Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Philla : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Spice & Wolf, Tome 1 Spice & Wolf, Tome 1
Keito Koume    Isuna Hasekura   
Lien de la Chronique: http://theshadowbooks.blogspot.fr/2014/04/spice-wolf-isuna-hasekura.html

Spice & Wolf est de base un Light Novel ecrit par Isuna Hasekura. L’édition Ototo Manga nous sort donc en France son histoire, mais sous forme de Manga. Actuellement, il y a 9 tomes de parus, mais cela promet de nombreux tomes puisqu’il y a actuellement 17 Volumes au Light Novel actuellement au pays du soleil levant. Les 9 premiers tomes, si je ne dis pas de bêtises, nous plonges dans l’histoire des 3premiers volumes seulement !

Spice & Wolf commence dans le village de Pasroe, durant un festival de la Moisson. Le village est sous la bénédiction d’une divinité-loup répondant au nom de Holo. Cette dernière est en charge d’assuré les bonnes récoltes au villageois, enfin, c’est ce qu’en dissent les légendes. Les habitants ont depuis cessé d’y croire, et les évolutions techniques et la modernisation a donc permis de rentre les récoltes plus abondantes, rendant le rôle d’Holo inexistant.
Cette dernière profite du passage de Lawrence, un marchand ambulant, pour s’infiltre dans son chariot de marchandise et partir en douce du village. Malgré ses oreilles et une queue de loup, Lawrence accepte qu’elle l’accompagne sur les sentiers battus du pays.

Cette saga est un Seinen, donc un type de manga plus orienté pour les jeunes adultes (15 à 30 ans). Ce n’est donc pas comme un Shonen qui eux sont plutôt orientés jeunesse avec des héros juvéniles qui sont avec des valeurs comme l’amitié, la reconnaissance, et qui ont des aventures remplies de combats qui sont destinés a les faires avancés sur le chemin de la vie (n.l Naruto, Bleach, Fairy Tail, One Piece, …). Ici nous avons Lawrence, accompagner d’Holo qui sont sur les chemins de la route pour ventre leurs marchandises et ainsi gagner des sous. Le but de notre personnage masculin est d’amasser suffisamment d’argent pour ne plus être un marchand ambulant, mais un marchand fixe. Il rêve de pouvoir construire sa propre boutique, s’installer durablement et ainsi pouvoir fonder une famille avec une épouse.


Des objectifs plus terre à terre et proche de ce que l’on pourrait espérer dans notre propre vie (il est bizarrement beaucoup plus dur d’être Ninja Hokage, Pirate, ou encore un Shinigami…). Cela aide donc plus facilement à comprendre les souhaits de nos personnages, et ainsi pouvoir se fondre avec eux dans leurs aventures. Pour le coup, Spice & Wolf est aussi beaucoup plus lent que peuvent l’être les mangas qui sont rythme par des combats (comme Fate/Zero), mais cela n’est pas dérangeant du tout, puisque l’on sent clairement que les éléments principaux qui feront la force du manga se place non pas dans la transaction ou l’action des personnages, mais plus dans leurs psychologies, leurs propres développements, mais surtout dans la relation Holo/Lawrence. Finiront ils leurs vies ensemble et au final fonderont ensemble le commerce et la famille rêver par notre héros ? Peut-être après tout, même si cela semble assez étonnant au vu de l’apparence mi-humaine mi-louve de notre divinité Holo !

En conclusion, une très bonne saga qui s’annonce, et qui personnellement m’intrigue beaucoup. Je suis curieux de savoir comment vont évoluer les personnages, mais aussi comment l’auteur saura faire tenir en haleine le lecteur sur la durée ! Toutes ses interrogations qui me poussent à lire le tome 2, et bien entendu la suite, et donc suivre de près cette saga !

Un grand merci à l’Édition Ototo Manga pour m’avoir envoyé cette saga en Service presse !
MaHo-Megumi, tome 1 MaHo-Megumi, tome 1
Caly   
Megumi, une mignonne petite collégienne, passionnée de magie et dans une époque où peu de personnes croient encore que cette étrangeté existe, notre jeune demoiselle se différencie des autres filles de son âge. Elle y croit et rêve depuis son enfance de pouvoir la voir, un engouement qu'elle partage avec son amie, Hisae.
C'est en sortant des cours que son destin va changer à la rencontre de Suzuka, une magicienne voyageant dans le monde des humains. Et en devenant son apprentie, la vie de Megumi va soudainement se remplir de magie, de surprises et de nouvelles rencontres qui créeront sûrement de nouveaux liens...

par Philla
Les Pions des Dieux, tome 1 : Elise Les Pions des Dieux, tome 1 : Elise
Ayaluna   
Appréciation générale : Un manga français : déjà un premier coup de coeur !
Un scénario attirant, bien que familier dans le monde du fantastique (j’ai un peu pensé à Hunger Games ou Labyrinthe), novateur dans le monde du manga.
Des dessins absolument magnifiques qui nous montrent que nous avons en France des artistes très talentueux pouvant rivaliser avec les maîtres en la matière : les japonais.
Je trouve ce 1er volet très réussi. Il est non seulement passionnant mais également très prometteur. Beaucoup de secrets qui donnent envie de connaître la suite et beaucoup de questions qui promettent une suite brûlante de révélations et de découvertes.


Ce que j’ai préféré : l’histoire et la qualité du coup de crayon de l’auteur. Mais mon plus grand coup de cœur c’est pour le titre. Et oui ! J’adore le titre. A la fois vibrant de forces et de mystères, et selon moi, parfaitement approprié au contenu de ce superbe livre.
J’apprécie également le fait de le lire « à la française », de gauche à droite.
Conclusion : Un super manga qui pourrait vraiment être adapté à la télé. Après « One Piece » et « Dragon Ball » (oui, je sais c’est vieux mais j’adore), « Les Pions des dieux » ! Vive la suite.

par Drahlan
La moitié du ciel La moitié du ciel
Sheryl WuDunn    Nicolas Kristof   
Préface de Manon Loizeau

Ce livre est un choc. Il nous raconte ce que vivent des millions de femmes au-delà de nos frontières : l’esclavage sexuel, les crimes d’honneur, les mutilations, les viols. Selon Amartya Sen, prix Nobel d’économie, il manque aujourd’hui cent millions de femmes dans le monde, parce que des centaines de milliers de petites filles meurent avant un an, faute de soins.
Pendant cinq ans, deux grands reporters américains ont sillonné les campagnes et les taudis d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient. Ils ont rencontré des centaines de femmes qui refusent l’oppression et se battent par tous les moyens. Chaque fois, c’est une leçon de courage et de dignité. Un livre époustouflant qui prouve que l’oppression des femmes n’est pas une fatalité.


Nicholas Kristof et Sheryl WuDunn sont tous deux grands reporters au New York Times et lauréats du prix Pulitzer.
Manon Loizeau est grand reporter spécialiste des droits de l’homme, lauréate du prix Albert Londres en 2006.


par AkuMimpi
Le Journal intime de Georgia Nicolson, Tome 1 : Mon nez, mon chat, l'amour et... moi Le Journal intime de Georgia Nicolson, Tome 1 : Mon nez, mon chat, l'amour et... moi
Louise Rennison   
Me souviens très bien de ma réaction en lisant les deux premières pages : ouais, super drôle (ironie, quand tu me tiens). Passées ces quelques moments, j'ai fini par totalement accrocher au livre, je ne l'ai pas lâché avant de l'avoir fini. Et je sais que certaines de mes expressions me viennent de Georgia. En commençant par mes parents qui ont été rebaptisés depuis en "Mutti" & "Vati". Tiens, ça me donne envie de le relire o__O

par MrsNobody
The Dark Duet, Tome 1 : Captive in the Dark The Dark Duet, Tome 1 : Captive in the Dark
C.J. Roberts   
ATTENTION ! LECTURE EXTREME A NE PAS METTRE ENTRE TOUTES LES MAINS !

Tout d'abord, je tiens à dire que ce que j'estime très dangereux dès le départ, c'est le WARNING pas assez clair quand il n'est pas carrément inexistant pour les livres de Dark Romance ! => mes trois précédents essais n'avaient AUCUN warning (Percée à nue, Twist me - qui est même classé comme "New adult dark erotic novel" ou Tears of Tess)
Pour celui-ci, parler de "consentement ambigü" alors que ce sont des viols, ce n'est pas ce que j'appelle un warning par exemple…
Pour un genre aussi "tordu" que celui-ci, je trouve ça hyper important, surtout que ces livres sont assez facilement accessibles sur internet par n'importe qui, quel que soit l'âge ! Ceci étant dit…


Après mes précédents essais en Dark Romance et après avoir lu de très nombreuses critiques sur amazon.com et goodread, y compris sur les volumes suivants, j'ai décidé de ne pas lire ce bouquin finalement (et j'ai pourtant longuement hésité) !
Je ne comprends pas comment on peut classer et considérer ce genre de trucs comme des romances… (horreur, thriller, polar, etc, je veux bien... mais romance, même dark, NON QUOI !)

Par ailleurs, comme par hasard, c'est toujours une femme (de préférence jeune => 18 ans bordel !!!) qui se fait enlevée, torturée, violée, battre, dégradée et j'en passe et qui, comme par hasard, tombe "amoureuse" de son ravisseur…
Et sérieusement, ça vous fait fantasmer un mec qui viole et torture une femme (enfin, plutôt une fille dans ce cas vu son âge et sa virginité) ?!? Vous trouvez ça stimulant et érotique ?!? O__O
=> parce qu'en classant ce bouquin comme dark erotica, ce n'est rien de moins qu'une érotisation du viol et de la torture ! Bon sang, cette fille est dressée à ressentir du plaisir à être violée et torturée ?!?!?!? Et après, on appelle ça "consentement ambigu", clair que ça sonne fichtrement mieux hein ! (Le consentement sexuel n'est JAMAIS ambigu ! Si le consentement n'est pas sûr, c'est que ce n'en est pas !)

Alors je me pose quelques questions pour celui-ci particulièrement :

- au vu de ce qu'a manifestement vécu le "héros" et qui devrait nous apporter une soi-disant compassion ou obligeance envers lui (sérieusement ?!?), pourquoi lui n'est pas tombé amoureux de son "violeur/ravisseur/tortureur" ?

- en quoi le fait de kidnapper et détruire de toutes les manières possibles une jeune fille parfaitement inconnue pourrait-il l'aider à se venger ?

- quelle est "l'excuse" pour toutes les autres femmes qu'il a détruites et vendues comme esclaves sexuelles avant ? (puisque celles-ci n'étaient pas destinées à sa vengeance)


Lisez donc "La moitié du ciel" de Sheryl WuDunn et Nicholas Kristof.
Ou encore "Trafic de femmes" de Lydia Cacho.
Ca c'est la réalité du monde et de ce que vivent les esclaves sexuelles… Après, revenez me dire que c'est normal et trop cool d'essayer de tourner des histoires pareilles en quelque chose de "romantique", "sexy" et "sensuel/érotique"…

les bouquins sont ici :
http://booknode.com/la_moitie_du_ciel_01027233
http://booknode.com/trafics_de_femmes_01191553


Quand je me suis essayée à la Dark Romance, je ne m'imaginais pas du tout ça je dois dire… Ce genre d'histoire n'a strictement rien de romantique, je ne comprends pas que ce soit classé dans "romance"… Je m'attendais à des histoires très noires ou dans un milieu très noir et dur (guerre, mafia, gangs, etc…) et à la limite, oui, que la fille souffre… MAIS PAS DES MAINS DU HEROS !!! Pour moi, on ne peut pas écrire une histoire d'amour avec un héros qui fait subir tout ça à l'héroïne (parce que c'est souvent dans ce sens) ! Et on ne tombe pas amoureux de son bourreau, ça n'a rien de crédible, surtout s'il vous traite comme ça ! (ou alors, appelons ça par son vrai nom, du conditionnement, et pas de l'amour !)

Après, je peux comprendre qu'on aime le bouquin, souvent, ils sont plutôt bien écrits (ceux que j'ai lu n'étaient pas mauvais), mais dire, à la fin, "quelle magnifique histoire d'amour", c'est une blague ?!? On peut aimer un livre très noir et glauque, mais il ne faut pas perdre de vue la réalité à mon sens ! Là, on parle de viol, torture, destruction mentale et j'en passe du personnage masculin sur le personnage féminin ! COMMENT peut-on trouver qu'il y a de l'amour dans ça ? Ce n'est pas de l'amour, c'est de la dépravation humaine ! Pour qu'il y ait de l'amour, il faut du partage, du consentement, du respect… dans ces bouquins, il n'y a rien de tout cela, ce n'est que de la noirceur et de la malveillance, de l'obsession et de la violence…

Ce qui me dérange donc le plus dans la Dark Romance, c'est le classement dans "romance" et les commentaires qui trouvent que ce sont de magnifiques histoires d'amour…
J'ai lu des bouquins très durs, comme "Séquestrée" de Chevy Stevens, où j'ai été remuée et profondément touchée et horrifiée de ce que vivait l'héroïne… mais ça n'a pas été tourné en histoire d'amour et c'est pour ça que j'ai apprécié ces livres !

Une lectrice de goodread a décrit sa lecture comme : regarder un ours se faire torturer pour qu'il danse... et considérer du coup que l'ours veut et aime danser et éprouve de l'affection pour son dresseur...
Je ne peux qu'être d'accord avec cette description !

Allez, bonne lecture, je vous laisse pour aller retrouver mes vraies romances (érotiques ou non) où les protagonistes se traitent avec respect et amour… Et si un jour un Dark Romance apparaît où le héros ne violera, battra, torturera et détruira pas l'héroïne mais que ce seront "eux contre le monde cruel dans lequel ils vivent", qu'on me prévienne et je le lirai parce que CA ce serait de la dark romance à mes yeux !



PS : j'encourage toute personne à lire ne serait-ce que la page wikipedia sur "la culture du viol" et à comparer avec les livres de Dark Romance, qui sont à mon sens la démonstration la plus extrême et l'expression noir sur blanc de cette "culture"…
Je considère d'ailleurs que pour écrire des trucs pareils, ces auteurs doivent être profondément sadiques et misogynes.

par Vitany
Log Horizon, Tome 1 : Premiers pas dans un autre monde Log Horizon, Tome 1 : Premiers pas dans un autre monde
Touno Mamare   
http://lectureavie.blogspot.fr/2015/12/log-horizon-tome-1-mamare-touno.html

Un grand merci aux éditions Ofelbe pour cette super lecture !

Lorsque Guillaume, l’attaché de presse des éditions Ofelbe, m’a proposé cette lecture, j’ai d’abord hésité. Et si c’était identique à Sword Art Online ? Etant donné que j’ai adoré celui-ci, j’avais un peu peur d’être déçue.

En réalité, bien qu’on retrouve évidemment un peu le même univers, la même ambiance, Sword Art Online et Log Horizon sont deux romans différents : dans Log Horizon, les joueurs sont coincés à vie (en tout cas ils ne savent pas comment repartir) dans le jeu, tandis que dans l’autre, ils savent qu’ils vont pouvoir repartir.

Comme dans tous les autres romans des éditions Ofelbe, Log Horizon regroupe les deux premières parties publiées à l’origine en deux livres. C’est pour ça, qu’encore une fois, le livre atteint presque les 500 pages. Je vais donc me répéter mais… Ne soyez pas effrayé par le nombre de pages ! En réalité, chaque « tome » en fait deux fois moins ;)

La première chose qui est ressortie durant ma lecture est l’humour de ce roman. J’ai adoré ça ! Les personnages sont tous très chouettes, et j’ai adoré notamment Naotsugu et Akatsuna, ainsi qu’Henrietta et Marielle. Ce sont des personnages qui apportent énormément au roman grâce à leur humour et leur personnalité débordante !

Concernant les personnages, j’ai vraiment apprécié Shiroe, le personnage principal. Il est intelligent et plein de ressources ; il m’a aussi étonnée plus d’une fois !
C’est donc un protagoniste que j’ai pris grand plaisir à suivre dans ses aventures. Jamais je ne me suis ennuyée en sa compagnie !

Concernant l’histoire en elle-même, je l’ai vraiment beaucoup aimé. J’ai parfois eu l’impression de quelques longueurs, mais je suis quasiment certaine que c’était à cause de mon rythme de lecture proche de celui d’un escargot ces dernières semaines. Alors on va dire que cette remarque ne comptait pas vraiment !

Bref, j’ai donc pris un très grand plaisir à suivre les aventures de Shiroe et ses amis. Ma lecture a été très fluide et j’ai souvent ris, ce qui ajoute vraiment un plus à toute l’aventure contenue dans le roman.

Je dois avouer que je ne suis par contre pas fan de la couverture. Disons que je trouve ce vert légèrement repoussant. En revanche, les illustrations intérieures sont de toute beauté et je passais plusieurs minutes à les contempler, admirative de ce beau travail !

D’ailleurs, au dos de chaque séparation de chapitre, vous avez un objet du jeu avec une brève description. Si parfois elles sont tout à fait normales, d’autres elles sont totalement hilarantes ! J’ai beaucoup ri notamment à celle du parfum, mais je ne vous gâche pas la surprise !

J’ai trouvé ça assez dommage que dans la 2ème partie Naotsugu et Akatsuki soient moins présents. Ils apportaient tous deux énormément à l’histoire.
Cependant, d’autres personnages vraiment intéressants apparaissent alors, ce qui compense le manque de ces deux compagnons !

Ce qui change réellement par rapport à Sword Art Online, c’est qu’ici, quasiment tous les joueurs jouent à Elder Tale (le jeu vidéo) depuis longtemps, et ont donc tous une plus ou moins grande expérience dans cette vie, au départ virtuelle mais devenue réelle.
Ils n’ont donc pas à tout apprendre, contraire à SAO.
Je me suis plus d’une fois posée la question : « Pourquoi Shiroe ne repense-t-il pas à sa famille, à sa vie réelle ? ». Je trouvais ça vraiment étrange. Personnellement, si je découvrais que j’étais coincée dans un jeu vidéo pour l’éternité, je prendrais au moins quelques jours pour m’apitoyer sur mon sort et faire mes adieux à tous mes amis et ma famille. A toute ma vraie vie, en gros.

Je ressors donc très satisfaite de cette lecture qui m’a fait passer un très bon moment. Les idées sont bien développées et j’ai été surprise plus d’une fois ! La fin aussi est vraiment très bien.
Si vous avez aimé Sword Art Online, vous aimerez forcément Log Horizon !

Un roman entraînant, drôle et développé qui ne peut que vous faire passer un bon moment ! Les illustrations magnifiques apportent un grand plus non négligeable ;)

EN CONCLUSION, un roman qui m’a vraiment beaucoup ! Malgré quelques rares petits temps morts, j’ai beaucoup aimé suivre tous les personnages.
Agrémenté d’une touche d’humour et de superbes illustrations, Log Horizon est un très beau – et bon ! – roman !
Je le conseille donc à tous les fans de jeux et d’animés : car oui, Log Horizon est aussi un animé !
Dans tes bras Dans tes bras
David Levithan   
Sortie VF prévue le 15 octobre chez Gallimard Jeunesse !
L'Attaque des Titans, tome 16 L'Attaque des Titans, tome 16
Hajime Isayama   
Voilà un tome lourd de tensions ! Impossible de savoir avant la fin si Historia va choisir de reprendre ce qui lui est dû, le pouvoir souverain des Reiss, et ainsi reprendre le flambeau. Historia est décidément très influençable ; elle a l'air de gober tout ce qu'on lui raconte sans jamais se poser de questions. [spoiler]Mais au final, elle finira par choisir sa propre voie ; dans ce monde où règne une paix factice, elle a choisi de tracer son chemin.[/spoiler]

La fin de ce tome ne nous dit rien qui vaille pour ce cher bataillon d'exploration, coincé dans le sous-sol de la chapelle des Reiss. Eren va-t-il enfin prendre les choses en mains ? Mystères, mystères et rendez-vous au tome suivant !

par Calypso-x
Le Jardin d'Hiver Le Jardin d'Hiver
Frédérique De Keyser   
Frédérique de Keyser c'est un style que l'on reconnait d'emblée, agréable à lire, propre, bien souvent poétique, piqué de références historiques ou littéraires. D'une sensibilité à fleur de peau, c'est une incurable romantique qui se délecte à malmener ses personnages tout autant qu'à les rabibocher. Ses "mâles" sont à tomber, loin d'être lisses mais totalement craquants au final. J'ai un peu plus de mal avec certaines héroïnes que je secouerai bien volontiers par moment, leur préférant bien souvent celle qui gravite autour d'elles. Tous sont toujours entourés de protagonistes attachants qui apportent leur petit grain de folie et de douceur.
C'est aussi une intrigue originale inspirée de sa spiritualité, qui embarque le lecteur sur des sentiers que très peu d'auteurs ont foulé. Le tout saupoudré d'une sensualité bien affirmée, exprimée avec une telle délicatesse que ce qu'on l'on prendrait pour une forme de retenue, de pudeur impudique, décrit pourtant un pur moment de décadence.

Le Jardin d'Hiver c'est du pur Frédérique! Le conte de fée prend une toute autre allure lorsqu'elle revisite la Belle et la Bête en plus moderne et bien plus sexy. Son côté rebelle bouscule à l'envi certaines croyances qui remontent à la nuit des temps et c'est un pur régal. J'ai aimé l'idée, le diamant brut qu'elle a taillé avec patience, les petites mains qui se sont affairé tout autour à lui donner sa forme si particulière, sa couleur si intense, son éclat à nul autre pareil. Car si l'amour triomphe toujours, il doit en passer par des phases douloureuses, se construire au fil des épreuves et bénéficier de quelques petits coups de pouces non négligeables. De quoi agrémenter les 608 pages de ce petit pavé...

La Belle est photographe avec un don particulier qui lui permet de saisir l'instant magique qui fera de son cliché une oeuvre d'art. La bonne fée sa marraine, c'est Annette la délurée bien dans ses talons aiguilles, qui va bousculer le quotidien de Sophie en envoyant en cachette ses photos à Sam Nahash, écrivain mystérieux et milliardaire qui vit reclus dans sa splendide demeure sous l'oeil vigilant de son ange gardien Shax. Dis comme ça, le pitch semble simple, l'histoire cousue de fil blanc mais il n'en est rien! Bien malin celui qui devinera quelle genre de Bête est ou abrite Sam, les raisons de son empressement à se faire aimer de Sophia quitte à l'effrayer et la faire fuir. Il m'a touchée dans chacun de ses actes, m'a émue dans beaucoup de ses déclarations, sa souffrance palpable loin de lui nuire agrémente son charisme d'une petite note de désespoir désarmante.

Shax le libidineux quant à lui vaut son pesant de cacahuètes le bougre! Ses joutes verbales avec Annette la polissonne apportent pep's et légèreté au drame qui se joue presque à huis clos, une course contre la montre entrecoupée de pauses lascives, voluptueuses pour certaines, licencieuses face à l'urgence pour d'autres, mais toujours très belles. La tension va crescendo tant nerveuse que sexuelle, les descriptions enchanteresses donnent envie de s'enfermer avec ce charmant quatuor, spectateurs invisibles de leurs déboires, complices de chaque petite étincelle de bonheur...

par Seregan