Livres
523 477
Membres
541 136

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Philippe-19 : Liste d'Or

La transe du crystal, Tome 2 : Killashandra La transe du crystal, Tome 2 : Killashandra
Anne McCaffrey   
J'ai lu cette série il y a plus de 20 ans et je m'en souviens encore... Si je la retrouve, je la relirais bien volontiers !!

par Nath56
La transe du crystal, Tome 3 : La mémoire du crystal La transe du crystal, Tome 3 : La mémoire du crystal
Anne McCaffrey   
Le dernier tome de la série terminé. J'ai adoré me plonger dans l'histoire des chanteurs de crystal qui taillent le criqtal pour gagner leur vie et gagner assez de crédits pour pouvoir quitter la ligue le temps qu'ils leur faut pour se ressourcer. Dans ce troisième et dernier tome on y retrouve Killashandra et Lars qui essayent de determiner ce qui produit les pertes de mémoires à chaque fois qu'un chanteur taille du cristal. Hâte de lire une autre série de cette auteure.

par antoine18
La trilogie des forces, tome 1 : Les forces majeures La trilogie des forces, tome 1 : Les forces majeures
Anne McCaffrey    Elizabeth Ann Scarborough   
Je continue ma relecture des Anne McCaffrey avec le planète opéra La trilogie des Forces. De cette série j’avoue que je n’ai pas l’impression de me rappeler des tomes autres que le premier, un peu comme ça me l’avait fait pour la Transe du Crystal.

Dans ce livre nous suivons Yana. Employée par la Compagnie (oui, avec un C majuscule) qui possède la planète d’Effem et l’a terraformée.

Les médecins donnent 1 an à vivre à Yana. Elle a eu les poumons détruits dans sa précédente affectation par un gaz toxique qui a tué toute son équipe et de nombreux autres employés de la Compagnie quand une révolte d’autochtones (qui appartiennent aussi à la compagnie mais sans faire parti du personnel actif) est entrée dans la station pour essayer de trouver de la nourriture car ils étant en train de mourir à cause d’une terrible de famine sur la planète.

Effem semble être la planète idéale pour se ressourcer. Planète glacière ou la température ne monte guère au delà de zéro, récemment terraformée (200 ans), l’air y est encore pure et la population très restreinte.

Mais une fois sur place elle se rend compte que tout n’est pas rose. Déjà l’air glacial peut faire encore plus de dégâts sur ses poumons endommagés si elle ne prend pas garde. Et en plus la Compagnie est très mécontente de l’état de la planète et semble penser que c’est la faute des autochtones.

En effet Effem est une planète très spéciale. En dehors de la base qui est un grand complexe chauffé à grands frais et toujours à température constante, le reste est toujours plus ou moins en contact avec les températures glaciales (qui peuvent aller au delà de -100) de la planète. Du coup tout ce qui est technologie n’y résiste en général pas, ou alors rarement sur du matériel bien isolé, entretenu et maintenu à température correcte h24 comme par exemple les deux traîneaux électriques qui servent pour transporter le matériel ou les personnes importantes de la base à la « capitale » de la planète.

Le reste des habitants vivent sans eau courante, sans électronique, avec juste un peu d’électricité juste pour s’éclairer (mais pas assez pour se chauffer, ça se fait au bois). C’est une vie très rude, et un retour à la nature que Yana n’attendait pas et ne s’imaginait même pas exister encore quelque part dans la galaxie.

Le premier point que n’aime pas la compagnie est le fait qu’elle pense que le laboratoire de génétique qui est installée dans la capitale n’a pas suivi ses ordres et a fait « apparaître » des espèces non sélectionnées par eux.
En effet nombreux sont les animaux étranges et non conformes qu’on retrouve dans les environs ce qui devrait être impossible vu qu’il y a 200 ans la planète était un bloc de glace sans la moindre vie.

Le second gros problème vient que de l’espace la Compagnie a détecté de nombreux matériaux. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils ont entreprit sa terraformation à la base. Mais malgré tout leurs efforts, aucune mission entreprise pour s’installer dans les zones en question n’a survécu.

Certes le climat est encore très instable, il change d’une heure sur l’autre sans qu’on puisse le prédire. Des fois vent brutaux et extrêmement froids démarrent et tuent tout ce qui n’est pas abrité sur son passage Ou même des fois l’inverse, un regain très rapide et inattendu fait fondre les rivières et provoque avalanches, glissement des terrain ou une montée des eaux inattendue.

Mais c’est tout de même vraiment pas de chance pour que ça arrive à toutes les missions lancées sur ce sujet, sans exception. Hors ces missions sont toujours gérée plus ou moins par des autochtones. Le transport qui se fait en traîneaux à chiens, seul moyen stable de voyager dans la neige quand on n’a rien d’autre. Et ils sont aussi engagés comme guides et assistants pour trimbaler le fragile matériel de sondage.

Du coup quand Yana arrive et qu’elle ne peux plus vraiment travailler pour la Compagnie du fait de son invalidité, le colonel en charge de la base lui propose un marché. En échange d’une augmentation de sa pension (qui est très très faible vu qu’elle est encore jeune et n’a pas pu cumuler beaucoup avant d’avoir son accident), elle devra enquêter sur la question et essayer de trouver si c’est vraiment les indigènes qui sont responsables des échecs successifs ou si c’est juste le hasard.

Mais bien sur Yana se retrouve avec un conflit d’intérêt car elle c’est prise d’amitié avec les indigènes qui lui sont tous venus en aide généreusement depuis son arrivée. Elle n’aurais jamais survécu sans eux, avec juste l’aumône que lui donne la Compagnie. Même la boutique de la Compagnie à la capitale n’a pas suffisamment de matériel pour faire survivre une personne sans aide extérieure !

Mes ses « supérieurs » s’en foutent un peu, ils pensent que si les indigènes ont survécu par eux même depuis 200 ans, c’est que ça doit pouvoir se faire. Du coup seule la solidarité d’une communauté soudée permet de survivre sur Effem.

Ceux ci ont d’ailleurs été totalement abandonnés par la Compagnie. Même ceux recrutés sur la base sont illettrés et sans culture. Ils n’y a pas de livres sur la planète vu que le livre papier n’existe quasiment plus dans ce monde, et que les appareils électroniques habituellement utilisés pour faire la classe ne fonctionnent pas. Tout repose donc sur une tradition orale. Le quotidien et les événements marquants sont racontés sous forme de chansons.

On retrouve la une des marottes de l’autrice (on retrouve le chant comme élément principal dans Pern, dans la Transe du Crystal, dans Le vaisseau qui chantait …). Toujours aussi sympa.

La planète semble de plus en plus mystérieuse au fur et à mesure. On sent qu’il y a quelque chose derrière. Yana ne veut évidemment pas que la situation finisse comme lors de son accident. Elle est tiraillée entre les autochtones qu’elle comprend, et la Compagnie qui lui fait peur par les décisions qu’elle prend, et le fait que ces décisions ne sont pas compatibles avec la réalité de la situation.

Le premier thème important est évidemment celui du retour à la nature en opposition avec le « tout technologie ». Les habitants sont tous descendant de peuplades habituées au froid, la majorité sont Inuit, Lapons, Yupik, ou Russes. Ils ont reprit comme leurs ancêtres les gestes artisanaux traductionnels, la médecine à base de plantes et l’entraide face au froid.

L’ensemble est donc très divers sur ce point la, et l’autrice n’hésite pas à insérer des personnages LGBT+ comme par exemple le couple qui « dirige » de façon non officielle la petite communauté qui est un couple lesbien.
La seule chose qui m’a un peu gêné est le fait que certains passages sont pour moi à la limite de la grossophobie. C’est expliqué par le fait que Yana a toujours vécu dans des stations ou l’espace est très restreint donc où ce genre de personnes n’existent pas (la Compagnie n’en emploie pas). Elle a donc une espèce de réaction d’étonnement qui frise le rejet qui se ressent dans sa description de la personne au premier regard, je trouve. Heureusement ses relations avec la personne en question évoluent vraiment au fil du récit donc ce n’est vraiment que sur le tout début que ça se ressent.

Yana évolue au quotidien et découvre ce monde froid et sans pitié. Elle passe de citadine (si on peut dire ça) déprimée à actrice de son quotidien. L’évolution de Yana est vraiment un des points centraux de ce premier tome. Elle apprend a apprécier son nouvel environnement au fur et à mesure, ainsi que tout les habitants et leurs façon de vivre.

On ne peux pas dire qu’on est sur un livre d’action, mais l’écriture très fluide de l’autrice fait que l’ensemble passe bien et se lit vite. Le mystère reste au cœur de tout mais on n’est pas non plus sur une enquête active, Yana ne va pas aller fouiller partout. Au final on est vraiment sur un livre d’ambiance.

Au final j’ai passé un bon moment dans cette redécouverte. L’autrice a su une fois encore m’emporter avec ses ambiances et ses personnages, ainsi que son usage de la musique et du chant. Je lirais la suite avec plaisir !


https://delivreenlivres.home.blog/2020/08/18/la-trilogie-des-forces-tome-1-les-forces-majeures-de-anne-mccaffrey-et-elizabeth-ann-scarborough/

par lianne80
La trilogie des forces, tome 2 : Lignes de force La trilogie des forces, tome 2 : Lignes de force
Anne McCaffrey    Elizabeth Ann Scarborough   
Une société intergalactique a décidé d'extraire le minerai de la planète Effem. Les indigènes s'y opposent : selon eux, la planète est « sentiente » et il ne faut pas la blesser. Un premier envoyé de la société, Whittaker, vient de vivre dans une caverne une expérience qui paraît bien donner raison aux indigènes. Mais la société, cette fois, dépêche deux envoyés : Matthew Luzon, chargé de rétablir l'ordre et de relancer l'exploitation minière ; Marmion Allgemeine qui, elle, se persuade qu'il faut laisser la planète tranquille. Chacun d'eux envoie des enquêteurs aux quatre coins de la planète, ils découvrent les ravages en tout genre commis par les premiers Terriens arrivés. On découvre que les effets de la colonisation sont infiniment plus pervers que prévu. Effem est trop tranquille pour une planète sentiente ; petit à petit, l'inquiétude s'installe.

par louve
La trilogie des forces, tome 3 : Le jeu des forces La trilogie des forces, tome 3 : Le jeu des forces
Elizabeth Ann Scarborough    Anne McCaffrey   
Intergal ne cherchera plus, c'est promis, à extraire le minerai de la planète Effem. Du coup, la société évacue tout son matériel : les indigènes redeviennent libres et pauvres. Enfin, c'est ce qu'ils peuvent espérer de mieux — car Matthew Luzon et Torkel Fiske n'ont pas désarmé. Le premier monte un service touristique propre a inonder Effem d'étrangers, chasseurs, mystiques ou représentants en pharmacie attirés par les remèdes miracles de ce monde. L'indépendance est là, mais le pillage continue.

D'ailleurs, l'indépendance va-t-elle durer longtemps ? Fiske s'entend avec un pirate de l'espace pour menacer Yana et Marmion, deux femmes d'origine terrienne qui ont beaucoup milité pour la liberté de ce monde. Mais suffit-il de menacer ? Encore faut-il s'assurer que les armes ne peuvent pas être retournées contre ceux qui ont été les premiers à les brandir. Les armes n'appartiennent a personne ; la planète, au contraire, est fidèle à ceux qui l'aiment.

par Aude
Le Cycle des hommes libres, T1 - Terre de liberté Le Cycle des hommes libres, T1 - Terre de liberté
Anne McCaffrey   
Pour ceux qui aiment les défis contre la nature, les extraterrestres et une bonne dose d'humour, c'est ici que ca se passe ! Je suis toute simplement adicte a cette série pour ma part. ON suit l'histoire de deux personnages : Kris, humaine et qui est du genre a ne pas se laisser marcher sur les pieds et Zainal, Catteni,têtu comme une mule et attendrissant comme tout (même s'il doit pouvoir rivaliser avec la corpulence d'un viking, bien qu'il est la peaux grise et de beaux yeux jaunes). Ces deux énergumènes vont se retrouver sur une planète inhabité, largués en compagnies de diverses personnes, humaines ou non. leur défi : survivre, s'adapter et apprendre a travailler ensemble et faire fis des différences. Il est très impressionnant de voir l'évolution de cette société disparate, la manière dont chacun contribue avec son savoir faire propre, et la manière dont au final des liens se tissent, teintés d'affection et de respect. C'est donc un récit d'aventure merveilleux et divertissant, mais pas dénué d'une certaine moral. Dernier point : l'auteure, Anne McCaffrey : on peut se fier sans problème a la qualité de l'écrit !

par krisalt
Le Cycle des hommes libres, T2 - Terre de défi Le Cycle des hommes libres, T2 - Terre de défi
Anne McCaffrey   
Les colons de la planète Botany n'ont pas oublié leur malédiction originelle : sur ce monde pastoral, ils ont été déportés de force par les Cattenis, conquérants de la Terre et de bien d'autres planètes. Mais les Cattenis sont en réalité les esclaves des Eosis, ces entités insubstantielles (ou "Mentat") qui, pour se manifester, entrent dans le corps d'un Catteni "élu", dont la personnalité est absorbée par celle de l'Eosi "récepteur". Or, Zainal, un Catteni débarqué avec les prisonniers, était un élu des Eosis. Sachant ce qui l'attend chez lui, il refuse d'y retourner. Mais son frère, élu à sa place, en conçoit tant de haine qu'il la transmet au mentat Ix, venu habiter son corps. Et Ix prêche la guerre contre Botany. Les colons ne restent pas inactifs : ils capturent un astronef, ils lancent une capsule d'alarme qui atterrit chez les Fermiers. La bataille s'annonce mémorable. Anne McCaffrey, la grande romancière américaine, sait bien que les Anglais, dans leur premier établissement australien - Botany Bay -, ont commencé par débarquer des bagnards. Beaucoup d'Australiens d'aujourd'hui ont un déporté au moins parmi leurs ancêtres ; des gens qui n'avaient pas choisi leur destin mais qui, après avoir recouvré la liberté, sont restés dans cette terre nouvelle pour y finir leurs jours.

par manu74
Le Cycle des hommes libres, T3 - Terre d'élection Le Cycle des hommes libres, T3 - Terre d'élection
Anne McCaffrey   
Les Eosis, conquérants de la Terre, ont déporté des prisonniers sur une planète inhabitée : Botany. D'abord ramenés à l'âge de pierre, les " débarqués " ont renoncé à la vie communautaire dans des grottes, construisant des demeures individuelles où des couples se constituent, et où naissent des enfants qui seront la deuxième génération des hommes libres. Mais la furieuse attaque des Eosis les pousse à réaliser la troisième partie de leur plan : l'anéantissement des agresseurs. Au cours de leurs incursions sur la Terre et sur Barevi (planète au pouvoir des Cattenis), Zainal, le seul Catteni de la colonie, a identifié un réseau de résistance parmi ses compatriotes. Il prend contact avec eux. Les Eosis sont des entités insubstantielles (ou " Mentats ") qui, pour se manifester, entrent dans le corps d'un Catteni " élu ", dont la personnalité est absorbée par celle de l'Eosi " récepteur ". Zainal n'a pas supporté cette perspective. Pourtant, c'est peut-être là qu'il faut chercher le talon d'Achille des conquérants.

par manu74
Le Cycle des hommes libres, T4 - Terre de rançon Le Cycle des hommes libres, T4 - Terre de rançon
Anne McCaffrey   
J'avais beaucoup apprécié les trois premier tomes mais ce dernier a été une déception. Je n'ai pas retrouvé le style de Anne McCaffrey et pire, j'y ai trouvé beaucoup d'idées qui me dérangeaient et n'étaient pas en accord avec son habitude d'ouverture d'esprit.

[spoiler]Notamment, je déplore le sexisme et la misogynie de ce tome, déjà amorcé dans le tome 3. Le pire étant sans doute que cela vient principalement du personnage principal, une femme.Cela en devient presque dérangeant parfois[/spoiler]

par krisalt
Cycle des Partenaires, tome 1 : Le vaisseau qui chantait Cycle des Partenaires, tome 1 : Le vaisseau qui chantait
Anne McCaffrey   
Ce titre est l’un des premiers de l’autrice. Certains traitements font un peu peur au début, mais comme toujours avec McCaffrey, ce n’est en fait que pour mieux les dénoncer plus tard.

On est sur un recueil de nouvelles mais plus dans le sens épisodes. Chaque nouvelle se déroule à la suite directe de la précédente, nous racontant une nouvelle aventure du vaisseau qui chantait.

Comme dit au dessus, il y a quelques points qui m’ont fait tiquer, surtout au début. Mais j’ai fini par comprendre justement que le but était de dénoncer ce fait. Ce n’est peut être pas super évident à deviner car le narrateur présente ça de façon limite légère, comme si c’était normal, alors on aurait tendance à avoir peur. Mais plus on avance, plus on voit les failles, ce qui ne va pas, et on insiste petit à petit sur les points importants.

Dans ce recueil nous faisons la connaissance de Helva.
Celle ci est née grandement handicapée physiquement. Mais heureusement, ses facultés mentales n’ont pas souffert. Dans un monde ou la beauté physique est un standard, il est donné comme choix aux parents : soit de l’euthanasier, soit de la transformer en « cerveau ».

Devenir un cerveau est un procédé complexe, avec un fort taux d’échec. Mais quand il réussi, un grand avenir est donné à la personne. En effet celle ci deviendra le cœur d’un vaisseau patrouilleur. Accompagné par son « muscle », le duo parcourra l’espace au gré de missions soit médicales, soit de recherche, soit d’exploration …

Helva est affectée à la partie médicale de la spatiale.
Elle rencontre Jennan, son muscle, et l’entente entre les deux est parfaite. Ils aiment tout les deux la musique, et Helva modifie son appareillage pour augmenter ses possibilités vocales.
Elle devient le « vaisseau qui chantait ».

Un de ses premières grandes mission est d’aller récupérer en catastrophe des missionnaires sur une planète dont le soleil est brusquement en train de se transformer en géante rouge et de « manger » ses planètes au fur et à mesure.

Malheureusement, le dernier ramassage se passe mal. Les dernières personnes qu’il leur faut récupérer sont des religieuses, et les sœurs refusent de monter dans le vaisseau car elles refusent de croire en la menace, vivant sur la face cachée de la planète. En plus elles se braquent car c’est un homme qui vient les voir, et elles refusent tout contact avec les hommes, sans parler du fait qu’elles préfèrent s’en tenir a ce que leur dieu leur impose. Elles vivent en autarcie, sans technologie, sans lien avec l’extérieur et prennent pour une attaque cette arrivée impromptue.

Elles finissent par accepter au dernier moment, mais dans la panique du départ précipité, alors qu’une partie des femmes est bloqué dans le sas sans air, l’une d’elle débranche le respirateur de Jennan …
Helva ne peux que regarder le jeune homme s’étouffer et mourir sous ses yeux …

De la la jeune femme, brisée et déprimée d’avoir vu l’homme de sa vie mourir sans rien pouvoir y faire à cause de sa condition, va aller de mission en mission, en tentant de retrouver un but à sa vie …
Elle enchaînera les rencontres, les découvertes, les aventures, car au final elle n’est vraiment qu’au tout début de sa vie, les « cerveau » pouvant vivre des centaines d’années.

Malgré une nouvelle (la plus longue du recueil en plus) qui m’a laissé un peu de coté (je l’ai terminé en lecture rapide, n’arrivant pas à me mettre dedans), l’ensemble a été une bonne relecture.

Je me suis beaucoup attachée à Helva et a sa recherche d’un but dans la vie, et d’un nouveau partenaire pour réaliser sa mission et sauver des vies. Ce premier recueil sert surtout à nous présenter le monde. Il commence a traiter avec douceur les thèmes, notamment celui du handicap. Il faut se rappeler que ce livre date des années 60, où ils n’avaient pas du tout la même mentalité que de nos jours (sachant que de nos jours c’est encore un gros problème). Voir un traitement positif de la chose, et suivre un personnage handicapé dans un space-opera est en soi déjà une bonne chose pour l’époque.

Je lirais certainement la suite, qui ne sera pas une relecture elle, sachant qu’il y a ensuite de nombreux volumes existant en VO qui n’ont jamais été traduits. J’ai bien envie de voir ce que l’autrice nous garde en réserve, et quels thèmes elle va aborder dans la suite, maintenant que ce premier est terminé.



https://delivreenlivres.home.blog/2020/09/08/le-cycle-des-partenaires-tome-1-le-vaisseau-qui-chantait-de-anne-mccaffrey/

par lianne80

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode