Livres
481 812
Membres
468 007

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Poésies intimes



Description ajoutée par juliendu08000 2011-12-28T14:17:20+01:00

Résumé

C'est comme une voix qui chuchote pour donner des mots à nos émotions les plus secrètes, que nous traversons tous, de génération en génération.

Lorsque l'enfant paraît.... Rose au bois vint avec moi... Vois-tu, je sais que tu m'attends. Nous vivons avec les vers de Victor Hugo, parfois sans même le savoir ; ils sont des amis, ce genre d'ami que nous oublions puis que nous retrouvons comme si nous l'avions quitté la veille, avec une sensation de chaleur bienfaisante. Si les poésies intimes de Victor Hugo nous touchent autant, c'est parce que le poète a traversé les plus grandes joies et les plus grandes douleurs et qu'il les a transcendées par la langue.

Je veille, ne crains rien. J'attends que tu t'endormes... Tu peux comme il te plaît me faire jeune ou vieux... Il me semblait que tout n'était qu'un affreux rêve/Qu'elle ne pouvait pas m'avoir quitté... Amoureux, il a été trompé, puis il a trompé. Père, il a connu l'émerveillement de la découverte, avant la souffrance de la perte. Grand-père, il n'a jamais caché son adoration éperdue ni sa faiblesse. Sous la plume de Hugo, il n'y a pas de registre mineur : le moindre geste, le moindre mot d'enfant, le rire d'une fillette, le haussement d'épaule d'une adolescente, l'envol d'une coccinelle atteignent au sublime.

Ce Victor Hugo-là, plus que le visionnaire inspiré ou le romantique libertaire, est immortel.

Afficher en entier

Classement en biblio - 17 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Caroline 2013-08-08T15:26:45+02:00

"Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin

De venir dans ma chambre un peu chaque matin;

Je l'attendais ainsi qu'un rayon qu'on espère;

Elle entrait et disait : Bonjour, mon petit père;

Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s'asseyait

Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,

Puis soudain s'en allait comme un oiseau qui passe.

Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse,

Mon oeuvre interrompue..".

Victor Hugo

Ecrit en novembre 1846, pour Léopoldine.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par superBBK 2012-02-14T12:54:25+01:00
Or

Beaucoup beaucoup BEAUCOUP de poemeees!!!Qui m'ont plu heureusement ! Victor Hugo, un grand poete!

Afficher en entier

Date de sortie

Poésies intimes

  • France : 2010-10-07 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 17
Commentaires 1
Extraits 1
Evaluations 1
Note globale 8 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode