Livres
470 074
Membres
438 170

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par hina21 2015-07-27T11:54:02+02:00

- Tu veux vraiment savoir ?

- Bien sûr que je veux savoir. Sinon je ne t'aurais rien demandé.

- Parfois les gens te posent une question, mais quand tu leur réponds, ils se rendent compte qu'ils auraient préféré ne pas le savoir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par hina21 2015-07-26T12:51:32+02:00

[...]un verrou tourne, le battant s'ouvre, Jake apparaît. Il a les yeux bouffis de quelqu'un qui vient de se réveiller et il est torse nu. Il tient à la main un pot de beurre de cacahuètes et il a une cuillère à la bouche. Et tout ça ne l'empêche pas d'avoir un charme fou... Il me regarde d'un air surpris, puis retire la cuillère de sa bouche avec un bruit mouillé.

Bon, OK, il n'a pas tant de charme que ça.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Carole94P 2016-01-29T17:18:47+01:00

— Pour moi, ça a de l’importance, murmure-t-il tout contre ma bouche. Puis il m’embrasse. Ça fait déjà quelques jours que je me dis que, s’il m’embrasse, je lui rendrai son baiser. Mais je n’en ai pas le temps . A peine ai-je senti la ferme pression de ses lèvres contre les miennes qu’elles se retirent. Je devine à son expression figée qu’il regrette. Je ne m’en offense pas, je comprends qu’il a peur.

— Je n’aurais pas dû, dit-il précipitamment. Je suis un idiot.

— Oui, c’est bien vrai. Tu es un idiot.

Je l’attrape par le col de sa chemise et l’attire à moi. Il laisse échapper un son étouffé, hésite une seconde, puis entrouvre les lèvres. Cette fois, nous nous embrassons pour de bon

Afficher en entier
Extrait ajouté par Carole94P 2016-01-29T17:18:20+01:00

J’entends cette fois des pas de l’autre côté, un verrou tourne, le battant s’ouvre, Jake apparaît. Il a les yeux bouffis de quelqu’un qui vient de se réveiller et il est torse nu. Il tient à la main un pot de beurre de cacahuètes et il a une cuillère à la bouche. Et tout ça ne l’empêche pas d’avoir un charme fou… Il me regarde d’un air surpris , puis retire la cuillère de sa bouche avec un bruit mouillé. Bon, OK, il n’a pas tant de charme que ça.

— C’est vraiment dégoûtant, comme façon d’accueillir les gens, dis-je.

— Moi aussi, je suis ravi de te voir, répond-il, en ouvrant une bouche pleine de beurre de cacahuètes. Je me penche pour essayer de voir derrière lui.

— Tu me laisses entrer ?

Il plante la cuillère dans le pot et soupire.

— J’ai le choix ?

— Pas vraiment.

Afficher en entier
Extrait ajouté par audrey_mnzn 2015-10-27T21:09:21+01:00

- Est-ce que tu crois en Dieu ? je demande.

Le bras qui entoure ma taille se crispe.

- C'est… pourquoi cette question ?

- Parce que… Qu'est-ce que tu as contre Sartre ? Tu penses que la vie à un sens ?

Je me suis mise à crier, sans même m'en rendre compte.

- Parce que je vais t'annoncer un truc, Tolan : la vie n'a aucun sens.

- Très bien. Maintenant, tu es nihiliste. Je préfère ça.

Je ne suis pas nihiliste. Pas du tout. Je ne suis rien, en fait. Je ne crois plus en rien. Si Dieu existe, Il n'est qu'un foutu imbécile qui a créé un monde de douleur et s'amuse à regarder souffrir ses créatures. À la fin des obsèques de June, des gens sont venus me murmurer de prétendues paroles de réconfort : "Si le Seigneur l'a rappelée à Lui, Il avait ses raisons", "Tu as la force de surmonter cette épreuve, sinon le Seigneur ne te l'aurait pas envoyée". Alors comme ça, je n'aurais pas perdu ma soeur si j'avais été moins forte ? Et je suis supposée me réjouir que le Seigneur l'ait rappelée auprès de Lui ? Pas question. Je ne peux pas. Pour moi, la mort de June est absurde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par hina21 2015-07-27T22:37:48+02:00

Dois-je l'embrasser ?

C'est un peu comme quand on est au bord d'une piscine et qu'on hésite à plonger parce qu'on a peur que l'eau soit froide.

Mais tant pis, je retiens mon souffle et je me jette à l'eau.

Afficher en entier
Extrait ajouté par [email protected] 2012-10-05T14:34:37+02:00

« Je suis toujours aussi triste quand je vais me coucher. Quand je me réveille. Et ça fait toujours un mal de chien. Mais il y a certains moments dans la journée où la douleur est moins forte.

Parfois, je peux penser à June sans vouloir exploser, pleurer à n'en plus pouvoir fermer les yeux ou enfoncer mon poing dans un mur.

Parfois, je suis proche du bonheur, et je ne le regrette pas. Plus. Je ne serai plus jamais celle que j'ai été, mais peut-être que ce n'est pas si grave.

La vie continue. Je continue. Même sans elle. Certaines journées ne font plus mal. Certains souffles ne font plus mal.

Et c'est peut-être la seule chose que nous pouvons réellement demander à la vie. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Liesel19 2018-07-06T12:41:58+02:00

- C'est ton tour maintenant, dit-il. Vérité : parle-moi de tes parents.

- Je n'ai pas dit que je prenais Vérité.

- Pas de problème. Action : parle-moi de tes parents.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Liesel19 2018-07-06T12:39:10+02:00

- Elle a bu ? me demande Jake en riant.

- Non, elle est née comme ça.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Carole94P 2016-01-29T17:18:55+01:00

On ne peut pas être amoureuse d’un garçon qu’on connaît depuis à peine une semaine. Surtout quand ce garçon a le don de vous taper sur les nerfs. Même s’il est séduisant, charmeur, intéressant, et qu’il sait vous écouter. Même si c’est le seul être avec qui vous avez la sensation d’être enfin vous-même. N’est-ce pas ?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode