Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Philla : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Intuitions, Tome 1 : Intuitions Intuitions, Tome 1 : Intuitions
Rachel Ward   
Ce livre a été pour moi un moment intense de lecture et en même temps, pour mon conjoint, un moment d'absence de ma part. Ce livre m'a complètement captivé, je ne voyais que les lettres et les chiffres de ce livre. Autour de mois, rien d'autre n'existait, tout était flou... Sauf ce livre. Je sais que j'ai l'air excessive dans mes propos, mais ce livre est vraiment bon.

par Melimel
Le Maître du Temps, Tome 1 : L'Initié Le Maître du Temps, Tome 1 : L'Initié
Louise Cooper   
Ce tome donnerait il (enfin) le point de vue du méchant ?

Car si nous lisons les prédictions du Cercle, il semblerait que notre jeune héros, Tarod, penche du côté maléfique… Ce tiraillement entre le Bien et le Mal vous empoignera cruellement tout au long de ce tome. Comment respecter le bien si l’on vous dit que vous êtes maléfique ? La puissance incontrôlable doit elle présenter le rejet ? Je dirai ici que nous voyons le vrai visage du fanatisme et de la xénophobie au travers de ce roman et au travers de Tarod. Ici, tout ce qui est étranger fait peur et suscite la haine de personnes que l’on dit représentante du Bien. Et c’est cette réalité qui touche Tarod et qui lui fait perdre tout ce qu’il a, ce qui est touchant ici.

L’initié, une initiation vers l’âge adulte ?

Tous les ingrédients sont là. On y voit des mentors, des professeurs, un confident, une femme aimée, une mission, une voix qui pousse à mal agir, ou à se remettre en question… En suivant cette première partie de l’histoire de Tarod, vous aurez l’impression de suivre les étapes vers le passage de l’âge adulte.

Que deviendra Tarod lorsqu’il passera cette grande épreuve ? Va-t-il devenir quelqu’un d’éclairé ? Survivra t il à toutes ces trahisons ? Quelle mission voudra-t-il choisir ?


par Kore
Humaine, tome 2 : Âmes sœurs Humaine, tome 2 : Âmes sœurs
Rebecca Maizel   
Quand j'ai fini Humaine, la fin m'avait persuadée qu'il n'y aurait pas de suite...j'étais assez déçue, d'une part parce que j'espérais que ce serait une série et d'autre part parce que le livre se terminait assez mal...
Mais, grosse SURPRISE, il y a un autre tome...même s'il sort dans longtemps, je suis trop contente qu'il y ait une suite !!!

par _Ambre_
Les Légendaires, Tome 17 : L'Exode de Kalandre Les Légendaires, Tome 17 : L'Exode de Kalandre
Patrick Sobral   
Enfin !!!!! Mon dieux je l'ai attendue celui là.

J’appréhendais beaucoup car je savais qu'un des légendaires mourrait mais finalement tout est parfaitement passé. Patrick Sobral à beaucoup plus insister sur les touches d'humour et sur des jeux de mots ( bon un peu pathétique je l'avoue... ) pour caché le coté macabre qui règne dans cette BD.

On apprend également que l'accident Jovenia devient un poison mortel... Je trouve ce rebondissement assez bien car on avait un peu perdue la vraie quête durant ces derniers tomes (n'oublions pas que les légendaires se sont réunis de nouveau pour inverser l'effet jovenia à la base ).

Je n'ai pas vraiment aimé le tome 16, j'ai trouvé que tout allez trop vite mais sur ce tome, on reprend l'histoire sur de nouvelle base, en oubliant complètement les Chiridians et tout le tralala du tome 16.

Le seul petit bémol qui m'a un peu dérangé dans cette suite ces justement cette coupure. J'ai eu la désagréable impression d'avoir loupé un épisode.

Je suis ravie de constater que la série avance enfin au sujet de l'accident Jovénia et cette fin... Inattendue et ouverte me donne envie d’être l'année prochain.

Le prochain tome s’intitule "La fin de l'histoire", j’espère juste que ce n'est pas la fin de la série.
La Rose écarlate, Tome 1 : Je savais que je te rencontrerais La Rose écarlate, Tome 1 : Je savais que je te rencontrerais
Patricia Lyfoung   
Cette bD est sublime, les couleurs et les dessin superbes!!! Je ne cesse de la lire tant elle est extra!

par Roxye
Keleana, Tome 1 : L'Assassineuse Keleana, Tome 1 : L'Assassineuse
Sarah J. Maas   
Bon allez, je me lance.

Que dire? Commençons par ce qui est simple: j'ai lu ce livre en anglais, pas parce que j'en avais forcément envie mais surtout parce qu'on avait pas encore de renseignements sur une éventuelle date française. Pas de grosses difficultés malgré mon petit niveau dans la langue de Shakespeare. On fait plutôt vite le tour du vocabulaire spécifique à l'auteur et à l'histoire et finalement, on comprend très bien sans avoir besoin de passer son temps dans le dico. Bref, je ferme cette petite parenthèse quant à la VO et je m'intéresse un peu à l'histoire.

L'action commence dès le premier chapitre, ce qui est très appréciable, on entre directement dans le vif du sujet avec l'arrivée de Dorian à Endovier. Malheureusement, on ne garde pas longtemps ce rythme. Ce que je reproche le plus c'est sans doute le côté "évident" du déroulement. Aucune vraie surprise, le méchant est ciblé dès le départ, aucun gros retournement de situation. J'aurais sans doute aimé une histoire plus axée heroic-fantasy, sans histoire de magie au milieu, je trouve que ça enlève son charme à cette histoire d'assassin rondement bien menée au début. Mais c'est un avis partial, j'ai fait une overdose de magie depuis quelques années et je suis cruellement en manque de fantasy médiévale donc ne vous arrêtez pas à ça.

En revanche, l'évolution des personnages est très réussie je trouve, elle est plutôt lente et même si elle n'est pas forcément surprenante, on prend beaucoup de plaisir à suivre les changements de Celeana et de tous les autres.

Au niveau des personnages:
Mention spéciale pour Chaol qui est, de loin, mon personnage préféré. J'aime bien Dorian et son père aussi. Celeana est assez réaliste ce qui la rend assez attachante mais les autres m'ont paru très fade et sans intérêt. J'aurais aimé en savoir un peu plus sur le duc et Kaltain. Nehemia, quant à elle, me tape prodigieusement sur les nerfs mais on sent qu'elle a son rôle à jouer.
Voila, j'ai dit le principal de ce que m'avez laissé la lecture.

Maintenant, je pense que ce premier tome était plus une longue introduction pour la suite, on sent que Sarah Mass prépare le terrain pour Crown of Midnight et c'est tout à son honneur de ne pas se précipiter mais du coup, ce tome-ci, on s'ennuie un peu au bout d'un moment.


J'achèterai sans doute le deuxième en anglais aussi mais quand même, il faut que je m'indigne: pourquoi changer Celeana en Keleana et honnêtement "l'assassineuse" ça ressemble à rien comme mot (et ça n'est pas dans le dictionnaire), pourquoi ne pas garder le titre ou alors faire comme les italiens qui ont traduit 'Throne of Glass' par Le Trône de Cristal, ça sonne quand même mieux, non?
Bref je pense que "Throne of glass" est bien plus accrocheur que "L'assassineuse", il manquerait plus qu'ils changent la couverture et pour moi, ils auraient perdu tout ce qui fait que j'ai voulu lire ce livre.

Encore une fois, ce n'est que MON avis.


En conclusion, je dirais que c'est une lecture agréable qui demande à être approfondie dans le prochain tome mais qui peut faire passer un agréable moment à tous les amateurs de fantasy.

par Eleann
Gregor, tome 1 : La prophétie du Gris Gregor, tome 1 : La prophétie du Gris
Suzanne Collins   
Au début, j'ai trouvé l'histoire un peu enfantine. Je me demandais ce qui allait suivre. J'ai lu la deuxième partie, et j'ai tout de suite changer d'idée ! Certes, le héros est un peu jeune, mais il n'en ai pas moins responsable et pleins de surprises ! Au fil de l'histoire, on s'attache beaucoup au personnages. Je me suis particulièrement intéressé à Moufle, la petite soeur de Gregor, et à l'étrange amitié qui la liait aux cafards. Vraiment très touchant ! Ce livre est rempli d'aventures incroyables et d'amitiés plus touchantes les unes que les autres.
Je conseille néanmoins ce livre surtout aux plus jeunes, qui l'apprécieront d'avantage. Ecrit simplement et légèrement
Je trouve également difficile de comparer ce livre à Hunger Games, vu qu'il s'adresse à des lecteurs plus jeunes, et qu'il change complètement de style. Suzanne Collins sait intéresser des publics différents, ce que je trouve plutôt compliqué, c'est pourquoi je l'en félicite

par fandebook
Revanche Revanche
Cat Clarke   
http://wandering-world.skyrock.com/3146253302-Undone.html

Elle a réussi. Une fois de plus, elle a réussi. Alors qu'à un certain moment je n'y croyais plus trop, Cat Clarke a réussi. Elle a réussi à me faire pleurer devant toute ma famille. Elle a réussi à me faire trembler et à m'arracher le cœur, à me couper le souffle et à me retourner l'estomac, à me faire vivre une aventure tellement intense que c'est comme si je l'avais rêvée. Elle a dépassé toutes mes attentes, alors que nous savons tous qu'elles étaient juste inaccessibles. Mais elle l'a fait. Undone est un coup de cœur. En fait, non. C'est tellement plus que ça. Je suis en train de vivre une véritable gueule de bois livresque. Je ne comprends pas comment les gens autour de moi peuvent continuer à agir normalement alors que mes sentiments viennent juste d'être éclatés, détruits, ravagés. Ce n'est pas normal. Undone m'a bouleversé. Undone m'a dérangé. Undone occupe mon esprit. Undone fait frissonner mes mains. Undone va me hanter. Undone va m'obséder.
Écrire cet avis ne va pas être une partie de plaisir. Loin de là même, je pense. Voyez-vous, je plains sérieusement le prochain livre que je vais lire, parce qu'il ne pourra pas arriver à la cheville de ce roman. Il y a tellement de choses à dire. Tellement de choses à ressentir. Tellement de choses à vivre. Je pense que je ne e dirai jamais assez : Cat Clarke est, en l'espace de quelques mois seulement, devenue ma déesse en tant qu'auteure de Young-Adult. Je ne vous cache pas qu'après avoir lu Confusion et Torn, j'en attendais donc beaucoup venant de Undone. Surtout que les avis sur Goodreads étaient vraiment excellents, et qu'ils promettaient la réception de nombreuses claques. Je m'étais préparé à ça. Et, franchement, je ne pensais pas que Cat Clarke pouvait dépasser les limites déjà parfaites qu'elle s'était imposée avec ses deux précédents ouvrages. Sauf qu'elle l'a fait. Et merveilleusement bien, en plus. Undone m'a dévasté.
Undone c'est, avant tout, l'histoire de Jemima et de Kai. Une histoire d'amitié renversante et émouvante au possible, qui ne laissera personne de marbre. Kai est homosexuel et, malheureusement pour elle, Jem a complètement craquée pour lui depuis leur plus tendre enfance. La situation est assez spéciale et assez amusante quand on y pense, et Jem a appris à faire avec. Tout était parfait, jusqu'au jour où une vidéo de Kai a été mise en ligne. Vidéo dans laquelle on comprend clairement qu'il est gay. Pour Jem, ce n'est pas grand chose. Il va savoir vivre avec. Sauf que les choses ne se passent pas exactement comme ça. Kai se suicide, laissant derrière lui une Jem détruite. Mais il n'a pas vraiment dit son dernier mot. En effet, il a laissé douze lettres, une pour chaque mois de l'année, à Jemima.
Je n'ai pas vraiment l'habitude de développer un peu plus le résumé d'une histoire mais, pour écrire mon avis, je pense que cela est nécessaire. Sinon, vous ne comprendriez pas du tout mon ressenti sur l'héroïne, Jem. Jem est un personnage hors du commun. Mais pas le sens que vous pourriez croire. Elle n'est pas parfaite. Elle n'est pas plus intelligente, plus belle, plus connue ou plus forte que les autres. Elle est hors du commun parce qu'elle est dérangeante. Je ne sais pas vraiment si je me suis réellement attaché à elle. Quoique les larmes que j'ai laissé couler une fois ma lecture terminée me penchent à dire oui. Je vous explique : Jem s'est mise en tête de venger la mort de Kai. Pour elle, les responsables de son suicide ne sont autre que les élèves les plus populaires du lycée. Elle va donc décider de s'introduire dans leur cercle très fermé, pour le détruire de l'intérieur.
Undone nous permet donc de totalement et exclusivement vivre son désir de revanche. Au départ, j'ai eu du mal à la cerner. Puis au bout d'un moment, clac. Je me suis mis à l'adorer. Je ne sais pas comment ni pourquoi, mais un milliard de papillons se sont mis à battre des ailes dans mon ventre. Le truc, c'est que Cat Clarke joue carrément avec la santé mentale de Jem. Et, vous me connaissez, j'ai adoré ça. A des dizaines de reprises je me dis : "Non. Non ce n'est pas possible. Elle n'a pas fait ça. Oh purée si, elle l'a fait.". Et je parlais aussi bien pour Jem que pour l'auteure. Elles nous en font véritablement voir de toutes les couleurs. Jem m'a dérangé. Mais, genre, VRAIMENT dérangé. Le "est-ce-qu'elle-est-folle-ou-quoi-?" dérangé. Je n'arrive même pas décrire mes sentiments vis-à-vis d'elle. Elle à beau débloquer complètement et être prête à toucher la folie du doigt pour venger la mort de Kai, elle n'en reste pas moins touchante et renversante. Mais je ne devrais même pas m'en étonner. Cat Clarke a toujours eu ce pouvoir. Elle sait rendre ses protagonistes réels. Concrets. Cohérents. Humains. Destructeurs. J'ai souffert physiquement pour Jem. Je ne vous parle même pas de mon mental, qui est pratiquement décédé, là tout de suite. Jem est une étoile. Un peu folle et inquiétante, mais personne n'est parfait, non ? Puis sa quête de revanche pour son meilleur ami est magnifique, en un sens. Dangereuse, dérangeante et déchirante, mais magnifique.
Hormis Jem, Kai m'a, lui aussi, énormément convaincu. Il m'a touché comme rarement un personnage l'a fait. L'idée de ses lettres m'a carrément tué. Le retrouver chaque mois était devenu vital, aussi bien pour Jem que pour moi. Il m'a fait rire. D'ailleurs, le roman en général m'a fait rire. Plutôt bizarre. Enfin personnellement, je trouve ça juste magique. Cat Clarke a le don de nous faire sourire alors que l'ambiance de son récit est noire et ensorcelante. C'est juste... Ouaw. Kai m'a fait pleurer. Kai m'a donné envie de vivre. De sourire. De profiter de chaque seconde. Kai m'a tué, au même titre que Jem. Ces deux-là, ainsi que leur amitié inébranlable, ont fait saigner mon cœur et mon âme.
Niveau rebondissements, c'est l'explosion. Bon par contre, j'ai noté un petit bémol. Voyez-vous, je me suis quand même dit au bout d'une centaine de pages que j'en attendais trop, comme dit un peu plus haut. Cat Clarke ne faisait que tâter le terrain et mettre en place les bases de son récit. Je ne dis pas que c'était ennuyant, loin de là, mais j'aurais aimé que tout aille un tout petit plus vite. En même temps, je ne suis absolument pas objectif vu que j'avais mis la barre très haut. Donc bon. Toujours est-il que j'ai eu peur d'être déçu à un moment, et que je comprendrais totalement que certaines personnes trouvent quelques longueurs assommantes. Je le répète, ça n'a pas été mon cas, mais je préfère vous avertir. Mais Cat Clarke se rattrape parfaitement bien avec la suite de son histoire. La preuve, j'ai mis 6/5 à Undone malgré ce minuscule défaut, cela veut tout dire. Les coups de théâtre vont crescendo, et, au fur et à mesure que l'intrigue se développe, c'est comme si l'auteure nous enfonçait des coups de poignard dans l'estomac. On souffre vraiment. J'ai dû poser plusieurs fois le roman pour reprendre mon souffle. Undone, c'est ce genre de livre. Celui qui vous fait transpirer, qui vous pousse à aller voir votre demie sœur à 1h30 du matin dans sa chambre pour lui parler de vos sentiments carrément emmêlés les uns aux autres, qui vous empêche de dormir et vous pousse à réfléchir. Undone, c'est une histoire qui vous fait du mal et qui arrive à vous faire aimer ça. L'overdose nous guette à chaque page, tel un précipice mortel, et on se jette pourtant tête la première à l'eau.
Quand je vous dis qu'il vous pousse à réfléchir, j'entends par-là qu'il vous pousse VRAIMENT à réfléchir. Il y a tellement tellement tellement de messages à déchiffrer. Tellement de symboliques à comprendre. Tellement de choses à creuser et à interpréter. Rien que le fait que Jem puisse s'introduire dans le groupe le plus populaire du lycée laisse à penser : il ne serait donc pas si horrible que ça ? Il ne jugerait donc personne ? Et si ce que l'on pensait de lui était totalement faux ? Bon ok, à l'écrit ça paraît stupide, mais, quand j'y pense, je vous jure que les réflexions sont hyper importantes. Puis même, la revanche de Jem est ultra perturbante. De toute manière, tout est perturbant dans ce livre.
Amitiés, trahisons, mensonges et amours s'entremêlent et s'entrechoquent dans Undone. Je vous jure que la romance présente dans cette histoire m'a bouleversé. A cause de Jem, une fois de plus. Il y a du sexe. Beaucoup de sexe, d'ailleurs. Il y a des instants chargés de passion et d'émotions. Il y a des moments perdus entre beauté et horreur. Puis il y a des heures de lecture enchanteresses et palpitantes, qui ressemblent terriblement à des secondes qui s'engrènent trop vite.
Avec Undone, Cat Clarke va encore plus loin. Encore plus au cœur même des choses : des sentiments, des désirs, et de tous les éléments qui font de nous des êtres imparfaits. Elle a réussi à créer une histoire encore plus intense, plus touchante, plus à fleur de peau que ses précédents récits, chose qui semblait être juste impossible et impensable. Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais je n'ai pas pu m'empêcher de répéter les mots "dérangeant", "perturbant" et "obsédant". Mais Undone, c'est ça. Une histoire dérangeante et perturbante, qui ne peut pas s'empêcher de nous obséder. Je reviendrai souvent à ce livre, à ses personnages et à son histoire. J'en suis intimement persuadé.

Suite de ma chronique : http://wandering-world.skyrock.com/3146253302-Undone.html


par Jordan
Chroniques de la Fin du Monde, Tome 1 : Au Commencement Chroniques de la Fin du Monde, Tome 1 : Au Commencement
Susan Beth Pfeffer   
http://wandering-world.skyrock.com/3131585104-Chroniques-De-La-Fin-Du-Monde-Tome-1-Au-Commencement.html

Bon ok, j'ai envie de pleurer. De pleurer, de hurler, de courir dans mon lit, de me rouler dans mes couvertures et de m'endormir. Purée, je suis dans un sale état. Ce premier tome de la trilogie Chroniques De La Fin Du Monde m'a bouleversé. Je ressors de ma lecture avec un goût étrange dans la bouche. Je suis perdu. Égaré dans le brouillard. C'est angoissant. Angoissant et merveilleux. Mon cœur est en train de louper des battements, et j'ai les mains qui tremblent. Au Commencement est un coup de cœur. Pas un gigantesque coup de cœur, mais un coup de cœur quand même. Le genre de coup de cœur qui vous laisse haletant pour la suite, et qui vous donne envie de sortir de chez vous en courant pour vous rendre dans la librairie la plus proche et payer n'importe quel prix pour avoir le second tome entre les mains.
En commençant ma lecture, je ne m'attendais vraiment pas à être autant retourné. Le truc, c'est que je désirais lire ce livre depuis des mois ( voire même un an maintenant ), mais que je n'avais pas vraiment eu l'occasion de me le procurer. Puis on attend plus trop parler de cette trilogie, vu que le dernier tome est paru en mai 2012. Haaaaaaaaaaa, mais pourquoi n'en parle-t-on plus ?!!! Il faut absolument que cette histoire se retrouve entre les mains de tout le monde. Purée, je suis vraiment vraiment vraiment vraiment anéanti par ce chef-d'œuvre !
Nous découvrons ce récit derrière le regard de Miranda, une lycéenne de seize ans. Aurais-je déjà dû ajouter que j'avais complètement craqué pour elle ? Parce que c'est le cas. Sincèrement. Miranda est une héroïne hors du commun, qui me manque déjà terriblement. Elle est drôle, forte, cynique, sincère, aimante, prête à se sacrifier pour ceux qu'elle aime et vraiment humaine. Tellement profonde et authentique. Tellement touchante et émouvante. Mon cœur a saigné à de nombreuses pour elle. J'ai ressenti tellement de peine pour Miranda que je pense avoir épuiser mon stock. Surtout qu'au départ, c'est une jeune femme comme les autres. Elle vit avec sa mère et ses deux frères, son père va se remarier et sa nouvelle compagne est enceinte. Quoi de plus normal ? Enfin, c'est le cas jusqu'au jour où un astéroïde frappe la Lune de plein fouet, et modifie complètement l'attraction de cet astre. Là, tout change. A jamais.
Je ne vous cache pas que j'ai surtout voulu lire Au Commencement parce que je voulais découvrir de quelle manière l'auteure allait traiter cet aspect apocalyptique, et parce que j'étais vraiment très curieux concernant les effets de se rapprochement Terre/Lune. Hé bien sincèrement, Susan Beth Pfeffer a dépassé toutes mes attentes. Mais absolument toutes. Maintenant, j'ai peur de la Lune, et je risque de la regarder d'un mauvais œil pendant pas mal de temps... Je n'arrive même pas à trouver les mots pour exprimer tout ce que j'ai ressenti. L'auteure maîtrise son sujet à la perfection. Tout est cohérent. Tellement vrai que le récit nous paraît trop réaliste, d'ailleurs. Tout ceci pourrait nous arriver demain, dans dix ans, dans un millénaire, et je suis persuadé que les choses se dérouleraient exactement comme Susan Beth Pfeffer les a décrites.
On passe par des catastrophes naturelles aux dégâts immenses, par des tremblements de terre monstrueux, des gelées en plein mois d'août, des tornades, des tempêtes, des éruptions volcaniques, des tremblements de terre et j'en passe. J'ai toujours été captivé par ce genre de catastrophes. Bon ok, j'ai peut-être un soucis mental, mais tous ces phénomènes ont toujours été passionnants à mes yeux. Du coup, l'adorateur de phénomènes apocalyptiques en moi a complètement succombé. Tout est décrit de manière à ce qu'on y croit. Les rebondissements se manifestent au moment idéal. Tout est parfait. Tout est dévastateur. Un rien nous brise dans ce récit.
Susan Beth Pfeffer possède une telle écriture qu'il en devient presque difficile physiquement de refermer le roman. Mes bras et mes yeux n'en faisaient qu'à leur tête. Alors que je voulais dormir, ils continuaient à dévaler les mots et les lignes, et à tourner les pages. On devient véritablement addicts à ce récit. Et j'ai bien une explication à cela... En effet, bien qu'on y découvre comment la planète réagit à ce bouleversement dans l'univers, on vit également au jour le jour l'évolution de la situation dans la famille de Miranda. Et là, je devrais vous écrire un milliards de "ouaw" pour vous transmettre toutes mes émotions. J'ai pleuré. J'ai ri. J'ai eu peur. J'ai paniqué. J'ai suffoqué. J'ai été déchiré, éclaté, fragmenté. L'auteure nous offre une histoire de survie, de courage, de sacrifice, de mort, de bonheur, d'amour et d'espoir. Miranda nous livre via son journal intime tout ce qui se déroule autour d'elle. Et on comprend dès lors que son monde, tout comme le nôtre, est dévasté. On la voit traverser des dizaines d'émotions, toutes plus justifiées et légitimes les unes que les autres. Les autres membres de sa famille, Matt, Laura et Jon, m'ont énormément touché également. On les voit devenir fous, heureux, s'aimer, se haïr, s'inquiéter les uns pour les autres, et on n'a aucun mal à croire à toutes leurs réactions. Comment ne pas débloquer en restant enfermé pendant des mois dans la même pièce, tout en sachant pertinemment que l'univers tout entier s'écroule autour de vous ? Je crois que je ne me remettrai jamais de cette lecture.
Susan Beth Pfeffer est vraiment très forte pour nous en faire voir de toutes couleurs. Si son roman est véritablement teinté d'horreur où la mort et le chaos sont omniprésents à chaque page, elle parvient à rendre son histoire pleine d'espoir et de rêves. Même dans un monde sombre et violent, elle arrive à laisser se perdre quelques éclats d'espoir par-ci par-là. Je ne compte même plus les fois où j'ai eu des papillons dans le ventre en lisant certaines réflexions gorgées d'espérances de Miranda. C'est beau. C'est poétique. C'est envoûtant. Mais j'ai également pris plusieurs coups de poing dans l'estomac face aux phrases tout aussi poignantes glissées dans quelques chapitres. Si l'espoir est bien présent, la peur de mourir, l'effroi et la désillusion le sont aussi. Un récit perdu entre lumière et ténèbres, duquel il est impossible de ressortir indemne.
Au cœur même de l'intrigue se cachent des messages et des leçons de vie frappantes, qui m'ont laissé sur les fesses à chaque fois. Chaque réaction des protagonistes dépeint avec brio comment l'humanité pourrait se comporter face à une telle catastrophe, et nous permet ainsi de tirer des conclusions pour le moins surprenantes. Sacrifice, loyauté, amour, mort et prises de conscience saisissantes sont au rendez-vous dans ce récit. Et accrochez-vous. Vraiment. De véritables gifles vous attendent ici.
En résumé, et vous l'aurez compris, Chroniques De La Fin Du Monde Tome 1 est un coup de cœur. C'est une histoire sans fautes ni défauts que nous découvrons ici. L'intrigue m'a juste achevé, et je sens que je vais avoir besoin de pas mal de temps pour m'en remettre. J'ai envie de pleurer parce que Miranda et sa famille me manque, de hurler devant l'injustice de l'existence et de courir dans mon lit, de me rouler dans mes couvertures et de m'endormir pour tenter de dissiper tous les sentiments intenses qui se chevauchent dans ma tête. Je veux le tome 2. MAINTENANT !!! L'onglet "Amazon" m'attend bien sagement en haut de la page de mon navigateur, et je sens que je ne vais pas tarder à craquer. Mais comment ne pas vouloir retourner dans cet univers angoissant et consumant ? Une lecture exceptionnelle et inoubliable, à ne manquer sous aucun prétexte.

par Jordan
Le Théorème des Katherine Le Théorème des Katherine
John Green   
J'ai vraiment adoré ce livre ! Au départ, je ne cache pas que j'ai été un peu déçue que le narrateur soit externe (j'aurai préféré un narrateur interne, comme dans "Nos étoiles Contraires") mais j'ai bien vite oublié ce détail: les personnages étaient géniaux, surtout Hassan, le meilleur ami de Collin ! Collin aussi m'a beaucoup plu, comme tous les autres personnages du livre; ils sont chacun travaillés, avec leur propre caractère et personnalité.
Et puis j'ai tellement ri durant toute ma lecture !
J'ai trouvé l'histoire originale, et l'écriture de John Green toujours aussi géniale ! On ne lis pas ce livre, on le dévore !

Bref, j'ai littéralement ADORE ce livre, je pourrai le relire des centaines de fois sans m'en lasser !