Livres
477 546
Membres
458 338

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Meg94 2014-01-15T21:23:03+01:00

« — Tu m'appartiens. Tu m'entends ? Tu es à moi, Della Sloane. Je vais prendre soin de toi. Rien ne pourra t'éloigner de moi. Rien. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Meg94 2014-01-15T21:23:45+01:00

« Parfois, nos imperfections sont ce qui nous rend spécial. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Meg94 2014-01-15T21:20:49+01:00

« — Tu m'aimes ? (...)

— Oui. Plus que la vie. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Meg94 2014-01-15T21:19:36+01:00

« — Je ne veux pas te détruire, murmura-t-elle.

— Te perdre serait la seule chose qui pourrait me détruire. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Meg94 2014-01-15T21:18:14+01:00

« — (...) Tu ne sais pas absolument pas à quel point tu es incroyablement belle et désirable. Tu n'es ni calculatrice ni égoïste. Et tu me donnes envie d'être meilleur. »

Afficher en entier

Della s'écarta de mon étreinte et me dévisagea, les sourcils froncés.

- Qui est Angelina?

Bonne question ! Allais-je lui mentir? Non, j'en étais incapable. Mais lui dire la vérité excluant de remettre le couvert. Il fallait trouver un moyen de lui expliquer la situation sans mettre un terme à... à ce qu'il y avait entre nous.

- S'il te plait, Woods, réponds-moi, plaida-t-elle en reposant les pieds par terre et en s'écartant d'un pas.

Sans elle, je me mis à avoir froid. J'enfilai mon pantalon d'un geste sec. Elle croisa les bras sur sa poitrine dans une attitude défensive. J'eus envie de les &carter pour ne rien perdre du spectacle.

- Woods?

Elle attendait une réponse. Je me voyais mal lui mentir juste pour qu'elle continue à coucher avec moi. Pourquoi fallait-il que je sois à ce point honnête?

- C'est ma future femme.

Afficher en entier

Une fois au volant, Woods ne démarra pas. Il se tourna vers moi. Ses yeux brun foncé, sérieux, étaient exempts de tristesse.

— Je suis désolé pour mon attitude la nuit dernière. Je n’aurais pas dû te parler comme ça. Je paniquais et j’ai perdu mes moyens.

Je glissai sur mon siège de manière à lui faire face.

— Pourquoi paniquais-tu ?

Woods haussa un sourcil comme s’il considérait que la réponse tombait sous le sens.

— Parce que Tripp parlait de t’emmener voyager avec lui. (Oh.) Il faut que tu comprennes quelque chose. Que ce soit bien clair. Spoiler(cliquez pour révéler)Je n’ai jamais aimé Angelina. Je n’ai jamais voulu l’épouser. Je l’ai demandée en mariage parce que c’était essentiel pour obtenir ce que je pensais avoir toujours désiré. Mais tu as tout changé. Je me suis rendu compte que je voulais autre chose. Je ne voulais pas qu’on me contrôle. Et je voulais avoir une chance avec toi. Même si tu n’as pas l’intention de rester. Même si tu n’aimes pas t’engager, je veux passer ce temps-là avec toi.

Afficher en entier

Sur ce, il sortit. Je ne me retournai pas pour le regarder partir nu lui faire au revoir de la main. Je m’approchai de la porte de la chambre. Je posai les mains de chaque côté du chambranle et appuyai mon front contre le porte. Je l’aimais. Je l’aimais avec un sentiment d’une telle férocité que je n’arrivais pas à le définir. Je ferais tout ce qu’il fallait pour l’aider. Elle allait être heureuse. J’allais passer chaque seconde de mon existence à lui donner le sourire. Il fallait que je lui déniche un docteur. C’était la première étape : lui trouver des soins.

Afficher en entier

« - Combien de fois faudra-t-il te dire que tu es exceptionnelle ? Les gens qui te rencontrent et qui n’ont pas envie de mieux te connaitre et de faire partie de ta vie sont des imbéciles. Je m’en suis rendue compte alors que je n’étais qu’une gamine.

- Non, objectai-je en souriant. Tu croyais que j’étais un vampire et tu voulais être mon amie pour que je ne te mange pas.

- C’est vrai aussi, admit Braden en gloussant de rire. Mais j’ai vite compris que tu n’étais pas une suceuse de sang et je t’ai bien aimée quand malgré tout. »

Afficher en entier

— Chuuut, Della, c’est fini. Je suis là. Chuut.

La voix était lointaine mais perceptible. Les images de ma mère morte s’effacèrent tandis que je me concentrais sur la voix. Je me rendis compte que les sanglots étaient les miens.

— Ça y est. C’est fini. Je suis là.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode