Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Philla : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Phobos, tome 0 : Origines Phobos, tome 0 : Origines
Victor Dixen   
Quel privilège d'avoir pu lire ce nouvel opus de la saga phobos de Victor Dixen! Et qui plus est en avant première grâce au festival des imaginales !
Encore une fois Victor Dixen a écrit une pure merveille qui nous permet d'en savoir plus, voire même de découvrir, les prétendants.
J'espère qu'il y aura aussi un tome sur les origines des prétendantes car finalement nous n'en savons pas beaucoup sur elle aussi...
J'attends avec hâte le dernier tome de la trilogie qui sort en fin d'année.
Si vous avez été emballés par la série phobos je vous conseille fortement de lire ce tome, qui permet une meilleure compréhension de certains détails des deux tomes précédents.

par nana699
Dis-moi si tu souris Dis-moi si tu souris
Eric Lindstrom   
Une jolie surprise, un livre qui m'a vraiment plu.

Pour être honnête, je ne m'attendais pas à autant aimé cette histoire, et pourtant j'en suis ressortie le sourire aux lèvres.
L'histoire est originale, pour ma part, c'est la première fois que je lis un roman avec une héroïne aveugle. Et j'ai trouvé que c'était une très bonne idée, on est plongé dans le quotidien d'une personne aveugle, et on se rend compte des problèmes que cela peut créer au quotidien & des soucis que cela peut poser vis à vis des autres.
De plus, le fait que l'on soit comme Parker, "aveugle" en quelque sorte, parce qu'on ne sait strictement pas à quoi ressemblent les personnages que l'on croise dans le roman, ni de qui il s'agit avant que Parker nous dise le nom, est un plus dans la lecture & ne gêne nullement la compréhension.

Parker est une héroïne qui ne manque pas de mordant, quitte à froisser parfois son entourage. Elle peut être gauche & maladroite dans ses relations avec les autres, mais c'est aussi une jeune fille avec beaucoup de courage & de détermination, et vraiment, ça m'a bluffé. Elle ne renonce pas si facilement, ne se laisse pas dicter sa conduite par qui que ce soit & fait les choses comme elle le sent.
Les autres personnages qui gravitent autour de Parker sont tout aussi intéressants, comme la meilleure amie de celle-ci. Leur relation à toutes les deux m'a beaucoup touché, on sent tout l'amour qu'elles se portent.

La romance n'est pas aussi présente que ce à quoi je m'attendais et ce n'est pas plus mal je trouve.
Le seul point négatif pour moi, c'est la "fameuse" trahison de Scott & la réaction de Parker qui reste butée sur ses positions au point que ce soit agaçant à la fin.

Outre ça, ce fut une bonne lecture, que je recommande vivement.

par themusik
Wild Wild
Cheryl Strayed   
J'ai adoré ce livre ! Mais j'ai vraiment VRAIMENT VRAAAAIIIIMMMENT (bref) aimé ce livre. J'en avais entendu parler sur Youtube par plusieurs "booktubeuses" et c'est mon coup de coeur de cette année. Enfaite non c'est mon livre préféré. Que dire ? J'aime énormément la personnalité de Cheryl Strayed et je me reconnais beaucoup en elle. Entre son passé de junkie, sa séparation difficile, la mort de sa mère,... Je n'ai pas tout en commun avec elle mais je la comprend tellement bien. Elle part donc faire le PCT, un peu la route de la dernière chance en quelque sorte et elle fait tellement bien ressentir ses émotions. La moitié du livre (un peu plus même) se concentre principalement sur sa douleur physique, et quand ça, ça se règle enfin, que ça se "fait" doucement, que son corps ne lui fait plus aussi mal, elle commence à penser à sa vie, à se remettre en question. Et c'est tellement bien écrit. Ce livre m'a fait rire mais aussi pleurer. J'ai lu les 3 derniers chapitres au ralenti parce que je n'avais pas envie de le terminer, chose qui ne m'était jamais arrivé. Quand j'ai fermé le livre pour le ranger dans ma bibliothèque j'ai pleuré. Vraiment, je conseille ce livre à tout le monde, c'est plus qu'une simple lecture, c'est une réellement expérience à vivre et à revivre !

par Bellette
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
Le Pouvoir des Lys, Tome 1: Précieuse Le Pouvoir des Lys, Tome 1: Précieuse
Maria V. Snyder   
Je suis sous le charme ! Quel plaisir de retrouver la plume de Maria V Snyder ! Il est d'ailleur fort dommage que cette auteur soit très peu traduite chez nous. Car mis à part sa série Study et Inside et Out, ses autres séries tel que Glass, le spin off en 3 volumes de la série des Study (Elena et Valek) et Healer volume 1 et 2 ne sont malheureusement pas traduit en français ! Et d'après les dires ce n'est pas pour tout de suite ! Mais je tiens à rassurer ses fans françaises, l'américain/anglais de l'auteur est assez aisé à lire, même pour un débutant ! Bref !

Ici l'histoire se situe dans un monde créé de toute pièce par l'auteur, c'est son credo, nous faire voyager à travers des mondes issus de son imagination débordante et fantastique !

L'histoire démarre avec la capture de Avry de Kazan, jeune femme de 20 ans, magicienne guérisseuse ! Depuis que la peste s'est abbatue sur le monde, les guerisseurs, du moins le peu qu'il en reste, font l'objet de traques soit pour les contraindre à soigner les infestés, soit plus couramment pour les discéminer car il est dit que les guerrisseurs sont à l'origine de la peste ! 15 royaumes se partagent ce monde et comme dans tout univers politique, il y a les bons et les mauvais !
Avry se retrouve donc enfermée, pour avoir osé guerrir la fille de ses logeurs, dans l'attente de sa pendaison, mais réussit à s'échapper grâce à une faction d'hommes, composés de 5 guerriers dont le chef, Kerrick n'a d'autre dessein que l'obliger à soigner le roi de son royaume, Ryne, ce dernier atteint de la peste !
Mais le don de guérison a un prix, car les magiciens qui usent de ce don absorbent une part des blessures et des maladies en retour !
Avry qui a entendu bien des choses horribles au sujet du roi, n'est pas du tout encline à user de son pouvoir surtout quand on connait les conséquences d'un tel acte et cette jeune femme de caractère compte bien ne pas obéir et suivre sans broncher ce petit groupe de guerriers auquel elle va s'accrocher bien malgré elle ! De plus, la froideur, voire la violence dont fait preuve Kerrick à son encontre n'aident en rien !
Leur périple va prendre cependant une tournure inattendue, puisque Avry va faire l'objet de convoitises de la part d'autres royaumes, et de géôliers, ses compagnons guerriers vont devenir ses protecteurs, sa famille, ses frères...
Un magnifique roman de fantasy où l'amour et l'amitié vont prendre une place des plus importantes ! Une fin presque tragique pousse le lecteur à sauter sur la suite, scent of magique, avec frénésie !
Les fans de la première série de l'auteur avec Elena et Valek trouveront leur compte, puisque j'ai eu l'immense plaisir de retrouver des similitudes dans cette nouvelle série ! Espérons une traduction chez Darkiss pour cette série sensationnelle !

....

Bonne nouvelle, je viens d'apprendre par Darkiss que cette série devrait être traduite d'ici fin 2013 !
L'invocateur, livre 1 : Le Novice L'invocateur, livre 1 : Le Novice
Taran Matharu   
http://lireunepassion.blogspot.fr/2016/04/linvocateur-tome-1-novice-taran-matharu.html

Il me tardait de commencer ce livre, car en plus d'un résumé alléchant et d'une couverture magnifique, ça fait un petit moment que je n'avais pas lu de fantasy jeunesse, et il était temps d'y remédier. Dès les premières pages, j'ai su que j'aimerais. J'avais l'impression de me retrouver dans la même ambiance que « L'apprenti d'Araluen », une série que j'adore, alors du coup, je ne pouvais qu'apprécier cette nouvelle série !

Orphelin, Fletcher imagine déjà le futur avec une vie assez difficile, mais dans la forge de son père adoptif, qui l'a pris sous son aile dès qu'il a été retrouvé seul, abandonné. Jusqu'au jour où il se découvre un talent, très rare et surtout particulier : celui d'invoquer les démons. Accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, il se voit contraint de disparaître de sa ville et de s'enfuir. Après des jours d'errance, il tombe sur le mystérieux capitaine Arcturus, qui le prend sous son aile et le fait entrer dans l'Académie Vocans, là où il pourra parfaire son don, mais surtout le contrôler. Cependant, l'apprentissage est rude et la concurrence mortel : seuls les plus talentueux d'entre eux deviendront des mages-guerriers. Entre complots, trahisons, secrets, amitié, déshonneur, Fletcher va devoir faire des choix qui auront des impacts sur son futur. Prendra-t-il les bonnes décisions ?

Comme je le vous le disais plus haut, dès les premières pages, j'ai su que ça me plairait. La plume de l'auteur m'a de suite plu, et j'ai senti qu'il maîtrisait parfaitement son univers, et que bien que ce soit de la fantasy jeunesse, tout était là pour créer une histoire plus complexe qu'on ne le pense au départ. Fletcher est aussi un personnage auquel on s'attache très vite. Malgré son jeune âge, il est très mature et avec son passé, s'est forgé un caractère. Il ne se laisse pas faire, bien qu'il ne connaisse pas encore vraiment l'univers dans lequel il a atterri.

Certes, ses débuts sont un peu chaotiques, il ne sait pas vraiment comment s'y prendre, ne connaissant pas la base de ses cours. Mais il apprend vite, et en compagnie de ses amis, il arrivera très vite à s'y faire. Ces derniers sont aussi des piliers pour lui, car chacun leur tour, ils se soutiennent quand l'un d'eux se trouve en difficultés. Mais au-delà de cette forte amitié, on sent bien aussi la haine que peuvent ressentir d'autres personnages. Certains étant des nobles, se croient au-dessus des autres et n'hésitent pas à étaler leur science, mais surtout à descendre les novices. Les professeurs ne sont pas non plus des saints pour certains, et l'auteur a vraiment su faire ressentir cette gêne, cette tristesse et cette colère que l'on peut ressentir quand on est nouveau et qu'on ne connaît pas grand-chose.

Concernant l'intrigue, je ne dirai pas que ça bouge de beaucoup, et c'est vrai que je m'attendais à plus d'action. Cependant, j'ai apprécié que l'auteur prenne son temps de mettre son univers en place, qu'il explique bien comme il faut le cursus scolaire de ces jeunes novices et les inimitiés qu'il pouvaient y avoir entre les personnages. La petite « déception » que j'ai eu, c'est le lien entre le démon et Fletcher. Dans le résumé, il est clairement dit qu'ils se lient d'une amitié sans faille, et je n'ai pas vraiment retrouvé ce genre de lien. Certes, ils s'entendent bien, c'est un fait, mais cette alchimie que j'attendais était pour moi trop mise en arrière pour avoir ce sentiment d'amitié inébranlable. Peut-être aussi le fait qu'Ignatius, le démon, ne soit pas doué de parole ait joué. Je ne sais pas. Cependant, j'ai bien aimé ce petit démon, et je suis très curieuse de voir son évolution dans la suite !

Quant à la plume de l'auteur, il faut aussi en parler. Je suis admirative quand je tombe sur un auteur aussi jeune (il a un an de plus que moi, quoi!), qui manie avec autant de justesse son roman. Tout est parfaitement amené, il n'y a aucune fausse note, et on se surprend à tourner les pages sans s'en rendre compte. En même pas 10 pages, j'ai su que sa plume allait me charmer, et plus j'avançais, plus j'étais admirative de son travail. Il a une plume douce et fluide, mais il sait aussi appuyer là où il faut pour nous embarquer dans son univers.

En résumé, un premier tome qui m'a plu dès le début, et qui ne m'a aucunement déçue. Certes, je m'attendais à quelque chose de plus fort concernant la relation entre Fletcher et son démon, mais je ne doute pas que l'évolution sera plus forte dans la suite. En tout cas, c'est un bon début de saga de fantasy jeunesse, avec tout de même un univers plus complexe et complet qu'on ne pourrait le penser ! Il me tarde vraiment de découvrir la suite, et en attendant, je vous conseille de vous pencher sur cette saga !

* Je remercie Hachette et Aurélie pour leur confiance ! *

Justine P.

par just2iine
Kaleb, Tome 1 : Kaleb Kaleb, Tome 1 : Kaleb
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3096284313-Kaleb-Tome-1-Kaleb.html

Sexy. Excitant. Ardent. Intense. Kaleb, c'est une bombe. Si je devais publier un livre, ce serait un roman comme Kaleb que j'aimerai écrire. Ce thème de l'empathie me touche énormément, ainsi que tous les sentiments forts qui y sont traités. Mais, mon dieu, que ce livre est exceptionnel. En achevant la dernière page hier, j'étais juste dans la brume. Une brume qui sonnait comme une claque. J'étais lessivé. Abasourdi. Fasciné. Choqué. Autant de sensations contradictoires provenant directement de ce petit chef-d'œuvre. Je pense que vous le savez, mes attentes pour Kaleb étaient très élevées. Hé bien il n'a pas fait que brillamment les remplir, il les a surpassé comme rarement un livre l'a fait.
La présentation nous informe que nous allons, avec cet ouvrage, passer du côté obscur de la force et être bercés par le Mal. Je ne me doutais pas une seconde à quel point cela allait être vrai, et c'est essentiellement grâce au héros de l'histoire, le fameux Kaleb Helgusson. Il a la beauté des anges et le caractère du diable. Toutes les filles craquent pour lui. Il aime ça. Et il en redemande. Lorsque son don d'empathe va se révéler à lui, il va avoir du mal à comprendre ce qui lui arrive. J'ai adoré découvrir comment ce pouvoir s'est manifesté, ainsi que la façon qu'à Kaleb de l'apprivoiser.
Ce qui est saisissant avec ce roman, c'est la façon qu'à Myra Eljundir de retranscrire les sentiments de ses personnages. On erre entre exaltation, douleur et effroi. Les descriptions sont ultra visuelles et sensorielles. Tout est hyper haletant, comme si on regardait un film dans lequel un tas d'images s'entrechoqueraient, et où la tension irait crescendo. Il y a énormément de scènes où l'auteur maîtrise tellement bien son sujet qu'elle parvient à nous rendre nous-mêmes empathes. Si si, je vous assure. Et je peux également vous certifier que c'est bien la première fois de ma vie que j'ai mal aux dents en lisant un roman. Non non, ne prenez pas ce regard surpris. Vous avez bien lu. Certaines scènes de torture sont juste hyper dures psychologiquement, tellement stressantes et poignantes qu'on ressent le mal physiquement. Et, en grand masochiste reconnu que je suis, j'ai complètement adoré ça. Le plaisir dans la douleur. Une phrase qui résume à la perfection tout le livre.
Comme dit précédemment, tout est vraiment intense dans ce roman. Et en plus de vivre une foultitude de sensations destructrices, Kaleb va devoir apprendre à contrôler son don et à canaliser ses désirs bestiaux. Étrangement, même si ce personnage est le diable en personne, c'est un protagoniste que j'ai appris à aimer. Même si c'est un véritablement monstre, il ressent énormément d'émotions paradoxales en lui durant une bonne partie du livre. Regrets, désolation, amour, joie... On traverse réellement toute une palette forte de sentiments brutaux et tous plus humains les uns que les autres.
Le gros plus de Kaleb dépend aussi des faits réels qui y sont rapportés. Et là... Ô God quoi. J'en suis encore tout retourné ! Myra Eljundir a su détourner avec brio la Peste du XVIIème siècle, ou encore l'explosion du volcan islandais Eyjafjöll. Rien qu'avec ça, j'étais déjà sous le charme. Mais avec tous les autres éléments qui sont entrés en jeu, je n'ai pas seulement été captivé par ce livre. Non, c'était bien plus que ça... Kaleb était devenu une véritable obsession. Un pur bonheur malsain. C'est terriblement excitant de découvrir les émotions des "mauvais" protagonistes. Personnellement, j'ai plus que craqué pour cette idée et pour toutes les sensations addictives qui en découlent.
Pour celles et ceux qui se posent la question, oui, il y a bien une histoire d'amour. Ok, elle est complètement déroutante et diamétralement opposée de toutes celles auxquelles nous sommes habitués, mais elle est bien là. D'ailleurs, c'est cette différence avec les autres qui m'a perturbé et irrémédiablement attiré. L'amour qui rend fou. Qui consume. Qui blesse. Qui tue. Je pense que vous avez commencé à le comprendre : j'adore tout ce qui lie des choses impossibles à unir en apparence. L'amour et la mort. La plaisir et la douleur. Et Kaleb regorge d'oppositions comme celles-ci. De quoi me rendre complètement dingue.
L'intrigue du roman est juste... Indescriptible. Myra Eljundir nous a brodé une histoire extraordinaire. Je n'ai vu AUCUN rebondissement venir. A chaque fois que j'ai essayé de trouver une réponse avant Kaleb, je me trompais, et pas qu'un peu. J'ai souvent dû poser mon livre quelques minutes pour reprendre mes esprits, souffler et me dire "oh chiasse !". Oui oui, j'étais obligé de jurer tant les surprises sont immenses et les révélations imprévisibles et inouïes. Tout dans cet ouvrage est renversant. Incroyable. Inhabituel. Frappant. Unique.
On pénètre véritablement au coeur d'un tourbillon de sensations. Jusqu'à la fin du livre, nous sommes bousculés, poussés en dehors de notre zone de confort, ce qui est juste ensorcelant. Dans les dernières pages, tout s'accélère. Tout devient encore plus saisissant, plus haletant. Chaque ligne nous coupe le souffle et nous déchire le coeur. J'ai refermé le roman avec tout un tas d'émotions encore brûlantes en moi : horreur, passion, choc, surprise, torpeur... Un cocktail mystérieux qui m'a laissé un étrange goût dans la bouche. Mais je sais une chose : j'en veux encore.
En résumé, je ne peux pas vous conseiller ce livre. Ô ça non. Je vais vous forcer à vous le procurer. Kaleb est un ouvrage rare et puissant. Les personnages sont juste extraordinaires, l'intrigue est diaboliquement séduisante, et tout n'est qu'euphories violentes. J'ai adoré ce livre. Attendre la suite s'avère déjà atroce. Je suis comme en manque. A travers ses mots, Myra Eljundir a su toucher mon âme et mes émotions. A me rendre accro. Kaleb est une vraie drogue. C'est tellement mal d'éprouver tant de plaisir. C'est si bon d'être mauvais.

par Jordan
The Young Elites, Tome 2 : La Société de la Rose The Young Elites, Tome 2 : La Société de la Rose
Marie Lu   
Après la mort d'Enzo, Teren , contre l'assentiment de sa Reine, décide de persécuter tous les Malfettos du royaume de Kenettra. De son côté, Raffael emmène les Dagues se réfugier dans le royaume de Baldain, près de la Reine Maeve, leur alliée. Ensemble, ils projettent de ressusciter Enzo et d'attaquer le royaume de Kenettra pour renverser Guillietta sans savoir qu'Adelina, dans le Royaume de la Nuit, envisage elle aussi de recruter une armée pour se venger de la reine et prendre sa place... Dans ce climat de vengeance et de lutte de pouvoirs, les amis d'hier deviennent les ennemis d'aujourd'hui et tous les coups sont permis.

Dès le début de ce tome, l'auteure nous plonge dans l'action et la stratégie.
Si Adelina choisit d'essayer de conquérir le soutien d'Elites légendaires pour constituer son armée, Raffael, lui, s'appuie sur ses anciens alliés. Et tandis que la jeune fille se lance dans une quête où elle devra faire étalage de ses dons pour parvenir à ses fins, le consort accepte de vendre son âme à la Reine Maeve afin de rétablir ses rêves : placer Enzo sur le trône de Kenettra, tout en sachant que ce dernier, revenu du royaume des morts, ne sera plus qu'un pantin aux pouvoirs immenses. Dans un troisième temps, à Kenettra, Teren, bafoué par sa Reine à laquelle il n'obéit plus, ronge ses sombres pensées. Et la vengeance devient le leitmotiv de tous nos personnages pendant que la jalousie alimente les rancœurs...

Dans ce tome, on retrouve Adelina telle que nous l'avions laissée : isolée, marginalisée, assaillie par un pouvoir grandissant qu'elle peine à contrôler et qui la conduit peu à peu vers la folie.
Raffael, quant à lui, sort de son rôle de recruteur pour devenir ce "mendiant" prêt à tout pour rétablir son rêve, désormais inaccessible, de voir Enzo monter sur le trône. Dans son combat, il n'hésite pas à sacrifier son Roi, son Amour, pour contrer les projets de Teren et d'Adelina. Au cours de sa quête, il confie au lecteur son enfance, son parcours ainsi que ses faiblesses. Nous comprenons mieux ses choix , emprunts de jalousie et nous le découvrons sous un jour plus manipulateur, presque intriguant.
Teren perd ici de sa superbe. Destitué par sa Reine de ses fonctions de Grand Inquisiteur, il s'enferme dans son "racisme" à l'égard des Malfettos avant de virer de bord pour soutenir la cause d'Adelina par pure vengeance à l'encontre de la Reine.
Hormis ces trois grands héros, La Société de la Rose nous permet de mieux faire connaissance avec d'autres personnages, comme Lucent, Maeve ou Violetta.
Nous rencontrons également Magiano, cet imitateur un peu voleur qui tente d'épauler Adelina, et de Sergio, le faiseur de pluie rejeté par les Dagues.

Avec La Société de la Rose, Marie Lu choisit d'appuyer son roman sur la vengeance et la jalousie en utilisant les faiblesses de ces trois grands héros pour faire basculer l'histoire dans une ambiance sombre et machiavélique où la morale recule à chaque instant.
Le défaut majeur de ce livre est qu'il ne se passe pas grand chose dans ce volet pourtant conséquent... Et les seules actions conduites sont trop prévisibles...
Alors pourquoi ai-je tout de même adhéré à ce récit ? Pour son style simple mais indéniablement bien travaillé. Pour la profondeur psychologique des personnages aussi. Est-ce cependant suffisant pour continuer l'aventure ?
Seul le troisième et dernier tome me permettra de répondre à cette question. Une chose est sûre, j'attends de lui qu'il me transporte dans une bataille finale extraordinaire pour propulser cette œuvre vers le suspense qui lui manque.
La Liste La Liste
Siobhan Vivian   
Au top !

http://true-addict.overblog.com/

8 filles. Une liste. 4 sont nominées les plus jolies et les 4 autres les plus moches. Quoi de plus gratifiant ou au contraire dégradant ?

Danielle et Abby sont toutes les deux en troisième, entre tout juste au lycée, et après trois semaines d'école, et très précisément une semaine avant le bal de la rentrée, elles découvrent toutes les deux leurs noms sur la liste. Une est jolie, l'autre moche. Une se préocupe grandement des apparences, l'autre étant simple et sportive. Et leurs deux mondes va basculer.

Tout comme Candace et Lauren, toutes les deux en seconde. La première ayant plein d'amie et étant riche, l'autre est la petite nouvelle du lycée. L'annonce de la liste chamboulera leurs habitudes et leur popularité.

En première, il y a Sarah et Bridget, qui sont respectivement rebelle et malade. La vie de Bridget m'a beaucoup touché et m'a fait mal au coeur. Je vous laisse découvrir le pourquoi du comment, mais c'est étrange d'entrer dans la peau d'une fille qui se rabaisse sans cesse.

En terminale, il y a Margot et Jennifer, l'une populaire, l'autre annoncée quatre fois comme étant la Moche à chaque année.

Nous connaissons toutes, je pense, les stéréotypes des lycées Américains. Ce livre aborde ces points, mais pas seulement. La liste met en avant ces filles les désignant comme les plus belles ou les plus moches. Et tous sans exception en font les frais. Rebelle, discrète, méchante, populaire, impopulaire, gentille, etc... ces huit filles ont toutes une particularité qui, à l'annonce de la liste va chambouler leur vie.

C'est un excellent livre ! Au début, j'avais un peu du mal à me rappeler qui était qui puisqu'il y a tout de même beaucoup de personnage à ce souvenir et ce, d'un seul coup. Mais petit à petit, on entre dans chacune des péripéties qui se rejoignent toutes au final, aimant chacune de ses filles ou les détestant.

Intrigant et passionnant, ce livre aborde beaucoup de problèmes qu'ont les filles en général arrivé à l'adolescence et toutes sans exception peut se retrouver dans un des caractères de ces lycéennes. Et bien sur, après s'être demandé bon nombre de fois qui a bien pu créer cette fameuse liste, c'est avec une grande surprise qu'on découvre celui ou celle qui la crée.

En bref, j'ai adoré ce livre ! Très terre à terre et vraiment passionnant ! Ouvrez ce livre sans hésiter !

par naiky
Multiversum, Tome 1 : Multiversum Multiversum, Tome 1 : Multiversum
Leonardo Patrignani   
Multiversum se pose comme une incroyable aventure romanesque sur fond de science-fiction. L'auteur, Leonardo Patrignani, propose un voyage à travers les dimensions parallèles, l'espace, le temps.
Les rebondissements se succèdent et surprennent.
Une histoire vraiment complexe et un excellent scénario avec plein de rebondissement ! Je le conseille vivement !

"Si vous espéreriez un jour que quelqu'un vous aime quelque part, si cette personne existait, vous laissait des messages furtifs comme une bouteille sur le flots de vos pensées et vous appelait à la retrouver au bout du monde.
Le feriez-vous?"