Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de petitemimi : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La mort en face La mort en face
Cody McFadyen   
Un peu déçu par cette suite tout de même. Un début longuet afin d'expliquer le premier tome. Une histoire un peu brouillonne. Toute fois, des personnages toujours aussi complexes et complets! Un coté trash toujours aussi bien amortie par l'émotion! Un troisième livre de ce cher McFadyen ne serait pas de refus !
Miroir Miroir
Alick   
Un thrilleur époustouflant !
bien écris et maitrisé en mains de maitre !
Waouh un final qui m'a laissé sur les fesses !
Excellent !
Le Chasseur de regards Le Chasseur de regards
Sebastian Fitzek   
Malgré les références, rien à voir avec le premier tome. On a plus du tout la même ambiance, et le fil conducteur est totalement différent. On a là - je crois bien - le livre le plus malsain, oppressant et dérangeant de l'auteur. Ce n'est pas juste un thriller psychologique comme les autres, c'est plus l'horreur sur de nombreux points.

Et par conséquent, j'ai un peu moins apprécié, parce que bien que ce soit toujours aussi addictif, on s'éloigne trop de ce que l'auteur avait l'habitude de faire pour quelque chose de presque trop simple. Une nouvelle affaire qui pourrait même venir de quelqu’un d’autre…

En général, le scénario est tellement tordu qu'on se demande comment il peut y avoir une explication rationnelle. Ce n'était pas trop le cas avec le Voleur de regards, mais là, ça l'est encore moins. C'est plutôt une histoire presque banale. Le voleur de regards n'a que très peu d'importance, on est là dans une affaire de séquestration, de viols, et de torture. Une affaire qui apporte finalement assez peu [spoiler]puisqu’on a l’identité du coupable dès le début[/spoiler] Mais surtout, c’est quelque chose qu'on peut retrouver assez facilement dans d'autres polars, que ce soit les thèmes, où la manière dont ils sont abordés, et c'est bien ça que j'ai trouvé dommage.

D'autant que certains retournements de situations étaient super prévisibles, ce qui a un peu gâché l'effet [spoiler]je pense notamment pour la survie de Zorbach, en tant que personnage principal, il ne pouvait tout simplement pas mourir pour de bon...[/spoiler] L’auteur garde une certaine tension, mais j’ai trouvé le suspense globalement moins présent que dans le volume précédent. Du moins, au début. Parce que la fin prouve bien que l’auteur maîtrise le suspense jusqu’à la fin.

Je dois dire que la fin était excellente. Une chute que je n'attendais pas, des révélations haletantes, impressionnantes, inattendues, qui remet en question tout ce sont on était convaincu jusqu'à présent. On retourne sur l'affaire du Voleur de regard, et c'est pas trop tôt. C'est ce que j'attendais depuis le début. Cette fin brillante, et totalement maîtrisée relève donc le niveau. Même si j'ai trouvé l'épilogue un peu mou, et que certains détails n’étaient pas très clairs.


par Jenna95
Au-delà du mal Au-delà du mal
Shane Stevens   
Alors… que dire de ce roman précurseur sur les tueurs en séries… 888 pages d’impressions à résumer va être difficile.
Partant sur un ouvrage policier basique, j’ai été très surprise. On est bien loin des clichés que l’on retrouve dans tous les livres du genre. Ici, nous ne sommes pas dans la tête d’un quelconque policier ou protagoniste mais… dans celle du tueur, au plus près du mal…

Les passages peuvent parfois en devenir choquants. Non pas par les faits mais surtout parce qu’abordés du côté de Bishop, les meurtres ne sont pas critiqués en eux-mêmes sur le moment mais considérés comme normaux, voire justiciables et surtout, avec plaisir…
Curieusement pourtant, ce tueur à la fois sexy et sanglant devient fascinant pour le lecteur. De la même manière que Kenton, le journaliste, on finit par penser un peu de la même manière que Chess Man. On en vient à espérer que la traque des policiers sera vaine, en ne montrant absolument aucune empathie pour les femmes massacrées. Si on ne peut toutefois excuser Bishop, on lui laissera le bénéfice de sa non éducation et de son traumatisme (avec réserves).

Vous l’aurez compris, ce roman est bien loin de Mary Higgins Clark et, s’il n’est pas d’un suspense palpitant (puisque nous savons où se trouve le tueur et qui il est, contrairement aux autorités) on ne peut le lâcher pour autant.
Spécial donc mais très intéressant au niveau du point de vu meurtrier abordé ici.

Si j’ai également trouvé les passages sur Kenton captivants, certains autres m’ont paru très longs, notamment ceux avec les politiciens. Magouilles, sexe, corruption… ça fait parfois beaucoup. Surtout lorsque les descriptions s’éternisent… Ces longueurs m’ont parfois perdue, et si je me serais bien passée de certaines d’entre elles, il s’agit toutefois de faits réels pour la plupart. Chessman fut bel et bien exécuté en 1960, posa la question de la peine de mort et créa polémique aux USA. Peut-on aborder ce sujet en évitant la politique… pas sûr.
Politiciens cyniques, police incompétente, journalistes prêts à tout, quoi qu’il en soit, le mal est partout !
On se demandera tout de même si l’auteur n’est pas lui-même quelque peu misogyne… en effet aucune des femmes rencontrée dans le roman ne tient de place de choix. Elles restent décrites comme naïves ou manipulatrices et aucune ne sort du lot tout au long du récit…

La fin m’a laissée assez perplexe… [spoiler]l’auteur laisse planer le doute d’un échange de bébés à la maternité et je me suis demandé s’il ne cherchait pas également à induire la possibilité de deux tueurs ayant évolués en parallèle (comme cela avait été envisagé par les enquêteurs). Quoi qu’il en soit, pour moi, si une telle idée est à se poser, elle arrive comme un cheveu sur la soupe et je préfère laisser cette partie de la fin de côté. [/spoiler]Cela ne me convainc pas du tout.

En conclusion, Au-delà du mal est d’un réalisme cru, parfois dérangeant comportant quelques longueurs et je vous le recommande fortement. Si vous êtes une femme, évitez toutefois de le lire avant de vous rendre dans un bar où vous risqueriez de rencontrer un beau jeune homme…


par dadotiste
658 658
John Verdon   
658, un titre intriguant, pour une intrigue savamment ficelée.
Pour un premier roman, le moins que je peux dire, c'est que Verdon maîtrise le tout du début a la fin, tant sur le plan de la construction de son récit que de ses personnages, jusqu'à son long final qui évite bien des poncifs du genre.
A la manière d'un immense puzzle, d'un casse tête sanglant et mortifère, il ballade le lecteur tout au long d'une histoire qui le tiendra en éveil jusqu'au bout.
Verdon prend son temps (près de 600 pages), sans que jamais l'ennui ne pointe. Il propose une combinaison étonnante de thriller moderne et de polar "à l'ancienne" où l'énigme est reine.
Coté psychologie des personnages, l'auteur a également procédé avec soin, à l'image de son flic, loin des stéréotypes du policier désabusé.
L'écriture est fluide, mais de bonne qualité ; les dialogues sont écrits avec soin et dynamisme, même si certains passages sont un peu bavards (le petit défaut du livre).

Le visage de Satan Le visage de Satan
Florent Marotta   
Alors Anne-Ju, même pas peur ?

Ah Florent, Florent, Florent ! Vous montrez enfin votre visage ? Quoi qu’après avoir lu votre livre, j’espère que ce n’est pas vraiment le vôtre…quoique en y réfléchissant ça peut être intéressant ;-).

Un thriller qui me tombe dans les mains et qui me promet de voir enfin le visage de Satan, comment résister ?

Je ne résiste pas et j’ai pas peur. Dès le début, on est dans l’ambiance: un dénommé Abraxas prend plusieurs vies dans des circonstances sataniques. Humm ça s’annonce bien noir et rouge aussi (référence au sang versé…je sais c’est pas ma meilleure métaphore mais je fais ce que je peux ;-)) ! Toujours pas peur Anne-Ju ? Euh non. Mais je suis prévoyante et j’ai fermé à double tour mon appart et je me suis planquée dans la baignoire ! On ne sait jamais !

Dès le début, Florent Marotta plante un décor satanique,rituel en mode « fin du monde ». L’ésotérisme, les sciences occultes, les messes noires, sont des thèmes qui m’ont toujours attirée. Ça me fascine, m’intrigue. Qui dit meurtres, dit une personne pour nous aider à résoudre et comprendre tout ça. Moi, je suis dans ma baignoire donc je ne peux pas aider. Mais je vais suivre Gino.

Gino Paradio est un homme rempli de démons qui sont souvent sur le point de montrer le bout de leurs cornes ! Ancien flic, reconverti en détective privé dont la vie est un peu en vrac, lutte contre son démon quotidien: son abstinence pour l’alcool. Mais si il n’avait que ça, il ne serait pas aussi attachant. Une femme des plus fatales se présente dans son bureau et lui demande d’enquêter sur la mort suspecte de son mari. Bon Gino, il est pas non plus un lapin de 6 semaines et il ne veut pas s’embêter avec une enquête qui ne l’inspire pas. Mais elle est fatale, n’oubliez pas ! Elle a donc un atout pour que Gino accepte (hey non ce n’est pas que son physique !!! bande de cochons !!). Mais pas de spoil !

Intrigue placée, décor planté, personnages présentés, on a tout non ? Oui on a tout du bon roman thriller bien noir. Au fil des pages, des événements se rajoutent, se croisent. On assemble le puzzle avec une réelle facilité. La construction est claire et bien définie. Le rythme se construit sur les ressentis de Gino. Quand, il n’est pas vraiment convaincu, le rythme est plus lent mais quand son instinct lui dit de passer à la vitesse supérieure, le lecteur passe aussi et il a intérêt à suivre !

Bon, je ne vais pas vous dire que les scènes sont gentilles. On n’est pas là pour cueillir des pâquerettes et boire tranquille un mojito …quoique ! Donc, oui il y a du sang, des égorgements, des éviscérations, des viols ! Mais il y a de l’amour aussi, de la passion, du désir ! Car l’auteur n’a pas oublié l’importance de la femme ! Mon côté féministe vous remercie d’ailleurs, Florent. Ma préférée : Sybille ! Le côté obscur que voulez vous !!!

Alors je n’ai pas eu peur car je ne suis pas une femme qui a peur si facilement mais j’ai été surprise. 4/4 pour la maison Taurnada. On est fait l’un pour l’autre ce n’est pas possible !!!!! Je ne tombe que sur des pépites !

« Florent Marotta bienvenue ».

par anneju
L'Aube des Fous - Histoires terrifiantes L'Aube des Fous - Histoires terrifiantes
Anthony Signol   
J’ai été assez bluffée tout au long de ces cinq nouvelles qui m’ont fait froid dans le dos! Heureusement pour moi, je n’ai rien d’assez particulier pour que mon pire cauchemar ne vienne me tourmenter dans un ascenseur arrêté! Je ne conduis pas encore (ouf!), je n’ai pas de penchants pour l’alcool non plus, je ne suis pas biologiste ou autre métier indispensable à la survie et ma femme n’est pas morte dans un accident de voiture… Néanmoins, lors de ma lecture, j’ai été tout ça, j’ai vécu tout ses cauchemars! J’ai été coincée dans un ascenseur au huitième étage, je me suis fait tirée la langue par une dame en blanc sur le bord de la route, j’ai bu et pris la voiture, j’ai été enlevée par des militaires et tenté de résoudre une série de meurtres dont j’étais la « cible ».

J’en suis ressortie assez choqué, même si je ne l’ai pas laissé paraître. Bien qu’ayant repris le mythe de la Dame blanche lors de la deuxième nouvelle, l’auteur a réussi à me surprendre par sa fin et à me faire frissonner d’horreur. Il a donc quand même assez bien réussi son coup, même si cette victoire a un léger goût amer à cause de la reprise. C’est un peu dommage! Mais toutes les autres m’ont agréablement surprise, car c’était tout nouveau pour moi (est-il essentiel de préciser que c’était mes premiers thrillers?).

J’ai un large penchant pour « Zone 7 » même si je la trouve, personnellement un peu longue à démarrer, pour « Le sculpteur » car c’était la première fois que je plongeais véritablement dans le thriller et je VOULAIS avoir peur… on peut dire que c’était réussi, surtout que j’ai eu la bêtise de le lire JUSTE avant d’aller dormir… pas une très bonne idée :$ « Juste un dernier » m’a aussi énormément plu, car je me suis identifiée aux personnages. Et « Huitième étage » m’a bluffée aussi. Je dis donc BRAVO à l’auteur et MERCI pour ce moment magiquement frissonnant (pas sûre que sa se dise)
Dix petits nègres Dix petits nègres
Agatha Christie   
Je me rappelle la lecture de ce livre, avec un sourire au lèvre.
Pourquoi, pour cette intrigue tordue sortit de la tête d'Agatha.

Un thriller où les gens meurent les uns après les autres, en se suspectant les uns les autres, et en plus ne pouvant s'enfuir de cet endroit, y a rien de plus mortel !!

Comptons jusqu'à 10 !

par Nicolas
La Terrifiante Histoire et le sanglant destin de Hansel et Gretel La Terrifiante Histoire et le sanglant destin de Hansel et Gretel
Nancy Pena    Adam Gidwitz   
Un vrai bon moment de lecture.
J'ai beaucoup aimé suivre Hansel et Gretel dans leurs aventures trépidantes et sanglantes. Ces personnages sont tellement courageux. Et puis, il ne faut pas négliger la morale de l'histoire qui est pleine de sens.
Un très chouette conte, à découvrir sans attendre.

http://www.leslecturesdelily.com/2014/10/la-terrifiante-histoire-et-le-sanglant.html
À ma vie à ta mort À ma vie à ta mort
Sandra Triname   
Ayant eu le livre en avant première j ai ete contente
Mais surtout l auteur mène avec brio l art du jeu des echec et mat
Nous sommes tels des pions qu'elle avance au fur et a mesure du jeu
J ai adore l aspect mythologique fantastique donc en lien avec du policier
Nous sommes plonge dans l ambiance des les 1ere lignes
La psychologie des perso est profonde si bien que l on s attache a eux d une force
J ai adoré
Merci Sandra ;-)

par Sar14