Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de plumedesang : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
King of Eden, Tome 3 King of Eden, Tome 3
Ignito    Sang-Cheol Lee    Takashi Nagasaki   
https://lapommequirougit.com/2019/05/10/king-of-eden-3-%E2%80%A2-takashi-nagasaki-et-ignito/

/ ! \ Risque de spoiler sur les tomes précédent / ! \

Nous avions découvert dans le dernier tome qu’Oupyr n’était pas vraiment celui qu’il prétendait être, mais plutôt l’homme qui était dans la tombe il y a des années lors d’une expédition archéologie. Teze Yoo y avait participé et raconte au petit groupe tout ce qui s’est passé ce jour-là et comment le virus s’est rependu.

J’ai été captivée par ce récit. Se retrouver plongées dans le passé, donne l’occasion au lecteur d’avoir enfin un plus d’information sur ce virus et son origine. On y découvre un Teze Yoo plus jeune et on apprend à mieux le connaître lui et les autres personnages présents lors de cette expédition.

J’ai aimé me retrouver plongé dans le passé et avoir des réponses concernant le virus du Loup. On avance tout doucement dans l’histoire, mais surement. Je suis toujours autant captivée par ce manga que je trouve original et qui sort du lot. Le virus du loup a encore bien des mystères à nous révéler.
Shades of Magic, Tome 1 Shades of Magic, Tome 1
Victoria Schwab   
5/5

Lire ma review :
https://www.milkywaygraph.fr/article/books/279/chronique-shades-of-magic-tome-1-a-darker-shade-of-magicde-ve-schwab

BLUFFANT.

C'est le deuxième livre que je lis de cette auteure et elle ne cesse de m'impressionner (le premier était : This Savage Song). Ce premier tome de la trilogie Shades of Magic est un véritable chef d'œuvre et promet une suite explosive.

Il est très rare que, dès les premiers chapitres, je sache déjà quelle sera ma note pour un livre. Et c'était évident que pour celui-ci, ce serait un 5/5 d'office. Je suis rentrée dans cet univers fascinant très rapidement et j'ai tout de suite su que ç'allait être un coup de cœur !

L'histoire se déroule en 1819, à Londres. DÉJÀ. Rien que ça, c'est la perfection puisque j'adore le cadre dans lequel le récit prend place. De plus, le fait qu'on ait une date et un lieu nous permet de très vite adhérer au récit.

Kell est l'un des derniers Antari, un magicien qui a la particularité de voyager entre les mondes parallèles. Il existe trois différents mondes. Il y a tout d'abord Grey London qui est notre propre Londres du XIXème siècle : dans ce monde, la magie a été complètement oubliée. Red London est la ville où habite Kell : c'est une ville prospère et colorée où la magie est très utilisée. Enfin, il y a White London : c'est la ville la plus dangereuse car elle a été corrompue et pervertie par la magie. On raconte également qu'il y avait un autre Londres, détruit et consumé par la magie : Black London. Kell traverse Grey London, Red London et White London de manière quotidienne car son travail est de transmettre les messages de la couronne d'un royaume à l'autre.

J'ai trouvé ces univers parallèles hyper captivants et intéressants. Ils sont très différents les uns des autres, impossible de les confondre ! L'atmosphère change radicalement lorsque notre héros change de Londres, je n'étais donc jamais perdue dans ma lecture, ce qui aurait très bien pu être le cas à force de passer d'un univers à un autre aussi souvent.

C'est d'ailleurs ce qui est le plus remarquable chez l'écriture de l'auteure. Mise à part une plume fluide et addictive, V.E. Schwab maîtrise parfaitement la construction de son monde. Elle parvient à nous faire comprendre son univers fantastique aussi facilement que s'il s'agissait d'un livre contemporain alors que NON. C'est du HIGH FANTASY. Ce que j'adore, c'est qu'elle va droit au but mais tout en gardant une magnifique écriture (on peut y trouver beaucoup de belles citations). Elle ne tombe pas non plus dans le piège du déversement d'informations : tout est parfaitement dosé, en aucun cas on ne se sent submergé par un trop-plein de détails. Tout est dans la subtilité et la précision. Pourtant, dans les livres de fantasy, il y a FORCÉMENT des passages qu'on doit relire plusieurs fois pour bien digérer… Dans les livres de V.E. Schwab, ça n'arrive jamais !

Kell va découvrir, malgré lui, l'existence d'une pierre magique provenant de Black London et va tout faire pour s'en débarrasser et la ramener dans le monde déchu auquel elle appartient avant qu'elle ne détruise tout sur son passage. Il va alors faire la rencontre d'une jeune pickpocket nommée Lila, qui habite à Grey London, et c'est ensemble qu'il vont vivre cette aventure aussi dangereuse qu'excitante !

Parlons des personnaaaaaaages. PARCE QUE LILA EST JUSTE MERVEILLEUSE. Voleuse + pirate + badass + drôle, courageuse et intrépide : ne serait-ce pas là l'une de mes personnalités préférées ?? YASSS. Je l'ai tout simplement adoré ! Ses répliques et son franc-parlé #PUNCH-LINES rajoutaient un côté humoristique à l'histoire, ce qui n'était pas désagréable du tout. Et, elle et Kell formaient un duo parfait ! Leur dynamique était la meilleure des choses qui soit. Il n'y pas de romance dans ce livre, mais je vous annonce que JE. SHIP. HARD. C'est obligé. Leur alchimie est trop belle pour être gâchée, ahah.

KELL. MON PETIT KELL CHÉRI. Je ne sais même pas par où commencer. Il a été adoptée par la famille royale de Red London et il est traité comme l'un des leurs #prince donc il est AIMÉ. En plus, il a frère (Rhy) trop gentil avec lui et j'adore leur complicité et ARG. J'adore. Mais mon pauvre Kell se sent, bien que dans une famille aimante, plus utilisé que tout. Le roi et la reine ont beau dire, Kell leur sert surtout de messager entre les royaumes. Je trouve ça trop triste que Kell se sente aussi mal intégré dans sa famille adoptive. Il est super intelligent, brave, avec une petite touche d'insolence parfois, mais il est également tout fragile et perdu à l'intérieur et ADORABLE.

ET ON EN PARLE DE SON MANTEAU ??? Anw, je veux un spin-off entièrement consacré à ce magnifique manteau qui est, en réalité, plusieurs manteaux en un seul ??? WHUUUUT. #mind-blown Il lui suffit de le retourner pour qu'il change complètement d'aspect. Je veux ce manteau.

Les méchants dans l'histoire sont HYPER méchants. Je préfère vous prévenir, ce livre est très SANGLANT. Beaucoup de violence, de sang et de torture (même si j'ai déjà lu pire quand même #JayKristoff). Et vous savez que j'adore ça. #psychopathe Je déteste quand les méchants sont juste là pour faire joli et qu'ils ne vont pas au bout de leur potentiel. Ils ont l'air badass et tout, mais finalement ils ne tuent personne ? NOPE. Mais dans A Darker Shade of Magic… AHAHAHA. La cruauté des personnages ne vous laissera pas de marbre, je vous le garantis. Direct dans mon top 5 des méchants préférés : la reine et le roi de White London. Parce que. PETIT UN : ils sont jumeaux (jumeaux diabolique, j'achète !). PETIT DEUX : j'adore leur look, surtout celui de la reine. PETIT TROIS : wowowowow, ils ont recours à des moyens de torture juste horrible et vicieux et ARG. #j'aime

On a un autre méchant que j'aime tout particulièrement dans ce livre : Holland. Mais celui-ci n'est pas TOTALEMENT méchant… je crois ? C'est le deuxième Antari, il a donc les mêmes pouvoirs que Kell. Il était super badass et cruel lui aussi mais, en même temps, il est contraint à faire toute ces choses horribles car il est sous les ordres de la reine et du roi de White London. Un méchant complexe ? Mon genre préféré.

On enchaîne avec l'action, la magie, les rebondissements, les mystères : inutile de vous dire qu'on ne s’ennuie pas une seule seconde. A Darker Shade of Magic était une lecture addictive, originale et passionnante menée de manière très habile par V.E. Schwab, une auteure dont vous ne devez pas passer à côté et qui va très rapidement devenir l'une de mes préférées de tous les temps !

par wilkymay
Magicologie : Le livre des secrets de Merlin Magicologie : Le livre des secrets de Merlin
Dugald A. Steer   
Ce livre est juste magnifique et peu plaire autant au petit qu'au grands, avec des illustration magnifique est quelque clins d'oeil que seul certains comprendrons, pour moi c'est un petit bijoux, j'adore!

par Enjoy
Rouge Toxic Rouge Toxic
Morgane Caussarieu   
Soyons clairs. Je déteste les vampires. Je trouve ces créatures surnaturelles beaucoup trop usées de nos jours, jusqu'à la corde, et sérieusement. C'est d'un ennui, au bout d'un moment, un machin qui te mordille la peau ...

Et bien après avoir lu Rouge Toxic, j'ai comme une légère envie de redonner une chance à ces bougres.

Rouge Toxic, c'était un peu l'OVNI de ma Pal. Un roman qui s'annonçait plus sombre que ce que j'ai l'habitude de lire, mais je me suis dis : et pourquoi pas ?

J'étais parti sans à priori. Et bah j'en suis sorti en étant surprise de ce que j'y ai trouvé. J'ai été dégoûté, j'ai ris avec et au dépens des personnages ... Bref. J'ai passé un drôle de moment, à la fois bon et mauvais.

[spoiler]Et c'est là que le premier bas blesse selon moi. Grosso modo, j'aurai aimé voir une romance bien plus crédible entre Barbie et Faruk. Parce que bon, c'est pas de l'insta love non plus, mais c'en est pas loin ... Et j'aime pas ça, les insta love. A zéro moment j'ai ressentis quoi que ce soit qui me fasse vibrer dans leur relation. Limite, ç'aurait pu rester une relation amicale que ça ne m'aurait fait ni chaud ni froid. Et c'est tout de même sacrément dommage. Ensuite, la fin. Elle tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, et même si elle est ... crédible si on compte l'histoire ... Bah on reste sur notre faim. Moi qui pensais que Rouge Toxic allait être un One Shot, bah je suis déçue en fait. Je ne lirais certainement pas la suite. Après, et c'est personnel, mais j'ai trouvé que les morts étaient ... Expédiées. Beaucoup trop expédiée. Bam, Abraham est mort, bim Benji aussi ... (et ses parents, personne a pensé à prévenir les parents de ce pauvre gosse ? bref). Je n'ai pas vu les liens se tisser entre les personnages, et pour moi, ils paraissaient se rapprocher d'un claquement de doigts, hormis peut-être JF et Faruk. Plusieurs fois, j'ai grincé des dents, en ayant eu l'impression de louper quelque chose. Je pensais mettre ce livre en Argent, mais cette impression de superficialité à ce niveau là m'a convaincu de le laisser en bronze. Après, autre choix personnel, mais je trouve cette oeuvre vraiment glauque et morbide. Remarque, elle est faite pour, mais l'ambiance de ce livre m'a vraiment mise mal à l'aise, et à plusieurs reprises. Et c'est fait pour ! Et c'est là l'un des plus gros points forts de Rouge Toxic, mais j'y reviendrai. Sinon, côté positif, j'ai absolument adoré le personnage de Faruk. Certainement pas le genre de mec qu'on aurait envie de traîner avec, mais voir son histoire et son évolution au long du roman aura vraiment été passionnant. Faruk, il en a vu des vertes et des pas mures, et c'est un salaud qui a au moins un millénaire au compteur. Si vous cherchez une romance toute douce avec lui, vous avez toqué à la mauvaise porte. Ça, c'est le bad boy, le vrai, celui qui va te rire au nez avant de t'étriper si tu lui propose une soirée romantique toute mièvre. Sa psychologie de psychopathe est franchement intéressante, tout autant que son combat interne. Même si bon, j'ai personnellement plus envie de lui coller une balle dans le crâne que de lui parler ... On aperçoit à travers lui l'existence d'un vampire solitaire depuis beaucoup trop longtemps qui se cherche et qui cherche ... de quoi se nourrir, la plupart du temps. La maman gédé m'a fascinée. On devine sans problème son histoire, et on y croit à son personnage. On croit à tous les personnages de ce livre, tellement ils sont vrais, dépeints comme étant des personnages ni tout blanc, ni tout noir, juste des tarés vivants dans un monde de tarée ... Et une ado moins tarée mais quasi dépressive s'adaptant à ce monde aussi étrange que mortel. Autre point fort de l'histoire, l'histoire elle même, qui semble commencer dans un lycée tout ce qu'il y a de plus banal, et qui se finit à l'autre bout de l'Amérique dans le bayou, j'applaudis. A sa manière, l'auteur a explosé les codes du genre ! Bravo à elle.[/spoiler]

L'histoire en elle même, n'a rien de nouveau, étant donné qu'elle exploite encore et toujours les vampires, mais le cadre dans lequel cette histoire est faite détonne tout à fait ! Ce qui semble être une énième amourette de lycéens part bien plus loin que ce que je m'escomptai ...

Un roman à recommander pour les personnes aimant l'hémoglobine projetée de manière trash, et les aficionado de vampire sans romance mièvre.
Tim Burton, itinéraire d'un enfant particulier Tim Burton, itinéraire d'un enfant particulier
Ian Nathan   

Les premiers Batman, L'Étrange Noël de monsieur Jack, Edward aux mains d'argent, ou encore Big Fish, Alice au pays des merveilles... Les chefs d'oeuvres réalisés depuis plus de 20 ans par Tim Burton sont tous entrés au panthéon du 9e art.

Pour la première fois, un livre illustré et officiel raconte l'histoire et les coulisses de cette carrière exceptionnelle.

De ses débuts chez Disney jusqu'au récent Miss Peregrine et les enfants particuliers, voici un ouvrage complet sur un cinéaste plébiscité par les Français.

par LIBRIO64
Punk's Not Dead Punk's Not Dead
Anthelme Hauchecorne   
A travers ces treize nouvelles (oui, le recueil est paru durant la période d'Halloween), Anthelme Hauchecorne nous brosse le portrait au vitriol d'un monde malade qui nous renvoie au nôtre :
♠ exploitation des enfants et des démunis
♠ refus de vieillir ou de mourir
♠ effets pervers des progrès technologiques qui sous couvert de libérer les hommes les condamnent à la solitude et à l'extinction
♠ danger du populisme et de la démagogie en politique
♠ ambition dévorante conduisant à la trahison et à la lâcheté
...

Bref, je n'ai pas tout listé mais comme vous le constatez, de nombreux thèmes enrichissent ce recueil.
Or, ce qui est appréciable, c'est que ces nouvelles sont très différentes les unes des autres, de par le ton d'abord, de par leur univers ensuite (le lecteur est transporté tour à tour dans un monde steampunk, post-apocalyptique, futuriste, dystopique...), et même si certaines thématiques chères à l'auteur reviennent régulièrement, leur traitement est assez varié pour que cela ne soit ni répétitif ni rébarbatif...
De plus, un point commun lie ces nouvelles entre elles : l'humour de l'auteur. Un humour qui se fait déjanté ou absurde ; grinçant ou trash ; noir ou décalé ; bref, un humour totalement décapant !
J'ai d'ailleurs littéralement hurlé de rire à la lecture d'une de ces histoires (La Guerre des Gaules), si bien que mon chéri me demandait avec une certaine inquiétude ce qui m'arrivait... et pourtant la perspective de l'événement abordé dans cette nouvelle donnait chair à mon pire cauchemar, mais comment résister à l'humour vachard de l'auteur ?...
Evidemment, toutes les nouvelles ne m'ont pas touchée de la même manière, certaines n'ont éveillé qu'un intérêt poli de ma part, mais dans l'ensemble, j'ai été enchantée par ma lecture, et 2-3 histoires ont été un véritable coup de coeur. La plume d'Hauchecorne n'est pas étrangère à cet enchantement car elle est élégante et recherchée, voire poétique par moment.

Et que dire des illustrations ouvrant chaque nouvelle ? elles sont un enchantement pour les yeux et s'accordent parfaitement à l'atmosphère de chaque histoire. D'ailleurs, si je pouvais conseiller les futurs lecteurs, mieux vaut lire ce recueil sous le format papier plutôt que numérique pour mieux profiter des détails de chaque dessin.

Pour finir, j'ai adoré découvrir la genèse de chacune de ces nouvelles, expliquant le contexte de l'écriture ainsi que les références ou clins d'oeil de l'auteur. Ce qui nous épargne un sentiment de frustration quand on a l'impression de passer à côté d'une histoire. Par exemple, je suis restée assez insensible à Sale Petite Peste, puis grâce au background, j'ai appris que cette nouvelle était bourrée de références à l'univers de Terry Pratchett, dont je n'ai lu aucun livre ; sans cette note de l'auteur, je n'aurais pas compris pourquoi je n'avais pas su savourer l'hommage qu'il rend à l'un des maîtres de la fantasy...

Pour conclure, j'ai été ravie de découvrir l'univers d'Anthelme Hauchecorne, dont j'ai adoré l'humour et l'univers riche et complexe, servi par une une très belle plume. J'ai d'ailleurs acheté le livre papier à mon frangin pour Noël (comme ça je pourrais le lui piquer pour une relecture et comparer avec mon eBook ! ^^) !

par Parthenia
Les Entremondes, Tome 1 : L'Hôtel invisible Les Entremondes, Tome 1 : L'Hôtel invisible
Sean Easley   
http://fantasybooksaddict.blogspot.com/2018/10/les-entremondes-tome-1-sean-easley.html

Original : voici le premier mot, qui me vient en refermant ce premier tome ! En effet, d'une part, l'univers m'a captivé avec ce mystérieux hôtel magique pleins de dangers, capable de permettre à ses résidents de passer d'un pays à l'autre à travers ses couloirs ! D'autre part, j'ai apprécié le parti pris par l'auteur. Sa construction est pour le moins atypique car son héros ne cesse de prendre les mauvaises décisions. J'ai trouvé cet aspect extrêmement intéressant car on découvre les différentes conséquences, que ce soit pour notre héros ou l'hôtel en lui-même !

Parlons maintenant des personnages. Cameron a 12 ans et n'a jamais accepté le départ de son père et le décès de sa mère. Élevé par sa grand-mère en compagnie de sa sœur jumelle, Cassia, gravement malade, il se retrouve par hasard sur le pas de la porte de l'hôtel invisible... On s'attache assez rapidement à lui, malgré les mauvaises décisions prises, car il n'a que 12 ans et on sent qu'il a du mal à faire face à la masse de problèmes (le décès de sa mère, la disparition de son père, la maladie de sa sœur), qui repose sur ses épaules. Il a besoin de personnes plus fortes que lui pour l'aider. Il l'a trouve dans un premier temps auprès de Nico, un employé de l'hôtel, qui va devenir son ami et lui permettre de découvrir des merveilles qu'il ne pensait pas possible !
Cependant, je regrette que l'auteur n'est pas laissé plus de place à sa jumelle. En effet, elle disparaît du paysage durant les deux tiers du livre. C'est dommage car elle a un caractère plus affirmé que celui de Cam. Elle aurait pu amener un certain équilibre à l'histoire car elle est l'exact contraire de celui-ci !

En bref, ce roman reste très jeunesse mais se lit très bien grâce à un univers original et riche ! Tout comme Cam, notre héros, je me suis laissée embarquer et dépasser par les événements car cela ne ressemble en rien à ce que j'ai pu lire jusqu'ici !
Les Belles, Tome 1 : Les Belles Les Belles, Tome 1 : Les Belles
Dhonielle Clayton   
Avec Les Belles, Dhonielle Clayton nous entraîne au cœur d'un univers noir et obsédant où rien ni personne n'est vraiment ce qu'il laisse paraître. À une époque où l'illusoire est plus alléchant et fascinant que la réalité, ce roman laisse entrapercevoir quelques réflexions plutôt intéressantes sur la beauté et les faux-semblants qui doivent prendre le pas sur le tangible. Si j'ai énormément apprécié cet aspect de l'intrigue, son rythme ultra entêtant et son atmosphère à la fois mystérieuse et interpellante, il m'a manqué un degré supérieur d'intensité pour totalement me prendre au jeu. En effet, même si Camélia est une héroïne forte et combative, je l'ai trouvé assez têtue et parfois trop aveugle pour m'attacher à elle au maximum. J'ai trouvé certains des protagonistes qui gravitent autour d'elle bien plus expressifs, crédibles et fouillés qu'elle et, partant de là, je me dis qu'il y a quelque chose qui cloche. Fort heureusement, les rebondissements qui peuplent cette histoire permettent de lui conférer une force certaine qui me laisse avide de connaître la suite des aventures des Belles.

Dès les premières pages, je me suis senti embarqué dans un univers ultra coloré, ultra excitant et ultra novateur. Les mots de l'auteure possèdent véritablement "le truc" qui nous permet de visualiser, autant que faire se peut, le monde qu'elle projetait en couchant ses pensées à l'écrit. Le monde d'Orléans est absolument fascinant, regorge de secrets et déborde d'un attrait qui émane pratiquement du livre. J'avais vraiment envie de m'enfoncer, aux côtés de Camélia, au cœur de ces rues, ces paysages et ces pièces magnifiques qui s'articulaient petit à petit derrière mes rétines. La plume de Dhonielle Clayton est hyper satisfaisante et parfaitement maîtrisée. Les descriptions ne manquent de rien et ne tombent pas dans le surplus inutile. On croit, sans aucune peine, à tout ce qu'elle nous expose et c'est un véritable ravissement.

Derrière ce lieu fait d'opulence et de luxe se cachent de terribles mystères qui, lorsqu'ils nous sont exposés, s'avèrent être d'énormes révélations. Tout au long de notre lecture, on sent bien qu'il y a un malaise qui s'amuse à nous étreindre de plus en plus sans jamais se dévoiler totalement. J'ai tellement aimé cet élément-clé du récit. Le climat est envoutant tout en étant, de façon sous-jacente, anxiogène au possible, presque inquiétant. Si Camélia met plus de temps que le lecteur à le comprendre, on saisit pourtant qu'il y a quelque chose de malsain qui est tapi et rôde derrière la beauté illusoire et omniprésente.

C'est d'ailleurs pour cela, comme dit précédemment, que j'ai eu du mal à me connecter à son personnage et à croire en certaines de ses émotions. Certes, Camélia est une badass, une héroïne au caractère bien tranché qui sait ce qu'elle veut et qyu est prête à tout pour les personnes auxquelles elle tient. C'est un aspect indéniable de sa personnalité qui m'a touché et qui, je l'espère, sera approfondi et encore amélioré dans la suite de la saga. Néanmoins, alors que certaines réponses sont presque littéralement sous ses yeux, elle s'enfonce, parfois, dans une spirale de questionnements inutiles ou superficiels qui m'a assez frustré. Sa sensibilité, qu'elle utilise majoritairement à bon escient, tend malheureusement vers l'aveuglement et elle se laisse alors dissiper trop facilement. Le cœur prenant le pas sur la raison, certaines de ses réactions m'ont déplu ou m'ont semblé de trop. Cependant, à l'approche des derniers chapitres, elle semble être plus réfléchie et mature et j'espère qu'elle conservera cette personnalité bien plus intéressante et supportable à l'avenir.

SUITE : https://motsdejo.wordpress.com/2018/04/09/les-belles-t-1-les-belles-dhonielle-clayton/

par Jordan
merveilles et légendes des fantômes merveilles et légendes des fantômes
Xavier Husson   
Un très bon livre quand on aime les histoires un peu glauques et mystérieuses. Ici, on a un peu de tout même si ça reste centré sur les fantômes. Je les ai vraiment toutes aimées (avec des préférences pour certaines d'entre elles - la dernière est tellement triste qu'elle est sûrement ma préférée.) Le style est fluide, les illustrations vraiment très réussies.

par Azamoon
La terrifiante histoire de Prosper Redding, Tome 1 : Une alliance diabolique La terrifiante histoire de Prosper Redding, Tome 1 : Une alliance diabolique
Alexandra Bracken   
https://revesurpapier.blog4ever.com/la-terrifiante-histoire-de-prosper-redding-de-alexandra-bracken-1


Le jour de la fête du Fondateur, la grand-mère de Prospérité et Prudence Redding organise une grande réunion familiale dans le Cottage de Redhood. C'est une soirée très spéciale pour les Redding et les jumeaux ne vont pas tarder à découvrir en quoi. Cette nuit là, Prosper manque de se faire tuer par sa famille, se fait kidnapper par un oncle qu'il ne connaît pas et découvre qu'il abrite dans son corps un démon vengeur...



Dans cette famille fortunée, tous les membres sont intelligents et talentueux. Tous, sauf le jeune Prosper visiblement. Alors que sa jumelle Prue a tout pour elle, lui n'est pas très apprécié par ses camarades, ni très bon en classe. Mais il n'empêche que c'est probablement le Redding le plus attachant et le plus généreux. J'ai beaucoup aimé suivre cette aventure aux côtés d'un personnage qui, malgré ses douze ans, veut se rendre utile, veut faire quelque chose pour aider/sauver sa famille. Famille qui n'est pas aussi parfaite qu'elle semble l'être...



La famille Redding est touchée par une malédiction, vieille de plusieurs siècles et petit à petit nous découvrons ce qu'elle implique. J'étais très impatient de découvrir l'Histoire des Redding, connaître leurs actes passés et leurs sombres secrets. Le récit est donc très mystérieux et les pages se tournent incroyablement vite. Quand on met les pieds à Redhood, il y a quelque chose de sinistre dans l'air et j'ai adoré cette sensation. Je n'ai donc eu aucun mal à être captivé par l'aventure du jeune Prosper, qui doit faire face à la plus inquiétante des situations.



Si j'ai aimé la présence de l'oncle Barnabas et de Nell la cousine de Prosper, il y a un personnage qui a fait toute la différence dans cette aventure. C'est le démon Alastor, qui vit dans le corps de Prosper. La cohabitation est loin d'être facile et Alastor est bien décidé à se faire entendre. J'ai beaucoup aimé les petites interventions du démon qui marquent son désaccord, sa colère ou encore son incompréhension face au monde moderne. On a droit à plusieurs scènes très drôles. Plus encore, j'ai aimé son point de vue que nous découvrons dans quelques chapitres et qui nous permet de suivre une double aventure. Alastor est déterminé à se venger des Redding mais on se demande si il ira au bout de ses sombres projets. C'est sans compter l'incroyable révélation et un retournement de situation à la fin du livre qui donnent envie de poursuivre la lecture dans la seconde. Maintenant, j'ai super hâte de découvrir le deuxième tome !





Verdict : Un soupçon de magie, une terrible malédiction, quelques créatures des ténèbres... et le tour est joué. J'ai adoré redécouvrir la plume d'Alexandra Bracken dans ce roman jeunesse. La lecture est aussi sombre qu'amusante et j'ai passé un super moment en compagnie de Prosper et Alastor, deux personnages attachants à leur manière et que je suis déjà impatient de retrouver.