qui est de l’anticipation pure, en particulier dans l’évolution humaine/robot.

Bref, ceci étant dit, l’on pourrait croire que l’on pourrait se jeter les yeux fermés dans la lecture des robots ; pourtant, quelques petits avertissements me semblent s’imposer : tout d’abord, il faut se remémorer que ces nouvelles ont été écrites il y a une soixante d’années, et que le style, a forcement vieilli ; certes, cela reste largement lisible, mais les lecteurs modernes, peu habitués de la chose, pourront y trouver à redire. De même, ne vous attendez pas a des personnages fouillés, charismatiques et travaillés au possible ; ceux-ci sont a peine esquivés, voir, pour certains, stéréotypés, mais bon, sachons se remettre dans le contexte de l’époque : on n’allait droit au but dans les années 40 et 50 et l’on ne perdait pas de temps en délires descriptifs et autres états d’âmes. Ainsi, si vous êtes un adolescent mordu de cycles de 10 volumes composés de tomes de 700 pages chacun, vous risquer de tiquer légèrement avec les robots. Mais cela serait dommage de ne pas découvrir une telle œuvre, qui elle, accessoirement, restera dans l’histoire. Alors, si vous n’avez pas peur de lire de la SF « old-school », je ne saurais trop que vous conseiller la lecture des robots, tant par son coté historique, son importance, mais aussi, et surtout, pour ses qualités, ce qui reste tout de même le plus important.
Thoughtless, Tome 1 : Indécise Thoughtless, Tome 1 : Indécise
S.C. Stephens   
Ce livre est un vrai coup de coeur pour moi malgré qu'il est été aussi une vraie torture pour mes nerfs.
Les émotions des personnages ainsi que les miennes sont complètement chamboulées dans ce roman, où Kellan, Kiera et Denny ne font que se faire du mal à travers leur amour tout du long. Le pauvre Kellan gagne la palme pour moi en souffrance après tout ce qu'il doit endurer.
C'est une très belle histoire d'amour, le fameux triangle amoureux qui prend tout son sens, et Kiera est assez énervante par son comportement.
Bien sûr, cette histoire est carrément addictive, les personnages sont comme sur des montagnes russes tellement l'auteur les malmène, ce qui fait qu'on les aime encore plus, et donc il y a la suite sur laquelle je vais me jeter...


par maya18
Héros de l'Olympe, Tome 5 : Le Sang de l'Olympe Héros de l'Olympe, Tome 5 : Le Sang de l'Olympe
Rick Riordan   
J'ai envie de pleurer. Je vous jure. je l'ai fini dimanche et quand j'y repense, j'ai encore envie de fondre en larme.
C'est la fin d'une grande aventure, les enfants, une grande aventure qui nous as tenu en haleine pendant de nombreuses années. même si la fin est plutôt heureuse (même si à un moment j'ai eu peur pour le vie de BlackJack x) ), j'ai pas pu retenir ma petite larme à la fin.

Bon, trêve de sensiblerie : Bilan de ce livre qui clot assez merveilleusement bien cette série.
1) je suis définitivement tombée sous le charme du personnage de Nico Di Angelo. vraiment. C'était déjà mon personnage préféré avant mais là ... Il c'est affirmé dans ce tome, a prit de l'aisance et une véritable identité. on peut maintenant se faire une idée sur qui est vraiment Nico. [spoiler]même si j'ai trouvé que son avoeu à Percy était un peu "baclée" (même si j'ai adoré que "t'es mignon, mais t'es pas mon genre" :p), la relation qu'il noue avec Reyna et Will Solace est pleine de promesse et j'espère savoir un jour si celle avec Will aboutira ![/spoiler] Bref, mon personnage préféré et je le trouve absolument énorme dans ce tome !!
2) Ma grande deception du livre fut la mise à l'écart de Percy, qui est mon deuxième personnage préféré. même s'il ne joue pas un grand rôle, j'aurais avoir au moins une ou deux fois son point de vu, c'est quand même le personnage qu'on a suivit et kiffer pendant 10 tomes. il aurait mérité un peu plus de considération. même si son humour est toujours présent, et me fait toujours plier en deux x)
3) Ceux qui n'ont pas eut le rôle qu'il méritaient, c'étaient Hazel et Franck. Encore, la mise à l'écart de Percy et Annabeth au profit de Jason et Piper peut se comprendre (ils ont eut une grosse place dans les tomes 3 et 4, contrairement à eux, qui ont eu une place de moindre importance dans ces livres, c'est normale dans un sens s'ils laissent le premiers rôle à d'autre, même si ça ne me plait pas x) ) [spoiler]au moins, les quatre, plus Léo, on une place dans la prophéthie --> "sous la tempête ou leur feu le monde doit tomber" : Léo Piper et Jason, "Serment sera tenu jusqu'au souffle dernier": Léo, "des ennemis viendront en arme devant les portes de la mort" : Annabeth et Percy. Bref, tout le monde joue un rôle majeur dans la prophétie, sauf Hazel et Franck. je les adore, franchement, les deux. mais j'aurais aimé qu'ils aient un rôle un peu plus important dans le dénoument ....[/spoiler]
4) La bataille est bien ficelée, je trouve [spoiler]certes, les dieux qui descendent du ciel en mode super-héros, ça fait cliché, mais ça produit quand même son petit effet :) [/spoiler] Si elle avait était plus longue, ça en aurait trop fait, je pense. j'aurais plus allongé certain passage avant. (et j'ai toujours pas compris à quoi leur avait servit Niké, mais bon, je l'aime bien :) ) J'aurais aimé revoir des dieux comme Monsieur D ou Hermès, ou même Poséidon. ils m'ont manqué. De plus, la bataille laisse certain point d'ombre [spoiler]genre, qu'est ce qu'il c'est passer à Delphe? Apollon va-t-il retrouver son pouvoir prophétique? Zeus va-t-il être indulgent auprès de lui? quoi, cette guerre, c'est pas sa faute, non plus ![/spoiler]
5) J'ai trouvé le point de vue de Léo moins drôle que d'habitude, son humour un peu moins mordant. il reste quand même un de mes personnage préférés, mais tout de même, son point de vue m'a un peu déçu ... [spoiler]Les retrouvailles entre Léo et Calypso sont trop courtes, mais très touchantes. j'étais super contente qu'il se retrouve, et j'étais plier quand il arrive sur son dragon en hurlant x) [/spoiler]
6) J'ai adoré le point de vue de Reyna : ça été très agréable d'en savoir plus sur elle et ce qui lui est arrivé à Porto Rico. j'espère qu'elle trouvera quelqu'un à sa hauteur, un jour, parce qu'elle le mérite ! (tu nous fais une petite nouvelle la dessus, Rick? :p)
8)[spoiler]M'sieur Hedge qui appelle son fils Chuck ! Clarrisse qui est la marraine? suis-je la seule qui ait éclater de rire? x') mais j'étais très contente, je m'attendait à ce que lui ou Nico meurt... qu'il ait pu connaitre son fils ça fait plaiz ! [/spoiler]
9) Hum ... Ce fameux cousin d'Annabeth à Boston, un pont vers le prochain livre avec les dieux nordiques? :p
10) Hum. je pense que c'es tout :)

ENFIN BREF. 10 point pour 5 tomes absolument passionnant d'un bout à l'autre. Au commentaire du tome 4, je réclamais, sans aucune conviction, un Happy End à Rick. et je constate qu'en fin de compte de j'ai eu, et j'en suis très heureuse. Ce livre est plein de promesse et d'épanouissement pour mes personnages préférés. Nico (<3) Percy, Reyna, Léo, M'sieur Hedge... vous allez me manquer. je suis en train de prier très très fort pour que Rick nous ressorte des petites nouvelle pour nous tenir au courant de vos aventure (et qu'elles soient traduites en français --'), dont je ne me lasserais jamais !
BREF. J'arrête, en concluant pour dire que c'était un très bon tome, pour clore une excellente série :) Je retourne maintenant à ma dépression en attendant le prochain livre de Rick. Bonne lecture à tous :)

par Perripuce
Alpha & Omega, Tome 1 : Le Cri du Loup Alpha & Omega, Tome 1 : Le Cri du Loup
Patricia Briggs   
Pour tous les inconditionnels de Mercy Thompson, allez-y, faites vous plaisir.
Premier tome sur la meute du Marrok et plus précisément sur son fils Charles et sa nouvelle compagne Anna. J'ai dévoré ce livre en une journée. L'écriture est aussi limpide que Mercy Thompson, la plupart des personnages sont déjà connus de nous et Bram nous paraît plus humain. Quant à Charles c'est une véritable découverte.
Anna de son côté, eh bien on s'y attache presque aussi vite que Mercy. A DECOUVRIR

par ccmars
Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates
Anne Bishop   
It’ s a trap ! J’ai tout laissé en plan et je l’ai dévoré ce tome 1 ! J’ai été sous le charme dès la première page. C’est un projet assez atypique, j’ai du mal à le relier à d’autres livres dans le même genre, c’est bien un urban fantasy mais il arrive à aller au-delà. Je pensais avoir affaire à un habituel ‘bit-lit’ avec une héroïne pour narratrice et ce n’est absolument pas le cas, divers protagonistes prennent part à l’histoire. On sent la patte d’une auteure de fantasy, ce qu’Anne Bishop est sans aucun doute, nul besoin de rappeler qu’elle est connue pour la Trilogie des Joyaux Noirs.

Humains et terra indigene se côtoient, se supportent sans réellement se comprendre, soit par peur, soit par intérêt. Les humains ne sont que des proies dans ce monde pour ces êtres mystiques, ils étaient là avant eux et s’adaptent à chaque génération de prédateurs, ils seront encore là bien après. Namid contient plusieurs continents (Thaisia, Brittanie…), une géographie bien spécifique avec une histoire propre, des jours de la semaine rappelant les éléments et des noms de villes très reconnaissables (Strassville, Bouseville…), des cartes et un prologue permettent de s’immerger dans ce nouveau lieu assez rapidement. De ce fait, il est tout public, il plaira au plus jeune comme au plus vieux, fille ou garçon y trouveront leur compte.

Si Anne Bishop ne revisite pas l’aspect des vampires, loups-garous & cie… elle apporte quelque chose de plus avec le personnage de Meg Corbyn (la quatrième de couverture en dit déjà trop). Elle m’a au départ fait penser à Alice Royale par son côté innocent, ingénu, soit totalement pur, et qui découvre autant les humains, que les terra indigene avec ses pauvres ‘images’ pour seul bagage. Son côté ‘chaton fragile’ aurait dû me faire fuir, ce n’est pas un personnage auquel je m’identifie, mais j’ai su l’apprécier pour sa particularité (en mettant de côté mon agacement que j’avais, de voir chaque Autre s’attacher à elle aussi facilement).

Les personnages sont intrigants (Simon, Tess plus particulièrement), bien développés et ont tous leur place. Même les flics ou les quelques longueurs ne m’ont pas freinée dans cette lecture. J’ai succombé à l’univers présenté par Anne Bishop, à son ambiance à huit-clos qui ne ressemble à aucune autre et plus particulièrement aux émotions distillées au long du livre, qui sont, son plus gros atout dans cette histoire. Grâce notamment à l’autre visage des êtres surnaturels qu’elle nous montre, une partie plus psychologique et animale qu’on n’a pas l’habitude de voir. Ils n’ont rien de séduisant et c’est ce qui fait leur charme, vraiment, ça leur donne du mordant (roh ce jeu de mots). Ce qui donne des occasions de glousser quand il y a ces petites remarques à la limite de l’humour noir et parfois même grimacer, tout n’y est pas édulcoré. La nature est belle, merveilleuse, mais tout aussi cruelle, à Lakeside c’est pareil.

Pendant que nous découvrons le dernier d’Anne Bishop, le tome 2 sort aux USA, et que de frustration, maintenant que j’ai terminé ce premier opus de ne pouvoir enchaîner. Certes, l’intrigue est simple, mais efficace ; il n’y a pas de romance comme dans toute bit-lit actuelle ; l’action est surtout en fin de tome et l’essentiel du roman se concentre sur les relations familiales, amicales — sur les émotions… mais quel premier tome, tellement addictif et différent !

{avis pour Fantasy-Gate.fr}

par LLyza
Les McCabe, Tome 2 : La Séduction du Highlander Les McCabe, Tome 2 : La Séduction du Highlander
Maya Banks   
Je viens de le terminer, je l'ai carrément dévoré. Je rejoins donc les avis précédants, ce deuxième tome est superbe. La relation contrariée de keeley et Alaric est très forte et très belle. L'histoire fait aussi la part belle aux personnes déjà croisés dans le tome 1 : Maddie, Christina, Cormac et Gannon, mais aussi Ewan, Mairin et Caelen. Si Ewan est toujours aussi protecteur et Mairin aussi vive, Caelen se révèle lui aussi. je l'aimais déjà dans le tome 1 ( j'ai un faible pour les mauvais garçons torturés ) mais là, je l'ai vraiment adoré.
[spoiler]La façon farouche dont il protège Keeley alors qu'il méprise les femmes est très touchante, tout comme les moments où il la laisse pleurer dans ses bras[/spoiler]
La fin est très émouvante, et même si on sait que ça se finira bien, je n'ai pas pu m'empêcher de trembloter. Il n'y a finalement qu'une chose qui m'a un peu dérangée
[spoiler]MacDonald étant totalement obsédé par Keeley, elle aurait été une proie facile, isolée comme elle l'était avant l'irruption d'Alaric, il est donc surprenant qu'il n'ait jamais essayé de l'attaquer[/spoiler]
J'ai hâte maintenant de lire l'histoire de caelen et Rionna. L'un comme l'autre, ils ne parlent pas beaucoup, mais quand ils le font, on les écoute, et ça promet un bel affrontement!
Obsession Obsession
Jennifer L. Armentrout   
J'ai trop aimé, on retrouve l'univers de Lux.
Bon ça n'est pas mes personnages préférés, c'est vrai, mais j'ai quand même ADORÉ Hunter (Oh my Gooood, respiiiiire). Serena est bien aussi, attachante.
Mais Hunter... Ouah!! C'est l'anti héro en chair et en os! Je l'aiiiiiimeuuuh!!! Pourvu qu'on le voit dans le tome 5 de Lux!
Ce qui est bien aussi, c'est qu'on découvre avec grande stupeur que les méchants et les gentils ne sont peut-être pas ceux qu'on pense...
Incontournable!
Chroniques de Zombieland, Tome 4 : Zombie Party Chroniques de Zombieland, Tome 4 : Zombie Party
Gena Showalter   
Lu en VO.

Il faut savoir que dès le premier tome, pour moi Frosty et Kat formerait toujours ce couple qu'on adore et dont on envie la complicité. Ils ne faisaient aucun doute qu'ils étaient fait pour etre ensemble.
En sachant la mort de Kat, en ayant découvert Milla, c'était un peu dur de l'imaginer avec Frosty... Mais je dois dire que j'ai adoré!

Au début de ce tome, on trouve un Frosty détruit, qui boit et couche avec la première fille lui rappelant Kat; et une Milla pleine de culpabilité, abandonnée de tous, et surtout de son frère.

On apprend à connaître Milla, et je dois dire que malgré ce qu'elle a fait, je l'ai aimé dès le premier chapitre où l'on est dans sa tête. C'est un personnage dont on apprend le passé, qui n'a vraiment pas été facile.
Elle n'a vraiment rien à envier à Kat.

Avant de parler de Frosty, je dois d'abord avoué quelque chose : depuis le premier tome, je suis intriguer par Bronx. J'ai toujours trouvé qu'il était moins mis en avant que Frosty par rapport à son amitié avec Cole, alors que ce dernier dit les aimés tous les deux comme des frères. J'ai toujours voulu en savoir plus sur son histoire, sa relation avec Reeve, et comment il avait rencontré Cole et Frosty.
Frosty, c'était le garçon qui faisait rire tout le monde, et même si je l'ai toujours aimé, je n'avais pas cette même curiosité qu'avec Bronx.
Mais le découvrir dans ce livre à tout changer! Enfin pas tout, je suis toujours envieuse de plus de détaille sur Bronx, mais je dirais maintenant que Frosty a aussi une place spéciale dans mon cœur.
Donc, pour son évolution, on le voit au départ détruit et en colère, brisé par les paroles que va lui tenir Kat (dont je terrais la nature, mais sur le moment j'étais aussi furieuse que Frosty), pour trouver à la fin un Frosty déterminé et confiant. C'est Milla qui l'aide à se redresser, bien plus que n'importe qui.

Un très bon point : pendant tout le roman, les personnages restent fidèles à eux même, ce qui est vraiment génial!

La romance est très bien faite. Au départ, Frosty déteste Milla, mais tous les deux apprennent à se connaître, à se faire confiance, et finissent par tomber amoureux l'un de l'autre. J'ai beaucoup aimé l'évolution de leur relation, qui n'a vraiment pas été tranquille, mais ils finissent par ce choisir, et c'est magnifique.
J'ai bien aimé le fait que Frosty est connu un grand amour, alors que Milla que des déceptions.
Cela va surement paraître horrible à dire, car Kat est un personnage qu'on ne peut pas aimer. Je l'adore, vraiment, et même si j'ai eu un peu de mal avec elle dans ce tome, je ne pourrais jamais cesser de la regretter. Mais il faut quand même le dire : je préfère le couple Frosty-Milla. Frosty et Kat le disent et c'est vrai : Milla comprend Frosty d'une manière que Kat n'a jamais pu et ne pourra jamais. Ils rappellent un peu le couple Cole-Ali, qui sont ensemble sur le terrain pour se battre, au contraire d'une Kat qui restait à la maison en se rongeant les ongles.

Bien sûr, ce n'est pas au goût de tout le monde, notamment Kat, qui est d'accord pour n'importe quelle fille, sauf Milla. Plusieurs fois j'ai eu envie de lui mettre la main sur la bouche pour l'empêcher de parler : pour moi, Milla aussi devait avoir son happy end!
Les autres membres du groupe sont aussi très méfiants par rapport à Milla, sauf Justin qui se montre plus ouvert, du fait de sa propre histoire.
Les anciens membres du groupe de Milla sont quant à eux très violents avec elle, et même si encore une fois on les comprend, j'ai eu mal au cœur pour Milla. Chance, qui avait été absent, finit par redevenir un ami pour elle à la fin, ce que j'ai trouvé bien.
Quant à River... Il est absent au début du roman, et on comprend sa peine, mais on aimerait aussi qu'il soit un frère et non un chef pour Milla. J'ai aimé l'amour fraternel qu'ils se portent : ils n'ont jamais put compter que l'un sur l'autre, et au final on comprend très bien la décision de Milla.

Je tiens à faire remarquer quelque chose, cependant : l'enfance de Frosty n'est pas la même dans le tome 3 que dans le tome 4. C'est frustrant, mais je laisse passer ; ce livre est tellement bien!

Un autre petit bémol : il n'est pas dit comment Milla et Rebecca Smith ont retrouver la mémoire. Mais comme je l'ai précédemment dit, je laisse passer : je l'ai tellement adoré, que ce ne sont que de petits détails.

La fin est très bien, et les trois notes de Cole et Ali, Frosty et Milla et Kat m'ont beaucoup plus! C'était tellement bien d'en savoir plus sur ce qu'ils leur arrivent "apres".
Peut-être pourrait-elle écrire quelques choses sur eux?
En tout cas, une note à la fin me donne de l'espoir pour de prochains tomes, même si j'essaye de ne pas me faire de faux espoirs :
"Ali's adventures in Zmbieland may have ended - for now."
Traduction : "les aventures d'Ali sont peut-être terminé - pour maintenant".
On a à la fin le premier chapite d'une nouvelle série, que j’achèterai surement, vu mon amour pour Gena Showalter!

En résumer, c'est un livre à la hauteur des précedents, et bien que j'espère qu'il y aura une sortie française, n'hésiter pas à le lire en VO, il est génial!

par Mamie-Lou