Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Philla

Extraits de livres par Philla

Commentaires de livres appréciés par Philla

Extraits de livres appréciés par Philla

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Un grand merci aux éditions Ofelbe ainsi qu'à Guillaume pour l'envoi de ce nouveau light novel.

Overlord me faisait de l’œil depuis son annonce et il me tardait de le découvrir. Il faut savoir que tout ce qui touche de près ou de loin aux jeux vidéos me plaît énormément et le côté plus sombre de ceux que j'ai l'habitude de lire me donnait encore plus envie. Malheureusement, je n'ai pas été séduite comme je l'espérais.

En 2138, Momonga, un puissant nécromancien mort vivant de niveau 100 attend l'arrêt du célèbre MMORPG Yggdrasil. Seulement, une fois l'heure de la fermeture passée, rien ne se produit, si ce n'est quelques faits étranges. Il comprend alors qu'il se trouve enfermé à l'intérieur du jeu sans aucun moyen d'en sortir.

Comme je le disais plus haut, je suis une grande adepte des histoires faisant référence aux nouvelles technologies et surtout dans le milieu des jeux vidéos. L'histoire est vraiment intéressante et m'a énormément plu, mais j'ai croisé de trop nombreux détails négatifs et malheureusement, ceux-ci m'ont bien trop chiffonné et ont rendu ma lecture laborieuse.

L'univers dans lequel évolue les personnages est très vaste et compliqué à comprendre. Il y a énormément de descriptions, ce qui nous apporte un nombre important d'informations à assimiler et à comprendre. J'avoue que j'ai été un peu perdue dès le début et grâce à quelques retours, j'ai eu la confirmation qu'en regardant l'anime en amont, j'aurais pu avoir une autre approche de ma lecture et mieux apprivoiser le contexte. Puis qui dit univers dense, dit mots spécifiques. On rencontre de nombreux termes liés aux jeux vidéos et parfois sans réelle explication. De ce fait, les personnes débutant dans ce milieu peuvent se sentir démuni face à autant de vocabulaire peu commun.

En ce qui concerne l'écriture, bien qu'elle soit relativement simple, je n'ai, une fois de plus, pas réussi à adhérer. Le flot continu d'informations m'empêchait de retrouver une certaine fluidité. J'ai également pu relever de nombreuses répétitions. J'imagine qu'il n'est pas facile de trouver des synonymes quand on emploie un langage assez technique, mais n'ayant pas l'habitude d'en trouver autant sur une même page, j'ai vraiment été dérangé ces répétitivités.

Pour terminer sur une note un peu plus positive, j'ai pris beaucoup de plaisir à admirer les illustrations à l'intérieur du roman qui sont vraiment magnifiques.

En résumé, Overlord est un light novel dont l'histoire a vraiment beaucoup de potentiel, mais qui s'est vu faire de l'ombre par des petits défauts. Un univers vraiment dense, mais très intéressant à découvrir qui devrait plaire aux personnes ayant déjà vu l'anime ou étant adepte à ce style de fantasy. Je ne retenterais pas l'expérience avec le second tome, mais je suis tout de même curieuse de poursuivre l'aventure avec les mangas (ou les animes).

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/overlord
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-06
Je tiens à remercier les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour l'envoi de ce roman.

Lors du salon du livre de Montreuil, le résumé et les explications du roman avaient titillé ma curiosité. D'autant plus qu'il me faisait penser à PhonePlay, qui est également une œuvre tirée de Wattpad et comme je l'avais énormément aimé, cette prochaine sortie est restée dans un coin de ma mémoire.

Nous suivons Keeley, une adolescente assez distraite et qui échange, malencontreusement son portable avec celui d'une autre personne. Quand elle le découvre, il est déjà trop tard, le garçon qui possède le sien a déjà quitté la ville pour se rendre à un stage de football durant une semaine. Mais qui est vraiment de l'autre côté de l'écran ? Est-ce Talon est-il sincère avec elle ou lui cache-t-il quelque chose ?

Les aventures de Keeley sont vraiment très sympathique et agréables à suivre. C'est ce que j'appelle un roman de plage, qu'on lit sans se prendre la tête et majoritairement pour se détendre et ça grâce à la plume de Lyndsey Summers qui et très fluide et simple à lire. Cette simplicité nous permet de rentrer assez vite dans l'histoire, au point de vouloir stopper notre lecture qu'une fois le point final de poser. Seulement, quelques points négatifs viennent faire de l'ombre au récit.

De la façon dont est raconté le résumé, je m'attendais à retrouver beaucoup plus d'échanges par SMS et beaucoup moins de récits ou de dialogue. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Les textos sont trop nombreux et se font vite noyer par le texte qui l'entoure. Évidemment, ce n'est qu'un petit détail, mais j'avoue que j'ai été assez déçue sur ce point.

L'intrigue me plaisait énormément et sur ces débuts, m'a beaucoup fait penser au roman ''L'appel de l'ange'' de Guillaume Musso. J'étais très impatiente de savoir où toute cette histoire allait nous mener, mais au final, je n'ai pas vraiment été surprise. Dès qu'un nouveau suspens voyait le jour, je connaissais déjà les réponses et les révélations qui sont faites au fur et à mesure de notre avancée n'ont pas été à la hauteur de mes espérances. Pour faire court, tout est assez prévisible.

En ce qui concerne les personnages, je n'ai pas non plus adhéré. Ils sont faits à base de tous les clichés américains et en conséquence, manquait cruellement de profondeur et parfois de logique dans leur comportement. Je m'explique. Lors de certaines scènes ou lors de certains aveux, la réaction des personnages est pleinement exagéré. J'entends par là qu'une petite histoire peut prendre des conséquences importantes et devenir, aux yeux des protagonistes, un drame. J'ignore si je suis trop vieille pour lire ces querelles d'adolescents, mais en tout cas, ça n'a pas marché sur moi.

En conclusion, j'ai eu des bonnes et des mauvaises surprises avec les romans WattPad, et j'ignore dans laquelle de ces deux catégories situer ce roman. Peut-être simplement entre les deux. Même s'il s'agit d'une lecture plutôt agréable je n'ai, malheureusement, pas vraiment été emballée par ce que j'ai pu lire. Toutefois, Textrovert est un roman qui se lit avec une grande facilité et qui saura ravir les petits lecteurs.

Liens vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/textrovert
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Depuis sa sortie, le résumé d'Inalia me donne envie. Toutefois, j'ai dû passer à côté du phénomène, vu qu'apparemment, on entend énormément parler de ce roman sur les réseaux sociaux, et il aurait de nombreux retours positifs. Alors quand une amie m'a proposé de me joindre à elle pour cette lecture, je n'ai pas hésité.

Je n'avais jamais lu d'avis sur ce premier tome et c'est quelque chose que, la plupart du temps, j'évite de faire afin de débuter avec un œil neuf et pour ne pas être influencée.
Malheureusement, après lecture, on ne peut pas réellement dire que je me range du côté de l'avis de la plupart des lecteurs.

Dans le futur, tout ce que nous avons connu n'existe plus. Le Grand Changement à eu lieu 121 ans auparavant et il ne reste presque plus aucune trace des anciennes civilisations.
Nous suivons Pénélope, une jeune servante de dix-sept ans. Elle est au service de Laurine, la plus jeune des filles de la Marquise. Au quotidien, elle doit faire face, tout comme ses amies, aux nombreuses maltraitances et humiliations que leur inflige la famille De Morvan.
Mais sa rencontre hasardeuse avec le prince Stéphane, et les nombreuses questions qu'ils soulèvent concernant leur passé pourraient bien changer sa vie.

Le contexte global est assez flou. On ne sait pas grand-chose, pour ne pas dire rien, sur l'univers dans lequel on évolue. En fait, les personnages ne le savent pas eux-mêmes et par conséquet, nous non plus. Je n'ai pas su me représenter les lieux et j'avais cette horrible impression d'avancer dans le noir. Malheureusement, ce manque d'informations m'a laissé perplexe. Je n'ai pas pu m'approprier du monde que l'auteur avait voulu créer.

En revanche, le début du roman est très chargé en descriptions physiques. Nous avons le droit à des pages et des pages sur les protagonistes. Cette façon de faire, très scolaire, apporte de la lourdeur au texte. Par la suite, on ressent une nette amélioration dans l'écriture, avec un style plus poétique et recherché, mais il reste toujours cette petite maladresse, qui entraîne ce manque de fluidité.

J'ai également pu noter de trop nombreuses répétitions et pour être honnête, elles ont gâché ma lecture.
Maud Cordier met l'accent sur les désirs de liberté de l'héroïne, mais aussi sur ce qu'est vraiment être libre. Au fur et à mesure de notre lecture, elle nous explique, petit à petit, que personne ne l'est vraiment. Seulement, ce désir et ce besoin on le retrouve dans presque tous les chapitres.
De plus, il y a une telle insistance sur la différence des classes sociales pour nous montrer les injustices et les cruautés auxquelles les personnages sont confrontés, que j'ai vite été lassé.
L'auteur veut aborder trop de sujet, comme l'esclavage, mais surtout sur la condition des femmes, mais ne va jamais au bout des choses.

Et malgré tout ce que Pénélope et ses amies sont amenées à vivre, aucune d'entre elles décident de se rebeller ou de fuir. Pourtant, elles auraient, à plusieurs reprises, saisir cette occasion et démarrer une nouvelle vie. Mais non, elles continuent de servir la Marquise et ses filles, acceptent plus ou moins leur traitement et se taisent. Pour moi, il y a un manque de cohérence et de logique. Autant dans certaines actions que vis-à-vis des caractères des personnages.
Seulement, je laisse ce jugement avec un point d'interrogation. Peut-être qu'elles ne peuvent pas faire autrement, mais j'aurais aimé qu'il y ait plus de profondeur ou du moins une vraie explication. Parce que c'est presque inhumain de continuer d'accepter de vivre ainsi.

Pour continuer avec les personnages, je n'ai pas réussi à les apprécier. Exception faite pour Sylvia qui apporte une vraie touche d'humour et un peu de piment.
Je vais me concentrer sur l'héroïne qui est une véritable Mary-Sue. Et on s'en rend compte au fil des chapitres. Elle est décrite comme magnifique, avec une beauté incroyable -alors qu'elle-même en doute- et je ne compte même plus le nombre de garçons lui ayant fait le compliment. En sachant qu'elle a plus d'un homme à ses pieds.
Quant à sa relation avec le prince, je n'ai pas été transcendé. Elle est assez superficielle puisqu'elle est basée uniquement sur la beauté.

La romance prend, malheureusement, toute la place et fait de l'ombre au côté fantastique de l’œuvre. Pourtant, l'idée est vraiment très intéressante et j'ai même beaucoup adoré cet aspect ! Mettre ainsi la nature en avant, apporte une certaine douceur et une très grande vérité. Je ne peux pas en dire plus pour éviter de vous spoiler, mais vraiment, c'est le plus gros point positif.

Pour conclure, malgré ses nombreux défauts et qui aurait pu lui faire du tort, Inalia à ce petit quelque chose qui m'a poussé à continuer ma lecture jusqu'au bout. L'intrigue est vraiment bien menée et j'ai, tout de même, été entraîné dans l'histoire. Je souhaitais sincèrement découvrir où tout ça allait nous mener et je le souhaite toujours. Il y a trop de questions qui restent sans réponses et je pense que ma curiosité me poussera à laisser une chance au second tome.

Liens vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/science-fiction---dystopie/inalia
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-05
Un grand merci aux éditions Michel Lafon, ainsi qu'à Camille pour leur confiance et cet envoi.

Le roman nous avait été présenté lors du salon du livre de Montreuil et en tant qu'amoureuse de dystopie, il me faisait énormément envie.
Toutefois, malgré quelques petits défauts, Transférés fût une agréable lecture.

Dans le futur toutes les maladies peuvent être guéries. Pour se faire, il suffit de les transférer aux criminels provenant des ghettos. Atteinte d'un rhume, Talia Hale, seize ans, fille d'un grand politique britannique, doit se rendre à l'hôpital pour subir son premier transfert. Mais à l'hôpital, l'adolescente sauve une petite fille issue des ghettos d'une agression. Malheureusement l'enfant s'échappe avant l'arrivée des secours. Prête à tout pour la retrouver, Talia fera des découvertes qui viendront remettre en doute le système politique dans lequel elle vit.

En commençant ce livre, j'ai été surprise et quelque peu déboussolée d'évoluer dans un contexte et un univers vraiment semblable au nôtre. J'ignore pourquoi, mais je m'étais mis en tête de retrouver un monde où les évolutions du futur étaient bien plus avancées. Seulement, en dehors de la prouesse scientifique concernant les maladies, il n'y a pas de grandes évolutions. La politique reste sensiblement la même, tout comme les lieux puisqu'on y retrouve des bâtiments très connus de Londres. On aurait presque l'impression de lire un roman où les événements se déroulent à notre époque.

Puisqu'on parle des événements, j'ai trouvé que ceux-ci se déroulaient et s'enchaînaient bien trop rapidement. Non pas dans le temps, mais dans leur action et surtout dans la manière dont l'auteur les explique. Par conséquent, ce manque de détails nous laissent croire que certaines scènes sont bâclées.

Le roman étant très court, l'auteure est obligée de faire l'impasse sur un grand nombre de points. Mais ce manque de développement se répercute sur les personnages qui manquent, pour la plupart, de profondeur. Avec si peu d'éléments, il est difficile de nous attacher à eux.
Et il y a le cas du rival du père de Talia. Ils sont tous les deux candidats pour les élections du Premier ministre et possèdent des convictions très différentes. Alors on entend très souvent parlé de ce mystérieux Sebastian Conway, mais il n'apparaît pas une seule fois en tant que protagoniste concret. Et c'est bien dommage. Il aurait pu apporter, sans l'ombre d'un doute, une véritable dynamique à l’œuvre.

Quelque chose me dérangeait en débutant ma lecture et je pense qu'il s'agit de l'écriture. La plume de de l'auteur est simple et facile à lire. Mais le manque d'émotions rend le récit linéaire et vraiment trop platonique.

En conclusion, malgré ses petits défauts, j'ai dévoré ce roman. Je l'ai lu en à peine plus de trois heures et j'ai passé un bon moment en compagnie de Talia. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un roman jeunesse et qui doit être accessible à un plus grand nombre.
Si vous cherchez où la dystopie est mise en avance, je ne pense pas qu'il s'agisse du meilleur roman à lire. En revanche, si vous souhaitez une lecture détente et qui transmet de bonnes valeurs, je ne peux que vous le conseiller !

Liens vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/science-fiction---dystopie/transferes
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Il est très rare quand je m'attarde sur des BD puisque j'en lis très peu, mais celle-ci m'a intrigué par son graphisme et par son résumé. C'est un petit peu sceptique que j'ai débuté ma lecture, mais je dois dire que j'en suis agréablement surprise.

Nous suivons Faustine, une adolescente de 15 ans, qui vit seule avec son père constamment absent. Un soir, son père lui raconte l'expérience farfelues de sa jeunesse l'ayant amené à appréhender le monde d'une différente façon, puis disparaît de nouveau.
Un jour, prise d'affreuses migraines, elle ouvre le tiroir à pharmacie du théâtre de son père et y découvrir des dizaines de bocaux de pilules bleues. Malgré sa réticence et l'absence de toute indication, elle décide d'en avaler une…

Ce qui m'a le plus frappé en débutant ma lecture, c'est le graphisme. Les dessins sont vraiment splendides et en parfait accord avec le style poétique et morne de l’œuvre.

Les personnages évoluent dans une ambiance très froide, sombre, lourde et pesante. Mais quand on s'attarde un peu plus sur le récit, on se rend compte qu'il est rempli de chaleur et d'une certaine profondeur.
L'auteur traite, à travers sa bande dessinée de nombreux sujets encore tabous, qui font peur et dont on n'ose pas réellement parler. Sur un fond fantastique, nous sommes amenés à réfléchir sur les différentes répercutions qu'engendre la mort, la maladie ou encore l'absence d'un être qui nous est cher.
Toutefois, malgré les beaux messages qui sont véhiculés, l'atmosphère que dégage ce premier tome -et sans doute les deux prochains- à quelques choses de très mélancolique et terne. Il vaut mieux débuter notre lecture quand on a le moral et certainement pas lors d'une journée grise et pluvieuse.

Le récit est sous forme de voix-off, avec très peu de dialogues. Cette façon de faire, donne un ton assez monotone et peut sembler trop plat et linéaire.

L'album se termine avec une fin à suspens. De nombreuses questions sont soulevées et nous donne envie d'en découvrir les réponses en poursuivant notre lecture avec la suite des aventures de Faustine.

En conclusion, Des fragments de l'oubli nous laisse, dans un premier temps, assez perplexe. Bien qu'avec un style très poétique et de très beaux messages, la monotonie de l'histoire se fait grandement ressentir et prend le dessus sur les nombreux aspects positifs.
Toutefois, par curiosité, je lirais la suite avec la plus grande intention.

Lien vers la chronique : http://aliybooks.weebly.com/bd---manga/des-fragments-de-loubli
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je tiens à remercier les éditions Cyplog pour leur confiance et l'envoie de ce second tome.

Le premier tome avait été un véritable coup de cœur et lorsqu'il m'a été proposé de lire le second, je n'ai pas su résister. C'est avec grand plaisir que je me suis replongée dans la suite des aventures d’Élisa et Kylian.

Grièvement blessé par du venin de basilic, Kylian est veillé jour et nuit par Élisa, faisant naître des forts sentiments et les rapprochant dangereusement l'un de l'autre.
Dans leur quête effrénée, la jeune femme découvrira que le talisman renferme d'immenses pouvoirs qu'elle devra apprendre à contrôler afin de vaincre Rendall. Seulement, dans un monde en guerre, savons-nous réellement qui sont nos véritables ennemis ?

Nous quittions le premier tome avec une scène nous laissant dans la peur et le doute et je n'avais qu'une seule hâte, connaître la suite. Nous reprenons donc l'histoire là où nous avions quitté nos deux protagonistes, ce qui nous permet de nous remettre tout en douceur dans l'univers, comme-ci nous l'avions jamais quitté.
Je m'attendais, à la vue des circonstances, à ce que ce début de tome soit un peu plus calme, plus reposant pour nos deux héros, mais pas du tout. Très vite, les actions s'enchaînent et se déchaînent. Leur aventure se fera des plus éprouvantes, ne nous laissant jamais dans un moment de vide.

D'ailleurs, ce second tomes est bien plus sombre, bien plus noir que son prédécesseur. Et ça se ressent au niveau du style de l'auteur, mais aussi des créatures que nous rencontrons au fil des pages ou encore avec l'ambiance très glaciale et mystérieuse qui prend place petit à petit. D'autant plus que continuons de suivre, dans certains chapitres, les humains. Et grâce à leur présence et leur incapacité à expliquer tous les événements improbables qui se déroulent, leur malaise est communicatif et permet à cette atmosphère d'être pesante, voire même angoissante.

Comme je le disais dans ma chronique du premier tome, avoir ses différents points de vues est un véritable atout pour l'histoire et nous permet de comprendre encore plus l'univers, mais surtout de pouvoir cerner les personnages. Et c'est quelque chose que j'ai énormément apprécié avec l'alternance entre Élisa et Kyllian.
Il y a beaucoup plus de chapitre le mettant en avant, ce qui nous amène à suivre ses idées, ses raisonnements, ses pensées. Il y a d'ailleurs beaucoup plus d'explication concernant son monde ou même son passé, son enfance, et c'est ce qui me manquait le plus dans le premier tome.

On sent l'évolution des personnages tout au long de notre lecture. Ce voyage les a changé, et c'est ce qui les rend encore plus attachants. Leur relation évolue, ils apprennent à se découvrir non sans ambiguïté et une petite romance apparaît et apporte un nouveau rythme et une nouvelle intrigue à l'histoire.

Puis, sans nous en rendre compte, la fin approche. Nous jonglons entre les révélations, les nouveaux questionnements et malgré quelques passages un peu longuets, ce roman se dévore.
Et cette fin ? Je n'ai pas les mots pour la décrire tant elle est surprenante. Elle est tellement horrible et fantastique à la fois, que j'ai pesté un petit moment avant de me rendre à l'évidence ; oui, le roman se termine bien ainsi. Nous laisser avec une scène aussi intense qu'absurde, c'est une véritable torture.

La plume de l'auteur est entraînante et fluide. Elle nous transmet à travers son écrit les émotions de ses personnages, nous procure des petits moments de stress, mais aussi beaucoup de douceur.
J'ai également retrouvé avec grand plaisir sa petite touche d'humour.

En conclusion, cette suite est bien au-delà de mes espérances et m'a fait passer un excellent moment de lecture. L'action, les rebondissements et les revirements de situations sont omniprésents et donnent à l’œuvre une rythmique impressionnante, voire à nous couper le souffle !

Liens vers la chronique : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/le-talisman-de-paeyragone
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un grand merci à Camille ainsi qu'aux éditions Michel Lafon pour leur confiance et l'envoie de ce roman.

Ce n'est plus une surprise pour personne, mais la saga Zodiaque a su conquérir mon cœur et ce depuis les premières pages du premier tome. C'est avec énormément d'impatience et une certaine excitation que je me suis lancée dans la lecture de ce troisième opus.

Malgré sa victoire face au Marad et le retour de la paix au sein des différentes maisons du Zodiaque, Rhoma sait que le Maître est là, quelque part, tapis dans l'ombre et se prépare à détruire tout ce qu'ils ont connu. Bien décidée à l'arrêter avant qu'il commette l'irréparable, la jeune fille s'embarque dans un nouveau voyage, accompagnés de ses amis, sans pour autant oublier son autre objectif. Sa mère apparaissant toujours dans ses visions, elle est prête à tout pour récupérer les informations nécessaires à son sujet et pour la retrouver.

Je ne vais pas vous le cacher, mais j'ai eu un petit peu de mal à rentrer dans l'histoire et pour différentes choses. Comme je l'expliquais dans mes précédentes chroniques, il y a énormément d'informations, de mots techniques et surtout de personnages. Tous ces détails rendent le récit très dense. Je n'avais pas eu ce problème avec les deux premiers tomes puisque j'avais enchaîné les lectures, mais un an s'est écoulé depuis, et il s'est avéré que mes souvenirs étaient bien plus flous que ce que je m'imaginais. J'ai donc débuté ma lecture en tâtonnant et en redécouvrant presque l'univers et ces protagonistes. Je pense, qu'un petit glossaire à la fin ou une petite piqûre de rappel en début n'aurait pas été de trop.

La première moitié du roman permet surtout d'effectuer une sorte de liaison avec le tome précédent. On ressasse les événements passés et le récit est plutôt linéaire. Ce qui provoque un contraste assez impressionnant avec la seconde partie qui, elle, nous en met plein la vue. L'action qui manquait durant les quinze premiers chapitres se concentre sur les vingt-deux suivants. J'ai vécu un véritable ascenseur émotionnel.
On se pose énormément de questions, le doute s'installe, on se met de nouveau à soupçonner tout le monde et on en vient même à se demander s'il est possible de se fier véritablement à quelqu'un ? On ne compte même plus les nombreux rebondissements et encore moins les aveux et les réponses que nous obtenons.
Concernant la fin ? Je la déteste. Et je l'adore. Elle est parfaite. Et horrible à la fois.

Je ne me sens pas de m'attarder sur les personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires. Je ne sais pas réellement ce que j'en ai pensé. Et c'est bien une première, surtout lors d'une suite de saga.
Rhoma, j'apprends tout doucement à l'apprécier. Elle est plus mâture, apprend à s'écouter et à ne plus dépendre des autres.
Nishi, c'est une toute nouvelle personne que l'on retrouve. Suite aux derniers événements, elle s'est forgée un caractère ou plutôt un carapace. Son personnage est sûrement celui que j'ai trouvé le plus approfondis, abouti. Il y a un véritable travail psychologique derrière.
Concernant les autres protagonistes, certains m'avaient énormément manqué que même s'ils ne sont pas présents tout au long du livre, je n'ai pas pu m'empêcher de les adorer. D'autres, j'ai eu un peu plus de mal avec leur caractère. Surtout avec Stan, le frère de Rhoma, qui, par ses actes ou même ses paroles, devient très vite agaçant.

La plume de Romina Russell est toujours un véritable délice. Les pages défilent sous nos yeux en un temps record et le roman se lit très vite. Sûrement trop vite.

En conclusion, malgré quelques points négatifs, le troisième tome de Zodiaque est, encore une fois, un coup de foudre. La seconde partie du roman, qui se trouve être chargée en émotions et en intrigues rattrape avec brio le début un peu longuet. L'univers qu'a su créer l'auteur fait, sans la moindre hésitation, parti de ceux que je préfère et que j'adore retrouver.
Maintenant, j'espère réussir à tenir jusqu'à l'année prochaine pour le dernier tome !

Liens vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour cet envoi.

Qui n'a jamais, lors de son enfance, rêvé de vivre parmi les dinosaures ? En tout cas, pas moi ! Ses créatures me fascinent depuis que je suis toute petite, alors, lorsque ce roman jeunesse a été annoncé, je n'ai pas hésité une seule seconde.

Cent cinquante ans se sont écoulés depuis la réapparition des premiers dinosaures. Ainsi, pour s'en sortir, les êtres humains furent obligé de se terrer sous-terre et de trouver refuge dans des bunkers. Nous suivons Sky, une fillette de douze ans qui, cinq ans plus tôt, fut abandonnée par son père. Mais, le jour de son anniversaire, la jeune fille découvre un message de celui-ci, lui expliquant qu'elle détient entre les mains le sort de toute l'humanité. Elle se voit confier une mission, celle de livrer une carte mémoire à la surface. Prête à braver tous les risques pour accomplir la volonté de son père, Sky et son meilleur ami quitte le bunker.

Dans la première partie du roman, nous découvrons la vie que mène notre héroïne à l'intérieur des bunkers. Tout fonctionne comme une petite ville. Les adultes travaillent, les enfants vont à l'école, en fait, ils vivent comme n'importe qui. Seulement, depuis la disparition de son père, Sky est devenue la risée de tous les habitants, sous le seul prétexte que son père est un traite. Et c'est à ce moment bien précis qu'on se rend véritablement compte du vrai visage des bunkers. Petit à petit, ce sentiment de cocon, de protection, que nous renvoi ce bâtiment sous-terre, disparaît pour nous laisser place à l'incertitude. Qui sont les êtes les plus dangereux ? Les humains ou les dinosaures ?
Dans la seconde partie, nous nous retrouvons à l'extérieur et aux côtés de tous les dangers de la nature et surtout de ces bêtes féroces censées avoir disparu depuis des millions d'années.

Les descriptions des lieux sont sans doute ce que j'ai le plus aimé durant ma lecture. Que ce soit sous terre ou sur terre, rien n'est laissé au hasard et je n'ai eu aucun mal à me projeter pleinement dans le récit. L'auteure arrive à renforcer cette image apocalyptique due à l'arrivée ou plutôt au retour des dinosaures sur terre. De ce fait, lorsque les protagonistes se retrouvent en surface, très vite, grâce aux descriptions des paysages et aux émotions des personnages, j'ai, moi aussi, perçue cette sensation de malaise et de peur.

Pour les grands amoureux des dinosaures, les passionnés, les novices ou tout simplement les petits curieux, ce roman regorge d’informations sur ses animaux disparus. Je pense même en avoir plus appris en une lecture qu'en faisant des recherches sur internet.
D'ailleurs, j'ai énormément aimé la petite anecdote concernant les brontosaures à la fin de l’œuvre, dans les notes de l'auteur. Mais pour la connaître, je vous invite à lire et dévorer ce roman !

Il y a un autre point que j'ai énormément apprécié, c'est cet écart qu'on va vite retrouver entre les habitants des bunkers et nous, par exemple. C'est difficile d'en parler sans en dire trop, mais je ne me voyais pas passer à côté de cette information. Comme ils sont coupés du monde extérieur, il y a beaucoup d'objets de la vie de tous les jours qu'ils ne connaissent pas ou alors seulement en image. Tout comme les animaux, puisque beaucoup n'existe plus. C'est assez touchant de les voir apprécier ces choses qui, pour nous, aujourd'hui, nous paraissent parfois vraiment insignifiantes.
Derrière la fascination que porte Sky et Shwan pour le monde qui l’entoure, il y a un message bien plus profond. On devrait se réjouir de ce qu'on possède déjà, à commencer par notre liberté, et non se contenter de pleurer pour ce qu'on n'a pas.

Cette nouvelle saga est considérée comme une sage jeunesse. Honnêtement, je laisse planer un petit doute là-dessus. Effectivement, les héros sont âgés de douze ans, mais pour un roman destiné à cette tranche d'âge, il est tout de même assez conséquent et ne possède aucune illustration. Exception faite pour deux plans. Je pense qu'il plaira surtout à un public averti et lisant déjà beaucoup. En conséquence, il peut aussi être lu par des jeunes adultes et pourquoi pas des adultes.
Il faut également noter que malgré le jeune âge des protagonistes, ils possèdent une maturité assez importante. Étant une lectrice d'une vingtaine d'années, je n'ai pas ressenti de très grand décalage entre eux et moi. En revanche, les comportements des enfants sont assez en désaccords avec leur âge. Durant ma lecture, j'avais plutôt l'impression de faire face à des adolescents de seize ans. Toutefois, cette discordance est sans doute dû à l’univers dans lequel ils vivent et aux épreuves qu'ils ont traversées. Tous ses paramètres sont à prendre en compte et peuvent apporter une explication quant à l'étonnante maturité dont ils font preuve.

Pour conclure, ce premier tome de Sky Mundy et les dinosaures m'a fait passé un très bon moment de lecture. Tout est là pour nous provoquer cette étrange sensation de dépaysement. Aventure et découvertes sont les maîtres mots de ce récit.
J'attends avec impatience de découvrir les dinosaures marins, dont nous parle l'auteur, dans le prochain tome !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/sky-mundy-et-les-dinosaures
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un immense merci aux éditions Cyplog pour ce service presse et pour leur confiance.

Comment me prendre par les sentiments ? En me proposant une histoire sur les anges. C'est ma petite faiblesse, je l'avoue, mais cette faiblesse m'a valu une super lecture et un coup de cœur en plus !

Nous suivons Elisa, une jeune femme qui, au décès de sa grand-mère voit sa vie basculer. Elle devient, à son tour, Gardienne et se doit de protéger et de ramener au peuple des Syams -des êtres ailés, un mystérieux talisman capable de sauver le monde et d'anéantir Locle, le Seigneur des Ténèbres. Maladroite et solitaire, elle sera aidée dans sa quête, semée d’embûches, par Kylian, un Syam guerrier et surtout très arrogant.

Dès les premières pages, j'ai tout de suite été charmée par l'histoire. On rentre dans le vif du sujet très rapidement pour ensuite monter en crescendo. Plus l'histoire avance, plus les péripéties, les actions et les rebondissements se font nombreux. On n'a jamais le temps de s'ennuyer et si je l'avais pu, je n'aurais pas lâché ma lecture avant la fin.

Bien que la majeure partie de l'histoire se déroule dans le monde des Sans-Plumes, autrement dit, des humains, l'auteure a réussi à créer tout un univers fantastique autour et qui est maîtrisé à la grande perfection. Les humains vivent entourés de créatures fantastiques et l'ignorent. J'ai trouvé cet aspect vraiment très intéressant et nous rapproche, en quelque sorte, de l'héroïne, puisqu'elle découvre, en même temps que nous, une autre facette du monde qu'elle pensait -et que nous pensions tous- connaître.
Nous sommes également amenés à découvrir, par le biais des récit de Kylian, comment fonctionne le monde des Syam. Katja Lasan a su créer à sa façon, une mythologie propre à son œuvre, ce qui rend le récit encore plus fascinant et accrocheur.

L'un des points forts du récit et que j'ai vraiment apprécié, ce sont les nombreux points de vues. Il y a énormément de personnages à suivre et dans différents lieux. De ce fait, je craignais un peu que l'histoire soit uniquement centrée sur nos deux protagonistes, mais pas du tout ! Nous sommes tenus au courant de tout ce qui se passe et nous pouvons ainsi suivre l'évolution des personnages plus secondaires. Souvent, ce sont des choses qui sont oubliées dans la plupart des récits, alors pour une fois, j'ai vraiment été ravie.

Les personnages ont tous une part de mystères et leurs secrets nous sont révélés au fur et à mesure de notre avancée. Le suspens étant déjà à son comble, ces petits plus apportent une véritable dynamique à l'histoire. Bien qu'ils soient nombreux, pas un seul est laissé pour compte. Nous parvenons facilement à cerner chacun d'entre eux et à se faire une petite idée sur le personnage.
Parlons maintenant de nos personnages principaux. Tout ce que je pourrais vous dire, c'est qu'ensemble, ils forment une bien belle équipe. Deux caractères totalement opposés, de l'arrogance, de l'ironie, du sarcasme et de l'humour. Tout ce que j'aime et que j'apprécie chez des personnages. En revanche, j'ai été déstabilisé par leur âge. Enfin, surtout pour Elisa, étant donné que les Syam ont une vie bien plus longue que les êtres humains. L'héroïne à donc la trentaine et j'ignore si c'est à cause de son caractère qui me fait penser à celui d'une adolescente ou celui d'une jeune adulte ou si c'est parce que j'ai l'habitude de lire des romans fantastiques avec des personnages beaucoup plus jeunes, mais j'ai eu un mal incroyable à me rentrer son âge dans la tête. En soi, ce n'est pas le plus important et ça ne change en rien à la qualité du roman, mais ça n'en reste pas moins, de mon avis, déstabilisant.

Je ne m'attarderais pas sur la plume de l'auteure qui est tout simplement fabuleuse. J'ai eu un véritable coup de cœur pour cette lecture et je suivrais de très très près les prochaines sorties de Katja Lasan.

Pour conclure, ce premier tome est une parfaite réussite. J'ai été séduite, voire même conquise, par un récit riche en rebondissements, en actions et avec une dose d'humour, juste comme il faut.
J'ai hâte de me plonger dans la suite des aventures d'Elisa et Kylian et en attendant, je ne peux que vous conseiller de le lire !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/le-talisman-de-paeyragone
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 22-03
Un grand merci aux éditions Cyplog pour leur confiance et la découverte de ce roman.

Grande lectrice de romance, j'avais hâte de me plonger dans cette lecture. D'autant plus qu'avec un résumé aussi succinct, j'étais tout simplement intriguée et me posait énormément de questions.

Morgan, 21 ans, est un étudiant en première année de droit. C'est un jeune homme sans histoire, réservé et introverti. Mais son caractère n'enlève en rien sa beauté physique et ça, tout le monde le remarque. Sauf lui. En somme, il a tout de l'homme parfait. Un jour, il fait la rencontre d'Ambre, une fille un peu paumée et au passé difficile. Elle adore faire la fête, elle boit, se drogue… Tous les opposes et pourtant, malgré leur caractère bien différent, les sentiments ne tardent pas à naître.

Tout d'abord, j'aimerais parler de cette couverture que je trouve vraiment magnifique, mais qui, pour moi -et ça reste que mon avis, ne rend pas justice au livre. Ou du moins, au genre du livre. Effectivement, l'illustration (qui représente une scène de l’œuvre) pourrait laisser penser qu'il s'agit d'un bit-lit, mais pas du tout. Juste nous deux est bel et bien une romance contemporaine.

En débutant ma lecture, je dois avouer que j'ai eu extrêmement peur. Peur de ne pas aimer et de ne pas réussir à apprécier les personnages. Pourquoi ? Et bien tout simplement à cause des nombreux clichés qu'ils renvoient sur les jeunes. Ils sont, pour la plupart, étudiants à la fac et évidemment, leur passe-temps favoris est de sortir faire la fête, boire et draguer. J'avoue que c'est quelque chose qui m'a assez dérangé sur le début parce que la manière dont s'était amené dans le contexte laissait croire qu'il s'agit d'une généralité.
De plus, la trame de l'histoire reste assez basique et reprend celle des nombreuses histoires de new romance depuis quelques temps : Un personnage plutôt effacé et le second plutôt extraverti. Seulement, contre toute attente, et c'est l'un des gros points positifs de l'histoire, c'est qu'ici, les rôles sont inversés. Fini le garçon bad boy et place à l'adolescent dit ''timide''. J'ai agréablement été surprise. Il s'agissait, pour moi, d'une grande première et autant vous dire que j'ai été séduite.

Les points négatifs du début ce font vite oublier. J'ai passé une lecture très agréable et j'ai d'ailleurs lu le roman d'une traite. L'écriture est fluide et plus l'histoire avance, plus l'envie de découvrir la suite s'impose comme une évidence. Je ne me sentais pas capable de m'arrêter de lire et en quelques heures, je tournais la dernière page.
Je suis une personne plutôt fleur bleue et à travers les romances contemporaines, je cherche surtout à m'évader et à rêver. Et c'est pari réussi !

Concernant les personnages, que ce soit autant chez Morgan que chez Ambre, ils m'ont énormément touchés. Ce sont tous deux des âmes blessées par leur passé et à travers leur personnage, l'auteur nous montre que chaque personne est différente et que face aux obstacles de la vie, on ne réagit pas tous pareils. Il y a un véritable fond psychologique à tirer de cette histoire.
Ils se ressemblent et s'opposent à la fois. C'est quelque chose d'assez compliqué à décrire. Quoi qu'il en soit, ces deux protagonistes possèdent beaucoup de caractère, ce qui nous amène parfois à des scènes avec beaucoup d'humour.

Pour conclure, malgré un début plutôt mitigé, Juste nous deux est une romance qui, en plus de m'avoir fait passer un bon moment lecture et de m'avoir accaparé jusqu'à la toute dernière ligne, nous offre une belle leçon de vie en traitant de sujets encore tabous aujourd'hui.
C'est frais, c'est drôle et c'est addictif !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/eacuterotique---romance/juste-nous-deux
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je tiens à remercier l'auteur pour sa confiance et pour m'avoir permis de découvrir son roman.

Je lis très peu de polar et encore moins de polar fantastique. Les enquêtes policières, ce n'est pas ce que je préfère dans la littérature et étant quelqu'un de froussard, les histoires de fantômes, j'ai généralement tendance à les éviter. Mais depuis peu, j'essaie de varier les genres, alors je me suis dit pourquoi pas ?

Nous suivons Alexie Beauchamp, une jeune femme qui a le don de projection astrale, c'est-à-dire que par la simple pensée, elle peut projeter son esprit dans le passé. C'est tout naturellement qu'elle a décidé de mettre son don à contribution et travaille donc dans la police. Les affaires difficiles, elle connaît, seulement, lorsqu'elle hérite de l'affaire Anastasov, rien ne se passe comme prévu.

Ce début de lecture nous donne tout de suite le ton. Dès le premier chapitre, on se retrouve happé par le quotidien mouvementé de cette jeune femme au don particulier. L'histoire est bien ficelée et plus on avance dans le récit, plus l'intrigue devient palpitant.
J'ai eu la merveilleuse idée de lire ce roman le soir, au fond de mon lit et dans le noir. Certaines scènes m'ont fait passer par tous les états d'âmes possibles et inimaginables. Plusieurs fois, j'ai eu ce sentiment de malaise, cette impression d'être surveillée, que quelqu'un m'observait. J'étais tellement absorbée par ce que je lisais que je pouvais très clairement ressentir la peur et l'angoisse des personnages.

Il est assez difficile de parler du contexte global de l'histoire, car nous allons de rebondissements en rebondissements et c'est justement ça qui est super. Quand on pense que tout va s'arranger, quelque chose de nouveau arrive et vient tout chambouler. Mais pour avoir un petit point de comparaison et afin que vous puissiez savoir à quoi vous attendre, Vies parallèles à ce petit côté de la série Ghost Whisperer.

Lexie est une femme avec énormément de caractère. C'est d'ailleurs pour ça que son personnage est très intéressant et surtout bien développer. Elle se démène pour ses enquêtes et est prête à tout pour les élucider. Quant à Vince, son meilleur ami, je l'ai tout simplement adoré. Il apporte ce petit vent de fraîcheur et d'humour. Il est diamétralement l'opposé de Lexie et les deux ensembles nous amènes des scènes hilarantes et, pour le moins, explosives.

La fluidité de la plume nous permet de plonger entièrement dans le récit et de nous faire passer un agréable moment. Il s'agit du premier roman de l'auteur et pour une première, je n'ai vraiment rien à dire.

Pour conclure, ce premier tome de Vies parallèles mêle l'art du polar et du fantastique à la perfection. Ce roman saura vous offrir de nombreux rebondissements et vous surprendra à chacun de ses chapitres.
Que vous soyez friands d'enquêtes policières et de paranormal ou non, je ne peux que vous conseiller cette belle lecture. En attendant, moi, j'attends le deuxième tome avec impatience !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/vies-paralleles
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Wild girl écrit par Audren
date : 12-03
Un grand merci au site Lecteurs.com pour m'avoir permis de découvrir ce roman via les Explo'Book, ainsi que les éditions Albin Michel pour cet envoi.

Il est assez rare, pour moi, de lire ou même de me laisser tenter par les romans historiques puisqu'ils ne font pas parti de mes genres de prédilections. Mais celui-ci, en dehors de sa couverture vraiment superbe, le résumé m'intriguait et le contexte et l'époque m'attirait réellement.

En 1867, Milly Burnett, institutrice âgée de 19 ans, rêve de liberté, de bonheur et d'aventure. C'est pourquoi elle décide de quitter sa vie de bourgeoise du Massachusetts et entreprend un long voyage de trois mois en direction du Montana, afin d'y exercer son métier. Mais la vie dans cette nouvelle contrée est loin d'être de tout repos. Surtout lorsque Joshua, 17 ans, décide de venir dans sa classe.

Dès les premières lignes, j'ai été transportée, avec une facilité déconcertante, dans l'Histoire. Je ne connaissais rien du contexte historique des États-Unis à cette époque, mais les descriptions faites par l'auteure sont vraiment parfaites. Autant au niveau politique, si puis-je le dire ainsi, qu'au niveau des paysages du Far West.
Cette époque nous permet d'en savoir beaucoup plus sur les conditions de vies et surtout de faire un lien avec ce qui se passait en France et même dans le reste du monde à la même période.
Au fur et à mesure des chapitres, nous apprenons quelle place occupait la femme ou encore la religion dans la société. À travers cet environnement, l'auteure tente de nous faire passer plusieurs messages, de nous faire réfléchir et nous amène à voir, que finalement, les mentalités de certaines personnes n'ont pas changé. L'acceptation d'autrui et la tolérance sont les deux principaux sujets qui ressortent durant cette lecture.

Malgré ces nombreux points positifs, il y en a tout de même deux qui viennent ternir un peu le tableau, mais qui sont purement subjectif. En lisant le résumé, je m'attendais à découvrir une première partie avec le récit du voyage de Milly. Il est expliqué, mais de manière assez courte et vague. On en apprend un petit peu plus sur les conditions dans lesquelles elle a dû voyager, mais j'imagine qu'il y avait tellement plus à dire, que je reste un petit peu déçu.
Quant au second point m'ayant déplut, il s'agit de la fin. Je la trouve précipitée, presque bâclée. Alors évidemment, il s'agit d'une fin plutôt ouverte et forcément, ça plaît ou ça ne plaît pas. J'avoue que je reste sur ma faim.

Milly est un personnage que j'ai beaucoup aimé. C'est un petit bout de femme avec un caractère très fort et qui n'hésite pas un seul instant à dire ce qu'elle pense, même si ça ne plaît pas. Elle se détache des autres femmes, vient casser les codes de l'époque et ça, c'est grâce à son désir de liberté.
Quant aux personnes plus secondaires, je ne pourrais pas vous en parler plus en profondeur tant il y aurait à dire. Certains m'ont agacés, d'autres m'ont fait vibrer. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'ils ont tous un caractère bien différents, un caractère en raccord avec la période dans laquelle ils vivent, ce qui fait d'eux des personnages avec énormément de profondeurs et qui transmettent facilement les émotions recherchées aux lecteurs.

Je ne connaissais pas Audren, alors que visiblement, elle est l'auteure d'une bonne trentaine de roman, et je ne regrette aucunement cette découverte.
J'avais peur, en débutant ce roman, que le côté historique prenne le pas sur l'histoire, mais pas du tout. Chaque chose à sa place et arrive en son temps. La plume légère, fluide et simple nous permet d'acquérir toutes ces connaissances sur l'époque, sans qu'elles deviennent inintéressantes et rébarbatives.

En conclusion Wild Girl est une très belle histoire avec une remontée dans le temps et des personnages très intéressants. Un roman avec des rebondissements qui nous apportent leur lot d'émotions. Malgré quelques longueurs, le récit n'en reste pas moins captivant et saura vous faire voyager dans l'Ouest américain.

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/classique---historique/wild-girl
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 09-03
Je ne savais pas vraiment dans quoi j'allais m'embarquer en débutant cette lecture. Les retours sur ce roman étant plutôt mitigé, j'avais peur d'en attendre, peut-être trop et d'être déçue. Tout compte fait, j'ai passé un très bon moment, malgré une fin plutôt frustrante…

C'est l'histoire d'Alice qui depuis son enfance, rêve d'un dénommé Max. Tous deux vivent d'incroyables aventures et finissent par tomber amoureux l'un de l'autre. Persuadée qu'il ne s'agit que de simples rêves, l'adolescente sera confrontée à une étrange situation lorsque, dans son nouveau lycée, elle croisera le regard du garçon de ses rêves.

Malgré une intrigue particulièrement intéressante et innovante, en commençant cette lecture, j'étais presque certaine de lire une histoire pleine de clichés. C'est l'un des risques lorsqu'on écrit du contemporain et surtout en ayant des personnages relativement jeunes. Pourtant, malgré ces quelques détails, vus et revus, sur la vie de l'héroïne, je n'ai étonnement, pas grand-chose à dire sur la trame de l'histoire.
J'aimerais souligner l'un des points positifs de l’œuvre ; l'alternance des chapitres. Nous suivons Alice et Max dans la vie de tous les jours, au lycée, chez eux, mais aussi dans leurs rêves tous les plus loufoques les uns des autres.

Dreamology n'est pas qu'une simple histoire de garçon ou d'amourette de lycée. Même si la romance est très présente, l'auteure joue énormément avec le caractère scientifique du récit. Rien de bien détaillé et de difficile à comprendre, mais suffisamment explicite pour donner du réel et une certaine cohérence à l'intrigue.
On retrouve aussi un certain aspect psychologique. Effectivement, à travers la drôle d'histoire que vie l'héroïne, nous sommes amenés à nous demander quels sont les risques lorsqu'on devient incapable de discerner la réalité du rêve ou tout simplement la fiction de la réalité. Et c'est une question que l'on se pose tous les jours, surtout maintenant avec les nouvelles technologies et les nombreux jeux vidéos auxquels nous jouons.

La fin m'a un peu déstabilisée, voire même déçue. Je m'attendais sûrement à autre chose et je l'ai trouvé étonnement simpliste. On n'obtient pas vraiment d'explications et cette scène se déroule un peu trop vite à mon goût. J'imagine que certains lecteurs peuvent se contenter du peu qui nous ait proposé, mais quand le récit est rythmé par un fil conducteur si important, on pourrait s'attendre à plus. C'est pour moi, le point noir du roman.

Concernant les personnages, je n'ai pas particulièrement adhéré aux deux principaux. Principalement à cause de leur jeunesse et de leur réaction parfois puéril et assez superficiel.
Pour moi, les personnages secondaires apportent cette petite touche de fraîcheur en plus et surtout une pointe d'humour très appréciée.

Il s'agit d'un roman s'adressant à un lectorat jeune, alors naturellement, la plume de l'auteure suit. Elle est simple, mais efficace. Lucy Keating à réussit à me fait voyager dans l'étrange royaume des songes et est surtout parvenu à me tenir en haleine jusqu'à la toute dernière page.

Pour conclure, Dreamology, en dépit de sa fin qui n'a pas su me convaincre, il s'agit d'une lecture légère, fraîche, original et sympathique ! Les aventures de Max et Alice rendent le tout vraiment additif.
Si vous êtes à la recherche d'une lecture sans prise de tête et qui vous fera voyager parmi les songes, n'hésitez plus !

Lien vers la chronique : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/dreamology
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-03
Dans un premier temps, je tiens à remercier l'auteure pour m'avoir permis de plonger dans son univers, ainsi que les éditions Rebelle pour l'envoi de ce manuscrit.

Lorsque l'auteure est venue me proposer de découvrir son roman, je n'ai pas hésité très longtemps. Tout d'abord, parce que la couverture de ce premier tome est tout simplement magnifique, ensuite parce que le résumé me semblait très prometteur et, comme pour me prouver que je me devais de le lire, une amie m'a assuré que j'allais adorer. Et elle a bien eu raison !

Nous suivons une jeune fille de 18 ans, Héloïne, qui, après un accident qui aurait dû lui coûter la vie, se retrouve propulsée dans un monde nommé Phitanie où les maîtres mots sont magie et animaux fantastiques. Cataloguée comme l'orpheline par les habitants de son ancien village, elle voit en cet événement surnaturel le moyen d'un nouveau départ. Prête à tout pour trouver sa place dans ces lieux inconnus, elle n'hésitera pas une seule seconde à prendre part à la guerre qui se prépare aux côtés de ses nouveaux alliés.

L'auteur ne s'éternise pas sur la vie de l'héroïne dans le monde actuel et même si cela peut sembler rapide, c'est aussi un excellent moyen de nous faire rentrer immédiatement dans le vif du sujet. Effectivement, dès le deuxième chapitre, nous sommes plongé dans ce mystérieux monde qui n'est d'autre que Phitanie.
Nous découvrons au fil des pages les merveilleux paysages que nous offre ce royaume souterrain. Malgré un petit manque de descriptions, qui aurait pu accentuer toute la beauté des terres, j'ai été fasciné par l'univers que l'auteure nous présentait et surtout par sa complexité. Rien n'est laissé au hasard, et j'ai vraiment apprécié aborder cette nouvelle culture et découvrir l'histoire de ce monde.

Phitanie est un royaume gouverné par le roi Valdaraus qui, assoiffé de pouvoir souhaite avoir en sa possession les quatre éléments, autrement dit, les quatre Donum. Et pour arriver à ses fins, il n'hésite pas à enlever et tuer les Moundi, qui sont les détenteurs de ces pouvoirs. C'est ainsi qu'est né la Rébellion. Rébellion dont Héloïne prendra part.

La deuxième partie du roman est sans doute ma préférée. Peut-être parce qu'il s'agit de celle qui apporte un peu plus son lot d'actions, puisque la jeune fille se retrouve dans un camp d’entraînement afin de se perfectionner en matière de combat. Suivre cet apprentissage et son adaptation dans un milieu où elle ne se sent pas particulièrement à l'aise était vraiment très intéressant.

C'est durant cette moitié que l'on apprend à découvrir plus en profondeur Héloïne. Honnêtement, au début du récit, je craignais de ne pas m'attacher à elle et de retrouver cette héroïne pleine de clichés, un peu Mary-Su. Mais pas du tout. Même si aux premiers abords elle semble forte, courageuse, déterminée et même un brin têtue, elle n'en reste pas moins sensible et vulnérable. Je me suis attachée à elle et à son petit côté franc et droit.

La plume de l'auteure est très fluide et rend la lecture très agréable et additif. Prônant l'humour dans les romans, je peux vous assurer que j'ai été conquise. Il y a tout juste ce qu'il faut et j'ai plus d'une fois sourit d'amusement lors de la lecture de certains dialogues.

Pour conclure, ce premier tome n'est pas passé bien loin du coup de cœur. J'ai adoré suivre les aventures d'Héloïne. Avec la fin beaucoup plus sombre que nous propose Tiphaine Croville, je pense que ce second tome ne pourra qu'être magistral. J'ai hâte !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/phitanie
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Quand une amie m'a parlé de l'ouverture d'une maison d'édition spécialisée dans la réécriture de contes, j'étais vraiment excitée à l'idée de découvrir leurs œuvres. Alors, un grand merci aux éditions Magic Mirror pour m'avoir donné l'opportunité de découvrir leur toute première parution en avant première, ainsi que pour leur confiance.

Ronces Blanches et Roses Rouges est inspiré du conte des frères Grimm, Blanche-Neige et Rose-Rouge et qui, contrairement à d'autres, n'est pas très connu du grand public. Et l'une des collections de cette nouvelle maison d'édition, à cette petite particularité ; nous faire découvrir des contes, parfois, oubliés.

Nous suivons les aventures de Sirona et Eloane, deux sœurs inséparables, mais pourtant au caractère très différent. Ces deux orphelines n'ont aucun souvenir de leur passé et vivent dans une petite chaumière avec Mme Whitecombe, qui les élève comme-ci il s'agissait de ses propres filles. Mais leur petite vie tranquille prend un autre tournant lorsque leur tutrice reçoit la visite d'un mystérieux homme. L'aînée des deux sœurs se voit promise à un homme dont elle ignore tout. Refusant d'épouser un inconnu, Sirona n'a d'autre choix que de fuir. Mais dans sa fuite, elle fera la rencontre d'un envoûtant pianiste, capable de lui faire oublier tout ce qu'elle a de plus cher au monde…

Quelques mois auparavant, j'ai reçu un livre de contes où se trouvait celui qui a inspiré cette réécriture et je l'avais feuilleté, par curiosité, car il m'était, à l'époque, inconnu. Par chance, j'avais encore un très vague souvenir de celui-ci, mais pour les personnes qui ne le connaîtraient pas et qui souhaiteraient, par la suite, avoir un point de comparaison, sachez qu'à la fin du roman, vous pourrez retrouver l’œuvre originale des frères Grimm. Et c'est, pour moi, un bon point positif.
Je vous laisserais découvrir pourquoi, mais je tiens également à souligner le petit clin d’œil fait au conte de La Belle et la Bête, qui apporte une petite touche de magie en plus et que j'ai vraiment beaucoup apprécié.

J'ai été happée par l'histoire dès le prologue. On ressent tout de suite cette magie, ce petit côté enchanteur et merveilleux que l'auteure souhaite nous transmette à travers son écrit. Les actions, les événements, s'enchaînent à la perfection et plus on avance dans les chapitres, plus l'intrigue se complète et se dévoile dans sa totalité.
Les paysages que nous dévoile cette réécriture permettent à l’atmosphère d'être changeante et de nous procurer les mêmes émotions que l'héroïne. Nous pouvons autant ressentir la chaleur réconfortante de la chaumière, que l'angoisse de la forêt et, par la suite, de l'étrange château.

Mais le plus important, c'est le message que transmet ce roman. Comme tous les contes, Ronces Blanches et Roses Rouges nous enseigne différentes morale ; les apparences sont parfois trompeuses ou encore le simple fait de ne pas juger une personne sans la connaître.
On peut également noter les différentes valeurs que nous offre cette revisite de conte, qui sont, l'entraide, l'amour fraternel ou encore la bonté.

Mais ce récit ne serait rien sans la plume de l'auteure et quelle plume ! L'écriture est pleine de poésies, de féeries et de rêves. Laetitia Arnould a eu cette facilité déconcertante de m'amener avec elle dans son univers et de m'empêcher d'en ressortir avant que la toute dernière page soit tournée.

En conclusion, cette première parution est, pour moi, un véritable coup de cœur.
La magie, les mystères et les aventures sont les maîtres mots de Ronces Blanches et Roses Rouges. Que vous soyez adepte ou non des contes ou de leur réécriture, je ne peux que vous conseiller de découvrir cette histoire.

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/conte---reacuteeacutecriture-de-conte/ronces-blanches-et-roses-rouges
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-02
Ça faisait un petit moment que je souhaitais découvrir cette saga, d'autant plus que ce premier tome se trouvait dans ma pile à lire depuis plusieurs mois et pourtant je n'avais jamais osé le lire.
Effectivement, ayant eu énormément de retour mitigé, j'étais sceptique quant à cette lecture. Et malheureusement, je n'ai pas totalement réussit à adhérer à ce premier tome.

Nous suivons Avery, une lycéenne qui, en apparence, est une jeune fille banale. Mais en réalité, sa vie est animée par les mandats de travail que sa mère reçoit, les obligeant à déménager de façon régulière. Jusqu'à présent, l'adolescente parvenait à éviter tout attachement avec les autres élèves, mais lorsqu'elle rencontre Jack, le mystérieux nouveau, elle met de côté tous ses principes et accepte de l'accompagner au bal du lycée. Alors qu'elle s'apprête à passer cette soirée en sa compagnie, elle se retrouve, bien malgré elle, plonger au cœur d'une incroyable histoire de famille, qui pourrait bien être la sienne.

Quand on lit la quatrième de couverture, il est dit que, cette nouvelle trilogie est à la croisée entre La Sélection et de Da Vinci Code. Je peux concevoir cette deuxième référence, mais la première, je ne vois vraiment pas de point commun entre ces deux sagas. Alors forcément, j'ai été un peu déstabilisée en débutant ma lecture. Je pensais retrouver un univers semblable aux romans de Kiera Cass, et c'est peut-être un peu pour ça que je voulais tant découvrir ce premier tome, mais c'est tout autre chose que j'ai trouvé.

En soit, l'idée est vraiment intéressante et intrigante. Il y a un très bon fil conducteur et l'auteure maîtrise à la perfection son univers qui se trouve être très riche. Malheureusement, j'ai trouvé le roman assez long a démarré. Pendant une très grande partie, je me suis ennuyée. Le temps que toute l'intrigue se mette en place, on tourne vraiment en rond et c'est le rythme du récit qui en prend un coup. J'ai failli stopper ma lecture à ce moment-là. Je n'avais même pas lu une centaine de pages. Par chance, j'ai tenu bon, parce que la suite en vaut vraiment la peine !
Une fois que la Quête débute réellement pour nos deux héros, l'histoire devient entraînante et on commence, enfin, à se poser des questions. Les cent dernières pages sont, pour moi, parfaites. Les actions s'enchaînent et on entre, une bonne fois pour toute, dans le vif du sujet. D'autant plus que la fin promet une très bonne suite.

Je n'ai pas eu d'attache particulière avec les personnages, que j'ai vraiment trouvé plats et antipathiques. Ils ne sont pas assez approfondis et tombent assez facilement dans les clichés. J'imagine que l'auteure à préféré développer son intrigue et c'est bien dommage.
Je ne sais pas exactement comment les relations entre les personnages vont évoluer, mais j'ai l'intime conviction qu'un triangle amoureux va faire son apparition. Mais j'espère pouvoir me tromper.

La plume de l'auteure m'a, dans un premier temps, déstabilisée et je ne sais quoi en penser. Je l'ai trouvé trop simpliste et vraiment orientée vers la jeunesse, surtout au niveau des dialogues. Les personnages étant des adolescents, celle-ci est sans doute justifiée. Puis, finalement, sur la fin, j'étais tellement prise par l'action que tout ce qui me dérangeait au début s'est évaporé.

En conclusion, il s'agit d'une lecture en demie teinte, mais qui promet une suite bien meilleure. Malgré un début lent et plusieurs petits défauts, Maggie Hall a réussi son coup et nous entraîne dans une chasse au trésor, pleines de mystères et d'énigmes, aux quatre coins du monde.

Lien vers la chronique : http://aliybooks.weebly.com/thriller---polar/la-conspiration
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
​Je tiens à remercier mes éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour m'avoir permis de découvrir en avant première ce roman !

Avec une couverture aussi magnifique, un résumé vraiment alléchant et intriguant, j'étais impatiente de plonger dans cette nouvelle dystopie ! Malgré un début assez lent, Inaccessibles est le premier tome d'une saga vraiment prometteuse.

Dans le futur, la belle ville de New York n'est d'autre qu'une immense Tour de mille étages, regroupant tout ce qui est indispensable pour vivre, logement, restaurants, boutiques, etc. Cette Tour est répartie de manière bien distincte. Les plus aisés en haut et le bas peuple, en bas. Cette nouvelle façon de vivre fait rêver et simple parfaite. Jusqu'au jour où une jeune femme tombe du millième étage. Est-ce un meurtre ou un accident ? Et qui est réellement le coupable ?

Le prologue nous amène à découvrir, de la manière la plus mystérieuse qui soit, la chute de cette jeune femme du sommet de la Tour. Nous laissant, au passage, quelques maigres indices quant à son identité. Parce que c'est là que réside toute l'intrigue de ce premier opus. Qui est-elle donc et surtout comment est-elle tombée ? La suite du récit nous renvoie deux mois avant le drame.

Parlons de l'histoire. On peut dire que je m'attendais à tout, sauf au contenu que j'ai pu découvrir dans ce roman.
Effectivement, au fil des pages, je me suis bien vite aperçue que ce premier tome serait exclusivement centré sur des tonnes d'intrigues amoureuses, familiales ou autres. Disputes, amitiés, amours, trahisons, découvertes. Tous ces retournements de situations nous donnent comme une légère impression de suivre une série adolescente devant notre télévision. On se croirait presque dans un épisode de Gossip Girl voire même de Desperate Housewives. Ce qui peut, très sincèrement, être un point positif comme un gros point négatif. Pour ma part, je suis un peu mitigée. Il est vrai que je me suis profondément ennuyée jusqu'à la page 93. Parce que c'est à cette page bien précise que la première intrigue se met en place et nous apporte son lot d'actions pour la suite de l’œuvre. Après, tout doucement, les choses commencent petit à petit à bouger.

Malgré ce point faible au début, plus j'avançais dans ma lecture, moins j'avais envie de décrocher. Ce roman ayant plus de 400 pages et étant écrit avec une police relativement petite, je m'attendais à mettre plus de temps qu'à l'accoutumé pour en venir à bout, mais pas du tout. Il y a ce petit quelque chose, cette envie de découvrir la vérité, qui nous pousse à l'addiction et nous pousse à continuer jusqu'au bout. Parce qu'il faudra attendre la toute dernière page pour savoir, pour découvrir le pourquoi du comment et surtout pour nous donner envie de lire la suite.

Nous suivons alors cinq personnages différents, tous issus de différentes classes sociales et vivants donc aux différents endroits de la Tour. Chaque chapitre nous apporte le point de vue de l'un d'entre eux, ce qui peut être vraiment déstabilisant aux premiers abords. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à retenir qui était qui, qui vivait où ou encore qui faisait quoi. Les chapitres n'étant pas particulièrement long, je n'avais pas le temps de me familiariser avec l'un des personnages principaux que j'en découvrais déjà un autre.
Toutefois, on finit par s'adapter et suivre autant de héros est même une bonne chose. Possédant tous un caractère bien distinct et surtout une histoire particulière et chargée en rebondissements, on découvre beaucoup plus facilement ce qu'est la vie dans ce nouveau New York. Et surtout, nous sommes amené à nous poser une multitude de questions et à chercher parmi ces différentes personnes, qui peut bien être la victime et le coupable.

Inévitablement, je me suis attachée à des personnages plus qu'à d'autres. Notamment, Watt, un petit génie en informatique et qui espionne les habitants de la Tour grâce à une intelligence artificielle qu'il a créée, Rylin, une orpheline qui se voit obligée d'arrêter les études pour des petits boulots afin de payer un toit et de la nourriture pour elle et sa petite sœur ou encore Eris qui va découvrir un troublant secret de famille, qui bouleversera complètement sa vie.
Les deux premiers protagonistes vivent dans les étages inférieurs et il est fort possible que ce soit, en partie, pour ça que j'ai eu un certain coup de cœur pour eux. Toutefois, ils sont tous trois des personnages vraiment profonds et intéressants. Je les ai trouvés beaucoup plus honnête envers eux-même et peut-être envers les autres, plus vrais, plus proche du lecteur.

Il y a également un personnage avec lequel je n'ai pas accroché du tout, il s'agit d'Avery. C'est une jeune fille, vivant au penthouse du millième étage, qui a été conçue uniquement avec les meilleurs gènes de ses parents, faisant d'elle quelqu'un de parfait. Et cette perfection, m'a fortement dérangé. Bien que la jeune fille fasse tout son possible pour ne pas attirer l'attention sur elle, il se dégage d'elle un certain artifice, un petit côté supérieur et hautain. De plus, elle éprouve des sentiments interdits à l'égard de son frère adoptif et bien qu'il n'y ait aucun lien de sang, cette situation m'a rendue mal à l'aise à cause de la légèreté dont est traité le sujet.

Je n'aurais rien à dire par rapport à l'écriture de l'auteure. La fluidité est là, le rythme s'améliore au fur et à mesure et la simplicité rend le récit accessible à tous. Je suis impatiente de redécouvrir le style de Katharine McGee dans le second tome qui, à mon avis, promet de faire des étincelles.

Pour conclure, malgré quelques faiblesses sur le début du roman et un tournant auquel je ne m'attendais pas du tout, le premier tome de cette saga vous transportera dans le quotidien de cinq adolescents où les secrets, les mystères et les trahisons font parti intégrante de leur vie.
Et soyez en sûrs, lorsque vous découvrirez la chute de cette histoire, la suite ne pourra que vous surprendre davantage.

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/science-fiction---dystopie/inaccessibles
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un grand merci aux éditions Plume Blanche pour m’avoir permis de découvrir cette œuvre et pour leur confiance.

Plume Blanche est une maison d’édition que j’apprécie tout particulièrement et qui, jusqu’à présent, a su me convaincre à travers leurs différentes parutions.
J’étais vraiment impatiente de découvrir le premier tome de cette nouvelle saga et je peux vous dire que cette lecture est un véritable bijou, une pépite !

Ray Shepard est jeune homme pleins de mystères et qui est à la tête d'un groupe nommé les UCB, composé de duellistes tous aussi meilleur les uns que les autres. Même si l'un de ces but et de remporter le plus de combats et de hisser en tête du classement son équipe, il ne reste pas moins animé par une seule et unique chose : la vengeance. Et pour réussir à se venger de son frère aîné, à cause de qui il a tout perdu, il doit devenir plus fort, quitte à entraîner, contre son gré, ses amis dans une mort quasi certaine.

La première page du prologue commencée, j'ai su directement que je ne ressortirais pas indemne de ma lecture. J'ai été transpercé en plein cœur par l'écriture de Morgane Rugraff, par la facilité déconcertante avec laquelle les mots dansaient sous mes yeux. Fluide et addictive, la plume de l'auteure est vraiment entraînante et nous amène, sans aucune difficulté dans un nouveau monde.

Penngrad est un univers vraiment impressionnant. Il est d'ailleurs sensiblement identique au nôtre, avec des détails plutôt irréels. Grâce au Fluide, chaque personne est dotée d'un spectre animal avec lequel il est amené à combattre. On peut ainsi dire que l'âme se scinde en deux ; une part humaine et une autre part animale.
Comme nous sommes très vite plongé dans le vif du sujet, j'avais une certaine inquiétude quant à la complexité des informations importantes à retenir dans le lieu où nous évoluons. Mais finalement, chaque élément est introduit de la meilleure manière qui soit. On en apprend un peu plus à chaque page, nous laissant le temps d’assimiler tout ce qu'il y a à savoir. Et autant vous dire que rien n'est laissé au hasard.

Je ne saurais comment vous décrire mon ressenti. J'ai dévoré ce roman et j'ai même regretté de l'avoir lu aussi vite. Et pourtant, j'ai essayé de prendre mon temps, je vous assure. Surtout quand on sait que le second tome paraîtra que l'année prochaine.
L'histoire à ce petit côté sombre qui m'a tenu en haleine pendant 376 pages. Je ne compte même plus tous les rebondissements et toutes les découvertes que nous faisons au fur et à mesure que les pages filent entre nos doigts. Vous ne trouverez pas un seul temps mort et c'est avec peine que vous réussirez à reprendre votre souffle. Et pourtant, il le faut. Parce que lorsque vous prenez le risque de débuter ce roman, il faut vous préparer à passer par toutes les émotions possibles.
Et cette fin… Je n'ai jamais autant été frustrée par un tel cliffhanger. Je me demande encore comment je vais pouvoir survivre jusqu'en 2018 !

Les personnages sont vraiment l'un des points les plus positifs de ce roman. Ils sont tous différents, loin des clichés habituels que l'on retrouve de plus en plus, notamment dans le Young Adult. Ils ont des faiblesses, comme des défauts, avec pour chacun, des motifs personnels les poussant à agir de telle ou telle façon. Cet aspect-là les rends beaucoup plus proche de nous, lecteurs, et nous permet de les apprécier, tous, sans aucune exception.
Vous dire que je n'ai pas eu quelques petites préférences et que certains ne m'ont pas déplu serait mentir, mais j'estime que lorsqu'un personnage nous agace par sa manière d'agir, c'est qu'une part du contrat est réussit. C'est une façon de prouver qu'il dégage quelque chose et qu'il apporte, à sa façon, quelque chose à l'histoire.

Pour conclure ce premier tome de la trilogie Ray Shepard est pour moi une véritable réussite. Cette œuvre mérite sa place aux côtés des plus grands noms de la fantasy. J'ai vécu une aventure tellement palpitante que je pense en avoir encore pour quelques mois avant de m'en remettre pleinement.
Je ne peux que sincèrement vous conseiller de vous ruer en magasin pour l'acheter. Vous ne pourrez pas le regretter !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/ray-shepard
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie vivement les éditions Ofelbe, ainsi que Guillaume pour cet envoi et leur confiance.

J'étais restée un peu sceptique à la suite du premier tome, mais le deuxième avait su me convaincre et haut la main. Je trépignais donc d'impatience en attendant ce troisième opus et quel a été mon plaisir de me replonger dans cette saga !

Alors que Bell continue de prendre la fuite à chaque fois qu'il se retrouve en tête-à-tête avec la Princesse à l'épée, celle-ci, contre toute attente, lui propose de l'aider, durant une semaine, à s'entraîner au combat. Mais il est loin de se douter de ce qui se trame dans son dos. Effectivement, Freya, la déesse de la Beauté, semble de plus en plus intéressée et intriguée par le jeune garçon. Bien décidée de le mettre à l'épreuve, elle semble prête à tout pour le voir affronter une nouvelle fois le Minotaure.

DanMachi n'est pas un roman très épais, mais il possède des chapitres extrêmement longs. Quand on n'aime pas s'arrêter en plein milieu d'un chapitre, ça peut vite poser problèmes. Et même après deux tomes, quand je débute un chapitre, je suis impressionnée par son nombre de pages et j'ai cette petite appréhension, cette peur que le rythme soit cassé. Puis finalement, on est tellement addict à ce qu'on lit, que les pages glissent entre nos doigts à une vitesse folle.

J'apprécie de plus en plus notre petit héros. Il est vrai que dans le premier tome, je n'arrivais pas à m'attacher à lui, à le cerner. Mais plus on avance dans l'histoire, plus je le trouve mature et plus fort. Son caractère s'affirme de plus en plus et le rend encore plus adorable.
Lili, c'était mon coup de cœur du second tome et même si elle n'est plus autant mise à l'avant dans celui-ci, tout comme Hestia, elle reste un personnage que j'affectionne tout particulièrement. Son histoire est touchante et elle a un petit côté mignon ou kawaii comme diraient les Japonais que j'affectionne tout particulièrement.
Quant à Aiz, je reste encore campé sur mes positions. C'est une aventurière vraiment intrigante et qui derrière son côté de femme forte, impénétrable et indépendante, cache bien plus. Elle est pleine de mystère et j'ai hâte d'en apprendre un peu plus sur elle.

Ce que j'ai le plus aimé avec ce tome, c'est la facilité que j'ai eue à rentrer dans l'histoire et à me projeter toutes les scènes comme-ci je regardais l'anime derrière mon écran d'ordinateur.
Certains diront qu'il n'y a pas assez d'actions à couper le souffle et que quelques passages peuvent sembler répétitifs, mais de mon point de vue, c'est tout le contraire. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant, j'ai adoré suivre les sessions d'entraînements entre Aiz et Bell ou encore le suivre dans le Donjon avec Lili.
De plus, on attend ce fameux affrontement entre le héros et le Minotaure. On sait qu'il ne devrait pas tarder et cette attente nous tient en haleine.

Et quand cette scène arrive enfin, j'ai retenu mon souffle jusqu'à la toute dernière minute. Malgré la progression incroyable de Bell, il est loin de faire face contre cette créature. Pourtant, le combat reste très serré jusqu'au bout. J'avais l'impression de faire partie intégrante du roman, de voir l'affrontement de mes propres yeux et je me suis même surprise à soutenir Bell à plusieurs reprises. Je n'aurais pu espérer mieux comme fin.

Pour conclure, ce troisième tome de la saga DanMachi est pour moi une vraie réussite, un petit bijoux qui est bien loin d'avoir livré toutes ses surprises et qui cache plus d'un tour dans ses pages. Je pense très sincèrement que les tomes suivants monteront en crescendo et continuerons de nous offrir des moments de lecture tous aussi palpitants et entraînants.
J'ai vraiment hâte de tenir le quatrième tome entre mes mains !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/danmachi-tome-1-la-legende-des-familias
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Timide écrit par Sarah Morant
date : 28-01
J’ai eu la chance de rencontrer l’auteure, Sarah Morant, lors du Salon du Livre de Montreuil. J’en ai donc profité pour l’acheter et surtout pour le faire dédicacer. Suite à ce petit week-end parfait, nous avons décidé, avec mon amie Sara du blog Une envolée de passions, d’effectuer une petite lecture commune.

En dehors de la saga After, je n’avais jamais lu d’autres romans tirés de la plate-forme WatPadd. Mais ayant eu que de bons échos de la part de mes amis blogueurs, je me suis dit que j’allais passer un agréable moment. Honnêtement, ça été bien plus que ça puisque Timide a été mon premier coup de cœur de l’année !

Eleonore est une adolescente timide et renfermée. Elle possède qu'une seule amie et devient très rapidement la risée du lycée à cause de sa chevelure rousse et ses yeux vairons. Mais son caractère lui sert de carapace, et lui permet de cacher un lourd secret, un tragique événement qui a fait basculer sa vie à tout jamais. Jusqu'au jour où Jason, le nouveau du lycée commence à s'intéresser à elle et se mette en tête de briser l'armure derrière elle se réfugie.

Avec ce type de romance, j’ai toujours peur de tomber dans le cliché de l’héroïne timide et malheureuse, rencontrant le beau brun ténébreux à l’âme un peu torturée, mais qui la fait changer du jour au lendemain. Alors certes, on se rapproche très nettement de ce cas de figure, mais le cliché en moins. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que la trame de l’histoire n’est pas du vu et du revu, mais l’auteure apporte une touche de fraîcheur et de nouveauté.
Ici, l’héroïne a changé de comportement suite à un accident de route ayant coûté la vie à deux personnes qui lui sont chers. Et une part de mystère règne quant à la véritable identité de l’une de ces personnes. Honnêtement, je me suis posée une tonne de question durant ma lecture et même si j’ai fini par comprendre peu de temps avant la révélation, je n’en suis pas moins restée bouche bée. L’auteur arrive à faire planer le doute jusqu’au tout dernier instant et pour ça, je lui tire mon chapeau.

Bien que la romance possède une place importante, il en est tout autant pour la famille. Ayant perdue la même personne que l'héroïne, j'ai réussi à me projeter et à retrouver un peu de ma vie, de mon quotidien dans ce qu'elle pouvait vivre. Prendre la place de cette personne n'est pas toujours facile pour une adolescente et tous les membres de cette famille deviennent attachants et surtout touchants.

J’ai beaucoup aimé Eleonore. On s'attache très facilement à elle, peut-être parce qu'elle ressemble à n'importe quelle autre adolescente et qu'on arrive à retrouver un peu de nous à travers elle.
Et que dire de Jason ? J’ai, et de loin, un coup de cœur pour lui. Bon, en même temps, ce n’est pas très compliqué. J’avoue avoir un petit penchant pour les garçons un peu rebelle, mais qui possède une âme en or.
Concernant leur relation, je la trouve vraiment adorable. Tous les deux apprennent de l’autre et évolue à son contact. Ils possèdent une relation vraiment bénéfique, leur permettant de s’ouvrir un peu plus et de reprendre petit à petit confiance en eux. On pourrait croire qu’il est le seul a agir de manière bénéfique sur elle, mais on se rend compte que finalement, elle aussi, elle le change.

L’auteure à une plume vraiment très belle et fluide. Timide est quand même un bon petit pavé, pourtant, il m’a fallu que quelques heures pour en venir à bout. J’étais addict à ce que je lisais et j’avais cette irrémédiable envie de lire toujours plus.
Quand on sait le jeune âge de l’auteur, on ne peut qu’être stupéfait devant son style d’écriture qui, pour moi, égal beaucoup celui de grands auteurs.

Pour conclure, Timide est un roman qui saura faire craquer tous les amateurs de romance et séduira les adolescents comme les adultes. Sarah Morant à tout pour devenir une très grande auteure et je la suivrais avec une très grande attention !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/timide
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 28-01
Je tiens à remercier l’auteur pour sa confiance et pour l’envoi de son roman.

J’ai beau être une grande liseuse de fantastique, il y a certains sous-genres que je lis très peu voire pas du tout. Celui-ci en faisait partie. Pourtant, en lisant le résumé, j’étais vraiment impatiente de découvrir ce roman. J’ai toujours une petite appréhension lorsque je débute un roman dont le style sort un peu de mes sentiers battus, mais des fois, il faut savoir prendre des risques ! La preuve, j’ai passé un agréable moment durant cette lecture.

Nous suivons Livia, une jeune étudiante capable d'entrer en contact avec les défunts. Elle croisera la route de Philippe, qui semblerait avoir vécu au Moyen-Âge, lors de la période de l'Inquisition. Le mystère qui entoure cet homme la hante jour et nuit et à travers différents voyages dans le temps, elle est prête à découvrir la vérité et surtout à comprendre le mystérieux lien qui les unissent.

J’ai mis un petit peu de temps avant de rentrer dans l’histoire. Il faut dire que malgré quelques passages avec un peu d’action, le début possède quelques longueurs, qui sont tout de même nécessaires afin de pouvoir poser les bases du scénario. Une fois que l’héroïne quitte sa famille, tout s’enchaîne, peut-être même parfois trop vite. J’ai eu du mal à m’adapter au rythme de la première partie, qui fonctionnait surtout par vague. Un coup, le calme complet et un coup une multitude d’informations et d’enchaînements d’actions.
Dans la deuxième partie du roman, j’ai enfin sentie qu’on rentrait dans le vif du sujet et mes yeux refusaient de se détacher du texte. Les voyages dans le temps qu’effectue l’héroïne sont juste magiques. J’avais l’impression de changer d’époque avec elle !

L’auteure, nous amène à découvrir l’Histoire de sa région et comme je vis dans la même, j’ai prit un malin plaisir à la découvrir sous un autre angle. Et comme je lis très peu de livres historique, mélanger fiction et Histoire, c’est pour moi, un combo gagnant.

D’ailleurs, ce n’est pas la seule chose que j’ai pu découvrir. Je suis quelqu’un de très terre-à-terre et j’avais un peu peur que certaines croyances prennent le dessus. Mais pas du tout. J’ai pu découvrir énormément de choses, notamment au sujet de La Fleur de Vie. Connaître ce que ce symbole représente a éveillé ma curiosité et que je vais à mon tour, effectué quelques recherches là-dessus.

J’ai beaucoup apprécié les relations entre les personnages et surtout la force de l’amitié que l’on peut retrouver au fil des pages. En revanche, j’ai trouvé qu’une certaine relation amoureuse s’installait un peu trop vite à mon goût.

La plume de l’auteur est fluide et apporte, lors de certaines scènes, un style plein de poésie et que j’ai vraiment apprécié. L’auteur sait nous tenir en haleine quand il faut et s’amuse, parfois, un peu avec nos nerfs.
J’ai appris que le deuxième tome était en cours d’écriture et j’ai vraiment hâte de voir ce qu’il nous réserve !

Je tiens, avant de clôturer cette chronique, à faire une petite mention spécialement à la couverture du roman qui est tout simplement magnifique.

Pour conclure, Au-delà des siècles est un roman dont le mélange entre la fiction et l’histoire fonctionne à merveille. Malgré quelques petites longueurs au début, il aura le mérite de vous faire voyager dans le temps et l’espace.

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/par-dela-les-siecles
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je tiens à remercier l'auteure pour l'envoi de son premier tome ainsi que pour sa confiance.

Quand l'auteur m'a proposé de découvrir son roman, je n'ai su décliner sa proposition. Bien que je lise très peu de livres sur les légendes arthuriennes, j'en suis complètement fan et c'est avec ravissement que j'ai débuté ma lecture !

Nous suivons Kenric, un adolescent qui, alors qu'il s'apprêtait à passer une bonne soirée entre amis, se fait kidnapper avant de se retrouver dans une étrange forêt pour participer à un cérémonie pour le moins loufoque mais pas des moindres. Il apprend alors que lui et les cinq autres jeunes présents, ont le potentiel pour devenir d'excellents druides et que parmi eux se cache l'Héritier de Merlin. Pensant à une affreuse blague et loin de s'imaginer qui il est vraiment, le jeune homme tentera tout pour s'enfuir.

Premièrement, en ouvrant le bouquin, je m'attendais à découvrir un univers médiéval, mais absolument pas ! L'intrigue se déroule bel et bien à notre époque, ce qui n'a fait que renforcée ma curiosité et mon envie d'en découvrir plus.

La première moitié de l'histoire, nous suivons les adolescents durant leur formation pour devenir de futurs druides et nous offre ainsi le côté un peu plus technique du roman. Cette partie peut paraître un bon redondante, mais est nécessaire pour placer le contexte et surtout pour découvrir les nombreuses merveilles que nous propose l'auteur.

Effectivement, j'ai été charmée par les décors décrits et qui sont tout bonnement merveilleux et féerique. J'ai été conquise par la forêt de Brocéliande ainsi que tout ce qui en découle. J'en ai vraiment prit pleins les yeux. La redécouverte de ce mythe est un fabuleux voyage que je ne regrette pas d'avoir fait.

La deuxième moitié du roman est vraiment très prenant et l'intrigue devient vraiment plus intéressantes et importantes. On a très peu, voire presque pas de temps morts, les actions s'enchaînent et c'est à peine si nous avons le temps de respirer un peu. Certains rebondissements, certaines révélations m'ont laissé perplexe. Moi qui ai tendance à râler lorsque je vois venir certains événement, ici, je suis allée, pour mon plus grand plaisir, de surprise en surprise.
J'étais complètement absorbée par ce que je lisais et les chapitres, relativement longs, ne sont ni un obstacle, ni un frein à la lecture.

Je m'attendais à ne pas accrocher avec le héros ; Il faut dire que sa description ne nous donne pas forcément envie de l'apprécier. Puis finalement, on apprend à le découvrir au-delà de son caractère de petit têtu et d'enfant rebelle, mais qui malgré tout, fait son charme et j'ai eu un véritable coup de cœur pour lui.

L'auteur à une plume que je qualifierais d'atypique. La narration étant omnisciente, j'ai eu vraiment très peur. C'est un style que je n'apprécie pas réellement et qui souvent, m'empêche de rentrer dans l'histoire. Pourtant, j'ai trouvé que cette narration apportait une sorte de crédibilité supplémentaire au récit. De plus, on se retrouve avec, parfois, des commentaires remplis d'humour provenant du narrateur, permettant véritable échange avec le lecteur.

En conclusion, L'héritier de Merlin fut une lecture riche en magie et en rebondissements. Je me suis laissée entraîner par cette revisite du mythe de Merlin, qui est une véritable réussite.
Les amateurs de légendes arthurienne et toutes personnes friandes de fantasy devraient, sans plus tarder, découvrir ce roman !

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/le-secret-des-druides-tome-1-lheritier-de-merlin
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour cet envoi.

Blue, la couleur de mes secrets est un roman qui m'a fait de l’œil dès sa présentation au Salon du livre de Montreuil et que je souhaitais découvrir. J'apprécie de plus en plus les romans provenant de la plate-forme Wattpad et n'ayant fait que des bonnes découvertes jusqu'à présent, j'étais très enthousiaste en débutant ma lecture. Malheureusement, dès le premier chapitre, j'ai senti que ça ne fonctionnerait pas.

Nous suivons Blue, une adolescente de terminale et qui se voit contrainte de changer de vie, de déménager pour Toulouse et de changer de lycée quelques mois avant le bac. Tout ce que la jeune fille souhaite, c'est de se fondre dans la masse et finir son année scolaire sans encombre. Seulement, Nathan, un élève de sa classe, à la réputation douteuse, s'intéresse de plus en plus à elle et semble prêt à tout pour apprendre à la connaître. Alors qu'elle doit faire face à ce premier problème, des lettres anonymes font surfaces, l'obligeant à rester sur ses gardes.

Avec un résumé alléchant et une intrigue aussi prometteuse, je m'attendais sincèrement à vivre une aventure palpitante au côté de notre héroïne. J'étais impatiente d'en découvrir l'issue et de percer tous ses secrets. Mais le contenu du roman est bien différent de ce que le résumé me laissait entendre. Je ne vais donc pas y aller par quatre chemins, mais cette lecture est pour moi une véritable déception. Je vous explique pourquoi :

La plume de l'auteur est beaucoup trop scolaire. Il n'y a aucune figure, aucune poésie. L'auteur ne joue pas avec les mots et rédige son texte comme ci il s'agissait d'un devoir à rendre en classe. Le récit est également parsemé de nombreuses répétitions, cassant le rythme du texte. Ce manque de fluidité donne déjà un premier ton à l'histoire et m'a sincèrement rebuter pour la suite. Toutefois, l'écriture se fluidifie sur la deuxième partie de l’œuvre.

Pour continuer avec l'histoire, l'idée était bonne et vraiment intéressante. Mais plus les pages défilent, plus les incohérences apparaissent. Je ne pourrais pas toutes vous les citer et encore moins citer les plus importantes sans vous spoiler la fin, mais prenons en exemple : les heures de colles pendant des heures de cours, le prénom et les noms de famille des personnages à consonance américaine alors que toute l'intrigue se déroule en France (évidemment, je ne dis pas que tout le monde s'appelle « Dupont » ou « Martin », mais tout de même.) et même si je ne suis pas une experte sur la profession de militaire, je suis presque sûre qu'un soldat ne rentre pas dans sa famille en milieu de mission pour passer qu'un simple week-end… En bref, il y a énormément d'informations illogiques et qui auraient pu être évité en prenant le temps de se documenter un minimum.

La fin du roman est, ce que j'attendais le plus avec impatience. Mais encore une fois, par manque de documentation et de rationalité, la résolution de l'intrigue perd tout son sens. J'imagine que l'auteur souhaitait nous en mettre plein la vue et terminer avec un final époustouflant, mais pour moi, c'est raté. Non seulement, les incohérences refont surface, mais en plus, à vouloir trop en faire et à vouloir privilégier la quantité, la qualité est laissée de côté et c'est vraiment dommage.

Je ne vais pas m'éterniser sur les personnages pour la simple et bonne raison que je n'ai pas grand-chose à dire sur eux. Ils sont stéréotypés à souhait et c'est quelque chose qui m'agace assez facilement. Les personnages secondaires ou encore les relations entre personnages sont sans profondeur et retransmettent aucune émotion.
L'héroïne à tout de la fille un peu naïve et candide. Elle n'apprend pas de ses erreurs et recommence inlassablement les mêmes. Quant à Nathan, c'est un cliché à lui tout seul, je pense qu'il est donc inutile que j'en dise un peu plus.

Pour conclure, cette lecture n'a pas su gagné mon cœur à cause d'un trop grand nombre de défauts. Le récit manque cruellement de crédibilité, au point d'en devenir presque rocambolesque.
L'écriture manque de fluidité et apporte une certaine immaturité, toutefois, ce court roman (environs 200 pages) devraient plaire aux plus jeunes ou à un public très peu averti.

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/blue-la-couleur-de-mes-secrets
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un grand merci aux éditions Ofelbe ainsi qu'à Guillaume pour cette réception !

Depuis l'annonce de sa sortie, j'étais extrêmement pressée de découvrir l'univers dans lequel l'histoire allait se dérouler. Malgré quelques retours assez mitigé par des amis blogueurs, je me suis lancée dans cette lecture avec une grande impatience !

Nous sommes en 2095, trente ans après la fin de la troisième Guerre Mondiale et nous suivons un frère et une sœur, Tatsuya et Miyuki Shiba, lors de leur rentrée dans la plus prestigieuse école de magie. Tandis qu'elle se retrouve dans le rang des élèves les plus prodigieux, aussi appelé, ''fleurs'', lui se voit intégrer la classe des graines où sont regroupés les élèves les moins doués et les plus méprisés de l'établissement.
Alors qu'ils espèrent passer une scolarité normale et sans encombres, des menaces ne tarderont pas à les faire agir.

La chose la plus frappante lorsqu'on débute cette lecture, c'est la technicité et la complexité de l’œuvre. Aucun détail n'est laissé aux hasards et pour placer le contexte dès le début, il faut passer par des mots techniques, parfois assez compliqués, des informations à ne plus en finir et qui, souvent, arrivent en même temps, ce qui nous oblige à intégrer le plus rapidement possible ce que l'auteur nous explique. Cette surcharge de renseignements peut, dans un premier temps, faire peur et nous ralentir dans notre lecture, mais elle est inévitable pour comprendre l'essentiel de l'histoire.
Mais comme pour nous rassurer, le premier tome est vendu avec une carte d'activation nous permettant de regarder les trois premiers épisodes gratuitement. De quoi permettre une seconde leçon pour éclaircir les petites parts d'ombres qui pourraient encore exciter.

La véritable intrigue met du temps avant de faire son apparition et laisse la place aux nombreuses explications et la première partie du roman n'est pas riche en actions et rebondissements. De ce fait, le rythme est un peu cassé et le début de l'histoire devient vite répétitive et longue. Néanmoins, dès la seconde partie, le scénario devient de plus en plus mouvementés et nous en met plein la vue. Une fois l'intrigue mise en place et lancée, la trame prend une tout autre tournure et il m'était impossible de m'arrêter de lire. L’addiction est un véritable point fort de cette seconde partie et nous donne réellement envie d'en apprendre plus et de nous plonger dans le second tome pour continuer l'aventure aux côtés de nos héros.

Concernant les personnages, j'avoue avoir eu un peu de mal avec eux au début et pour plusieurs petites raisons, mais qui sont totalement légitimes. Il faut savoir qu'ils ont une quinzaine d'années et pourtant, leur langage est parfois trop soutenu et ne reflète pas l'image d'un adolescent de cette tranche d'âge. Notamment avec Miyuki, qui pourrait nous sembler venir d'un autre temps tant son langage est trop parfait. Seulement, dans la culture nippone, les Japonais mettent un point d'honneur sur le respect et une fois traduit, cette marque de respect qui est ''normale'' dans leur pays, disparaît et nous semble plus ou moins inadapté. Il faut donc vraiment remettre les choses dans son contexte et se projeter dans un autre pays, avec une autre façon de vivre et donc de parler.
En revanche, le frère et la sœur entretienne une relation assez ambiguë et qui m'a sincèrement mit mal à l'aise. Miyuki idolâtre son frère et essaie plus que tout de mettre ses atouts en avant, recherchant presque à évoquer du désir chez lui.

Pour conclure, The Irregular at Magic High School est un premier tome qui, malgré des moments de faiblesses, me laisse présager une suite époustouflante et pleine de bonnes surprises. Bien qu'il s'agisse d'une lecture demandant une certaine accroche, elle devrait conquérir les amateurs de science-fiction et les amoureux de mangas.

Lien vers la chronique : http://aliybooks.weebly.com/science-fiction---dystopie/the-irregular-at-magic-school
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-12-2016
Un grand merci aux éditions Anyway pour leur confiance et cette très belle lecture.

Ophélie Mesturoux n'était pas un nom inconnu pour mes oreilles, puisqu'il s'agit d'une amie d'enfance à une de mes amies proches. De ce fait, j'ai longuement entendu parler de son roman et de la grande qualité de sa plume. Ma curiosité piquée à vif, je me suis lancée dans la découverte de sa première œuvre.

Morgane est une adolescente dont l'âme se réincarne de siècle en siècle dans l'espoir de retrouver son âme-sœur afin d'accomplir leur destin. Les personnes possédant cette particularité s'appellent des Âmes et sont formées à l'Institut Landsburg afin d'étudier l'utilisation de leur don ainsi que les connaissances de leurs semblables et de leur histoire. Seulement, lorsque l'établissement se voit faire face à la disparition de certains de ses élèves, le destin se remet en marche et il faut faire vite.

Le destin des âmes et un court roman (environs 200 pages) où rien est laissé au hasard. Dès la première phrase, nous sommes transportés dans la magie et le mystère qui découlent des Âmes. L'univers que nous décrit l'auteure est vraiment riche et nous donne envie d'en apprendre toujours plus. Et c'est d'ailleurs ce qui se produit. L'intrigue étant particulièrement bien ficelée, plus on avance dans l'histoire plus notre soif de découverte se sent combler et pour ne pas être rassasiée en quelques lignes, de nouveaux bouleversements font surfaces, apportant d'autres questionnements.

J'avais peur, en débutant une nouvelle histoire mettant en scène des âmes-sœurs, de retomber dans le fameux cliché d'amour dégoulinant de niaiseries, mais pas du tout ! Au final, on se retrouve avec vraiment très peu de romance puisqu'elle intervient seulement en arrière-plan. Le fait que les âmes-sœurs ne soient pas forcément destiné à devenir des amants cassent vraiment ce mythe et nous permet de nous concentrer sur des sentiments autres, comme l'amitié.

Le seul point négatif que j'ai, c'est la vitesse de certaines scènes. Comme le roman est assez court, des passages sont parfois bâclés alors qu'ils mériteraient un certain aboutissement. C'est le cas avec la fin. Même si je la trouve vraiment merveilleuse, je la trouve vraiment trop rapide. On n'a pas vraiment le temps d'assimiler ce qui vint de se passer, ni même de ressentir des émotions… Une centaine de pages en plus ne serait vraiment pas de refus !

La plume de l'auteure est comme on me l'avait décrite. J'ai vraiment adoré son style d'écriture, qui est à la fois simple et captivant, plein de poésie et très fluide. C'est la première chose à laquelle j'ai fait attention en démarrant ce roman et c'est la première chose qui m'a frappée. L'auteure à un véritable talent pour les mots et j'espère pouvoir la relire très vite !

En conclusion, Le destin des âmes est un roman bien trop court et qui mérite sa place parmi les plus grands et qui pourrait devenir un incontournable de la littérature Young-Adult. Cette lecture se dévore sans modération et permet aux lecteurs de se poser une multitude de question quant à l'issue de l'histoire.

Lien vers la chronique : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/le-destin-des-ames
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 21-12-2016
Un grand merci aux éditions Sarbacane pour leur confiance et l'envoie de ce roman.

Samedi 14 novembre est un roman, fictif, relatant le lendemain des attentats qui ont touché la France en 2015. Comme les Français, j'ai, ce jour-là, été bouleversée et en découvrant la sortie de ce roman, je me suis dit qu'il m'apporterait sans doute un peu d'espoir.
Malheureusement, malgré la beauté de cette œuvre et son très beau message, je suis ressortie mitigé de ma lecture.

Nous suivons B., un jeune homme qui se trouvait au bar, avec son frère, le jour des attentats pour fêter son anniversaire. Lui, il s'en ait sorti indemne, mais ce n'est pas le cas de son frère. Sous le choc, il quitte l'hôpital le lendemain matin et déambule dans la rue jusqu'à croiser le regard d'un passager, qui n'est d'autre que l'un des tueurs. Malgré les risques et les dangers, il décide de suivre l’assassin jusqu’à sa planque.

Un point que je ne pourrais pas retirer à ce roman, c'est les sentiments qu'il renvoie. Durant toute ma lecture, j'ai été traversé par des vagues d'émotions. J'ai pleuré, j'ai souri, parfois, et j'ai surtout eu peur. L'ambiance qui règne est oppressante, presque glaçante et donne un petit côté thriller au roman.

Le scénario que propose l'auteur pour le lendemain des attentats est à la fois surprenant et inattendue. Peut-être même trop.
B. n'est plus vraiment lui-même, il n'est plus réellement conscient de ce qu'il fait, de comment il agit. Il est passé en mode automatique et se laisse simplement guider par sa vengeance et ce puissant sentiment de haine. J'imagine que face à la douleur, face à un événement aussi marquant et choquant, chaque personne réagit de manière bien différente et distincte. Toutefois, plus l'histoire avançait, moins je la trouvais crédible. Pour moi, cet inversement de rôles, transformant la victime en bourreau et le bourreau en victime est allé bien au-delà de l'imaginable.

La suite de l’œuvre, nous amène à nous faire comprendre que l'amour et plus fort que la haine. Qu'il existe toujours une petite part de lumière dans l'ombre. L'auteur nous rappelle également qu'il faut cesser les amalgames et apprendre à s'ouvrir aux autres, à se questionner. Ce roman n'est pas un message à la haine, mais bel et bien un message d'espoir.
Mais encore une fois, cette romance n'a pas eu l'effet escompté sur moi. Malgré le fait que je la trouve touchante, j'ai trouvé sa construction bien trop rapide. Tout comme la fin, qui me semble trop simple et très peu approfondis.

Je n'avais pas encore découvert le style d'écriture de Vincent Villeminot et même si je présume qu'il ne s'agit pas du genre qui le correspond le plus, j'ai vraiment aimé le lire. Une certaine poésie se dégage de sa plume, rendant l'histoire encore plus poignante.

En conclusion, même si Samedi 14 novembre n'a pas su me combler par, à mes yeux, son manque de réalisme, il n'en reste pas moins un roman bouleversant et remplit d'espoir.

Lien vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/samedi-14-novembre
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0