Livres
627 741
Membres
736 134

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Plus heureux que jamais



Description ajoutée par PatateB4 2022-01-20T23:53:14+01:00

Résumé

Être heureux ne devrait pas être aussi difficile

Par l’auteur du best-seller Et ils meurent tous les deux à la fin

De mauvais souvenirs vous poursuivent ? 

Appelez l’Institut Leteo au 1-800-J-OUBLIE pour en savoir plus sur notre procédure révolutionnaire de soulagement de la mémoire !

Lorsque Aaron Soto découvre la technique d’ablation de la mémoire développée par l’Institut Leteo, il n’en croit pas ses yeux (les miracles arrivent rarement au fin fond du Bronx)…

Entre le suicide de son père, sa propre tentative, l’infinie tristesse de sa mère et leur vie dans un petit appartement misérable, le jeune homme est tenté par la procédure. Bientôt, plusieurs gouttes d’eau successives font déborder le vase et finissent de le convaincre : s’il veut enfin être heureux, il doit se faire reformater à l’Institut Leteo…

Mais le bonheur peut-il vraiment naître de l’oubli ?

« Inoubliable ! » Becky Albertalli, autrice de Love, Simon

Élu parmi les « cent meilleurs livres YA de tous les temps » par Time Magazine

Afficher en entier

Classement en biblio - 98 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par azilishr 2022-05-21T13:09:33+02:00

- Hé, Soto, dit-il. Ça va pas.

Ce n'est même pas une question.

- Pas vraiment.

- Je te demanderais bien si tu veux en parler, mais je suppose que la réponse est non, puisque t'as rien dit pendant la séance.

- C'est sympa de ta part, mais je suis vide. Quand on traverse un truc difficile, les gens veulent savoir comment on va et on doit raconter la même histoire en bouche. J'en ai un peu marre de revivre ma douleur, tu comprends ?

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Comment pourrais je décrire ce que j'ai ressenti à la fin de ce livre ? Eh ben, je tremblais, ma tête tournait à une vitesse folle, mes mains étaient moites de sueur et mon coeur battait à cent à l'heure (une petite rime qui fait plaiz).

Ce roman, je l'ai pris uniquement pour la couverture, cette couverture colorée et éclatante. Quand je l'ai vu, j'ai su, alors me demandait pas pourquoi, si j'ai un genre de super pouvoir comme dans les films ou quoi que ce soit, mais j'ai su que ce livre allait être totalement incroyable.

Déjà par où commencer ? C'est un coup de coeur, ce roman est un coup de coeur titanesque, dès que tu finis un mot, une phrase, un chapitre, tu as envie de plus, t'as envie de continuer à lire, à vibrer et à pleurer. Je pense que, peut être qu'il ne dépasse pas totalement "Nos étoiles contraires" mais c'est désormais le livre qui s'en approche le plus, et c'est rare que je dise ça.

J'ai du attendre quelques heures pour pouvoir formuler correctement des mots et une pensée cohérente pour décrire ce roman. Décrire toutes ses sensations et ses émotions qu'il nous fait ressentir, décrire les tremblements que j'ai eu à la fin de ce livre, décrire la peur, l'amour ou même la panique que l'on ressent au même moment que le personnage, comme si, eh bien, comme si on était carrément devenu lui.

Je ne sais pas par où commencer, de quoi parler et je vois déjà que ce commentaire va être bien long TwT

J'ai aimé ce roman. J'ai aimé Aaron. J'ai aimé Eric. J'ai aimé leur maman. J'ai aimé Thomas, Genievre et Spoiler(cliquez pour révéler)Collin. J'ai aimé Évangéline. J'ai aimé les dilemnes, les peurs et les problèmes de ce roman. J'ai aimé la romance homosexuelle, l'institut Leteo et tous les détails. J'ai aimé l'écriture, la montée progressive du suspense, le caractère des personnages, leurs amis, leur famille, leur histoire. J'ai aimé la morale de ce livre. J'ai aimé ce roman comme jamais à vrai dire.

Pendant les derniers chapitres, j'avais peur. J'avais très très peur que ce roman se finisse, se termine, que je le referme et que je me mette à pleurer. Et c'est le cas. Quand je l'ai refermé, j'ai pleuré, beaucoup, beaucoup pleuré. Les mouchoirs pourraient en témoigner TwT. Je ne voulais pas quitter ce monde, cet univers absolument pas rose du tout, ces personnages, cette histoire... Non, je ne voulais pas partir. Pourtant, il le fallait bien à un moment où à un autre.

Quand l'auteur voulait exprimer un sentiment, il réussissait à le traduire en quelque chose de tout à fait inédit. Aaron est confus, embrouillé de partout ? Eh ben nous aussi ! Et c'était ça, pour toutes les émotions possibles. À vrai dire, dit comme ça, on pourrait dire que ce n'était pas un moment de plaisir et c'est vrai : c'était de la torture qu'il n'y ait que quatre centaines de pages...

Aaron était... Touchant. Touchant à sa manière. Très touchant pour certaines fois. Spoiler(cliquez pour révéler)La fois où il s'est souvenu de tout. Ou quand il a annoncé à Genievre dans sa chambre qu'il était amnésique. La fois sur le toit à regarder les dents de la mer avec Thomas ou quand ils étaient tous les deux dans les jets d'eau. Son passé avec Collin. Son rapprochement avec son frère. La compassion de sa mère quand il a fait son coming out. Franchement, oui, j'ai trouvé qu'il était touchant malgré tout ce qu'il a vécu...

Et puis va t'on vraiment revenir sur Thomas ou Genièvre ? Sur... Eh bien, les pépites que ce sont en tant qu'amis, petite amie pour Genièvre Spoiler(cliquez pour révéler)ou second amour pour Thomas ? Non, je ne crois pas. Tout le monde mériterait d'avoir des personnes comme ça dans sa vie.

Spoiler(cliquez pour révéler)Pour Collin, c'est plus compliqué. J'avais l'impression que à la fin, eh même au milieu d'ailleurs de leur relation, même si Aaron avait des sentiments, leur "amour" était beaucoup centré sur le sexe et j'avais l'impression que tout ce qu'il les intéressait, c'était de trouver un endroit où il n'y avait personne pour pouvoir kener. Une relation toxique et malsaine qui les poussait même à tromper leur petite amie et à se servir d'elle comme prétexte qu'ils étaient hétéro. Mais franchement cette relation toxique a apporté tellement plus de profondeur au récit !

Et puis pour tout ces mecs, sa bande de pote avec des gars qui se surnomment tous Danny (l'auteur aime bien ce prénom je crois non ?), est ce que le fait d'être con est une maladie ? Parce que dans ce cas, ils sont bien atteints alors. Franchement, c'est super le groupe d'amis Spoiler(cliquez pour révéler)homophobe qui te condamne à avoir une amnésie. Moi je trouve qu'on peut pas faire mieux en terme d'amitié. (C'est de l'ironie hein, bien sûr)

Bon, bon... Je sais même pas comment Aaron fait pour être heureux. Le bonheur c'est très difficile à trouver mais facile à perdre. C'est agaçant hein ? De voir que l'un des trésor les plus incroyables de la vie, peut s'envoler, disparaître d'une minute à l'autre. Mais ce roman nous fait profiter de la vie encore plus, c'est un truc de fou quand même, t'es là à vouloir procrastiner un maximum pendant les vacances, t'es en moitié pyjama-pas pyjama si t'es chez toi, et là tu lis un roman qui te rends compte que tu dois foutre un peu des choses dans ta vie... Eh bah wouah. Si un livre a le pouvoir de te faire ça, de te faire bouger, profiter et aimer la vie encore plus qu'avant, de te faire rendre compte que chaque moment est incroyable, alors ce roman est magnifique, laissez moi vous le dire, ce roman est magnifique.

Eh ben, je ne sais vraiment pas ajouter quoi d'autre, si vous ne l'avez pas lu et que vous êtes venu voir les commentaires pour vous décider (ce qui est un peu logique cela sert à ça les avis des lecteurs) et bien, en tout cas, il ne faut pas passer à côté de ce roman. Il te fait ressentir tellement de chose du début à la fin...

Le commencement est assez introductif (logique c'est un début) mais vraiment très prometteur pour la suite à venir, puis ensuite tout s'accélère, se précipite, la pression monte pour devenir une angoisse palpable, pour au final exploser tellement la tension est énorme. Grâce à une révélation, un rebondissent que perso, je ne m'y attendais pas du tout, on est passé du tournant un peu prévisible et moins vibrant à l'alternative imprévisible et beaucoup plus marquante. Eh la fin est ben wouah ! Franchement, Spoiler(cliquez pour révéler)le sad-end m'aurait très bien convenu et Spoiler(cliquez pour révéler)le happy end n'était pas nécessaire, mais bon j'avoue que pour que le titre soit cohérent, il fallait en quelque sorte un happy end (nan, c'est pas de la mauvaise foi).

Pour ce qui est de l'écriture, je l'ai adoré. J'ai adoré cette plume assez... Particulière à vrai dire j'ai trouvé, je ne sais pas vraiment comment vous expliquer mais l'auteur avait un don pour nous raconter les faits tels qu'ils étaient, sans artifices ni déguisements, ils nous les livraient comme ils étaient, comme ils étaient dans la vraie vie. Tout ça avait l'air pour moi, très sincère, transparent. Derrière les mots utilisés par Adam Silvera, l'auteur de "Plus heureux que jamais", on sentait que l'homophobie, les différences, le bonheur et les relations, toutes les relations possibles, on sentait que l'auteur voulait transmettre des valeurs en rapport avec ces thèmes. Alors peut être que je dis n'importe quoi, mais, en tout cas, c'est ce que j'ai ressenti, que Adam Silvera avait aussi connu ça. Ça faisait réaliste, très réaliste. Au début, à vrai dire, ce style d'écriture très droit et franc m'a beaucoup surprise mais j'ai fini par m'y habituer et même à apprécier ^^. Le langage que l'auteur utilise dans ces dialogues, les situations des personnages que l'on retrouve dans la vraie vie, la sincérité et la transparence de Adam Silvera que l'on ressentait dans son écriture... Tout ces points font que la plume et le style d'écriture de l'auteur était... incroyable.

Qu'aurais je à dire d'autre ? Je pense que j'ai dit à peu près la moitié de ce que je voulais dire mais si je mettais tout ici, ce serait quatre fois trop long.

Pour résumé (parce que oui j'avoue j'ai quand même pas mal parlé pour rien dire sur cet avis), j'ai été charmé par ce livre. Charmé par l'écriture très sincère et authentique, charmé par les personnages touchants, par leur histoire, leur vie et leur problèmes. Charmé par la couverture colorée, charmé par les valeurs transmises ici même si elles étaient cachées et surtout, charmé par les sentiments que ce roman nous faisait éprouver, qui nous faisait, trembler, pleurer, vibrer et haleter.

Magnifique, une pépite ^^ <3

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par VioletteBanks 2020-06-05T15:41:19+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Manonclr 2022-11-04T16:41:48+01:00
Or

Cher Adam silvera, vos livres n’ont pas fini de m’achever. Sortez en d’autres afin que je meurs en paix.

Comme décrire les émotions qui m’ont traversé lors de ma lecture? Un mélange de frustration et de tristesse et cet étrange sentiment d’oppression .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lusylila 2022-10-02T19:45:20+02:00
Or

C'est un concentré d'émotions à l'état brut. Ça vous met un poing dans la gueule un instant, et ça vous prend dans ses bras la page suivante. Ça émeut, ça touche, ça donne envie de gifler le monde et ça donne envie de pleurer d'espoir et de désespoir. Non, ça FAIT pleurer d'espoir et de désespoir...

Ça touche en plein cœur, ça parle, c'est une confidence, des chuchotements que l'on cri à nos oreilles, ou plutôt, à nos yeux. Ça bouleverse et on ne peut pas ne pas se sentir concerné, même si nous sommes hétéros et donc "normaux". Que dire d'autre...

Le message est fort, il faut vivre avec son passé et à la fois porter et supporter ses souvenirs, qu'ils soient bons ou mauvais.

Ce bouquin est puissant et délicat. Il est superbement bien écrit, comme les autres d'ailleurs et encore une fois, il me restera longtemps en mémoire, car Adam Silvera et sa façon de nous faire ouvrir les yeux, a encore une fois fait mouche.

Je recommande, pour Aaron et pour qu'il fasse aussi partie de vos souvenirs...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nana08102001 2022-09-30T22:31:05+02:00
Bronze

Le livre met beaucoup de temps à commencer mais quand c'est le cas le sujet est très intéressant et fait réfléchir aux conditions de vie des personnes qui ne correspondent pas à la "normalité".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par stephy_cy 2022-09-10T21:22:12+02:00
Lu aussi

Dès le début, on a une appréhension de la fin. Pourtant, on lit et on accroche. Aaron est un garçon complexe qui choisit d'effacer sa mémoire sans mesurer les raisons qui l'amène à ce choix. Entre amours, amitiés et haines, quels souvenirs garder et quels souvenirs oublier ? J'ai beaucoup aimé ce roman qui sonne juste.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par TPKLLBOOK_95 2022-09-04T14:27:09+02:00
Lu aussi

Aaron et Geneviève sont ados, ils vivent dans le Bronx et font chacun face à des galères.

Pour Aaron c'est le manque d'argent, de vie "intime" chez lui, mais aussi celui de son père décédé quelques mois auparavant...

Pour Geneviève c'est plutôt le manque d'intérêt de son père pour sa personne, son inspiration qui lui fait défaut quand elle doit terminer une toile de peinture...

Aaron a son groupe de potes, un peu bancal, un peu naze, mais il a grandit avec eux, c'est comme une deuxième famille pour lui.

Puis il y a l'institut Leteo qui plane au dessus d'eux, comme une ombre menaçante, mais tout en étant également, une sorte de phare dans l'obscurité.

Cet endroit promet ce que beaucoup veulent : l'oubli. Oublier les galères passées, les gens de son entourage, le deuil... Effacés. Pour reprendre une vie "normale", pour affronter le quotidien d'une manière différente.

Mais est-ce que tout cela n'est pas trop beau tant c'est alléchant ?

Est-ce que grâce à cela on peut enfin devenir heureux, plus heureux qu'on ne l'a jamais été ?

Ce livre fait parti de ceux qui peuvent nous chambouler, tant dans la tristesse que dans la remise en question. Il laisse une trace. Un questionnement sur le bonheur en général, sur notre façon de l'apprivoiser, de le chercher, de l'espérer au point de se voiler la face...

Qui peut dire qu'il n'a jamais voulu simplement être heureux ? Sans contraintes. Sans mauvais souvenirs, sans mélancolie...

C'est ce que tout le monde recherche.

Et c'est aussi le cas de Aaron.

Il a une vie qu'on pourrait appeler merdique. Le décès de son père, sa mère qui n'est plus que l'ombre d'elle-même, son frère qui ne le calcule pas vraiment, un toit sur la tête mais aucune vraie intimité, mais surtout des pensées noires, qui le rongent, qui l'ont poussé à vouloir mourir pour peut-être, enfin, touché le bonheur du bout des doigts.

Son personnage est touchant, tout aussi bancal qu'on peut l'être quand on vit ce genre de vie, tout aussi attachant qu'un ami de longue date qu'on apprécie sincèrement.

On ne peut s'empêcher, en tout cas je n'ai pas pu m'empêcher, de se mettre à sa place et d'imaginer, si ce n'est de se retrouver en lui.

Et c'est l'un des points vraiment fort de ce livre, ce réalisme qui parlera à beaucoup de gens.

J'ai aimé m'aventurer dans les rues du Bronx, voir ces voisins être là les uns pour les autres, tout en fermant les yeux quand la violence était à leur porte. Voir la détresse de certains, la débrouillardise des autres.

Je découvrais la plume de l'auteur et je ne suis pas déçue des émotions qu'il fait passé à travers ses mots.

J'ai au début un peu eu de mal à comprendre où il allait m'emmener, ce n'était qu'une succession de tristesse, puis j'ai compris et je me suis laissé prendre par la vie d'Aaron.

Mais aussi celle de Thomas, un garçon très attachant lui aussi et drôle.

Je ne parlerai pas plus de lui parce que chaque perso, vous devez les rencontrer et apprendre à les connaître vous-même pour comprendre.

J'ai aimé la dynamique des évènements.

J'ai aimé cet institut qui nous vend du rêve tout en surfant sur le malheur des gens et leur culpabilité aussi.

Je me dis qu'on est pas à l'abri que ce genre d'entreprise sorte un jour de terre dans la réalité.

Et là on se demandera tous, si nous aussi, nous voulons oublier pour être heureux. Plus heureux que jamais nous l'avons été...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rinne 2022-08-01T22:13:32+02:00
Or

Je pensais à un fil rouge de « est-on plus heureux si on oublie les souvenirs douloureux, même si cela implique également parfois d’oublier les souvenirs heureux qui leur sont associés ? » mais, au fil des chapitres, la question se modifie doucement en « est-on plus heureux en étant comme la société le veut plutôt que d’être qui on est réellement ? », ce qui n’est évidemment pas la même chose mais pose bon nombre de questions associées.

En vérité, plus j’avançais dans cette histoire et plus que me disais « mais qu’est-ce que c’est triste » et plus je comprenais l’avant-propos de l’auteur en début de roman. Heureusement qu’il y a eu cette fin alternative parce que je ne sais pas trop comment j’aurai vécu la première fin de ce roman sans elle. Aaron méritait effectivement une autre fin, une véritable avancée parce que… franchement, tout ce qui lui arrive au fil de ce roman est tellement triste. Et pourtant, il y a une masse d’amour énorme au fil des chapitres. De l’amour familial, de l’amour amical et de l’amour amoureux aussi. De l’amour qu’on ne contrôle pas, de l’amour qui fait mal parfois mais également de l’amour qui permet d’avancer et sur lequel s’appuyer. Si j’ai aimé Aaron, Geneviève m’a aussi beaucoup serré le cœur. Si Aaron essaie d’être quelqu’un qu’il n’est pas, parce que la société est ainsi faite qu’il est parfois tellement douloureux d’être qui on est, autour de lui, les personnes qui l’aiment doivent aussi faire avec sa décision. Il y a vraiment dans cette histoire une notion d’effet papillon qu’on ne comprend réellement qu’au fil du roman.

J’ai bien conscience que cet avis est très brouillon et j’en suis désolée mais je ne sais vraiment pas que vous dire de cette lecture qui était un bain de ressentis parfois contradictoires mais toujours emprunt de tristesse, même si la fin amène heureusement un peu de soleil (parfois timide le soleil cela dit).

Parce que finalement la vie c’est essayer d’être heureux malgré tout ?

https://tempsdemots.wordpress.com/2022/07/28/plus-heureux-que-jamais-adam-silvera/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par J4u5 2022-07-15T10:51:55+02:00
Diamant

Comment pourrais je décrire ce que j'ai ressenti à la fin de ce livre ? Eh ben, je tremblais, ma tête tournait à une vitesse folle, mes mains étaient moites de sueur et mon coeur battait à cent à l'heure (une petite rime qui fait plaiz).

Ce roman, je l'ai pris uniquement pour la couverture, cette couverture colorée et éclatante. Quand je l'ai vu, j'ai su, alors me demandait pas pourquoi, si j'ai un genre de super pouvoir comme dans les films ou quoi que ce soit, mais j'ai su que ce livre allait être totalement incroyable.

Déjà par où commencer ? C'est un coup de coeur, ce roman est un coup de coeur titanesque, dès que tu finis un mot, une phrase, un chapitre, tu as envie de plus, t'as envie de continuer à lire, à vibrer et à pleurer. Je pense que, peut être qu'il ne dépasse pas totalement "Nos étoiles contraires" mais c'est désormais le livre qui s'en approche le plus, et c'est rare que je dise ça.

J'ai du attendre quelques heures pour pouvoir formuler correctement des mots et une pensée cohérente pour décrire ce roman. Décrire toutes ses sensations et ses émotions qu'il nous fait ressentir, décrire les tremblements que j'ai eu à la fin de ce livre, décrire la peur, l'amour ou même la panique que l'on ressent au même moment que le personnage, comme si, eh bien, comme si on était carrément devenu lui.

Je ne sais pas par où commencer, de quoi parler et je vois déjà que ce commentaire va être bien long TwT

J'ai aimé ce roman. J'ai aimé Aaron. J'ai aimé Eric. J'ai aimé leur maman. J'ai aimé Thomas, Genievre et Spoiler(cliquez pour révéler)Collin. J'ai aimé Évangéline. J'ai aimé les dilemnes, les peurs et les problèmes de ce roman. J'ai aimé la romance homosexuelle, l'institut Leteo et tous les détails. J'ai aimé l'écriture, la montée progressive du suspense, le caractère des personnages, leurs amis, leur famille, leur histoire. J'ai aimé la morale de ce livre. J'ai aimé ce roman comme jamais à vrai dire.

Pendant les derniers chapitres, j'avais peur. J'avais très très peur que ce roman se finisse, se termine, que je le referme et que je me mette à pleurer. Et c'est le cas. Quand je l'ai refermé, j'ai pleuré, beaucoup, beaucoup pleuré. Les mouchoirs pourraient en témoigner TwT. Je ne voulais pas quitter ce monde, cet univers absolument pas rose du tout, ces personnages, cette histoire... Non, je ne voulais pas partir. Pourtant, il le fallait bien à un moment où à un autre.

Quand l'auteur voulait exprimer un sentiment, il réussissait à le traduire en quelque chose de tout à fait inédit. Aaron est confus, embrouillé de partout ? Eh ben nous aussi ! Et c'était ça, pour toutes les émotions possibles. À vrai dire, dit comme ça, on pourrait dire que ce n'était pas un moment de plaisir et c'est vrai : c'était de la torture qu'il n'y ait que quatre centaines de pages...

Aaron était... Touchant. Touchant à sa manière. Très touchant pour certaines fois. Spoiler(cliquez pour révéler)La fois où il s'est souvenu de tout. Ou quand il a annoncé à Genievre dans sa chambre qu'il était amnésique. La fois sur le toit à regarder les dents de la mer avec Thomas ou quand ils étaient tous les deux dans les jets d'eau. Son passé avec Collin. Son rapprochement avec son frère. La compassion de sa mère quand il a fait son coming out. Franchement, oui, j'ai trouvé qu'il était touchant malgré tout ce qu'il a vécu...

Et puis va t'on vraiment revenir sur Thomas ou Genièvre ? Sur... Eh bien, les pépites que ce sont en tant qu'amis, petite amie pour Genièvre Spoiler(cliquez pour révéler)ou second amour pour Thomas ? Non, je ne crois pas. Tout le monde mériterait d'avoir des personnes comme ça dans sa vie.

Spoiler(cliquez pour révéler)Pour Collin, c'est plus compliqué. J'avais l'impression que à la fin, eh même au milieu d'ailleurs de leur relation, même si Aaron avait des sentiments, leur "amour" était beaucoup centré sur le sexe et j'avais l'impression que tout ce qu'il les intéressait, c'était de trouver un endroit où il n'y avait personne pour pouvoir kener. Une relation toxique et malsaine qui les poussait même à tromper leur petite amie et à se servir d'elle comme prétexte qu'ils étaient hétéro. Mais franchement cette relation toxique a apporté tellement plus de profondeur au récit !

Et puis pour tout ces mecs, sa bande de pote avec des gars qui se surnomment tous Danny (l'auteur aime bien ce prénom je crois non ?), est ce que le fait d'être con est une maladie ? Parce que dans ce cas, ils sont bien atteints alors. Franchement, c'est super le groupe d'amis Spoiler(cliquez pour révéler)homophobe qui te condamne à avoir une amnésie. Moi je trouve qu'on peut pas faire mieux en terme d'amitié. (C'est de l'ironie hein, bien sûr)

Bon, bon... Je sais même pas comment Aaron fait pour être heureux. Le bonheur c'est très difficile à trouver mais facile à perdre. C'est agaçant hein ? De voir que l'un des trésor les plus incroyables de la vie, peut s'envoler, disparaître d'une minute à l'autre. Mais ce roman nous fait profiter de la vie encore plus, c'est un truc de fou quand même, t'es là à vouloir procrastiner un maximum pendant les vacances, t'es en moitié pyjama-pas pyjama si t'es chez toi, et là tu lis un roman qui te rends compte que tu dois foutre un peu des choses dans ta vie... Eh bah wouah. Si un livre a le pouvoir de te faire ça, de te faire bouger, profiter et aimer la vie encore plus qu'avant, de te faire rendre compte que chaque moment est incroyable, alors ce roman est magnifique, laissez moi vous le dire, ce roman est magnifique.

Eh ben, je ne sais vraiment pas ajouter quoi d'autre, si vous ne l'avez pas lu et que vous êtes venu voir les commentaires pour vous décider (ce qui est un peu logique cela sert à ça les avis des lecteurs) et bien, en tout cas, il ne faut pas passer à côté de ce roman. Il te fait ressentir tellement de chose du début à la fin...

Le commencement est assez introductif (logique c'est un début) mais vraiment très prometteur pour la suite à venir, puis ensuite tout s'accélère, se précipite, la pression monte pour devenir une angoisse palpable, pour au final exploser tellement la tension est énorme. Grâce à une révélation, un rebondissent que perso, je ne m'y attendais pas du tout, on est passé du tournant un peu prévisible et moins vibrant à l'alternative imprévisible et beaucoup plus marquante. Eh la fin est ben wouah ! Franchement, Spoiler(cliquez pour révéler)le sad-end m'aurait très bien convenu et Spoiler(cliquez pour révéler)le happy end n'était pas nécessaire, mais bon j'avoue que pour que le titre soit cohérent, il fallait en quelque sorte un happy end (nan, c'est pas de la mauvaise foi).

Pour ce qui est de l'écriture, je l'ai adoré. J'ai adoré cette plume assez... Particulière à vrai dire j'ai trouvé, je ne sais pas vraiment comment vous expliquer mais l'auteur avait un don pour nous raconter les faits tels qu'ils étaient, sans artifices ni déguisements, ils nous les livraient comme ils étaient, comme ils étaient dans la vraie vie. Tout ça avait l'air pour moi, très sincère, transparent. Derrière les mots utilisés par Adam Silvera, l'auteur de "Plus heureux que jamais", on sentait que l'homophobie, les différences, le bonheur et les relations, toutes les relations possibles, on sentait que l'auteur voulait transmettre des valeurs en rapport avec ces thèmes. Alors peut être que je dis n'importe quoi, mais, en tout cas, c'est ce que j'ai ressenti, que Adam Silvera avait aussi connu ça. Ça faisait réaliste, très réaliste. Au début, à vrai dire, ce style d'écriture très droit et franc m'a beaucoup surprise mais j'ai fini par m'y habituer et même à apprécier ^^. Le langage que l'auteur utilise dans ces dialogues, les situations des personnages que l'on retrouve dans la vraie vie, la sincérité et la transparence de Adam Silvera que l'on ressentait dans son écriture... Tout ces points font que la plume et le style d'écriture de l'auteur était... incroyable.

Qu'aurais je à dire d'autre ? Je pense que j'ai dit à peu près la moitié de ce que je voulais dire mais si je mettais tout ici, ce serait quatre fois trop long.

Pour résumé (parce que oui j'avoue j'ai quand même pas mal parlé pour rien dire sur cet avis), j'ai été charmé par ce livre. Charmé par l'écriture très sincère et authentique, charmé par les personnages touchants, par leur histoire, leur vie et leur problèmes. Charmé par la couverture colorée, charmé par les valeurs transmises ici même si elles étaient cachées et surtout, charmé par les sentiments que ce roman nous faisait éprouver, qui nous faisait, trembler, pleurer, vibrer et haleter.

Magnifique, une pépite ^^ <3

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LaDroguerieEcrite 2022-07-09T14:51:27+02:00
Diamant

on possède tous ou presque des souvenirs qu'on voudrait oublier pour toujours.

non? Je me trompe?

C'est exactement la question qu'on va se poser avec Aaron, dans son monde, l'institut leteo existe et propose une procédure révolutionnaire afin de soulager la mémoire...

Il se dit qu'entre le décès de son père, la tristesse de sa maman, le fait de ne pas avoir d'argent et un appart misérable, il serait sûrement plus heureux s'il y passait...

puis les événements s'enchaînent, le dernier domino tombe... Et il se dit qu'il serait forcément plus heureux s'il se faisait reformater... Mais le bonheur peut-il naître de l'oubli ?

"plus heureux que jamais" ce sont 500 pages pendant lesquelles on se pose mille et une question: est-ce-qu'on est prêt à se débarrasser des souvenirs façonnant notre personne? Nous avons vécu des choses pour une raison... est-ce qu'on restera la même personne? Agira de la même façon?

une grande remise en question commence alors dès qu'on rencontre Aaron, et ce, jusqu'à la fin du roman. On va d'ailleurs y retrouver des thèmes qui vinrent parfois nous aider, comme l'amour, le deuil, le doute et la quête de soi, sans oublier la représentation du monde adolescent...

encore une fois, je me suis vraiment retrouvée parmi ces pages. Adam Silvera possède cette plume aussi magnifique et poétique que tranchante. Il nous plonge dans un monde réaliste et contemporain, avec des personnages et des situations de la vie de tous les jours.

il nous écrit une relation entre deux personnes qui avaient besoin de l'autre, on apprend à les connaître, on s'y attache, et on part à la quête du bonheur avec eux, en espérant que plus heureux que jamais devienne une réalité...

c'est un roman vrai et touchant, qui nous bouleverse... Comme à son habitude, Adam Silvera nous parle de sujets qui le taraudent, avec son ouverture d'esprit, son côté de voir le monde et comment il voudrait qu'il soit.

Je suis vraiment trop heureuse de l'avoir lu, je l'ai d'ailleurs refermée en me demandant pourquoi il n'avait pas été publié plus tôt.

En espérant t'avoir donné envie,

Avec tout mon amour loéva ps : j'ai préféré la première fin et toi ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maryann7002 2022-05-16T03:35:49+02:00
Diamant

Il y quelques semaines, j’ai lu They Both Die at the End, qu’une amie m’avais fortement recommandé, et j’avais vraiment adoré l’histoire et le style de l’auteur. Du coup, je me suis dit pourquoi pas lire More Happy Than Not? Ça a l’air plutôt pas mal!

Du coup, je lis le bouquin… et je me rend compte d’une chose: ce livre, il vous secouer et vous allez vous y repenser même après avoir fini de le lire. J’ai vraiment aimé, pour plusieurs raisons 1-les personnages, il n’y en pas un qui soit parfaits, ils ont tous leurs petits (ou gros) défauts 2- le style d’écriture, même si ça parle de thèmes plus délicats, comme le suicide ou la dépression, à aucun moment on a l’impression que le sujet est déplacé ou mal abordé 3- les émotions que ça nous vivre. Tout au long de la lecture, j’aurais tellement voulu parler à Aaron, le réconforter, lui dire que d’autres personnes sont là pour l’écouter (j’ai l’air fou de vouloir parler à un personnage fictif?)

Bon, bien sûr il y toujours quelques points négatifs, et pour ce roman je dirais que j’ai eu un peu de misère à rentrer dans l’histoire, j’avais de la difficulté à « comprendre » les personnages, mais ça c’est arrangé un peu plus tard dans l’histoire.

Bref, lisez si vous aimez les romans fort en émotions!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par juliettelabaguette 2022-05-15T18:27:00+02:00
Diamant

Moi qui ai adoré "Et ils meurent tous les deux à la fin", je ne pouvais passer à côté de la sortie française du premier livre d'Adam Silvera.

Je n'ai absolument pas été déçue, bien au contraire, ce livre m'a déchiré le coeur de part en part et m'a fait apprécier mes souvenirs plus que jamais.

Je ne m'attendais pas à une fin aussi brutale, bien que j'aurais dû au vu de celle de "Et ils meurent tous les deux à la fin", mais cette édition étant en fait une ré-édition, il y a à la fin ce que j'appellerais une "fin bonus" qui, clairement, m'a empêchée de m'effondrer complètement. Pour ça, je remercie l'auteur d'avoir voulu offrir une nouvelle version de son histoire.

Afficher en entier

Dates de sortie

Plus heureux que jamais

  • France : 2022-02-17 (Français)
  • Canada : 2022-04-14 (Français)
  • USA : 2016-04-26 (English)

Activité récente

Titres alternatifs

  • More Happy Than Not - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 98
Commentaires 19
extraits 25
Evaluations 38
Note globale 8.58 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode