Livres
392 284
Comms
1 375 301
Membres
283 680

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-J'ai dormi longtemps ? ai-je demandé.

-Assez pour que j'aie le temps de préparer le petit déjeuner, a répondu Annabeth en me lançant un sac de chips venant du snack-bar de Tatie Em.Et Grover est parti explorer. Regarde, il s'est fait un ami.

Au début, je n'ai pas bien vu.

Grover était assis en tailleur sur une couverture , avec un truc duveteux sur les genoux, un animal en peluche sale, d'une rose artificiel.

Non.Ce n'était pas une peluche. C'était un caniche rose.

Le caniche m'a lancé un jappement méfiant.

-Non, pas du tout, a dit Grover.

J'ai sursauté.

6tu parles à cette chose ?

Le caniche a grondé.

-Cette chose , a rétorqué Grover d'un ton sévère, est notre billet pour l'ouest.Sois aimable avec lui.

-Tu parles aux animaux ?

Grover a ignoré ma question.

-Percy, je te présente Hortensia . Hortensia , Percy.

Je me suis tourné vers Annabeth , m'attendant à la voir rire de cette farce qu'ils me faisaient, mais elle avait l'air terriblement sérieuse.

-Je ne dis pas bonjour à un caniche rose, ai-je protesté.Laissez tomber.

-Percy, a dit Annabeth . J'ai dit bonjour au caniche.Tu dis bonjour au caniche .

Le caniche a grondé de plus belle .

J'ai dit bonjour au caniche.

Afficher en entier

- Vous êtes Dionysos, ai-je dit. Le dieu du vin.

Monsieur D. a roulé les yeux.

- Qu'est-ce qu'ils disent, les jeunes, de nos jours, Grover ? "Trop Fort !" c'est ça ?

- Ou... Oui, Monsieur D.

- Trop fort, Percy Jackson ! Tu croyais peut-être que j'étais Aphrodite ?

Afficher en entier

« - Grover !

Il était affalé, un filet de sang coulant au coin de sa bouche. J'ai secoué sa hanche couverte de fourrure en pensant : Non ! Même si tu es à moitié chèvre, tu es mon meilleur ami et je ne veux pas que tu meures !

A ce moment-là il a gémi « Manger », et j'ai su qu'il y avait encore de l'espoir. »

Afficher en entier

"- Moi, quelqu'un qui peut jouer à dada sur le dos d'une furie, je dis : respect."

Afficher en entier

-Tu crois que les animaux vont s'en sortir ? ai-je demandé à Grover.Je veux dire,la ville est en plein désert ..

-Ne t'inquiète pas, a répondu Grover. Je les ai placés sous une protection de satyre.

-Ce qui signifie ?

- Ce qui signifie qu'ils atteindrons le monde de la nature sains et saufs . Ils trouveront de l'eau , de la nourriture , de l'ombre et tout ce dont ils auront besoin jusqu'à qu'ils soient arrivés dans un endroit où ils pourront vivre en sécurité.

-Tu ne pourrais pas nous placer sous une protection pareille,nous aussi ?ai-je demandé.

-Ça ne marche que pour les animaux sauvages , a expliqué Grover.

-Alors ça n'agirait que sur Percy, a dit Annabeth.

Afficher en entier

« - De la viande ! a-t-il dit d'un ton méprisant. Je suis végétarien.

- Tu mange des enchiladas au fromage et des cannettes d'aluminium, lui ai-je fait remarquer.

- Ce sont des légumes.[...] »

Afficher en entier

Le chien a tendu sa tête du milieu vers nous. Elle a reniflé l'air et grondé.

- Il sent l'odeur du vivant, ai-je dit.

- Mais ce n'est pas grave, a rétorqué Grover, qui tremblait à côté de moi. Parce que nous avons un plan.

- Exact, a renchéri Annabeth.

Je ne lui avais jamais entendu une si petite voix. Le plan.

Nous nous sommes avancé vers le monstre.

La tête du milieu nous a montré les dents puis a éclaté en aboiements si forts que mes yeux ont roulé dans leurs orbitres.

- Tu comprends ce qu'il dit ? ai-je demandé à Grover.

- Oh oui, hélas.

- Que dit-il ?

- Je ne crois pas que les humains disposent d'un juron qui puisse exprimer ça.

J'ai sorti le grand bâton de mon sac à dos - une colonne de lit que j'avais arrachée du modèle d'exposition Safari Deluxe chez Crusty. J'ai levé le bâton en l'air en m'efforçant d'envoyer mentalement des pensées canines heureuses à Cerbère - des publicités pour croquettes, de mignons petits chiots jouant avec des tuyaux d'arrosage. J'ai essayé de sourire comme si je n'étais pas sur le point de mourir.

- Hé, mon grand ! me suis-je écrié. Je parie qu'on ne joue pas souvent avec toi.

- GRRRRRRRRRRRR !!

- Gentil, ai-je dit d'une voix faible.

J'ai agité le bâton. La tête du milieu a suivi le mouvement. Les deux autres se sont rivés sur moi en ignorant complètement les esprits. Cerbère m'accordait son attention entière. Je n'en demandais pas tant...

- Va chercher !

J'ai lancé le bâton dans l'obscurité d'un geste énergique. Je l'ai entendu faire Plouf ! dans le Styx.

Cerbère m'a toisé, pas impressionné pour deux sous. Il avait le regard froid et torve.

Autant pour le plan.

Cerbère émettait maintenant un grondement différent, qui montait du tréfonds de ses trois gorges.

- Euh... Percy ? a fait Grover.

- Ouais ?

- Je me disais juste que ça t'intéresserait...

- Ouais ?

- Cerbère dit qu'on a dix secondes pour prier le dieu de notre choix. Après ça... ben... il a faim.

Afficher en entier

- Tu es blessé, Percy, m' a dit Annabeth. Entre dens l'eau, vite.

- ça va.

- Non ça ne va pas, a-t-elle insisté. Chiron, regardez.J'étais trop fatigué pour discuter. Je suis redescendu dans le ruisseau, devant tous les pensionnaires qui s'attroupaient autour de moi.

Immédiatement, je me suis senti mieux. J'ai senti les entailles de ma poitrine se refermer. Certains pensionnaires ont hoqueté de surprise.

- Ecoutez, je ... je ne sais pas pourquoi, ai-je dit en essayant de m'excuser. Je suis désolé...

Mais ils ne regardaient pas mes plaies se cicatriser. Ils fixaient quelque chose au-dessus de ma tête.

-Percy, a dit Annabeth en pointant du doigt. Euh...

Le temps que je lève la tête, le signe s'estompait dèjà, mais j'ai pu distinguer l'hologramme de lumière verte qui tournoyait en scintillant. Une lance à trois points : un tredent.

- Ton père, a murmuré Annabeth. Ce n'est vraiment pas bon.

- Déterminé, a dit Chiron.

Autour de moi, tous les pensionnaires se sont agenouillés, y compris les "Arès", même s'ils avaient l'air de s'exécuter à contrecoeur.

- Mon père ? ai-jedemandé, complètement derouté.

- Poséidon, a dit Chiron. Maître des tremblements de terre et des tempêtes, père des chevaux. salut à toi, Persée Jackson, fils du dieu de la mer.

Afficher en entier

Je m'appelle Percy Jackson. Il y a quelques mois encore, j'étais pensionnaire à l'Institut Yancy, une boîte privée pour enfants à problèmes qui se trouve dans le nord de l'Etat de New York.

Suis-je un enfant à problèmes?

Oui. C'est une façon de le dire.

Afficher en entier

Croyez-moi, je n'ai jamais souhaité être un sang-mêlé. Si vous lisez ces lignes parce que vous soupçonnez en être un, vous aussi, écoutez mon conseil : refermez ce livre immédiatement. Prenez pour argent comptant le mensonge que vos parents vous ont raconte" sur votre naissance et tentez de mener une vie?. Une vie de sang-mêlé, c'est dangereux. C'est angoissant. Et, le plus souvent, ça se termine par une mort abominable et douloureuse.

Afficher en entier