Livres
442 919
Membres
377 877

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:49:52+01:00

Il fourre aussi ses doigts dans ses oreilles.Mais la tempête entre chez lui, du dehors,avec ses cris,son tourbillon.

Elle ramasse son coeur comme un papier de rue.Elle le froisse,le chiffonne,le roule,le réduit. Et Poil de carotte n'a bientôt plus qu'une boulette de coeur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:49:30+01:00

- Il ne reste plus de melon pour toi, dit Madame Lepic; d'ailleurs, tu es comme moi, tu ne l'aimes pas.

- Ca se trouve bien, se dit Poil de Carotte.

On lui impose ainsi ses goûts et ses dégoûts. En principe, il doit aimer seulement ce qu'aime sa mère.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:48:34+01:00

Poil de Carotte donne ce conseil à la servante Agathe :

– Pour vous mettre bien avec madame Lepic, dites-lui du mal de moi.

Il y a une limite.

Ainsi madame Lepic ne supporte pas qu’une autre qu’elle touche à Poil de Carotte.

Une voisine se permettant de le menacer, madame Lepic accourt, se fâche et délivre son fils qui rayonne déjà de gratitude.

– Et maintenant, à nous deux ! lui dit-elle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:48:14+01:00

Tout le monde ne peut pas être orphelin.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:48:03+01:00

Quelquefois, fatigués de jouer, soeur Ernestine et grand frère Félix prêtent volontiers leurs joujoux à Poil de Carotte qui, prenant ainsi une petite part du bonheur de chacun, se compose modestement la sienne.

Et il n'a jamais trop l'air de s'amuser, par crainte qu'on ne le lui redemande.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:47:50+01:00

Personne ne m'aimera jamais, moi ! (...) Excepté maman.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:47:38+01:00

Grand frère Félix aura une tartine de beurre ou de confitures et Poil de Carotte une tartine de rien, parce qu'il a voulu faire l'homme trop tôt, et déclaré, devant témoins, qu'il n'est pas gourmand.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:47:29+01:00

Poil de Carotte, mon ami, renonce au bonheur. Je te préviens, tu ne seras jamais plus heureux que maintenant, jamais, jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:46:50+01:00

— Je parie, dit madame Lepic, qu’Honorine a encore oublié de fermer les poules.

C’est vrai. On peut s’en assurer par la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte ouverte.

— Félix, si tu allais les fermer ? dit madame Lepic à l’aîné de ses trois enfants.

— Je ne suis pas ici pour m’occuper des poules, dit Félix, garçon pâle, indolent et poltron.

— Et toi, Ernestine ?

— Oh ! Moi, maman, j’aurais trop peur !

Grand frère Félix et sœur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les coudes sur la table, presque front contre front.

— Dieu, que je suis bête ! Dit madame Lepic. Je n’y pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules ! Elle donne ce petit nom d’amour à son dernier né, parce qu’il a les cheveux roux et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité :

— Mais, maman, j’ai peur aussi, moi.

— Comment ? Répond madame Lepic, un grand gars comme toi ! C’est pour rire. Dépêchez-vous, s’il te plaît !

— On le connaît ; il est hardi comme un bouc, dit sa sœur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne, dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, et, honteux d’en être indigne, il lutte déjà contre sa couardise. Pour l’encourager définitivement, sa mère lui promet une gifle.

— Au moins, éclairez-moi, dit-il.

Madame Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu’au bout du corridor.

— Je t’attendrai là, dit-elle.

Mais elle s’enfuit tout de suite, terrifiée, parce qu’un fort coup de vent fait vaciller la lumière et l’éteint.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elena98 2012-10-30T13:46:18+01:00

Quelquefois, fatigués de jouer, soeur Ernestine et grand frère Félix prêtent volontiers leurs joujoux à Poil de Carotte qui, prenant ainsi une petite part du bonheur de chacun, se compose modestement la sienne.

Et il n'a jamais trop l'air de s'amuser, par crainte qu'on ne le lui redemande.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode