Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Philla : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La Fille de Brooklyn La Fille de Brooklyn
Guillaume Musso   
Alors que certains le classe dans le genre drame ou romance, pour ma part, ce livre est bel et bien un thriller. L'auteur nous offre ici un de ses meilleurs ouvrages. Dès que j'ai ouvert le livre, je ne voulais plus le lâcher. J'ai été entraînée par l'histoire. Une histoire intense sur seulement 4 jours. L'auteur nous fait vivre l'enquête sur deux fronts. Celui du petit ami, l'écrivain. Et de l'autre, celle du vieux flic. Deux manières différentes de voir les choses qui se complètent parfaitement pour démêler les fils du passé.

A travers sa plume addictive, l'auteur nous offre une intrigue rondement bien menée. Il est difficile de voir où la suite va nous conduire. Un peu à la Cold Case. Les révélations s'enchaînent et le puzzle se construit peu à peu. Un passé horrible qu'il n'est pas facile de déterrer. A chaque fois qu'un point de l'enquête et élucidé, nous avons droit à un flash back des évènements de l'époque. Tout s'éclaire peu à peu pour nous offrir un beau dénouement.

Une des choses que j'attends le plus dans un thriller, c'est l'appréhension, la peur pour les personnages. Et ici, l'auteur m'a conquise. Jusque dans les dernières lignes mon coeur bâtait pour savoir si oui on non ce dénouement se ferait dans la joie ou la tristesse. J'ai eu les larmes aux yeux.

J'ai aimé les différents protagonistes. Des personnalités différentes selon leur implication. Un beau panel, des personnalités crédibles. Et sur certains, l'auteur m'a vraiment surprise. Un couple principal très attachant. Une belle preuve d'amour qu'est cette enquête.

Un livre coup de coeur qui m'a fait craindre le pire et des protagonistes qui m'ont touchés.
Le cas Jack Spark, tome 2 : Automne traqué Le cas Jack Spark, tome 2 : Automne traqué
Victor Dixen   
Dans ce tome, nous retrouvons Jack Spark et ses fidèles compagnons : Josh, Ti-Jean et Sinead. Quant aux autres, vous découvrirez ce qui leurs arrivent...
Nous voici à quelques mois de l'apocalyste qui va détruire le monde. Un scénario visité et revisité mais jamais avec des Fés et des envoûteurs comme héros ! Des larves comme sauveur...
Oui, oui, cela promet bien prometteur et pourtant, malgré l'écriture, malgré une histoire plutôt palpitante, j'ai été extrèmement déçue par ce tome. J'ai mis beaucoup de temps à parvenir à entrer dans l'histoire, tout d'abord. L'atmosphère change complètement entre le tome 1 et le tome 2 et nous arrivons désormais dans une histoire qui frôle davantage la SF que le fantastique et l'aventure du tome précédant. Ces changements ne sont pas trop à mon goût. De plus, j'ai vraiment trouvé ce tome long à lire, beaucoup d'écriture et de passage un peu lent malgré de belles péripéties et du suspense.
Un tome qui s'achève en pleine action et qui nous donne envie de lire le tome suivant, en espérant qu'il me plaira davantage

par Freelfe
Le Cas Jack Spark, Tome 1 : Été Mutant Le Cas Jack Spark, Tome 1 : Été Mutant
Victor Dixen   
réalité et fantastique, un régale !
Ce livre est tout simplement génial. Partant de problèmes sociaux réels et trop ignoré les gens, Victor Dixen nous entraîne dans un roman remplit de suspense et de rebondissement à chaque chapitre. Le livre paraît certes gros mais il se lit en une traite. On a qu'une envie : connaître la suite. Des sentiments, de l'action, du suspense... voilà les ingrédients qui rendent se livrent parfait ! Je le recommande vivement !

par Freelfe
Le Cas Jack Spark, Tome 3 : Hiver Nucléaire Le Cas Jack Spark, Tome 3 : Hiver Nucléaire
Victor Dixen   
Le Cas Jack Spark -Tome 3- est un livre à ne surtout pas manquer.
Il regorge d'aventures sans précédents pour tous nos héros, leur permettant de se rendre compte de leur véritable place au sein de ce monde si dévasté. Je ne rentrerais pas dans les détails pour tout ceux qui n'ont pas eu encore la chance de le lire mais qui j'espère ne tarderont pas à le faire.
Si la couverture parait plutôt effrayante, c'est qu'elle n'est que le reflet de la guerre qui se déroule dans ce livre. Alors oui, certains aspects de celui-ci sombrent dans le macabre, la mort et l'épouvante mais tous ces éléments ne sont qu'un océan de péripéties que nos héros devront traverser pour arriver à leur but ultime. Pour pouvoir de nouveau gouter au parfum de la liberté.
Les différents évènements s'enchainent tous si vite et si finement qu'il est quasi impossible de fermer ce livre. Les personnages nous sont dévoilés dans toute leur profondeur, dans ce qu'il y a de bon mais aussi de mauvais en eux...
Un livre merveilleux qui nous pousse à essayer de nous comprendre mieux nous-même, faisant monter l'adrénaline dans nos veines, le courage dans notre cœur et la peur dans notre dos...
Little sister Little sister
Benoît Séverac   
https://aliceneverland.wordpress.com/2016/03/17/little-sister-benoit-severac/

Voici un livre assez intriguant, au thème peu abordé jusque là en littérature jeunesse, et pourtant des plus actuel.

J’ai trouvé le point de départ de cette fiction très bien abordé. En effet, il s’agit tout simplement d’une famille normale, qui voit sa vie basculer le jour où elle se rend compte que le garçon ainé n’est pas à Londres pour ses études, mais en Syrie pour faire le djihad. A ce moment là, leur vie bascule ; les amis s’éloignent et se font rares, des inconnus se permettent de les agresser, et la fille cadette ne comprend pas ce qui arrive. Le déménagement est indispensable, une nouvelle identité également pour se cacher des actes de ce fils qu’il ne faut plus nommer…

C’est difficile d’en vouloir à un grand frère qu’on aime.
Difficile aussi d’aimer un frère à qui on en veut autant.

Là où j’ai vraiment apprécié le récit, c’est dans la façon dont l’auteur aborde la douleur de cette famille dont le fils est devenu un fardeau bien trop lourd à porter. Mais aussi comment leur vie tranquille, leurs liens sociaux et familiaux furent tout simplement brisés. On parle souvent de ces français partis en Syrie, mais on évoque beaucoup moins la souffrance que doivent endurer leurs familles qui n’ont rien vu venir, et qui, surtout, ne comprennent pas. Ce « pourquoi ? « qui les accompagne à chaque instant de leur vie, et dont ils ne peuvent s’affranchir… Et c’est un aspect qui m’a vraiment marquée et faite réfléchir.

Mais la grande force de ce roman, c’est qu’il aborde plusieurs points de vue successifs. L’auteur ne se cantonne pas à Lena qui veut toujours croire en l’innocence de son frère, aveuglée par l’amour qu’elle lui porte malgré tout. Cette dernière veut comprendre et veut croire que son grand frère reviendra un jour. Alors quand elle a enfin de ses nouvelles, elle n’hésite pas une seule seconde à partir à sa rencontre. Mais au-delà de cet espoir incessant, les trois autres points de vue aborde, au contraire, les dangers destructeurs de cette situation. L’aveuglement de Lena la conduit à mettre sa vie en danger, et ce n’est que grâce aux trois autres narrateurs qu’elle pourra s’en sortir.

Pour conclure : Little Sister met ainsi l’accent sur la douleur des familles subissant ces départs, mais aussi sur l’espoir continue de les voir revenir un jour, comme si de rien n’était. Benoit Séverac aborde avec habileté un sujet difficile et complexe et arrive pourtant à en sortir quelque chose d’intelligent. Un exercice périlleux réussi avec brio qui permettra de parler aux plus jeunes de cet acte destructeur qu’est le djihadisme.

par Kesciana
Risk Risk
Fleur Ferris   
Très grand merci à Melusine et aux éditions Hugo Roman pour leur confiance. Ce roman m’a fait de l’œil dès que je l’ai vu sur le planning des parutions. Évidemment, j’y suis surtout allée au feeling, sans trop savoir sur quoi j’allais tomber. Hum, ce que j’ai trouvé ? Une histoire poignante, des sentiments aussi puissants que des raz-de-marée, une thématique bouleversante, une plume pleine d’émotion. Risk, c’est le bouquin qui effraie et qui en même temps fait monter en nous un espoir presque démesuré. C’est aussi un livre qui, sans être moralisateur, transmet des informations capitales, dans une société où les jeunes passent la majeure partie de leurs temps sur les réseaux sociaux.

Taylor et Sierra sont meilleures amies depuis toujours. Tout pourrait être parfait dans le meilleur des mondes si Taylor n’avait pas la désagréable impression de vivre dans l’ombre de Sierra. Exubérante, insouciante et parfois même rentre-dedans, Sierra a tendance à l’éclipser par sa seule présence. Taylor, plus discrète et réservée, subit cet état de fait sans broncher, même si parfois, elle se sent un peu amère.

Un jour, les deux amies sont sur internet et Sierra décide d’aller sur un site de rencontre appelé MisteryChat. Là-dessus, elle fait la rencontre de Jacob Jones, un garçon séduisant avec qui elle entame une discussion. Plus tard, en parallèle, Taylor se met elle aussi à échanger avec le dénommé Jacob. Seulement, comme il fallait s’y attendre, c’est Sierra qui décroche le rendez-vous, alors que Taylor avait déjà le béguin pour lui. Bonne patte, cette dernière accepte de la couvrir pendant que Sierra se rendra à son tête-à-tête. L’ennui, c’est que le lendemain, Sierra ne revient pas. Le surlendemain non plus. Mais alors où est-elle passée ? Est-ce que Taylor doit en parler à ses parents, au risque de mettre sa meilleure amie dans de beaux draps ?

Je ne vous raconte pas comment Risk m’a retournée ! C’est le troisième roman de cette maison d'édition que je lis, et il y a toujours cette finesse que j’affectionne tant, une impression que la fiction recèle de thèmes et de valeurs sous-jacents ; poussant le lecteur à creuser, à apprendre, à comprendre et à se faire ses propres avis... Risk n'est pas un livre qui impose, mais qui propose.

Le roman est scindé en deux parties. Non, je vous rassure, je ne vous spoilerai pas. Tout cela pour dire qu’avec cette histoire, on passe par différentes émotions suivant le moment où on se situe dans la lecture. J’ai commencé curieuse, méfiante, avec un sale pressentiment qui ne me lâchait pas. Il m’est arrivé de reposer le livre et de me dire intérieurement : « Tout ça va mal se terminer, je le sens gros comme une maison ». Puis arrivée à la moitié, c’est l’effroi, l’incompréhension. S’ensuit une période où on se demande où l’auteur compte nous emmener. Les dernières pages sont particulièrement prenantes, car ce que Fleur Ferris s’était appliqué à mettre en place prend enfin tout son sens. Les événements s’accélèrent, et nos indécisions se transforment en acceptation. Voilà. Voilà le charivari de bouleversements auquel j’ai dû faire face tout au long de ma lecture. À la fin, j’étais complètement lessivée et ébranlée.

Tout cela n’aurait certainement pas été possible si le personnage de Taylor n’avait pas été à la hauteur. Dès les premiers instants, j’ai accroché avec elle. Taylor n’est ni la plus belle, ni la plus populaire. Elle est même assez transparente à côté de Sierra. À quinze ans, Taylor vit ce qu’à peu près toutes les adolescentes vivent. Elle n’est pas très mature et ressent bien souvent une profonde jalousie – presque mesquine – lorsque Sierra obtient ce qu’elle veut. On est confronté à son côté envieux, mêlé à une colère qu’elle garde en elle, mais a contrario, elle adore Sierra. Elle l’aime sincèrement. En fait, Taylor est une jeune fille pleine de contradictions et m’a rappelé ma propre adolescence, où nos émotions se livrent bataille en permanence. Taylor mène une croisade contre elle-même, contre ses élans. Et même s’il lui reste énormément à apprendre, elle est super attachante. Je ne pense pas que j’aurais autant aimé ce roman si Taylor avait été différente.

Les personnages de Risk vous feront passer du rire aux larmes. Certains vous agaceront, d’autres vous attendriront. Ils sont tous bien encrés et réalistes. On a parfois envie d’intervenir pour leur ordonner de se bouger, d’agir, de faire quelque chose. Mais ne dit-on pas que l’adolescence est l’âge de l’irresponsabilité ?

Ce livre, c’est aussi un cri du cœur. L’auteur nous transmet un véritable message de prévention qui fait froid dans le dos. N’étant plus adolescente, je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer ce qui serait advenu si moi, je m’étais retrouvée dans cette situation… Et si plus tard, mes enfants se voient confrontés à un cas de figure similaire ? De dangereux individus se dissimulent derrière l’anonymat pour commettre des méfaits, et Fleur Ferris cherche à nous sensibiliser. Elle nous dévoile la détresse humaine dans sa plus sombre complexité.

En résumé, j’ai passé un excellent moment avec Risk. Un thriller déroutant, dérangeant, mais qui va me laisser un souvenir tenace. L’histoire est criante de vérité, et Fleur Ferris a très bien su mettre en place son intrigue, de façon à nous tenir en haleine jusqu’à la toute fin. C’est un roman que je recommande chaudement et qu’il faut partager autour de soi sans modération !

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/thriller---polar/risk-fleur-ferris
La Belle et le Maudit, tome 1 : La Belle et le Maudit La Belle et le Maudit, tome 1 : La Belle et le Maudit
Page Morgan   
Livre lu dans le cadre de l'opération lire avec booknode.

Donc première chose ce livre vise un public plus jeune que moi, et si pour certains ouvrages cela ne pose pas de problème (la passe miroir, l'apprenti d'Araluen) généralement ils ont souvent des "défauts" communs qui me font grincer les dents.

Commençons par le commencement... l'entrée en matière passé un prologue correct, est assez maladroite. L'auteur joue ses cartes trop vite. Un peu plus de mystères au sujet du pourquoi Ingrid ne peux plus retourner à Londres ou sur le rôle de Luc en tant que gargouille auraient été bienvenue. Là à peine le suspense à le temps de naître que paf on a la réponse.

Ce n'est pas le cas pendant tout le livre heureusement et l'auteur arrive à créer quelques surprises [spoiler]dont notamment le fait que le traitre des gargouilles soit Renée, parce que vu le panneau "je suis suspect" qu'avait Marco autour du coup, si jamais ça avait vraiment été lui j’aurais assassiner le livre [/spoiler]

En fait le livre est très inégal: il y a des passages qui font sourire... suivit par d'autre d'une telle platitude que ça en est déprimant.

Il y a une intrigue qui pourrait être originale... mais qui retombe dans le connu. Un principe de gargouille original aussi... mais pas tant que ça au final.

Et je pourrais continuer ainsi à l'infini.
En bref le livre semble désirer un peu se distinguer de la masse, mais pas trop sans doute par peur de perdre du lectorat ou alors par manque d'idée.

Un autre point pas original du tout est l'histoire d'amour... mais bon sang de bon soir pourquoi y avait il besoin d'un triangle?
Et pareil les sentiments des héros sont terriblement plats. Ou alors du moins leur manière de les exprimer m'a laissée de marbre.

Par contre ce qui change, c'est le fait que l'on ne suive pas uniquement Ingrid, contrairement à ce que le résumé laisse à supposer, mais aussi sa sœur.


Et enfin dernier point NE PAS VOUS FIER A LA COUVERTURE. Parce que sincèrement, une couverture avec une fille tenue quasi motard et au cheveux brun quand l'héroïne est censé les avoir quasi blanc et vivre à la fin du 19ème... c'est pratiquement de la publicité mensongère. ;)

par Mondaye
Struck : Comment foudroyer sa réputation en un éclair Struck : Comment foudroyer sa réputation en un éclair
Chris Colfer   
Dès les premières lignes, on est mis au parfum. On est face à un personnage imbus de lui-même, ultra-confiant et qui ne doute de rien concernant ses ambitions. Il est cynique quand il parle de sa ville. Complètement désabusé, quand il nous narre son enfance. Décidément c'est un personnage haut en couleur et à multiples facettes, ça semble prometteur pour la suite de la lecture.

Ce livre est rédigé sous forme de journal intime. Cela nous permet d'être plus proche de Carson et de son ressenti.

Son cynisme est tout de même empreint d'humour. En effet, j'ai beaucoup ri lors de la description des clubs du lycée. On s'aperçoit que notre élève fétiche est tellement désabusé voire blasé, que quand il en parle c'est limite désopilant. Je suis persuadée que le sarcasme, dont il fait preuve, cache la souffrance de ne pas avoir d'amis.

Afin d'atteindre son objectif et concrétiser ses ambitions, il met en place un stratagème pour motiver les troupes. Pour lui c'est ingénieux; mais pour moi lectrice je trouve ça limite et immoral. Pourtant, ça reflète bien la société actuelle. On ne recule devant rien quand on veut réussir dans ce qu'on entreprend. Peu importe qu'on doive blesser les autres pour cela.

L'auteur restitue avec justesse les conversations virtuelles que peuvent avoir les ados de nos jours. Il n'oublie pas de faire mention du language sms. Carson sait manier, avec habileté et surtout à ses fins, internet. Cette petite manigance nous permet de découvrir des secrets surprenants!

Les pages se tournent facilement, le style est fluide et l'histoire est prenante. Il y a vraiment beaucoup beaucoup d'humour dans ce livre.

Néanmoins des sujets intéressants y sont abordés comme le chantage et ses conséquences sur celui qui en est à l'origine. La culpabilité et la compassion sont au menu. La culpabilité car au final on se dit qu'on est insensible et cruel pour agir de cette manière. La compassion car on se rend compte qu'en définitive ceux qu'on martyrise sont des êtres humains comme les autres.

C'est en arrivant au terme de ma lecture et en lisant les deux dernières pages, que j'ai compris le sens du titre. Il fallait trouver l'idée!

par gaellooo
La Dernière Guerre, Tome 2 : Seconde vie La Dernière Guerre, Tome 2 : Seconde vie
Fabrice Colin   
Un très bon livre, même si je l'ai moins aimé que le premier tome. Il y a beaucoup plus d'action, et le changement de narrateur est bienvenue.[spoiler]Mais le fait qu'Elliott ait complétement remplacé Floryan et que l'on ne l'ai plus vu m'a beaucoup déplu, ainsi que le couple entre Rain et Elliott que j'ai trouvé barbant...[/spoiler]

par samminy25
Big Game Big Game
Dan Smith   
J'ai été intrigué dès le début par sa couverture et son résumé, qui résume parfaitement le roman sans en dire trop.
Après lecture, j'ai trouvé ce roman plutôt pas mal bien que très jeunesse. Il n'en reste pas moins original, osé et portant sur des sujets tels que l'amitié et le courage.

Pour l'histoire, nous rencontrons Oskari et son village, où depuis des générations, les jeunes enfants sont envoyé en pleine forêt, livré à eux-mêmes, afin de devenir un homme le jour de leurs 13 ans... en chassant un animal et en ramenant sa tête.
Seulement voilà, Oskari n'est pas habile de ses mains, il est plus intellectuel et est la riser des jeunes de son village.
Il part frustré en pleine forêt, étend persuader qu'il reviendra bredouille. Néanmoins, et ceux à sa plus grande surprise, sa vie va prendre un tournant inattendu ; son chemin va croiser celui de terroriste, mais aussi et surtout... le président des États-Unis, échoué dans sa capsule de sauvetage, et menacé de mort.
Désormais, sa mission n'est plus de trouver et de tuer un animal, mais de sauver ce président de ses dangereux terroristes. Commence une aventure hors du commun pour ce petit bout d'homme qui va être propulsée dans un monde dangereux et semé d'embûche.

Ce roman est une adaptation d'un film que je n'ai jamais vue, et que je ne regarderais pas, je pense, préférant garder en tête que le roman.
Au sujet des personnages, ces derniers sont tous très bien travaillé, j'ai beaucoup aimé le personnage d'Oskari, évidemment. Même les terroristes étaient de vrais barbares.
De même pour les décors étaient merveilleusement décrit, je me voyais parfaitement en plein milieu d'une forêt, et d'un endroit post apocalyptique avec le crash de l'avion du président... etc...

Le roman est plein de rebondissement. Cependant, les événements étaient trop prévisibles et j'ai trouvé ça vraiment dommage. Nous savions déjà la fin avant même d'avoir lu le début.
Je rajouterais que certains détails étaient absent. Je pense que le fait que ce soit Oskari, jeune enfant de 13 ans qui raconte l'histoire joue beaucoup sur le style de l'auteur dans ce roman, mais bon, ça n'en reste pas moins un point un peu gênant.

Concernant le style de l'auteur, celui-ci est enfantin, comme expliquer plus haut, mais il est fluide et permet de tourner les pages sans difficulté de lecture ou de langage. Je n'ai pas trouvé de coquille ou autres donc c'est également très agréable.

Pour conclure, ce roman est un très bon roman jeunesse, et très original bien que banal dans sa structure et son style. Je pense qu'en étant plus jeune, j'aurais davantage apprécié ce roman. Je pense également que les plus jeunes seront séduits par cette histoire et les plus grands pourraient facilement s'y laisser tenter. L'histoire vaut le coup. De plus, pour les intéressés, un film, uniquement en VO.


[spoiler]http://magie-litteraire.skyrock.com/3256576546-Big-Game-Dan-Smith.html[/spoiler]

par newmoon