Livres
370 843
Comms
1 286 449
Membres
250 469

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Petit traité des grandes vertus

3 notes | 2 commentaires | 75 extraits


Description ajoutée par maxiime 2010-07-21T18:59:43+02:00

Résumé

Mieux vaut enseigner les vertus que condamner les vices. La morale n'est pas là pour nous culpabiliser, mais pour aider chacun à être son propre maître, son unique juge. Dans quel but ? Pour devenir plus humain, plus fort, plus doux.

De la politesse à l'Amour en passant par le Courage et la Tolérance, André Comte-Sponville, en s'appuyant sur les plus grands philosophes, nous fait découvrir dix-huit de ces vertus qui nous manquent et nous éclairent. A pratiquer sans modération.

Afficher en entier

Classement en biblio - 25 lecteurs

Or
3 lecteurs
PAL
3 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Didie6 2014-10-10T20:32:21+02:00

Comment ai-je procédé ? Je me suis demandé quelles étaient les dispositions de cœur, d’esprit ou de caractère dont la présence, chez un individu, augmentait l’estime morale que j’avais pour lui, et dont l’absence, au contraire, la diminuait. Cela donna une liste d’une trentaine de vertus. J’ai éliminé celles qui pouvaient faire double emploi avec telle autre […] et toutes celles en général qui ne m’a pas paru indispensable de traiter. Il en est resté dix-huit, c‘est-à-dire bien plus que ce que j’avais d’abord envisagé, sans que je parvienne pourtant à en supprimer davantage.

Afficher en entier

Commentaires récents

Ajouter votre commentaire

Commentaire ajouté par chrislaeti 2011-10-27T20:15:34+02:00
Bronze

Rédigé comme un véritable cours de philo, ce petit traité en a toutes les qualités, mais aussi les défauts... Si quelques passages m'ont semblé tout à fait lumineux, Comte-Sponville utilise par ailleurs (et sur un ton toujours très professoral, par dessus le marché) des arguments tout à fait discutables, donnant à l'ouvrage ce petit côté agaçant qui est le propre des profs de philo (souvenirs...)

Ainsi me suis-je énervé dès le premier paragraphe du bouquin !! Je cite : "La politesse est la première vertu, et l'origine peut-être de toutes. C'est aussi la plus pauvre, la plus superficielle, la plus discutable : est-ce seulement une vertu ? Petite vertu, en tout cas, comme on dit des dames du même nom. La politesse se moque de la morale, et la morale de la politesse. Un nazi poli, qu'est-ce que cela change au nazisme ? Qu'est-ce que cela change à l'horreur ? Rien, bien sûr, et la politesse est bien caractérisée par ce rien."

Mais, monsieur Comte-S, que changerait au nazisme un nazi fidèle ? Un nazi prudent ? Un nazi courageux ?...

Un traité bien subjectif donc, qui appelle la critique, le débat... Et c'est ça qu'on aime das la philo, non ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Milieland 2010-09-16T13:16:28+02:00
Lu aussi

Ce livre m'a semblé tout d'abord assez moralisateur. J'ai failli le lâcher mais, comme André Comte-Sponville est un des mes auteurs préférés, je me suis dit que le livre devait contenir de très belles idées et que ce serait dommage de passer à côté. D'ailleurs, le dernier chapitre consacré à l'amour est magnifique.

Afficher en entier

Date de sortie

  • France : 2011-08-25 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 25
Commentaires 2
Extraits 75
Evaluations 3
Note globale 8 / 10

Évaluations