Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pirlouit : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Birmane Birmane
Christophe Ono-dit-Biot   
je n'ai pas sauté un mot, une ligne du roman, lu en un week-end. l'histoire est prenante, les personnages attachants, réalistes, les descriptions magnifiques et pleines de l'amour qu'on sent qu'Ono-Dit-Biot voue à la Birmanie. Oui, c'est un vrai roman d'aventure qu'on a dans les mains, un de ces livres qui permettrait une adaptation cinématographique plutôt agréable!
Mais, pour ma part, en dehors de l'histoire de César, j'ai aussi lu, découvert, un pays que je connaissais mal, hormis ce qui transparait parfois dans la presse au sujet d'Aung San Suu Kyi (pas grand chose en fait). Alors, je ne pourrais pas dire si "Birmane" véhicule des clichés, comme je l'ai lu dans d'autres avis, mais, en tout cas, c'est un livre très agréable à lire, qui donne envie "d'aller plus loin", d'en apprendre plus sur cette mysterieuse Birmanie.

Je n'ai pas adoré la fin, mais, d'un autre côté, je trouve qu'elle termine bien l'histoire par son mystère.


par fredmerck
Comment peut-on être français ? Comment peut-on être français ?
Chahdortt Djavann   
C'est mon deuxième livre lu de cette auteure et je dois dire que je suis tout aussi agréablement surprise par cette lecture. Nous nous plongeons dans la vie d'une iranienne mettant les pieds à Paris, et qui, malgré les nouvelles libertés, se trouve devant des obstacles comme la langue française, mais aussi les souvenirs qui continuent de nous suivre peu importe où nous allons. Un livre choc et très émouvant.

par julisa
Johan et Pirlouit, Tome 16 : La Nuit des sorciers Johan et Pirlouit, Tome 16 : La Nuit des sorciers
Alain Maury   
j'ai trouve celui-la tres diffferent des autres.
Johan et Pirlouit, Tome 14 : La Horde du corbeau Johan et Pirlouit, Tome 14 : La Horde du corbeau
Alain Maury   
Ce livre nous montre encore une fois le courage de Johan et le sens musical de Pirlouit !!!
Très drôle et plein d'aventure !
Bonne lecture !

par CccMmm
Johan et Pirlouit, Tome 17 : La Rose des sables Johan et Pirlouit, Tome 17 : La Rose des sables
Peyo    Alain Maury    Luc Parthoens   
C'est le premier johan et prlouit que j'ai lu. Je me rappelle que j'ai bien aimé.

par gweymann
Johan et Pirlouit, Tome 15 : Les Troubadours de Roc-à-Pic Johan et Pirlouit, Tome 15 : Les Troubadours de Roc-à-Pic
Peyo    Alain Maury   
Toujours aussi bien avec de belles couverture .





Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Deuxième partie Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Deuxième partie
Patrick Rothfuss   
J'ai juste adoré ce livre, est encore, c'est un euphémisme. J'ai tout aimé, tout du début à la fin ( un peu comme les deux autres avant lui ). J'ai tellement hâte de lire la suite !
Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Première partie Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Première partie
Patrick Rothfuss   
Ce découpage était certe malheureux mais nécéssaire, vu le gros pavé que nous avait pondu Rothfuss...
Et au final ce tome des Chroniques du Tueur-de-Roi (personnellement, j'appellerais toujours cette saga "le Nom du Vent" tant ce titre est accrocheur) se lit tout seul, d'un pure régal de bout en bout !
Et... ça m'a fait un bien immense ! Ce livre m'a rappelé pourquoi j'aime désespérément lire ! Pourquoi est-ce que j'aime lire ? Pour ce sentiment qui tord les tripes, pour cette écriture qui nourrit l'âme aussi bien que l’appétit vorace de la connaissance et la profonde fascination pour l'histoire qui se construit.
Ce tome était un bonheur, un enchantement hors du temps. Pendant la semaine qu'a durée ma lecture, ma vie n'avait qu'un seul sens : rentrer au plus vite chez moi, et reprendra ma lecture. Rothfuss fait parti de ces auteurs qui arrivent à me faire tellement aimer son écriture que je me surprends à reprendre ma lecture un chapitre avant celui où je m'étais arrêté, juste pour le plaisir de me replonger dans l'ambiance de son récit.
La Peur du Sage est de ces récits doux, terriblement bien menés, dont tout l'intérêt réside en l'envoutement qu'il déploie : ce tome manque un peu d'action (la faut au découpage) mais les tableaux qu'il dépeint, l'ambiance qu'il installe, tout ceci relève d'un long charme bienveillant et puissamment révélateur de son talent. La Peur du Sage n'est pas faite pour se lire vite, au contraire : elle se déguste, avec toute la patience et la délicatesse que requière ce genre de chose. Une longue étreinte, face à face avec l'écriture et ses histoires entre magie et vérités.
C'est beau, il y a là tout ce que j'aime dans l'écriture, tout ce que je voudrais un jour créer : l'harmonie presque parfaite, un récit passionnant sans jamais être racoleur, et une sensibilité profonde doté d'un sens précis de la mesure.
Ma plus belle et saisissante lecture de ce début d'année, assurément pour un bout de temps (jusqu'à ce que j'entame la seconde partie de cette Peur du Sage ? Sans doute)
Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent
Patrick Rothfuss   
Pas d'univers baroque ici, pour ce qu'on peut en lire pour le moment au moins. Il semble assez fouillé mais également très classique, ce qui évite l'exercice parfois périlleux de longues expositions.
A part quelques particularités et traits de couleur locale distillés ici et là le récit se concentre donc sur le vécu et l'environnement immédiat du personnage principal laissant le reste dans un arrière-plan qu'on peut supposer relativement générique, ou qui sera détaillé au besoin le moment venu.

Le personnage de Kvothe aurait pu être difficilement supportable (surdoué, maniant presque par hasard quoique pas sans danger à 12 ans un sortilège que la plupart mettent des années à maîtriser...). Mais il lui reste heureusement assez de défauts et traits de caractère plus ou moins louables pour le rendre plus vivant, le fourrer dans les ennuis et entretenir le suspense.

La trame générale du scénario et les péripéties traversées sont aussi classiques, mais tout cela est très bien écrit et mené, avec parfois un subtil clin d'oeil ou décalage humoristique par rapport à ce qu'aurait pu être la scène, entre ce qui s'est réellement passé et ce que la rumeur en a fait.
J'ai adoré l'épisode du dragon 8)

par Aude
Le Trône de fer, Tome 4 : L'Ombre maléfique Le Trône de fer, Tome 4 : L'Ombre maléfique
George R. R. Martin   
A l’heure où la magie s’intensifie

Il y a comme de l’électricité dans l’air… Les choses vont de mal en pis maintenant que les pions sont placés et l’on ressent une pression, une oppression, je dirai même de plus en plus forte. On se transforme, au fil de la lecture, comme des animaux traqués, ne sachant plus en qui faire confiance. Et une seule question se pose : vers qui se tourner ? Car si l’ombre maléfique vient, rien ne laisse présager de bon.

L’ombre maléfique ? La vérité ?

En effet, en préparant cette guerre, on se rend compte que des toiles tombent petit à petit, comme de lourds secrets que l’on ne peut plus porter. Ces vêtements trop lourds nous empêchant d’avancer, est ce que le fait de les enlever nous libèrera ? Ou cela causera-t-il notre perte ?
C’est l’éternelle question que tout le monde se pose dans les Sept Royaumes. Mais il y a toujours ceux qui acceptent la vérité et ceux qui ne sauraient la regarder en face. Ceux qui le peuvent détiennent la vraie force.


par Kore