Livres
467 202
Membres
432 113

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par ally08 2016-08-30T00:24:51+02:00

Cet éclat donnait à l'immensité aqueuse une beauté irréelle dont le soleil ne la parait que rarement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ally08 2016-08-30T00:24:16+02:00

"Ouais j'étais là quand ça c'est passé. Ces salauds l'ont tellement battu qu'ils l'ont laissé deux jours dans la cave. Il était dans la pièce avec la baignoire. C'était ce sale connard de Blake. Quand il était bourré, il se vantait de ce qu'ils lui avaient fait. Il était pété de rire ; il voulait qu'on sache ce qui arrivait à ceux qui osaient lever la main sur eux.

"Ils lui ont mis une sorte de cagoule et lui ont maintenu la tête sous l'eau. Tout le monde paniquerait dans ces cas-là, t'as l'impression de te noyer. Ton frère s'est débattu, il les entendait rire et il a cru qu'il allait mourir ; peut-être aurait-il préféré.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lamiss59283 2012-02-23T09:52:24+01:00

Une fois passé le choc d’avoir entendu le nom de « Haut-de-la-Garenne », je tentai de remonter le temps mentalement. Je savais que je ne pourrais plus laisser reposer mes souvenirs d’enfance. Le déferlement des projecteurs sur les secrets de Jersey se chargerait de les réveiller. Mais j’avais fait taire ces souvenirs pendant si longtemps qu’ils refusaient désormais de m’obéir. Je ne parvenais pas à repenser au bâtiment de granit du journal télévisé ni à l’orphelinat, dirigé par les religieuses, dans lequel on m’avait d’abord envoyé. « Pas encore, me disaient-ils, pas encore. » Mon esprit dépassait cette période pour me ramener plus loin, au dernier été que j’avais passé avec ma famille. L’été précédant notre départ.

Nous vivions tous les six – ma mère, Stanley (son compagnon de l’époque), mes deux frères, moi et la petite dernière de la famille – à Devonshire Place, à Saint-Hélier, la capitale de Jersey. C’était un endroit tout à fait banal, avec des maisons mitoyennes, deux pubs et quelques magasins. Un endroit où habitaient des familles, où des enfants jouaient et où des femmes fumaient des cigarettes sur le pas de leur porte en bavardant avec leurs voisines. Une rue comme beaucoup d’autres ; non, elle n’avait vraiment rien de particulier mais en été, quand le soleil brillait sur les façades pastel des maisons, je la trouvais jolie. Et c’était chez moi.

Ma famille logeait dans trois pièces à l’étage d’une de ces maisons. Comme le toit n’était pas isolé, il y faisait froid et humide en hiver, tandis qu’en été, l’atmosphère était étouffante.

J’étais le deuxième des trois garçons. Mon frère aîné, John, avec ses cheveux blonds en pétard qui résistaient à tous les coups de peigne, avait huit ans, trois ans de plus que moi.

Davie, le plus jeune, avec son petit ventre rond, ses jambes potelées et quelques dents parsemées sur ses mâchoires, était tout en courbes et en fossettes. Il commençait à parler et, avec un grand sourire, s’efforçait de retenir notre attention par des bribes de conversation effrénée. Il nous suivait partout, trébuchant souvent dans sa hâte, car à trois ans, il était toujours dans ses langes ; non pas qu’il fût incapable de se manifester quand il avait une envie pressante, mais notre mère rechignait à descendre trois étages pour l’accompagner aux toilettes, qui se trouvaient à l’extérieur. Le simple fait de l’installer sur le pot régulièrement semblait un trop gros effort pour elle. Davie passait souvent la journée dans sa couche mouillée, en attendant que son frère de huit ans rentre de l’école et le change.

Je ne ressemblais pas à mes frères. J’étais un garçon frêle, aux cheveux bruns et fins, avec des yeux gris au regard de myope.

Un jour, John me dit qu’il savait que Stanley n’était pas son père, parce qu’il se souvenait vaguement de l’avoir vu s’installer avec Gloria. Nous l’appelions toujours Gloria, jamais Maman.

« Tu es arrivé peu de temps après, me dit-il. Donc je pense que Stanley est ton père, mais pas celui de Davie.

— Comment tu le sais ? »

lui demandai-je, étonné, mais John ne me répondit pas.

Des années plus tard, il m’expliqua qu’il avait entendu Stanley très en colère demander à Gloria de qui était l’enfant, en découvrant qu’elle était enceinte de Davie. Gloria avait soutenu qu’il ne pouvait être que de lui, mais il est vrai que Davie, avec ses cheveux châtain et sa tête ronde, ne ressemblait en rien à Stanley, qui avait le teint mat et les cheveux noirs, Denise était brune comme Stanley, mais il était difficile de dire à qui elle ressemblerait en grandissant.

Il y a une autre raison pour laquelle j’ai toujours pensé que Stanley était mon père : il m’accordait davantage d’attention qu’à mes frères, même s’il n’a jamais été dur avec eux. Parfois, il me lançait un grand sourire et passait sa main dans mes cheveux. De temps en temps, quand Gloria était affairée ailleurs, il fouillait ses poches pour en tirer quelques pièces et les glissait discrètement au creux de ma main.

« Tu t’achèteras des bonbons, fiston », me murmurait-il, et je sentais que Gloria ne devait rien en savoir. Il lui arrivait même parfois de m’emmener acheter une glace, dans la petite carriole attachée à l’arrière de son vélo. Mais à part ces moments plutôt rares, on le voyait peu, et il ne s’impliquait guère dans notre éducation.

Stanley était jardinier paysagiste. Chaque matin, sept jours par semaine, il se levait de bonne heure pour aller travailler, élégamment vêtu d’un pantalon de velours côtelé beige et d’une veste en tweed, et ne rentrait que tard le soir, alors que nous étions déjà couchés. Son travail exigeait certainement qu’il parte tôt, mais ses retours tardifs, quand j’y repense, étaient sans doute une manière de fuir ma mère. Gloria, elle, ne quittait que rarement notre appartement, à part pour aller chez le coiffeur rafraîchir sa permanente et sa couleur. Elle passait ses journées à siroter un mélange de gin et de limonade, qu’elle se servait quasiment dès le réveil, à feuilleter des magazines féminins, à se vernir les ongles, à s’épiler les sourcils et à enrouler ses cheveux dans de larges bigoudis en plastique.

Elle était plutôt du genre à voir ses amis à la maison – essentiellement des hommes, qu’on nous disait d’appeler nos « oncles ». Ils ne venaient que lorsque Stanley était au travail.

Quand je la voyais se préparer langoureusement, je savais qu’elle attendait de la visite. Elle brossait ses longs cheveux roux ondulés, se poudrait le visage, crachotait sur une petite brosse avant de la plonger dans une substance gluante, noire, qu’elle appliquait ensuite sur ses cils, puis terminait par une touche de rouge à lèvres. Devant le miroir, elle faisait alors un sourire pour vérifier qu’aucune tache de rouge ne maculait ses dents. Elle était prête. En la regardant se préparer, mon petit frère et moi attendions ce qui allait immanquablement se produire ensuite.

Elle se retournait et semblait nous voir pour la première fois. C’était comme si elle avait oublié notre existence. Nos regards insistants balayaient son sourire, et elle prenait soudain un air irrité.

« Robbie, me disait-elle à chaque fois, quand mon invité arrivera, dis bonjour puis emmène Davie dans ta chambre et occupe-toi de lui. Quand John reviendra de l’école, je l’enverrai chercher le dîner. Pieds de porc et frites, d’accord ? »

C’était notre dîner préféré : des pieds de porc, plongés dans l’huile bouillante jusqu’à ce que la peau soit bien craquante. Marché conclu ! Je souriais, satisfait de ma part du contrat.

Les oncles nous apportaient souvent un paquet de caramels mous et parfois même de vieux exemplaires de bandes dessinées, que d’autres enfants avaient déjà feuilletés.

« Merci, monsieur », disais-je, car ma mère nous avait appris à être polis avec les oncles et, saisissant notre butin, je poussais Davie jusqu’à notre chambre. À peine la porte refermée, nous engloutissions les caramels et, les joues pleines, nous commencions à jouer. Comme je ne savais pas encore lire, je mettais les bandes dessinées de côté pour John. Le soir, après le dîner, il les lisait ou inventait lui-même des histoires qui donnaient vie aux images.

Avec les « vroum vroum » de circonstance, nous faisions rouler nos voitures Dinky toutes cabossées sur la fine moquette, empilions des cubes en bois colorés que Davie prenait plaisir à renverser, et dessinions avec nos pastels à l’huile. Davie gloussait devant mes tentatives artistiques. Je commençais par esquisser quelques personnages rudimentaires, puis j’ajoutai des vêtements, je les coloriais, je leur dessinais une maison carrée et je terminais par quelques fleurs et un arbre.

J’avais beau me concentrer sur nos jeux et mes dessins, les murs étaient si fins qu’ils laissaient passer tous les bruits du salon voisin : la bière qui coulait dans un verre, le pétillement de la limonade versée dans le gin, le craquement de l’aiguille du gramophone posée sans délicatesse par une main rendue imprécise par l’alcool, et le bruit de meubles que l’on poussait. La voix mélodieuse de Johnnie Ray entonnant une chanson d’amour, des rires, la voix de ma mère, de petits ricanements, les grognements d’un homme, des voix, et finalement la porte qui se refermait ; l’oncle était reparti.

Visite après visite, je devenais très au fait des chansons à la mode. Avant même d’avoir l’âge d’aller à l’école, je ne connaissais aucune comptine enfantine, mais j’étais capable de chanter par cœur « Walking my baby back home », de Johnnie Ray. Quand je finissais par sortir de notre chambre, c’était pour entrer dans une pièce qui sentait la cigarette, le cigare, la bière et une autre odeur étrange qui flottait toujours dans l’air après la visite d’un oncle. Je ne savais pas ce que c’était, mais cette odeur déplaisante me faisait grimacer.

J’ai un souvenir très net de ma mère. C’était le dernier après-midi où j’ai vu un oncle venir chez nous. Juste après son départ, je m’étais aventuré dans le salon. Gloria était allongée sur le canapé, exhibant une cuisse blanche et rebondie au-dessus d’un bas filé. Les yeux fermés, elle respirait la bouche entrouverte, un filet de bave au coin des lèvres. Son visage, que le maquillage avait rendu si joli quelque temps auparavant, était rouge et flasque, comme si sa peau gorgée de gin s’était relâchée, plus du tout soutenue par son ossature.

Une sorte de ballon dégonflé gisait dans le cendrier. Un peu plus loin, une culotte de dentelle noire jonchait le sol. Comme sa bouteille de gin était presque vide, je savais deux choses : si personne ne l’embêtait, elle dormirait un certain temps; mais si quelque chose la réveillait, elle se mettrait en colère. J’espérais que la petite Denise ne ferait pas trop de bruit. Si ses pleurs ou ses petits gémissements perturbaient le sommeil de Gloria, je n’aurais plus qu’à me réfugier dans notre chambre. Car si l’on dérangeait Gloria, elle ne retenait pas sa main, et en l’absence de John, c’était moi qui en subissais les conséquences.

Mais ma petite sœur avait un sommeil de plomb les jours où les oncles appelaient. John m’expliqua plus tard que c’était à cause du médicament que Gloria lui donnait.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode