Livres
429 646
Membres
351 533

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:19:19+02:00

Au milieu des mots que j’ai choisis, il arrive des mots que je n’ai pas invités, des mots sauvages.ils ont bien fait de venir, ils m’apprennent sur moi des choses que je n’aurais jamais pu imaginer.

A force de chercher le mot juste, à force d’essayer de faire de belles phrases bouleversantes, à force d’essayer d’être rigolo ou d’émouvoir, ce qui est la même chose, on dit « pleurer de rire », j’ai l’impression d’être moins malheureux.

Je me suis relu, j’ai ri aux passages émouvants, et les passages drôles m’ont mis les larmes aux yeux. Pas les larmes acides du passé, mais des larmes douces et tièdes.

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:19:10+02:00

Accepter de se marier avec moi, quel courage. Peut-on sérieusement croire qu'on va être heureux une vie entière avec moi . Moi qui vis avec moi depuis de nombreuses années, je suis bien placé pour savoir que c'est difficile.

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:18:31+02:00

Les intellectuels barbus partent dans le Larzac élever des chèvres et faire des fromages immangeables. Les chèvres en meurent de honte. Dans les Cévennes, ils vont engraisser des canards. Dans les bocaux de confits, il y a autant de mouches que de canard. Ailleurs, ils élèvent des chiens au régime macrobiotique, sans viande. Les chiens se portent très bien. Puis un jour, ils disparaissent. On les retrouve tous morts. Ils ont été tués par l’éleveur de faisans, il en a eu marre qu’ils viennent chez lui faire des razzias de volatiles.

Les paysans du dimanche sont retournés à la terre, mais ils sont vite rentrés déçus avec mal aux reins. Ils n’imaginaient pas la terre aussi basse.

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:17:57+02:00

Ma future belle-mère est très mère poule, c'est normal pour une fermière.

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:17:50+02:00

Le blé demande du soleil, la betterave demande de la pluie. C'est pratique, ça permet au cultivateur, quel que soit le temps, de pouvoir se plaindre du temps.

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:21:07+02:00

Au lycée Voltaire, dans la classe de préparation à l'IDHEC, on ne m'a pas appris le maniement du fourchet. Je m'en sers mal. Il faut toujours prendre les betteraves par le dessous en présentant les dents tangentes au sol et les pointes en l'air. Il m'arrive souvent d'enfoncer les dents dans la betterave ; elle reste accrochée, il faut que je m'arrête, que je la détache à la main. Je perds du temps. J'ai de la terre plein les mains, le manche de mon fourchet est glissant. Le tracteur continue à avancer. Mes collègues marchent, réservés et silencieux, comme des paysans de Millet. Ça ressemble à un enterrement.

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:20:57+02:00

Quelquefois, une mouche gourmande s'enlise dans la crème. On dirait un skieur pris dans une avalanche; elle se débat, ça dure longtemps, puis elle ne bouge plus. Quelle belle mort pour une mouche, une mort gastronomique!

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:20:43+02:00

Un progrès qui s'appelle Farman, Ferguson, Renault... Puant. Et tellement bruyant qu'on n'entend plus sonner l'angélus.

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:20:27+02:00

Le cheval a été mis définitivement au chômage. Le gai laboureur a perdu sa gaieté. Maintenant il est secoué, il respire les gaz d'échappement, il ne parle plus, il n'a rien a dire à son tracteur. Il est seul dans la plaine immense.

Afficher en entier
Extrait de Poète et paysan ajouté par Ignis 2013-10-19T22:20:20+02:00

Je passe des moments inoubliables sur le tracteur à labourer. Seul dans l'immensité de la nuit, je deviens le capitaine d'un bateau secoué par les vagues de la terre ; ou alors je suis Mermoz, le pilote héroïque d'un avion rugissant dans le pot au noir de la cordillère des Andes.

Je deviens un héros des temps modernes, le père nourricier de l'humanité.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode