Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Petitbiscuitblanc : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
M pour Mabel M pour Mabel
Helen MacDonald   
Ce genre de roman a habituellement tout pour me plaire : le drame biographique apporte une jolie histoire pleine de sens et les aspects techniques ou historiques en font un roman qui suscite l'intérêt en apprenant des choses au lecteur.

Malheureusement, M pour Mabel est tout, sauf passionnant. L'auteure part dans tous les sens : l'histoire de son dressage de Mabel et de son deuil est entrecoupée d'anecdotes, de réflexions et surtout de la vie du romancier T.H. White, qui a lui aussi entrepris de dresser un autour dans les années 30.
Ces éléments auraient pu apporter un plus, mais le lecteur n'en voit généralement pas grand intérêt, tant ils sont mal amenés. le livre est donc finalement une succession de lambeaux d'histoires et on se demande si le récit est vraiment « construit ».

Si découvrir l'histoire de White, l'écrivain, entre autre, de L'épée dans la pierre (l'histoire arthurienne qui a inspirée le dessin animé Merlin L'enchanteur), était vraiment intéressante, les parallèles que l'auteure fait avec sa propre expérience son douloureux. Certes, elle cherche à expliquer le comportement de White, mais les comparaisons effectuées entre le regrettable dressage de l'autour de White et le sien donnent l'impression d'une vantardise « Regardez comme je m'en sors bien et comme je ne maltraite pas mon autour, au contraire de ce bêta de White ! ».
Ce n'était sûrement pas l'intention de l'auteure, on a plutôt l'impression qu'elle a cherché à étoffer son roman avec une autre histoire que la sienne, à élaborer un certain mythe autour du dressage de l'autour., mais l'impression est là.

Par ailleurs, la plupart du temps j'avais l'impression de suivre un documentaire. Vous savez, ceux qui tentent de construire une histoire pour créer de l'action, du style « Les professeurs du centre vont-ils trouver quel pharaon renferme ce sarcophage ? » ; mais au final, les « rebondissements » ne sont là que pour servir le reportage et non pour créer une intrigue, passionner le spectateur lambda.
Ici c'est pareil : on tourne les pages pour lire la suite, mais sans aucune passion, sans vibrer. L'histoire est intéressante, mais le scénario est totalement plat, d'autant plus que les différents « lambeaux » qui constituent le roman ne sont souvent pas aboutis : on commence une réflexion pour la développer un peu plus tard, ou pas, on assiste à un moment de la vie de White sans trop savoir pourquoi avant de reprendre le deuil de Helen sans prévenir…

Je ressors donc un peu frustrée de cette lecture. Elle avait du potentiel, elle contient des éléments très intéressants, mais l'ensemble n'est absolument pas palpitant. C'est même plutôt morne, j'ai failli abandonner le roman au milieu.
Ce livre m'aura tout de même donné envie de découvrir les romans de T.H. White, c'est déjà pas si mal :p
L'Affaire Amanda, Tome 2 : Ensemble L'Affaire Amanda, Tome 2 : Ensemble
Stella Lennon    Amanda Valentino   
Encore mieux que le premier! Vivement la suite!
Le Livre sans nom Le Livre sans nom
Anonyme (Bourbon Kid)   
Alors voila, je viens de le finir, et bien... Franchement, je m'attendais à mieux. Là à nouveau, le résumé n'y est pas pour rien. Encore un résumé racoleur, bien appétissant, laissant entendre des merveilles... uniquement pour appâter le lecteur potentiel. Alors soit, l'auteur aime parler de films. Mais il n'y a rien de cinéphile là-dedans, juste pas mal de box-office cités ou pris pour exemples, une fois dans le roman, pour des détails, ça ne justifie pas une remarque dans le 4e de couverture. Mais enfin bref.
Ce résumé est donc approximatif, ressemble plus à une énumération de ce pourquoi "ce livre va plaire au plus grand nombre", sans vraiment parler de l'intrigue.
.
L'intrigue est la suivante :
.
Une mystérieuse pierre précieuse a été dérobée à ses protecteurs ; un joyaux qui semble attirer les convoitises. Dans la ville de Santa Mondega, le calme cède peu à peu à une angoisse lourde et muette, à mesure que ses habitants voient se profiler à l'horizon une réitération des horreurs parvenues cinq années auparavant, lorsque le Bourbon Kid est passé. Peu à peu, les acteurs entrent en scène, ici, pas de place pour les lâches ou les pieds-tendres. Cette ville n'a jamais fait de cadeaux aux faibles, et ce qui va s'y dérouler, jusqu'à la prochaine éclipse, aura l'odeur du sang et des tripes.
.
Alors, j'ai trouvé donc, comme le laisse entendre le 4e de couverture, que c'était bien trash et violent. Mais pas dans le bon sens du terme. Rien à voir avec Robert Rodriguez, ou Tarantino. Non, la beauté de la mise en scène, ou l'illustration de la caricature, n'est pas présente. L'écriture est très médiocre, parfois vulgaire sans intérêt, à tel point qu'on a l'impression que cette façon de narrer est inhérente à l'auteur, qui parle comme ça couramment.
Alors le scénario, certes, est d'enfer. On reste accroché, et on n'est pas déçu (sauf par la fin, pour ma part, un peu...) ; le mystère est là, et il y reste jusqu'à la fin. On patauge, on se pose des questions, on réfléchis...
Mais hélas, les personnages sont trop identiques dans leur caricatures, tellement saturés par la coloration de leurs traits de caractère qu'ils en deviennent ridicules. Le réalisme est pourtant là, parfois, et on sent que le récit pourrait être bien mieux rendu. Mais cette envie de donner du sang, de la violence, et du méchant avant tout gâche un peu le plaisir.
.
En bref, rien qui ne soit vraiment exceptionnel. Original, ça oui, très. On ne voit pas un livre comme ça tous les jours, et rien que pour ça, ça vaut le détour. Mais l'intérêt n'est que là ; dans l'exagération caricaturale de tarantinoïsme, et dans le scénario polar-fantastique peu profond, mais bien caché.

(EDIT : le début est clairement pompé sur le film "Desperado")
L'École du Bien et du Mal, Tome 1 L'École du Bien et du Mal, Tome 1
Soman Chainani   
En lisant le résumé, L’ÉCOLE DU BIEN ET DU MAL avait l'air d'un livre très sympathique, adressé aux enfants mais tout de même sympathique. A la lecture pourtant j'ai enchainé les déceptions et j'ai finis ma lecture avec un avis très négatif sur le roman.

Pour commencer je n'ai pas aimé les personnages; Sophie est superficielle, idiote par moment et tout simplement cruelle avec les autres. Agatha de son côté n'est pas mieux, elle se dévalorise sans cesse, est naïve au plus haut point et bien trop gentille (ce qui, excusez mon avis, peut-être embêtant dans la vie). Pour ce qui est des personnages secondaires le bilan est similaires, au final tous les protagonistes partagent une même opinion manichéenne sur la société (du moins dans les 3/4 du roman). Cerise sur le gâteau, les adultes sont tout aussi mauvais d'après moi: ils dévalorisent volontairement leurs élèves et sont parfois plus idiot et insipide que ces derniers.

Concernant l'histoire, j'ai trouvé le concept de base très intéressant, et je m'attendais à un livre montrant aux enfants (étant la cible éditoriale ici) que la vie ce n'est pas les méchants d'un côté et les bons de l'autre. Au contraire, l'impression qu'il me reste après la lecture est que la laideur est mauvaise et la beauté pleine de bonté. Me dira-t-on, "Et la fin du livre alors?", certes elle coupe un peu avec cet avis général, mais ce ne sont que quelques pages sur plus de 400. Je ne dis pas que le roman prône ces idées, mais je les ai ressentie bien trop présentes lors de ma lecture personnelle.

Un autre point important d'après moi est l'utilisation des stéréotypes, qui est ici massive, et à double tranchant. D'un côté l'auteur les utilisent pour tourner en ridicule les contes et leur schéma prédéfinie, ce qui est un point intéressant du roman; mais d'un autre côté, ces stéréotypes ont conduit à BEAUCOUP de propos sexistes. Les garçon devait cultiver leur force physique tandis que les filles apprenaient à sourire pour charmer un homme. De plus, pour les professeurs de cette école, hors de question pour une princesse de ne pas avoir un prince, cela étant considéré comme un échec et un motif de renvoie de l'école... Merci mais les femmes n'ont pas besoin d'un homme pour être heureuse, et ne sont d'ailleurs pas toutes attirés par ces derniers.

Au final c'est une lecture très décevante pour moi, j'avais envie de secouer les personnages et de leur parler d'un concept qui leur semble inconnue: l'égalité. Évidemment il n'y a pas que des points négatifs dans ce roman, mais malheureusement ce sont ceux-ci qui m'ont marqués.
Hex Hall, Tome 1 : Hex Hall Hex Hall, Tome 1 : Hex Hall
Rachel Hawkins   
Roman très agréable à lire ! J'ai beaucoup ri d'ailleurs pendant ma lecture, Sophie est assez drôle je dois dire. Petit bémol cependant : la fin un peu précipitée je trouve, et puis Archer quoi. Qu'est-ce qu'il devient ? Heureusement qu'une suite est prévue. ^^

par Jandh
Miss Fairchild Miss Fairchild
Nolween Eawy   
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle très courte mais qui fait froid dans le dos. En si peu de pages, l'auteur arrive à nous mettre dans l'ambiance et nous faire frissonner. Je ne m'attendais pas du tout à cette fin.
Je m'appelle Livre et je vais vous raconter mon histoire Je m'appelle Livre et je vais vous raconter mon histoire
John Agard   
Il m'a fallut moins d'une heure pour le lire. Ce livre est tellement simple et beau. Il est magique! Il correspond exactement à toutes mes expectatives sur un livre narré par un livre. Il me reste que remercier l'auteur de m'avoir donné un cadeau si beau.
Emergency, Tome 1 : Morsure Nocturne Emergency, Tome 1 : Morsure Nocturne
Cassie Alexander   
C'était absolument imbuvable. ça ne ressemblait à rien de ce dont je m'attendais. Entre les passages stériles et inutiles à dormir et à se réveiller, et les détails et explications à souler au point d'en oublier le patient dans le lit, j'ai bien cru que j'allais saturé.
Edie est certainement l'une des actrices de bit lit les plus molles et inutiles qu'il m'ait été donné de lire.
Et puis quelqu'un qui travaille dans un services à maladies transmissibles autant par les humains que par d'autres espèces, qui a des relations sexuelles sans protection avec un inconnu ramassé dans une boîte de nuit... je pense que c'est de là que j'ai vraiment décroché!
Queen Betsy, Tome 1 : Vampire et Célibataire Queen Betsy, Tome 1 : Vampire et Célibataire
MaryJanice Davidson   
Du début à la fin, je me suis marré. Alors ouais, ouais, c'est de la chick-lit, et même si je suis un gars. Bin je me suis marré. L'humour, et l'histoire sont pas trop mal, et je pense que c'est ça qui m'a fait vraiment accroché à l'histoire. Et puis les personnages deviennent tout de suite attachant.
Il y a juste à certains moments, où j'ai pas vraiment aimé quand on passe d'un endroit à un autre, et on sait pas trop comment.
Mais c'est tellement un petit détail, que franchement, ça gache pas la lecture. Vivement le mois prochain pour le tome 2 *LALALALA*

par Gkone
La renarde La renarde
Hugues Douriaux   
Alors là, c'est vraiment une bonne petite nouvelle, fraîche, drôle, parfois dramatique évidement aussi, mais indéniablement une belle tranche de vie!
Nicole, dame de la ville, mais alors à 1000%, découvre la campagne après un drame...son mari, dont elle était très proche est décédé...totalement désespérée, elle quitte alors la vie effréné de Paris, pour une petite maison perdue dans la campagne Bourguignonne...
Et là, eh bien on rigole franchement bien aux cotés de la "dame de la ville" qui découvre celles et ceux qui peuplent les alentours...que se soit les habitants du village, des champs, et des forêts...
Le passage où Nicole se retrouve dans un pré infesté "du plus redoutable prédateur que la Terre ait jamais porté", en d'autres termes des vaches, est franchement à mourir de rire! Et lorsqu'elle est "perdue" dans la forêt, on rigole bien aussi! Bref, deux passages parmi tant d'autres, qui nous font tourner rapidement les pages!
Evidement, il y a quelques "clichés" sur les paysans, mais ils ne sont pas méchants, et l'on passe très vite dessus!
Bon, il n'y a malheureusement pas que des passages rigolos...Nicole passe également des moments parfois très, très difficiles...
Mais, grâce à toutes les amitiés qu'elle a pu lier lors de son séjour à la campagne, elle reprend le dessus, et c'est ce qu'on retient de ce petit récit!
Les descriptions de la nature et de ses bienfaits sur nous m'ont bien plu aussi!
Bref, un très bon moment de lecture!!