Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Percy0Jackson0y0Jack0Spark0adoro : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Mr Gwyn Mr Gwyn
Alessandro Baricco   
Je continue à lire les romans d'Alessandro Baricco, avec le faible espoir de trouver un nouveau délice mais surtout avec la quasi-certitude que je serai déçue, n'en trouvant jamais plus à la hauteur de 'Novecento : pianiste'.
Eh bien, 'Mr Gwyn' m'a époustouflée ! Il ne ressemble à première vue en rien aux romans auxquels nous a habitué Baricco, mais c'est pour moi un chef d'oeuvre. C'est sobre, simple et maîtrisé, sans être ordinaire.
Mr Gwyn (le personnage) est fascinant et terriblement attachant, et j'en suis venue à regretter qu'il n'existe pas (mais s'il existait, il serait insaisissable de toute façon), car j'aurais voulu lire mon portrait moi aussi ...

par pheallys
Zaï zaï zaï zaï Zaï zaï zaï zaï
Fabcaro   
Une BD géniale ; qui sur une base totalement absurde brosse une vision précise et pertinente de la société. Enfin, même ça... c'est tellement juste, on entends l'écho des évènements, des médias ambiants et actuels. Et le point de départ n'est qu'un prétexte ; ici les auteurs de BD sont désignés, pointés, stigmatisés... un superbe miroir de la société. De l'humour, mais très couvert, subtil, pas du tout mis en exergue. Bravo Fabcaro.
edit : et puis le dessin est très perturbant. Déjà, de la part de Fabcaro je m'attendais pas à ça. Et c'est un style plus réservé à quelque chose de sérieux, de réaliste, de terre à terre. Alors ça l'est, oui. Mais à la fois, c'est totalement délirant, et dans cet humour on reconnait l'auteur.
Edwin, Le  Voyage aux Origines Edwin, Le Voyage aux Origines
Julien Lambert    Manon Textoris   
Même si les scientifiques risquent d’être plus taché par l’histoire d’Edwin, cette bande-dessinée s’adresse à tout le monde pour offrir l’histoire d’une quête et d’un voyage vers des terres inconnues qui pourraient offrir bien plus que la découverture des origines de l’humanité…!!
En attendant Bojangles (BD) En attendant Bojangles (BD)
Ingrid Chabbet    Carole Maurel   
Un regret, celui de ne pas avoir lu avant le roman d''Olivier Bourdeaut. Mais comme ce dernier le mentionne dans la préface de ce roman graphique, il s'agit d'une adaptation.
Des personnages fantasques, une histoire légère qui m'ont un peu dépité au début du récit jusqu'à ce que le ton prenne une tournure plus grave.
Un roman graphique qui m'a surtout donné envie de lire le roman.

par carroue
Les Vieux Fourneaux, Tome 1 : Ceux qui restent Les Vieux Fourneaux, Tome 1 : Ceux qui restent
Wilfrid Lupano    Paul Cauuet   
Cette BD est géniale. Rien de mieux que lire un tome avant de s'endormir avec le sourire. J'aime cet humour, ces choses indicibles dans notre vie de tous les jours écrites avec spontanéité, ces choses qui nous surprennent sur le vif et qui nous font rire, parce qu'on s'attendait à tout, sauf à ce que l'on a devant les yeux. Au final je dis ça, je ne dis rien... Mais je suis tombée sous le charme de ces petits vieux, je suis envieuse de leur passé et admirative de la façon dont ils vivent l'instant présent. Et j'en redemande ! Oui, je veux découvrir des anecdotes du même type que celle hilarante du polichinelle dans le tiroir !
Les Vieux Fourneaux, Tome 3 : Celui qui part Les Vieux Fourneaux, Tome 3 : Celui qui part
Paul Cauuet    Wilfrid Lupano   
Là on a certainement le meilleur volume de la série. On s'aperçoit que les gens que l'on admire, les gens qu'on aime, peut-être même des modèles pour beaucoup, trainent certainement comme beaucoup, de sacrées casseroles dans leur vie. Ah les conneries de jeunesse...
En un mot, superbe. Vraiment une des meilleures séries de BD de ces dernières années.

par oboys
Les Vieux Fourneaux, Tome 2 : Bonny and Pierrot Les Vieux Fourneaux, Tome 2 : Bonny and Pierrot
Paul Cauuet    Wilfrid Lupano   
Un deuxième tome encore plus sympathique que le premier !

Sophie, qui a obtenu une certaine somme à la fin du tome précédent, décide de faire un don anonyme à l'association de Pierrot. Malheureusement la signature qu'elle utilise (Ann Bony, la femme pirate) rappelle au petit vieux son amour de jeunesse, qu'il croyait mort. Voici le début de cette histoire !

On découvre surtout la cause de Pierrot, les "Ni yeux ni maîtres", qui est vraiment excellente ! Leur organisation est beaucoup plus grande et intéressante que ce que je pensais, et leurs actions sont vraiment très drôles.

J'ai très envie de découvrir le prochain tome et Mimile, que l'on découvre à travers son histoire de marionnette dans ce tome.
Les Vieux Fourneaux, Tome 4 : La Magicienne Les Vieux Fourneaux, Tome 4 : La Magicienne
Paul Cauuet    Wilfrid Lupano   
Avec un humour peut-être encore plus mordant, ce quatrième tome des « vieux fourneaux » offre un scénario plus que jamais engagé. Résolument ancré dans notre époque et dans les sujets actuels de société, Wilfried Lupano s’est affuté d’une grande lucidité. Et sa plus grande réussite de nous faire rire, de nous faire grincer des dents ou bien simplement réfléchir sur tous ces sujets mis sur le tapis de ce quatrième tome, selon les convictions et les croyances de chacun. Une très belle réussite!
Les Vieux Fourneaux, Tome 5 : Bons pour l'asile Les Vieux Fourneaux, Tome 5 : Bons pour l'asile
Wilfrid Lupano    Paul Cauuet   
Un album qui ne se lit pas, mais se savoure !

J'adore cette équipe de vieux : ils sont fous, touchants et drôles. Ils sont braves, loyaux et courageux. J'en suis totalement fan. Il regonfle ma foi en l'humanité, c'est dire leur pouvoir.

L'auteur nous propose une nouvelle fois une histoire engagée et d'engagement. J'ai eu de véritables éclats de rires durant ma lecture... et j'ai eu le cœur serré aussi, plus d'une fois. J'ai découvert l'enfer sur l'île de Nauru avec eux, depuis j'ai épluché internet, comment j'ai pu passer à côté ?!

Avec un humour un peu grinçant, un peu cynique, de la tendresse, l'auteur nous partage une histoire qui a du sens... Que demander de plus.

par Biibette
Le Loup en slip, Tome 2 : Le loup en slip se les gèle méchamment Le Loup en slip, Tome 2 : Le loup en slip se les gèle méchamment
Paul Cauuet    Mayana Itoïz    Wilfrid Lupano   
L’hiver est là mais pas de panique, les animaux de la forêt sont bien organisés et tout est prévu pour qu’on puisse acheter du pain, des fromages pour faire des raclettes, skier, prendre des bains chauds et tout ce qui aide à supporter l’hiver rigoureux.

Tout le monde est content, donc ?

Ben non, notre ami le loup est ronchon, grognon et répète à qui veut qu’on se les gèle ! Qu’on se les gèles grave, même…

Oui, mais on se gèle quoi, au fait ?? Voilà la grande énigme de ce deuxième album.

Puis des animaux disparaissent… Disparitions brusques alors que le loup en slip est ronchon et de mauvais poils ??

Les alarmistes s’agitent : on vous l’avait bien dit que le loup était un prédateur !!! Allez hop, on ressort la panoplie des brigades anti-loup et autres trucs pour se défendre !

Toujours dans la même veine que le premier, ce deuxième album m’a ravi parce que durant toute l’histoire, je me suis demandé ce que le loup pouvait se geler puisqu’il porte un slip tout beau tout chaud.

D’ailleurs, les animaux aussi se sont posé la question et les plus téméraires ont demandé à notre loup mais n’ont pas eu la réponse escomptée.

Si le premier tome portait sur la peur de l’autre et la stigmatisation des minorités, celui-ci parlera d’égoïsme, de société de consommation, d’hypocrisie, de loisirs à gogo et le tacle aux autres animaux sera sévère. La gifle à notre société aussi puisque ces animaux agissent comme nous, bien souvent sans s’en rendre compte.

Sans lourdeur, sans exagérer, les auteurs nous démontrent une fois de plus les travers de notre société grâce aux animaux de la forêt et si le final n’est pas un véritable happy end car impossible à réaliser, c’était tout de même un : « Tout ne fut pas parfait, mais ce fut mieux que quand c’était pire ».

Une jolie fable au message sévère, certes, mais la fable ne se veut pas moralisatrice non plus, cela ne ferait pas changer les comportements. Disons que c’est une sacrée piqûre de rappel.

Encore un excellent album !