Livres
472 819
Membres
445 855

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Ori06 2017-10-27T19:24:35+02:00

— Ton éloquence te tuera.

— Léa, je ne t’ai pas appelée pour que tu te moques de moi.

— Alors, explique-moi pourquoi tu es si coincée avec les autres ! répliqua-t-elle. Avec moi, tu arrives à te lâcher.

— Peut-être parce qu’on se connaît depuis la naissance ?

— Tu as de la repartie, de l’humour, mais tu ne t’en sers pas, continua-t-elle en ignorant totalement mon sarcasme. Ce type adore te charrier et…

— Ah ça !

— Louise, entre dans son jeu et profites-en pour prendre confiance en toi !

— Mais j’ai confiance en moi ! m’insurgeai-je.

— Alors pourquoi tu n’oses pas le remettre à sa place ?

Parce que l’idiote que je suis est tombée amoureuse de lui.

Afficher en entier

— Maintenant que nous sommes entre nous, tu ne m’as toujours pas dit comment convaincre Emma d’essayer !

— Essayer quoi ? demanda Francis.

— Les porte-jarretelles !

J’entendis mon voisin de droite manquer s’étouffer avec sa boisson alors qu’Alain venait à ma rescousse :

— Arrête ! Tu vois bien que tu la gênes !

— Mais regarde les jambes d’enfer que ça lui fait !

Je changeai de position, mais fus bien incapable de dissimuler mes jambes qui étaient désormais le sujet d’une conversation houleuse entre les deux.

— Je t’avais bien dit que l’ambiance serait spéciale, chuchota Francis à mon oreille.

Rougissante, je hochai la tête et tentai de suivre l’argumentaire de chacun. Fatigué, ce fut Alain qui prit son frère à parti :

— Tu as déjà rencontré Emma, tu l’imagines avec des porte-jarretelles ?

Je me tournai vers lui pour connaître son avis. Il pourrait certainement mettre un terme aux questions de Yanis sur le sujet.

— Je ne sais pas, dit-il.

— Il ne va pas répondre avec Louise à côté ! s’exclama Yanis. Le plus important est de trouver le bon argument !

— La sensualité, soufflai-je en regardant Francis et en me souvenant de la première fois où j’en avais mis.

Il dut tout de suite deviner ce à quoi je pensais puisque son sourire se fit plus doux.

— Y a du cochon là-dessous ! entendis-je.

Embarrassée, je tentai de détourner la conversation sur cette Emma qui préoccupait tant son meilleur ami. Il me parla de sa crise de la trentaine et de sa volonté de trouver quelqu’un à tout prix.

— Comme si elle avait besoin de ça pour être heureuse !

— Dit le type qui est casé depuis quoi ? Cinq ans ?

Alain approuva, mais revint tout de même au sujet initial :

— Alors comme ça, frérot, tu aimes les porte-jarretelles ?

— Plus que les caleçons, ça s’est sûr ! répliqua Francis en me quittant du regard.

— Attends de la voir dans un des tiens ! rit Yanis. Bah quoi ? Emma lit énormément de romances et les hétéros dedans ont l’air d’apprécier de voir leurs copines dans leurs fringues, alors pourquoi pas dans un caleçon ?

Afficher en entier

— Je reviens dans dix minutes et je p restent à leur place et il a intérêt de se traîner à tes pieds, sinon je lui casse les rotules et je mets ça sur le compte de la grossesse.

Le doigt tendu, elle se retourna vers lui pour ajouter :

— J’ai besoin de voir un beau mec nu et je veux le faire avec ma sœur, alors que les choses soient claires : ce soir, elle dîne avec Channing et moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par TheFangirl 2017-05-06T17:32:14+02:00

Pourquoi n'avais-je pas le courage de me recoucher près de lui et d'attendre ?

Parce que je craignais d'être rejetée. Je devais donc partir avant que ce la ne se produise.

Afficher en entier
Extrait ajouté par fadabook 2016-12-21T20:00:48+01:00

Rencontre Léa et Francis:"- Votre voix transpire le sexe!". "- Ma voix ?"[...] " - Bien utilisée, Je suis sûr que ma culotte prendrait feu." "- vous êtes totalement barrée." "- Non,sous hormones."

Afficher en entier

Hier, persuadé qu'elle ne tiendrait pas, j'avais dispersé des capotes un peu partout pour ne pas avoir à fouiller les tiroirs des tables de chevet. Je voulais être prêt en toutes circonstances.

Et maintenant elles me narguaient !

Afficher en entier

" Pourquoi fallait-il qu’il soit si… lui ?

Mince alors, on passait pourtant une bonne soirée ! On parlait de notre mission dans cet établissement d’une grande chaîne à Séville quand, brusquement, il avait décidé de jouer à « rendons folle Louise ». Évidemment, il gagnait toujours.

Notre missions était tout ce qu’il y avait de plus sérieux : nous devions nous faire passer pour deux clients célibataires lambda pendant quelques jours. Ce qui consistait, entre autres, à participer aux activités proposées par l’hôtel et à les évaluer pour faire remonter les problèmes constatés au service qualité chargé des audits.

En général, la veille du départ, nous nous retrouvions dans une chambre pour dîner et discuter librement de nos impressions. Mais ce soir, il m’avait convaincue d’aller profiter une dernière fois de l’excellent menu du restaurant de l’hôtel. Au dessert, j’avais évoqué l’attitude autoritaire d’une gouvernante désagréable - à qui j’avais osé réclamer un rouleau de papier-toilette d’avance !

- C’est vrai que je l’imagine bien avec une tenue en cuir et un fouet, avait-il renchéri.

Incroyable. Il avait beau être le meilleur du service, il dépassait les bornes ! Et avec moi. "

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode