Livres
554 080
Membres
598 922

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

<< La vie est courte, Romps les règle, Pardonne rapidement, Embrasse lentement, Aime sincèrement. >>

Afficher en entier

<< Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu allais mourir aujourd'hui. >>

Afficher en entier
Extrait ajouté par M2013 2017-04-07T14:47:05+02:00

page 307

Chaque lettre qui recouvre le torse de Marcus semble vivante, comme si ce n'était pas l'encre qui s'était imprimée dans sa peau, mais son sang qui, remontant du fond de son être, avait fleuri à la surface de son épiderme pour dessiner son histoire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaMt 2017-01-16T13:58:46+01:00

"Un soleil? Marcus a dit ça de moi?"

Kenji: Oui. Il est responsable Planétologie, il sait de quoi il parle. Il a dit que tu étais comme une géante rouge _ tu sais, ces étoiles en fin de vie qui s'enflamment, qui rougissent, et qui brûlent tout leur système solaire autour d'elles en mourant?"

Afficher en entier

[spoiler]

Léonor se colle contre la vitre blindée :" Attends ! hurle-t-elle. Je ne sais pas ce qui te fait imaginer ça, ni ce que Marcus t'a raconté, mais c'est faux : je n'ai pas encore choisi ! "

Mozart se retourne à l'entrée du tube, ses boucles noires ruisselant sur ses tempes, deux sillons humides luisant sur ses joues : "Ne te fatigue pas, Léonor, dit-il d'une voix étranglée. J'ai des preuves. Et toi, tu as mes putains de larmes. Tu as gagné. Adieu. "

Afficher en entier
Extrait ajouté par marine1241 2016-06-26T00:53:27+02:00

Marcus : "Intéressant, dis-moi, ta manière de draguer ! Dire au gars que tu invités qu'il n'est pas ton genre..."

Léonor : "Ce n'est pas ce que j'ai dit..."

Marcus : "Ah !"

Léonor : "... Mais peut-être que je le pense."

Les corps des deux jeunes gens dérivent lentement l'un vers l'autre. Ils se jaugent, s'apprécient, se mesurent du regard.

leurs mains se posent sur la paroi de verre presque au même instant.

Le sourire de Marcus s'élargit à la partie gauche de sa bouche : "Toi, Léonor, tu es joueuse..."

Léonor ne peut s'empêcher de sourire à son tour. Bien qu'elle fasse tout pour le cacher, on sent qu'elle est touchée. Intriguée. Ou peut-être plus. Ne serait-ce qu'à la manière dont elle s'en défend : "Et toi, Marcus, tu es présomptueux. Indécise... Joueuse... C'est quoi, le prochain adjectif que tu vas me sortir, alors que tu ne me connais même pas ?"

Marcus : "Que dirais-tu de charmante ?"

Il dévore la jeune fille du regard ; la caméra, elle non plus, n'en perd pas une miette. Le sourire de Léonor est si rare.

Si resplendissant.

Si fugitif.

Déjà, Léonor prend appui sur la vitre et repoussé doucement son corps. Elle s'éloigne lentement à travers la bulle, insaisissable. Mais elle ne parvient pas à détacher ses yeux de ceux de Marcus : "Je me suis trompée. Présomptueux, c'est trop subtil pour une technique de drague aussi lourd-dingue."

Marcus : "Alors, laisse-moi essayer quelque chose de plus léger."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Niniee88 2016-06-22T10:51:49+02:00

"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu allais mourir aujourd'hui. " (JAMES DEAN 1931-1955)

Afficher en entier
Extrait ajouté par Annabeth- 2016-06-13T13:30:04+02:00

Le silence ne ment pas, il est plus pur et plus vrai que la plupart des paroles.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lucile_cmbs 2016-05-15T12:07:16+02:00

C'est plus flippant. C'est plus magique. C'est plus réel.

Afficher en entier

— Tu as une rage de dents ? demande-t-elle à Fangfang, en retirant ses écouteurs de ses oreilles. Ou est-ce que tu es en train de te transformer en hamster ?

— Hamster toi-même ! Ce n’est pas moi qui cours dans une roue comme une malade depuis le début du voyage !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode